Agoraphobie : Signes et solutions (tout savoir) 

Article rédigé par le 17 mai 2024

L’agoraphobie, faisant partie des troubles anxieux, se caractérise par une peur intense et irrationnelle, similaire à de nombreuses phobies. Elle se manifeste particulièrement dans des situations où vous craignez de ne pas pouvoir obtenir de l’aide dans un lieu public pour vous échapper.

La solution est surtout dans le domaine psychologique. Les médicaments peuvent être de grande aide, mais la méditation ou l’hypnose peuvent aussi beaucoup servir. 

Découvrez tout sur l’agoraphobie dans cet article rédigé par un professionnel de santé !

Les 6 points clés à retenir

  • 1. Les personnes souffrant d’agoraphobie évitent les situations dans lesquelles ils pensent ne pas pouvoir s’échapper ou trouver de l’aide, par peur d’avoir une crise de panique ou d’autres sentiments liés à l’anxiété.
  • 2. Les types d’endroits évités sont les transports publics, les espaces ouverts, les espaces clos, les foules… 
  • 3. En général, l’angoisse se traduit sous forme de crise d’angoisse ou attaque de panique avec des palpitations, tremblements, douleur, vertige, nausées…, Mais surtout une peur intense. 
  • 4. La thérapie cognitivo-comportementale est indispensable pour soigner l’agoraphobie. Elle se centre davantage sur les symptômes de l’agoraphobie et moins sur les causes afin de vous proposer un traitement rapide, en quelques séances.
  • 5. Les médicaments tels que les antidépresseurs et les anxiolytiques ne sont que des compléments de la psychothérapie qui reste la base. 
  • 6. D’autres branches de la médecine alternative peuvent aussi se révéler importantes : l’homéopathie, l’hypnose, ou même le yoga. 

L’Agoraphobie : Un trouble mental

L’agoraphobie consiste en une peur ou une anxiété face à l’éventualité de se trouver dans des situations ou des endroits sans échappatoire facile ou sans possibilité d’obtenir de l’aide, en cas de crise d’angoisse aiguë

Par exemple, au sein de foules ou dans des centres commerciaux, ou encore en consuisant.

Bon à savoir : L’agoraphobie signifie « peur de la place du marché » en grec. 

Quels signes révèlent que vous êtes agoraphobe ? 

L’agoraphobie peut survenir subitement ou se développer progressivement, principalement entre l’âge de 18 et 35 ans. Son développement au-delà de 40 ans est rare.

Elle se manifeste par une réaction physique et émotionnelle à une situation spécifique qui déclenche la peur.

RECOMMANDÉ :  Abcès : signification émotionnelle 

Les symptômes comportent :

  • Un intense sentiment de panique, de crainte, de terreur ou d’horreur ;
  • L’admission que l’anxiété est exagérée et l’incapacité de la raisonner ;
  • Une accélération du rythme cardiaque, un essoufflement, des tremblements et le besoin irrésistible de fuir la situation – toutes les réactions physiques associées à une peur extrême ;

À noter : Il est important de distinguer l’agoraphobie de la phobie sociale, un trouble anxieux qui se manifeste par l’évitement sélectif des situations sociales redoutées pour éviter l’embarras.

Pour être diagnostiqué comme agoraphobe, vous devez ressentir de la peur ou de l’anxiété lorsque vous vous trouvez dans moins 2 des circonstances suivantes :

  • Au milieu de la foule ou en train de faire la queue ;
  • Dans les transports publics ;
  • Dans un espace ouvert (par ex. des marchés, des parcs de stationnement);
  • Dans un espace fermé (par ex. au cinéma) ;
  • Hors de chez elle, seule.

Ces symptômes doivent être persistants depuis plus de 06 mois et avoir un impact sur la qualité de vie.

Bon à savoir : Cette maladie touche davantage les femmes plutôt que les hommes avec plus de 2 femmes atteintes d’agoraphobie pour un homme. 

Pas de panique, il existe des solutions face à l’agoraphobie

L’agoraphobie est une maladie qui se soigne. Dans la plupart des situations, elle peut être efficacement traitée par la psychothérapie ou les médicaments.

Ce que disent les études !
– Les études contrôlées sur le traitement du trouble panique avec agoraphobie révèlent que les antidépresseurs tricycliques , les benzodiazépines, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et l’inhibiteur de la monoamine oxydase phénelzine sont efficaces.
– Parmi les thérapies psychologiques, la thérapie cognitive et la thérapie d’exposition dans le cadre de l’agoraphobie se sont avérées efficaces.
– Il n’y a pas suffisamment de comparaisons entre les traitements pharmacologiques et psychologiques pour déterminer si l’un est supérieur à l’autre. Les rares études de suivi existantes ne suffisent pas à prouver un effet durable plus important des thérapies psychologiques par rapport aux traitements médicamenteux.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la thérapie de référence de l’agoraphobie. Elle vise à modifier vos pensées et vos comportements problématiques et à les remplacer par des pensées et des réactions appropriées à la réalité.

L’apprentissage de la relaxation et l’accompagnement par le thérapeute en situation anxiogène permettent de faire disparaître les crises progressivement.

Autres traitements complémentaires

En complément de la psychothérapie, qui demeure le principal traitement de l’agoraphobie, le médecin peut prescrire différents médicaments, tels que des antidépresseurs, pour traiter le trouble panique.

RECOMMANDÉ :  Diarrhée : signification émotionnelle 

Comme pour tout trouble anxieux, des traitements naturels peuvent être efficaces sur l’agoraphobie, en complément d’une prise en charge psychologique et médicale si nécessaire. L’aide d’un homéopathe peut être utile :

  • Aconitum Napellus 15 à 30 CH (3 granules) ou Gelsenium 15 CH (3 à 5 granules) en cas de crise,
  • Et Gelsenium 9 CH comme traitement de fond, tout comme l’argentum Nitricum 9 CH (3 granules 3 fois par jour). 
  • Certaines plantes comme la valériane, la passiflore ou l’aubépine peuvent aussi être utiles sur la crise ou en traitement de fond, tout comme l’hypnose, la sophrologie, l’acupuncture, le yoga ou la méditation par exemple.

Quand consulter pour une agoraphobie ?

Il est important de consulter si vous souffrez d’agoraphobie, car comme toute phobie, ne pas vous soigner peut petit à petit vous faire glisser vers un évitement chronique de toutes les situations que vous redouter, et devenir assez rapidement handicapant.

Pour une meilleure prise en charge efficace et rapide, il est préférable d’en parler et demander conseil à un médecin dès les premiers signes.  

Avis du professionnel de santé

L’agoraphobie présente des symptômes faciles à reconnaître. La prise en charge précoce donne un meilleur pronostic
En outre, il est important de vérifier si l’anxiété ou la peur n’est pas causée par un médicament, une toxicomanie ou une surconsommation de médicaments, ou encore un problème de santé.

Un médecin peut décider de vous orienter vers un psychiatre ou un autre thérapeute spécialisé dans le dépistage et le traitement des troubles anxieux, y compris l’agoraphobie.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut