Allodynie : quand la douleur prend le dessus (que faire ?)

Article rédigé par le 3 juillet 2024

Non, votre douleur n’est probablement pas exagérée. L’allodynie est réelle, et peut grandement affecter la perception de la douleur.

Qu’est-ce que l’allodynie, exactement ? D’où vient-elle, et comment la reconnaître ? Est-elle reliée au mal de dos ? Et surtout, quels sont les moyens de la traiter ?

Cet article vulgarisé vous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’allodynie, en mettant l’accent sur des notions simples et pratiques.

Définition de l’allodynie

Avant de parler d’allodynie, il faut comprendre que la douleur est un mécanisme partant du cerveau vers la périphérie.

En présence d’un stimulus douloureux (comme poser sa main sur une plaque chauffante), un message est envoyé au cerveau qui analyse la situation et perçoit un danger.

La réponse est donc d’envoyer un message de douleur vers la main afin qu’on puisse la retirer aussitôt, et prévenir un dommage tissulaire. On comprend donc que la douleur peut parfois être utile dans certaines situations.

Par contre, dans certains cas rares, il arrive que le message de douleur soit altéré. Ceci peut provoquer des réactions anormales et exagérées.

Essentiellement, l’allodynie réfère au fait de ressentir de la douleur à partir de stimuli qui n’en provoque normalement pas. Par exemple, une peau douloureuse à l’effleurement, ou des gestes aussi anodins que se brosser les cheveux, peuvent sembler insupportables.

Il faut différencier l’allodynie de l’hyperalgésie (ou hyperalgie). Dans le cas de l’hyperalgésie, on ressent une douleur plus intense que la normale pour un stimuli qui demeure toutefois douleureux.

C’est comme une réponse exagérée, alors que l’allodynie provoque des symptômes pour des stimulis qui ne devraient normalement pas provoquer de douleur.

Symptômes

En termes de symptômes, ils varient en fonction des individus. Certaines personnes peuvent ressentir une sensation de brûlures intenses, tandis que d’autres ressentent un inconfort léger.

Outre la douleur, l’allodynie peut affecter la qualité de vie et causer :

  • Dépression
  • Anxiété
  • Troubles du sommeil
  • Fatigue

Diagnostic

Le diagnostic est émis par un médecin après qu’il ait effectué plusieurs tests cliniques. En effet, il n’existe pas d’examen unique permettant de conclure à de l’allodynie. C’est plutôt une combinaison de facteurs qui mène vers ce diagnostic.

Des tests cliniques permettent également de clarifier le type d’allodynie dont souffre le patient :

Allodynie thermique

Un médecin peut observer la réaction de son patient à diverses températures. Par exemple, des gouttes d’eau froide sur la peau peuvent provoquer une réaction douloureuse intense. On parle alors d’allodynie thermique.

Allodynie mécanique

En appliquant une pression mécanique (comme appliquer une friction sur la peau), on peut observer la réaction de douleur. Si la friction normale est douloureuse (comme par exemple le contact des draps qu’on tire vers soi au lit), nous sommes en présence d’allodynie mécanique.

Allodynie tactile

L’allodynie tactile se manifeste suite à un contact léger ou une pression sur la peau. Si on induit une légère tape sur l’épaule, ou encore si on touche la personne atteinte et que ça provoque une réaction douloureuse démesurée, il s’agit d’une d’allodynie tactile.

Causes d’allodynie

À l’heure actuelle, la cause exacte de l’allodynie est inconnue. Nous savons cependant qu’il s’agit d’un dysfonctionnement des nocicepteurs (récepteurs de la douleur).

Certaines conditions peuvent augmenter le risque de développer de l’allodynie :

  • Fibromyalgie
  • Migraines
  • Neuropathie périphérique
  • Névralgie post-herpétique
  • Diabète
  • Syndrome douloureux régional complexe

Allodynie et stress : quel lien ?

Des études précliniques récentes ont montré que l’exposition à un stress chronique peut conduire à une exacerbation de la sensibilité à la douleur.

Les effets du stress sur le traitement de la nociception et de la douleur peuvent dépendre d’une multitude de facteurs, notamment du type de stress (physique ou psychologique), de son intensité ainsi que de ses caractéristiques temporelles.

Plusieurs voies biochimiques et médiateurs connus pour être impliqués dans le traitement du stress peuvent jouer un rôle majeur dans la régulation de la douleur neuropathique.

Des facteurs de stress tels que la libération de catécholamines liée au stress ont par exemple été décrits comme entraînant des réactions neuro-inflammatoires englobant la libération périphérique et centrale de cytokines pro-inflammatoires.

Il a été démontré que ces substances jouent un rôle crucial dans le renforcement du traitement nociceptif pouvant induire une allodynie.

RECOMMANDÉ :  Nerfs crâniens : Anatomie et troubles (Explications)

Un autre acteur majeur dans le contexte du présent article est le glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur du système nerveux central (SNC). La transmission glutamatergique est considérablement modulée par la libération de corticostéroïdes liée au stress.

En effet, le stress peut exacerber la douleur neuropathique et donc favoriser l’apparition d’une allodynie par le biais de l’activation des récepteurs spécifique du glutamate et ainsi envoyer des signaux excitateurs de manière constante à l’origine d’une neuropathie allodynique.

Traitement : Comment traiter les douleurs allodyniques

Malheureusement, il n’existe pas de traitement permettant de combattre l’allodynie à sa source. Plutôt, l’objectif sera de réduire les symptômes provoqués par cette condition, et améliorer la qualité de vie du patient atteint.

Voici différents traitements visant à soulager l’allodynie :

Médication

Des médicaments comme la lidocaïne ou le prébagalin peuvent être efficaces pour soulager les symptômes d’allodynie. Il en est de même pour certains antidépresseurs comme l’amitriptyline.

Parfois, des anti-inflammatoires ou anti-douleurs sont également prescrits par le médecin. Le CBD est de plus en plus populaire dans le traitement des douleurs chroniques.

Tous ces médicaments peuvent être pris par la bouche, ou administrés sous forme de crème.

Électro-stimulation

Le TENS (ou autres machines d’électro-stimulation) est souvent utilisé en kinésithérapie pour moduler la sensation de la douleur.

Parce qu’il vient stimuler les fibres A-beta (qui fournissent la sensation), il peut inhiber les fibres A-delta et C (les fibres qui transmettent le message de douleur).

Ainsi, le TENS peut masquer le message de douleur se dirigeant vers le cerveau, ce qui peut masquer les symptômes d’allodynie.

Techniques de désensibilisation

Certes, l’allodynie est provoquée par le toucher. Mais ce ne sont pas toutes les pressions, ni même l’intensité du toucher, qui reproduisent les symptômes.

Ainsi, il est possible d’utililiser une approche progressive visant à désensibiliser le système nerveux central, et ainsi réduire l’allodynie.

Par exemple, on peut commencer par effleurer la peau hypersensible avec une texture aussi douce que la soie. Lorsque cette pression sera tolérée, on peut soit augmenter la pression, ou encore changer de texture.

Exercices cardiovasculaires

L’exercice cardiovasculaire comporte plusieurs bienfaits sur la santé. Que ce soit le vélo, la marche rapide, la natation, l’objectif est simplement d’augmenter sa fréquence cardiaque (dans un cadre sûr et progressif, évidemment !).

Comme il augmente la circulation sanguine et l’oxygénation des tissus, on peut espérer une désensibilisation du cerveau et une meilleure conduction nerveuse.

Ajustement du mode de vie

Lorsqu’on souffre de migraines par exemple, il se peut que certains éléments aggravent nos symptômes.

Dans cette optique, on peut essayer d’identifier ces facteurs afin de les limiter. Il peut s’agir d’un aliment en particulier, un contexte social ou professionnel, le manque de sommeil, des aliments en particulier, la lumière, etc.

En cas de doute, il est possible d’utiliser un journal de bord visant à monitorer vos symptômes, et noter certains éléments pouvant être ensuite partagés avec votre médecin.

Par ailleurs, des changements d’un point de vue vestimentaire peuvent aider à réduire l’inconfort causé par l’allodynie. Des vêtements sans manches ou de texture légère peuvent être utilisés.

Gestion du stress

Dans des conditions comme la fibromyalgie ou les migraines, le stress aggrave généralement les symptômes de douleur et d’allodynie.

Il est donc pertinent de trouver des stratégies naturelles et médicales visant à réduire le stress, l’anxiété, et la dépression.

Par exemple, des techniques de méditation (comme la méditation pleine conscience) ou de respiration sont souvent utiles pour calmer les symptômes.

Des professionnels comme le psychologue ou le psychiatre peuvent également aider à gérer son stress via la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

Finalement, des groupes d’échanges en ligne et en personne peuvent aider à se sentir compris(e), et partager son expérience.

Traitements alternatifs

Outre les traitements médicaux, il existe des méthodes naturelles visant à soulager les symptômes d’allodynie.

Il faut noter que ces approches n’ont généralement pas été soumises à des études scientifiques robustes. Ceci veut dire que leur efficacité se base surtout sur une approche empirique.

Allodynie : traitements naturels

1. Thermothérapie

L’application de chaleur ou de froid directement sur la zone affectée peut parfois être l’un des meilleurs moyens de soulager les symptômes associés à une entorse articulaire ou à une lésion musculaire, et c’est le plus souvent le premier traitement que les professionnels recommandent immédiatement après une telle blessure.

RECOMMANDÉ :  Malformation d’Arnold-Chiari : Tout savoir sur ce trouble

Il peut s’agir de l’un des moyens les plus efficaces pour soulager les symptômes de l’allodynie, en particulier lorsqu’il est dirigé vers la zone la plus touchée.

Étant donné que certains cas d’allodynie sont liés à la sensibilité à la température, l’efficacité de la chaleur ou du froid (ou son efficacité tout court) peut varier d’une personne à l’autre.

2. Anandamide

De nouvelles recherches montrent que l’anandamide pourrait contribuer à soulager les douleurs nerveuses et l’inconfort qui accompagne l’allodynie. Ce composé peut être trouvé dans certains compléments et aliments, mais le plus souvent dans des substances riches en autres cannabinoïdes, comme le CBD.

Si vous pensez souffrir d’allodynie et que certaines des autres options thérapeutiques ne vous ont pas aidé, parlez à votre médecin des compléments alimentaires contenant de l’anandamide et apportez-lui certaines des recherches qui les soutiennent.

3. Magnesium

Bien qu’il ne soit pas considéré comme une cause d’allodynie en soi, un manque de minéraux dans votre alimentation peut aggraver de nombreuses affections musculaires et nerveuses telles que l’allodynie.

Deux des minéraux connus pour provoquer des crampes et des douleurs le plus souvent lorsque votre alimentation n’en contient pas suffisamment sont le magnésium et le sel. Augmentez votre consommation d’aliments riches en magnésium et en sel, ou ajoutez-les à votre alimentation sous forme de compléments.

N’oubliez pas de faire attention au sel et au magnésium si l’on vous a diagnostiqué des problèmes cardiaques ou des problèmes d’hypertension artérielle – un excès de magnésium est également dangereux et peut augmenter votre risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.

Comment puis-je prévenir l’allodynie ?

Il se peut que vous ne puissiez pas prévenir l’allodynie.

Mais vous pouvez réduire le risque de certaines affections qui provoquent l’allodynie.

  • Faites de l’exercice : l’exercice régulier peut vous aider à gérer le stress. Il contribue également à réduire le risque de migraines. L’exercice joue également un rôle majeur dans la gestion de la fibromyalgie.
  • Connaître vos antécédents : si vous avez des antécédents familiaux de fibromyalgie, de SEP (Sclérose en plaque), d‘AVC ou de diabète, parlez-en à votre médecin. Il se peut que vous deviez subir des examens réguliers afin que votre médecin puisse surveiller votre état de santé.
  • Maintenir un poids sain : les personnes qui ont un excès de poids ou qui souffrent d’obésité ont un risque plus élevé de diabète, qui peut entraîner une allodynie. L’excès de poids est également un facteur de risque pour le développement de migraines chroniques.
  • Restez à jour dans vos vaccins : demandez à votre médecin de soins s’il est possible de recevoir le vaccin contre le zona pour vous protéger contre cette infection virale.
  • Surveillez votre alimentation : une alimentation équilibrée et riche en fruits et légumes peut vous aider à éviter les carences en vitamines et à rester en bonne santé.

Conclusion

L’allodynie réfère au fait de ressentir une douleur exagérée pour un stimulus qui ne provoque généralement pas de douleur.

Il est important de bien connaître les facteurs qui participent à l’allodynie afin de mettre en place un plan de traitement adapté.

Plusieurs modalités peuvent être utilisées pour soulager les symptômes, bien qu’il n’existe actuellement pas de traitement permettant la résolution de l’allodynie.

Un professionnel de santé est votre allié de choix si vous ressentez des symptômes pouvant s’apparenter à l’allodynie.

Bonne guérison !

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 1 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut