Amygdalectomie : tout savoir

Article rédigé par le 12 avril 2024

L’amygdalectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever les amygdales. Elle est réalisée sous anesthésie générale par un chirurgien ORL, et peut se faire en ambulatoire ou avec un court séjour hospitalier. 

Bien que l’amygdalectomie comporte des risques, les bénéfices potentiels pour la santé à long terme sont considérables.

Découvrez dans cet article rédigé par un médecin tout ce qu’il y a savoir sur cette opération : ses indications, ses avantages, les préparations nécessaires, son déroulement, ses risques et quelques recommandations pour la suite postopératoire.

Les 6 points importants à retenir 

  1. Les principales indications de l’amygdalectomie sont l’hypertrophie amygdalienne symptomatique, les infections amygdaliennes récidivantes et, dans de rares cas, la suspicion de cancer.
  2. Cette intervention est couramment réalisée chez les enfants souffrant d’obstruction des voies respiratoires pendant le sommeil.
  3. Les avantages de l’amygdalectomie incluent la réduction des infections de la gorge, l’amélioration de la qualité du sommeil, de la déglutition et de la croissance chez les enfants.
  4. Les préparations pré-opératoires comprennent une consultation avec le chirurgien, des bilans sanguins, le jeûne, et une préparation mentale et physique
  5. L’intervention se déroule sous anesthésie générale et implique le retrait des amygdales, suivi d’une période de récupération d’environ 10 à 15 jours.
  6. Des précautions post-opératoires, telles que le repos, une alimentation douce, une hydratation adéquate et l’évitement du tabac, sont également recommandées pour favoriser une guérison rapide et minimiser les complications.

Qu’est-ce qu’une amygdalectomie ?

L’amygdalectomie, aussi appelée tonsillectomie, est une opération visant à retirer partiellement ou complètement les amygdales

Ces glandes lymphoïdes, situées de part et d’autre du voile du palais au fond de la gorge, jouent un rôle clé dans le système immunitaire. Elles font partie d’un réseau étendu de tissu lymphoïde présent dans le pharynx et le long du tube digestif, contribuant à la production de lymphocytes et d’anticorps pour lutter contre les infections.

Ce mécanisme est surtout utile dans la petite enfance. Leur ablation n’entraîne généralement pas de conséquences négatives sur la capacité immunitaire à long terme.

Quand pratiquer une amygdalectomie ?

Les deux principales indications de l’amygdalectomie sont l’hypertrophie amygdalienne symptomatique et les infections amygdaliennes récidivantes.

Hypertrophie amygdalienne symptomatique

L’augmentation de volume des amygdales peut avoir des répercussions telles que :

  • les troubles respiratoires du sommeil ou syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) ; 
  • les troubles de la déglutition ;
  • les difficultés de phonation, modification de la voix ;
  • les anomalies du développement facial.

Bon à savoir : l’amygdalectomie (le plus souvent couplée à l’adénoïdectomie) est le traitement de référence de l’obstruction des voies respiratoires de l’enfant durant le sommeil.

Infections amygdaliennes récidivantes

L’amygdalectomie peut être proposée dans les situations suivantes :

  • Angine ou amygdalite aiguë récidivante : c’est une cause courante de la pratique de l’amygdalectomie. On dit qu’une angine est récidivante quand on observe au moins 3 épisodes infectieux par an pendant 3 ans successifs ou 5 épisodes par an sur 2 ans.
  • Amygdalite chronique : une inflammation des amygdales qui persiste plus de 3 mois et qui ne répond pas au traitement médical ;
  • Abcès péri-amygdalien récidivant : c’est une complication sérieuse de l’angine, où l’infection s’étend au-delà des amygdales vers les tissus du cou et de la poitrine. 

Point important : l’abcès péri-amygdalien nécessite une intervention médicale urgente, y compris une opération chirurgicale, pour éviter que l’inflammation des tissus n’obstrue les voies respiratoires.

Autre indication plus rare : suspicion de cancer

Devant une tuméfaction unilatérale d’une amygdale, l’amygdalectomie s’impose sans délai pour réaliser les examens histologiques nécessaires. La tuméfaction unilatérale est suspecte de malignité (d’être cancéreuse) lorsqu’elle n’est pas inflammatoire (rougeur et chaleur), elle évolue rapidement et possède des ganglions satellites.

Quels sont les avantages de l’amygdalectomie ?

L’amygdalectomie est une intervention courante offrant de multiples avantages. Elle est particulièrement bénéfique pour les personnes souffrant d’infections récurrentes de la gorge, car elle peut réduire significativement le nombre et la gravité des angines. 

En outre, l’amygdalectomie peut contribuer à une meilleure qualité de vie en :

  • Améliorant la croissance chez les enfants en facilitant la déglutition ;
  • Améliorant la qualité du sommeil et le comportement, notamment chez les patients avec des troubles du sommeil, tels que l’apnée du sommeil ;
  • Atténuant les troubles de la déglutition ;
  • Limitant la mauvaise haleine causée par les infections des amygdales ;
  • Facilitant le travail des orthodontistes et orthophonistes, en permettant une meilleure occlusion et articulation.
RECOMMANDÉ :  Trachéotomie : guide complet pour sauver des vies

Quelles sont les préparations nécessaires avant une amygdalectomie ?

Avant de subir une amygdalectomie, comme pour toute autre chirurgie, quelques préparations préopératoires sont nécessaires. 

Consultation pré-opératoire

Avant de procéder à une amygdalectomie, vous aurez un rendez-vous avec votre chirurgien. Lors de cette rencontre, il vous expliquera en détail la chirurgie, pourquoi elle est nécessaire, quels bénéfices vous pouvez en attendre et quels en sont les risques potentiels. 

Il évaluera également votre condition médicale actuelle, vos antécédents médicaux et chirurgicaux, ainsi que toute autre affection que vous pourriez avoir. De plus, il discutera avec vous des médicaments que vous prenez actuellement et de vos éventuelles allergies.

Bon à savoir : un état fébrile (température ≥ 38 °C) reporte l’intervention de quelques jours. 

Bilans préopératoires

Avant l’amygdalectomie, des examens préopératoires sont nécessaires. Votre chirurgien peut demander des analyses sanguines pour évaluer le risque hémorragique et confirmer votre aptitude à subir l’opération. Il est vrai que la région de la gorge est riche en vaisseaux sanguins, ce qui peut entraîner un saignement plus facilement.

Jeûne et restriction

Il est essentiel de jeûner, c’est-à-dire de ne pas manger ni boire, plusieurs heures avant la chirurgie, selon les instructions de votre chirurgien. Il est également conseillé d’arrêter de fumer et de consommer de l’alcool avant et après l’opération pour favoriser une meilleure cicatrisation.

Préparation mentale et physique 

Une bonne préparation mentale peut aider à réduire l’anxiété. Informez-vous sur la procédure et discutez ouvertement avec votre chirurgien de toutes vos interrogations. 

Un repos adéquat et une alimentation équilibrée sont recommandés avant l’opération. Suivez les directives médicales, notamment concernant la suspension temporaire de certains médicaments.

Conseil : la consultation préopératoire est l’occasion de poser toutes vos questions et de parler de toutes vos préoccupations concernant l’intervention à votre chirurgien.

Comment se déroule l’amygdalectomie ?

L’amygdalectomie peut être plus ou moins longue en fonction de l’âge. Chez les enfants, l’amygdalectomie est plus rapide, car les amygdales sont souvent moins enflées que chez l’adulte et moins encastrées dans la paroi musculaire.

Anesthésie

L’amygdalectomie se pratique sous anesthésie générale, ce qui signifie que vous serez endormi tout au long de l’intervention. Vous ne ressentirez aucune gêne ni inconfort jusqu’à la fin de l’opération. 

Accès aux amygdales

Durant l’amygdalectomie, vous serez couché sur le dos. Pour maintenir la bouche ouverte, un écarteur est mis en place. Cette ouverture va permettre au chirurgien d’avoir un bon accès sur votre gorge où se trouvent les amygdales. 

Retrait des amygdales

Le chirurgien va commencer par enlever l’une des amygdales (la gauche ou la droite en fonction des habitudes du chirurgien et de la situation locale). Il découpe l’amygdale et, au fur et à mesure, cautérise la paroi. 

La dissection se réalise avec différentes techniques selon l’indication : laser, radiofréquence, dissection-électrocoagulation ou dissection-ligature conventionnelle

Gestion des saignements 

Après avoir retiré l’amygdale, le chirurgien gère les saignements, soit par coagulations bipolaires soit par ligature des vaisseaux qui saignent avant de passer à l’autre amygdale restante. 

Une étude menée par A Sánchez del Hoyo et ses collaborateurs, l’utilisation de la coagulation bipolaire entraîne moins de perte sanguine par rapport à la ligature. Cependant, elle augmente la douleur postopératoire et entraîne un retard de la fonction de déglutition.

Surveillance

Vous serez transféré en salle de réveil pour être surveillé. S’il n’y a pas de complications, vous pourrez rentrer chez vous le jour même ou le lendemain. Une visite de suivi sera fixée par votre chirurgien pour s’assurer de la bonne cicatrisation. 

Suite post-opératoire normale 

La période de convalescence après une adénoïdectomie est généralement de 10 à 15 jours. 

Point important : la cicatrisation complète de la zone opérée se fait généralement entre le huitième et le quinzième jour postopératoire.

Durant cette phase, quelques symptômes sont typiques et font partie du processus de récupération après l’opération.

  • Douleur : la douleur postopératoire au niveau de la gorge, des oreilles et de la bouche sont fréquentes. Elle dure en général entre 5 et 15 jours. L’ingestion d’aliments acides, chauds et piquants peut empirer ces douleurs. 
  • Fièvre : une légère fièvre peut survenir. Le paracétamol est souvent efficace pour la contrôler. Si la température dépasse 38.5 °C ou ne diminue pas, contactez votre chirurgien.
  • Reflux nasal : un écoulement nasal lors de la prise de liquides peut se manifester, mais tend à disparaître rapidement.
  • Modification de la voix : un changement temporaire du timbre de la voix est normal, surtout chez les enfants avec de grandes amygdales.
  • Aspect de la gorge : un enduit blanchâtre sur le fond de la gorge et un gonflement de la luette sont des signes normaux de cicatrisation et devraient se résorber en environ dix jours.
RECOMMANDÉ :  Cystectomie : guide complet sur l’ablation de la vessie

Quels sont les risques et les complications possibles lors d’une amygdalectomie ?

Quelques complications peuvent survenir après l’amygdalectomie. Ce sont :

Hémorragie 

L’hémorragie constitue la complication immédiate la plus fréquente de l’amygdalectomie. Les saignements surviennent le plus souvent dans les 6 premières heures après l’intervention. 

Bon à savoir : les hémorragies peuvent également survenir dans les jours ou les semaines qui suivent l’opération. Il est important de bien surveiller vos symptômes et de suivre toutes les recommandations de votre chirurgien pour les éviter. 

La douleur à la déglutition

Cette complication est assez fréquente après une amygdalectomie. Elle est plus grave chez l’enfant, car la douleur peut entraîner un refus de s’alimenter qui peut se compliquer d’une déshydratation. Cette dernière peut nécessiter une réhospitalisation pour réhydrater l’enfant et gérer la douleur. 

Lésions tissulaires 

Les complications tissulaires de l’amygdalectomie, bien que rares, peuvent inclure divers types de lésions.

  • La luxation des dents est une complication possible, mais peu fréquente. Elle peut survenir lorsque les instruments chirurgicaux exercent une pression ou un choc accidentel sur les dents.
  • Des petites lésions peuvent également apparaître sur les tissus mous de la bouche, comme la langue, la lèvre ou les muqueuses internes.

Infections 

Les complications infectieuses après une amygdalectomie sont rares et nécessitent une antibiothérapie

Il s’agit notamment : 

  • des infections du site chirurgical : suppuration de la loge amygdalienne ;
  • des pharyngites infectieuses (infections du pharynx, la partie de la gorge située derrière le nez et la bouche) ;
  • ou encore des pneumopathies (infections aiguës des poumons).

Quand consulter ? 

Devant tout saignement devenant abondant ou persistant plus de 10 jours, contactez immédiatement votre chirurgien ou consultez un médecin. 

Si le trouble de déglutition persiste ou entraîne une incapacité de manger ou de boire, ou si la fièvre persiste ou dépasse les 38,5 °C, il est recommandé d’en aviser votre chirurgien ou votre médecin.

Si vous recherchez un médecin dans votre région, vous pouvez consulter notre répertoire.

Quelles sont les précautions à prendre après une amygdalectomie ?

Après une amygdalectomie, il est important de suivre certaines recommandations pour favoriser une bonne récupération et éviter les complications :

  • Repos : reposez-vous et évitez les activités vigoureuses pendant quelques jours pour permettre une bonne cicatrisation ;
  • Alimentation : privilégiez une alimentation douce et froide, comme des glaces-non acides et des yaourts, pour soulager la douleur. Évitez les aliments irritants, comme les croûtes de pain ou les chips. Une reprise progressive de l’alimentation normale sera guidée par l’évolution des douleurs ;
  • Hydratation : buvez beaucoup de liquides, surtout de l’eau fraîche, pour éviter la déshydratation ;
  • Médication : suivez le traitement prescrit par votre chirurgien pour atténuer les douleurs et évitez tout médicament qui pourrait augmenter le risque d’hémorragie, comme l’aspirine ou l’ibuprofène ;
  • Tabac : il est également conseillé d’éviter de fumer ou d’être exposé à la fumée, car cela peut retarder la guérison. 

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
  • Les référentiels des Collèges ORL – Collège français d’ORL et de chirurgie cervico-faciale.
  • Wikipédia – Tonsillectomie
  • Dr Delagranda – ORL – Chirurgien cervico-facial : Amygdalectomie
  • Hôpital de Montréal pour enfants – Centre universitaire de santé McGill : Amygdalectomie et/ou adénoïdectomie
  • HÔPITAL FONDATION Adolphe de ROTHSCHILD – LA RÉFÉRENCE TÊTE ET COU : Amygdalectomie – suites post-opératoires
  • Sánchez del Hoyo A, Lacosta Nicolás JL, Má Salóm J, Martínez Torre I, Fernández Martín MJ. Microcirugía amigdalar con disección bipolar [Tonsillar microsurgery by bipolar dissection]. An Otorrinolaringol Ibero Am. 1995;22(4):379-92. Spanish. PMID: 7573857.
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut