Anatomie de l’épaule : tout savoir sur cette articulation (pathologies)

Article rédigé par le 14 janvier 2023

L’épaule est l’une des articulations les plus complexes et souples du corps humain.

Elle est principalement formée de trois os qui sont liés par une variété de muscles et de ligaments qui permettent à la partie supérieure du corps d’effectuer une large gamme de mouvements.

Malheureusement, cette complexité et flexibilité font aussi de l’épaule un site commun pour les blessures et leurs complications.

Les pathologies associées à l’articulation de l’épaule sont nombreuses.

Dans cet article, nous examinerons en détail l’anatomie de l’épaule, ses principales fonctions et comment la compréhension des facteurs en cause peut aider aux diagnostics et traitements pour les problèmes liés à l’articulation.

Anatomie et Physiologie de l’épaule

L’épaule est l’une des articulations les plus complexes et les plus importantes du corps humain. Elle permet une incroyable amplitude de mouvement, allant de l’élévation du bras jusqu’au grattage du dos.

Pour comprendre le fonctionnement de cette articulation, examinons de plus près l’anatomie de l’épaule et son incroyable physiologie, en particulier ses trois principales articulations.

L’articulation acromio-claviculaire (AC)

L’articulation acromio-claviculaire est située entre la clavicule et l’acromion, qui est une saillie osseuse de l’omoplate.

Cette articulation est chargée de permettre le mouvement entre ces deux os avec une grande variété de mouvements tels que l’élévation et la dépression du bras, la flexion et l’extension de celui-ci et la rotation interne et externe.
En outre, cette articulation assure la stabilité lorsque vous soulevez des objets ou que vous utilisez d’autres muscles pour déplacer votre bras. 

L’articulation glénohumérale (GHJ)

L’articulation gléno-humérale est une articulation à rotule qui relie l’humérus à l’omoplate. Elle permet une plus grande amplitude de mouvement que l’articulation acromio-claviculaire.

En plus de pouvoir déplacer votre bras dans différentes directions tout en le maintenant attaché à votre omoplate, vous pouvez également le faire pivoter ou le soulever complètement loin de votre corps. 

Cette articulation est maintenue par plusieurs ligaments qui assurent une stabilité supplémentaire lorsque vous effectuez des activités telles que soulever ou tendre le bras vers l’extérieur.

Le ligament le plus important dans cette zone est connu sous le nom de coiffe des rotateurs, qui se compose de quatre muscles qui entourent cette zone et assurent une stabilité supplémentaire pendant le mouvement.

Ces muscles, appelés respectivement supraspinatus, infraspinatus, teres minor et subscapularis, ont chacun leur propre fonction en termes de stabilisation des mouvements et de prévention des blessures dues à une surutilisation ou à une mauvaise forme lors de l’exercice ou de l’exécution de certaines tâches. 

L’articulation sternoclaviculaire (ISC)

L’articulation sternoclaviculaire relie votre clavicule à la partie manubrium de votre sternum, juste au-dessus de l’endroit où elle rencontre le cartilage des côtes de chaque côté.

Cette articulation particulière permet une plus grande flexibilité que celle que l’on peut obtenir en utilisant uniquement l’articulation acromio-claviculaire.

Car elle permet l’élévation et l’abaissement ainsi que l’adduction et l’abduction des deux bras, de même que la rotation médiane, ce qui vous aide à ajuster votre posture lorsque vous vous tenez debout ou assis.

Elle joue également un rôle important dans la protection de nos organes internes, car sa position permet de les protéger contre toute force pouvant provenir de sources extérieures, comme les impacts lors de sports de contact ou les chutes lors de jeux de plein air. 

Anatomie de l’épaule : Pathologies

Les pathologies de l’épaule sont des problèmes médicaux courants qui peuvent provoquer des douleurs et des gênes importantes. Il existe plusieurs types de pathologies de l’épaule que nous allons tout vous expliquer.

Il est important de comprendre les signes et symptômes de chaque pathologie afin de pouvoir la diagnostiquer et la traiter correctement. Jetons un coup d’œil à certaines des pathologies de l’épaule les plus courantes :

Instabilité

L’instabilité de l’épaule est une condition où il y a un relâchement anormal de la capsule articulaire en raison de l’affaiblissement des ligaments articulaires. Cela peut entraîner des difficultés dans les activités quotidiennes, comme tendre le bras vers le haut ou vers l’extérieur ou porter des objets lourds.

RECOMMANDÉ :  Infiltration pour bursite d’épaule : ce qu’il faut retenir avant

Les signes d’instabilité de l’épaule comprennent la sensation que l’épaule glisse lorsqu’on soulève ou porte quelque chose de lourd ou une sensation de faiblesse dans le bras lorsqu’on essaie d’accomplir des tâches quotidiennes.

Le traitement de l’instabilité passe généralement par une thérapie physique (kinésithérapie) visant à renforcer les muscles autour de l’articulation de l’épaule et à améliorer l’amplitude des mouvements. Dans les cas les plus graves, une réparation chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Raideur

La raideur de l’épaule peut être causée par diverses pathologies telles que l’arthrose, la bursite, la tendinite ou une lésion de la coiffe des rotateurs.

La raideur se manifeste généralement par une douleur à l’épaule qui s’intensifie lorsque vous bougez le bras ou essayez d’atteindre le plafond. D’autres symptômes peuvent inclure une réduction de l’amplitude des mouvements dans la zone affectée et une diminution de la force en raison de l’atrophie musculaire due au manque d’utilisation.

Le traitement comprend généralement des exercices de physiothérapie (kinésithérapie) pour accroître la mobilité et la force, ainsi que des médicaments pour réduire l’inflammation et la douleur si nécessaire.

Capsulite rétractile (épaule gelée)

La capsulite est une inflammation de la capsule articulaire entourant l’articulation de l’épaule, qui se traduit par une sensation d’oppression lors des mouvements et une perte d’amplitude de mouvement dans la zone affectée.

La douleur est souvent ressentie lorsqu’on essaie d’éloigner le bras du corps ou de traverser la ligne médiane vers le côté opposé du corps.

Le traitement de cette affection comprend des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Il comprend également des exercices d’étirement visant à accroître la souplesse des tissus de la capsule articulaire entourant l’articulation de l’épaule, ainsi que des exercices de renforcement des muscles qui l’entourent pour un soutien optimal.

Tendinite / Bursite

La tendinite se produit lorsqu’il y a une inflammation dans un ou plusieurs tendons entourant une articulation, tandis que la bursite se produit lorsqu’il y a une inflammation dans une ou plusieurs bourses séreuses autour d’une articulation en raison d’une blessure de surutilisation ou d’un traumatisme dû à une force directe ou à un impact sur celle-ci.

Les symptômes se présentent généralement sous la forme d’une douleur au repos qui s’aggrave avec le mouvement, accompagnée d’un gonflement, d’une chaleur, d’une sensibilité, d’une diminution de l’amplitude des mouvements, d’une faiblesse, de bruits de craquement, d’une sensation de claquement pendant le mouvement, etc.

Le traitement comprend le repos, l’application de glace, la prise d’AINS, des exercices de physiothérapie (kinésithérapie) visant à renforcer les tendons et les muscles autour des zones touchées et des techniques de thérapie manuelle telles que le massage et la mobilisation des tissus mous, si nécessaire.

Lésion de la coiffe des rotateurs

Les lésions de la coiffe des rotateurs surviennent lorsqu’une structure du complexe de la coiffe des rotateurs est blessée par un traumatisme, une force directe ou une surutilisation, entraînant une tendinopathie ou une déchirure.

Les symptômes les plus courants sont la douleur au repos et surtout lors du déplacement du bras vers l’extérieur du corps et sur la ligne médiane vers le côté opposé, ainsi qu’une diminution de l’amplitude des mouvements et de la force.

Le traitement comprend le repos, l’application de glace, la prise d’AINS et une thérapie physique (kinésithérapie) visant à renforcer les muscles autour de la zone affectée et à améliorer la stabilité.

Une intervention chirurgicale peut être nécessaire dans les cas les plus graves, selon la gravité et la localisation.

Le conflit sous-acromial

Le conflit sous-acromial se produit lorsque les muscles de la coiffe des rotateurs se retrouvent coincés entre deux os, la tête humérale et l’acromion. Ce pincement provoque une inflammation qui peut entraîner une douleur à l’avant de l’épaule ou le long du bras.

Il peut également entraîner une réduction de l’amplitude des mouvements ainsi qu’une diminution de la force de votre bras.

RECOMMANDÉ :  Capsulite rétractile de l’épaule et infiltration : indication et types

Le traitement du conflit sous-acromial implique généralement une thérapie physique (kinésithérapie) et du repos, mais une intervention chirurgicale peut être nécessaire si les autres traitements échouent.

Pathologie acromio claviculaire

La pathologie acromio-claviculaire est causée par des dommages aux ligaments qui relient la clavicule (clavicule) à l’acromion (partie de l’omoplate).

Les lésions de ces ligaments peuvent entraîner une douleur, un gonflement et une sensibilité autour de la clavicule. Le traitement de la pathologie acromio-claviculaire comprend le repos, la physiothérapie, les injections, les attelles ou les écharpes de soutien, ainsi que la chirurgie si nécessaire.

Déchirure du labrum

Une déchirure du labrum est une blessure qui se produit lorsqu’une partie du rebord qui entoure la cavité de l’épaule se déchire d’elle-même en raison d’une blessure ou de l’usure au fil du temps due à des activités répétitives comme le lancer de sports comme le baseball ou le tennis, le golf, etc.

Les symptômes comprennent des bruits de cliquetis ou de grincement lorsqu’on bouge le bras ou l’épaule, des douleurs nocturnes, une perte d’amplitude de mouvement, des sensations de blocage, l’immobilité lorsqu’on essaie de faire certains mouvements, une faiblesse ou un engourdissement dans la région du bras ou de l’épaule, etc.

Selon la gravité, le traitement peut impliquer une thérapie physique, des exercices, un programme de renforcement, du repos, de la glace, des AINS, des injections de stéroïdes, une arthroscopie, etc. En fin de compte, une intervention chirurgicale peut être nécessaire en fonction de la gravité de la ou des déchirures.         

Tension musculaire

La tension musculaire est une contraction des muscles de l’épaule due à un manque de mobilité souvent causé par le stress, l’anxiété, le manque d’exercice, une mauvaise posture, un régime alimentaire ou un mode de vie particulier.

Les symptômes comprennent des zones localisées où l’on se sent tendu, endolori et raide, accompagné de douleurs, de fatigue et de maux de tête.

Le traitement consiste généralement à faire des étirements, du yoga, des rouleaux de mousse, des massages, de l’acupuncture, des soins chiropratiques, des exercices correctifs, une meilleure alimentation, un meilleur mode de vie, une réduction du niveau de stress, etc…

Dans certains cas, des médicaments et une thérapie physique (kinésithérapie) peuvent être nécessaires en fonction des causes sous-jacentes et des niveaux de sévérité impliqués.

L’arthrose de l’épaule

L’arthrose se manifeste par des douleurs qui peuvent évoluer sur une longue période. Elle est principalement due à une usure progressive des surfaces articulaires et/ou des ligaments, ce qui entraîne une altération du mouvement naturel et normal de l’articulation touchée.

La plupart du temps, le traitement consiste à prescrire des analgésiques pour soulager les symptômes ; toutefois, si les symptômes persistent ou s’aggravent avec le temps, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour rétablir complètement la mobilité perdue.

La calcification de l’épaule

La calcification est un phénomène qui se produit lorsque des sels minéraux se déposent anormalement dans les tissus mous autour de l’articulation de l’épaule.

Les patients souffrant de ce problème présentent généralement une douleur inflammatoire à la palpation et une limitation passive des mouvements normaux, ce qui peut affecter considérablement leur qualité de vie.

Dans les cas légers, une application topique d’anti-inflammatoires peut aider à soulager les symptômes ; cependant, dans les cas plus graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour rétablir complètement le fonctionnement normal de l’articulation affectée.

Références

https://www.institut-kinesitherapie.paris/pathologies/douleurs-epaule/pathologies-epaule/#:~:text=Épaule%20raide&text=Mais%20il%20s%27agit%20aussi,ou%20encore%20une%20capsulite%20rétractile.

https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=epaule

https://www.chuv.ch/fr/chuv-home/patients-et-familles/specialites-medicales/atlas-medical-thematique/membres-et-articulations/anatomie-de-larticulation-de-lepaule#:~:text=Les%20trois%20os%20qui%20composent,la%20clavicule%20et%20l%27acromion.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 1 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut