Anesthésie générale : tout savoir (guide complet)

Article rédigé par le 24 mars 2024

L’anesthésie générale est le type d’anesthésie le plus couramment utilisé lors d’une intervention chirurgicale. Elle induit un état de coma artificiel temporaire et contrôlable grâce à l’administration de divers médicaments. 

Par rapport à une anesthésie locale ou locorégionale, l’anesthésie générale favorise l’immobilité des patients rendant l’intervention plus aisée pour le chirurgien. De plus, elle offre un contrôle optimal des voies respiratoires, ce qui est essentiel pour intervenir rapidement en cas de complication imprévue.

Vous trouverez plus d’informations en lisant cet article rédigé par un médecin : la définition de l’anesthésie générale, les préparations nécessaires avant, ce qui se passe au bloc pendant et la suite après, ainsi que les risques liés à l’anesthésie générale.

Les 5 points importants à retenir

  1. L’anesthésie générale induit un coma artificiel pour rendre le patient insensible à la douleur pendant la chirurgie.
  2. Avant l’opération, une consultation pré-anesthésique est nécessaire pour évaluer votre état de santé et discuter des risques.
  3. Au bloc opératoire, une perfusion est posée, les signes vitaux sont surveillés à l’aide d’un moniteur et une intubation est effectuée pour aider la respiration.
  4. Des effets secondaires comme les nausées, les vomissements, les maux de gorge et des risques rares comme les allergies graves, les asphyxies et les arrêts cardiaques peuvent survenir après l’anesthésie générale.
  5. Après l’intervention, le patient se réveille progressivement et est surveillé étroitement, avec des instructions sur la reprise de l’alimentation, le premier lever et la gestion de la douleur.

L’anesthésie générale : qu’est-ce que c’est ?

L’anesthésie générale, le plus souvent appelée AG, est un acte médical qui permet de rendre un patient inconscient et insensible à la douleur pendant une intervention chirurgicale.

C’est le type d’anesthésie le plus complet. Le patient est plongé dans un état semblable au sommeil, appelé coma artificiel, grâce à l’administration de médicaments (drogues anesthésiques). Ces médicaments peuvent être administrés par inhalation (respiration de gaz anesthésiant) ou par voie intraveineuse (injection dans une veine à l’aide d’une perfusion). 

L’anesthésiste est le médecin spécialisé qui évalue le patient avant l’opération, choisit le type d’anesthésie le plus approprié, et surveille constamment les signes vitaux du patient pendant la chirurgie pour assurer sa sécurité.

L’anesthésiste contrôle soigneusement ce coma pour qu’il puisse être interrompu à tout moment. Pendant cet état, le patient ne ressent aucune douleur et n’a, généralement, aucun souvenir de l’intervention. Cela permet également au chirurgien de travailler dans des conditions optimales, car le patient reste parfaitement immobile et les voies respiratoires sont sécurisées.

Comment s’y préparer ?

Avant une intervention chirurgicale, et surtout si elle doit être pratiquée sous anesthésie générale, quelques préparations sont nécessaires. Ceci permet de réduire les risques durant la procédure.

Consultation pré-anesthésique

Avant une anesthésie générale, la consultation pré-anesthésique est une étape obligatoire. Elle est réalisée quelques semaines avant la date prévue de l’intervention.

Durant cette consultation, l’anesthésiste examinera en détail votre historique médical et chirurgical. 

Il vous posera également des questions sur vos éventuelles allergies, vos habitudes de vie (tabac, alcool, etc.). Grâce à ces informations, l’anesthésiste pourra évaluer les risques éventuels liés à l’anesthésie générale.

En fonction de l’intervention à venir et de votre condition physique, l’anesthésiste vous prescrira les bilans qu’il estimera nécessaires. Il peut s’agir d’analyses sanguines et d’examen d’imagerie, ou de rendez-vous avec d’autres spécialistes médicaux pour s’assurer que vous êtes en bonne condition pour l’anesthésie et l’opération. 

Bon à savoir : cette démarche vise à personnaliser le plan d’anesthésie pour garantir votre sécurité et optimiser votre rétablissement post-opératoire.

Après toutes ses évaluations, l’anesthésiste vous parlera de l’anesthésie générale, de son déroulement et des risques éventuels liés à votre état de santé ou à l’anesthésie elle-même.

Visite pré-anesthésique

La visite pré-anesthésique est réalisée la veille ou dans les heures qui précèdent l’anesthésie générale. Cette visite est effectuée afin de s’assurer qu’il n’y a pas de nouveaux éléments qui pourraient affecter l’anesthésie. 

L’anesthésiste réévalue également votre état clinique et recherche des éléments pouvant contre-indiquer l’anesthésie comme une infection en cours, par exemple.

Si vous avez des questions, vous pouvez les poser à l’anesthésiste à ce moment-là pour lever tous les doutes diminuant ainsi votre état de stress avant l’intervention. 

RECOMMANDÉ :  Varices : options chirurgicales pour les guérir (varicectomie)

Le jour de l’intervention

Avant une intervention chirurgicale et surtout avant une anesthésie générale, une bonne préparation est essentielle. Ceci permet de minimiser les risques et d’assurer le bon déroulement de l’anesthésie et de l’opération. 

Voici les éléments de cette préparation :

  • Informez l’équipe médicale de tous les médicaments que vous prenez, car certains peuvent nécessiter un ajustement avant l’anesthésie ;
  • Respecter les règles de jeûne : ne pas manger ni boire au moins six heures avant l’opération pour éviter les risques de passage d’aliments vers les poumons durant l’anesthésie ;
  • Une douche avec un savon ou parfois à la Bétadine peut être requise la veille et/ou le matin de l’opération pour réduire le risque d’infections ;
  • Retirer tous les vêtements, bijoux, piercings, prothèses dentaires, et autres objets personnels ;
  • Porter la tenue de bloc donnée par l’établissement où vous êtes hospitalisé. Ces vêtements garantissent un niveau d’hygiène maximal ;
  • Consentement éclairé : un document expliquant la procédure et les risques associés vous sera présenté pour signature, attestant que vous comprenez et acceptez les interventions prévues.

A quoi s’attendre au bloc opératoire le jour de l’intervention ?

Une fois que vous serez au bloc opératoire, vous serez accueilli par l’équipe du bloc et l’équipe d’anesthésie. 

Perfusion

Une perfusion veineuse vous sera posée. Cette perfusion permettra de vous administrer les médicaments pour l’anesthésie générale, ainsi que d’autres médicaments comme les anti-douleurs, les antibiotiques, ou autres.

Point important : l’anesthésie générale est maintenue par des gaz anesthésiques ou par une injection à intervalles réguliers de produits anesthésiants. Ils peuvent être arrêtés à tout moment afin de vous réveiller.

Monitoring

Tout au long de l’anesthésie générale, votre sécurité sera garantie par une surveillance complète. Des électrodes pour le cœur, un brassard pour la tension artérielle et un saturomètre seront raccordés à un moniteur (appareil de surveillance). Cet appareil fonctionnera sans interruption jusqu’à la fin de l’anesthésie générale.

Intubation

Pendant une anesthésie générale, vos muscles se détendent au point que vous ne pouvez plus respirer de manière autonome. Il est donc nécessaire d’insérer un tube d’intubation dans votre bouche pour assister votre respiration. Ce tube sera connecté à un ventilateur, dont les paramètres seront ajustés par l’anesthésiste et constamment surveillés par un(e) infirmier(ère) spécialisé(e) en anesthésie.

Hypothermie 

L’hypothermie peut entraîner des dommages permanents au cerveau et d’autres conséquences plus ou moins graves. Pour contrer l’hypothermie liée à l’anesthésie générale, des couvertures chauffantes équipées de souffleurs d’air chaud sont utilisées. 

Point important : en fonction de la gravité de l’opération et de la profondeur de l’anesthésie générale, cette surveillance peut être intensifiée et reste toujours ajustée aux besoins spécifiques de la situation.

Quels sont les risques de l’anesthésie générale ?

Les risques liés à l’anesthésie générale diffèrent grandement selon la nature de l’intervention et les caractéristiques individuelles. Chaque personne a son propre niveau de risque, étant donné que chaque individu est différent. 

Les risques et effets secondaires de l’anesthésie générale peuvent être :

  • Délires : c’est un trouble de conscience accompagné de pensées désorganisées. Il se produit sur une courte période et est rapidement réversible après l’anesthésie générale ;
  • Nausées et vomissements au réveil : ce sont les effets secondaires les plus couramment rencontrés après une anesthésie générale. Ils deviennent de moins en moins fréquents avec les nouvelles techniques et les médicaments actuels ;
  • Frissons : ils durent généralement peu de temps après l’arrêt de l’anesthésie générale et disparaissent le plus souvent dès votre réveil ;
  • Maux de gorge ou enrouements passagers : ils sont provoqués par l’intubation (introduction de tube dans la trachée) ou au masque laryngé (introduit dans la gorge) ;
  • Traumatismes dentaires : de tels traumatismes sont également possibles. C’est pourquoi il est nécessaire de signaler tout appareil dentaire ou toute fragilité dentaire à votre anesthésiste ;
  • Veinite (rougeur douloureux au niveau de la veine) : c’est une inflammation qui apparaît au niveau de la veine où les médicaments ont été injectés. Elle disparaît généralement en quelques jours ;
  • Engourdissement ou rarement paralysie d’un membre : la position prolongée sur la table d’opération peut entraîner des compressions de certains nerfs. Dans la majorité des cas, les choses reviennent à la normale après quelques jours ou quelques semaines ;
  • Troubles passagers de la mémoire ou une baisse de la concentration : ils peuvent apparaître dans les heures qui suivent l’intervention et peuvent persister des semaines, voire des mois.

Selon une étude menée par Laure Pain et Fatem-Zohra Laalou, publiée dans La Presse Médicale, environ 40 % des patients peuvent encore éprouver des troubles de la mémoire dès la fin de la première semaine suivant l’intervention, quels que soient leur âge. À 3 mois, 10 à 15 % des patients âgés de plus de 60 ans peuvent encore présenter des troubles de la mémoire, tandis que ce chiffre est de seulement 6 % chez les patients plus jeunes.

RECOMMANDÉ :  Chirurgie des glandes salivaires : tout savoir

Avis du professionnel : des complications, extrêmement rares, comportant un risque vital peuvent survenir de manière imprévisible. Il peut s’agir d’une allergie grave, d’un arrêt cardiaque ou d’une asphyxie. 

Qu’est-ce qui se passe après l’intervention ?

Réveil 

Lorsque l’intervention est terminée, les médicaments anesthésiants ou les gaz anesthésiques seront arrêtés progressivement. Ceci va vous permettre de vous réveiller plus ou moins rapidement et de reprendre le contrôle de votre respiration

Ce temps de réveil dépend de la durée de l’intervention et de la quantité de produits anesthésiants utilisés.

Une fois que vous serez réveillé, le dispositif dans votre gorge sera retiré et vous serez transféré en salle de réveil pour une surveillance rapprochée avant de regagner votre chambre.

Bon à savoir : en général, il vous faudra entre 1 heure à 2 heures pour vous réveiller complètement après une anesthésie générale.

Reprise des boissons et de l’alimentation 

Aucune recommandation nationale n’a été posée concernant la durée du jeûne postopératoire après une anesthésie générale. Après votre arrivée en chambre, vous pouvez boire des gorgées d’eau, si cela se passe bien, vous pourrez manger normalement.

Généralement, vous serez capable de manger des nourritures normales dans la journée qui suit l’anesthésie générale. Cependant, pour les chirurgies du tube digestif, le jeûne peut être plus long.

Premier lever 

Le premier lever après une anesthésie générale se fera le jour même ou, au plus tard, le lendemain de l’intervention. La première fois que vous vous lèverez sera délicate. Les douleurs, les mouvements trop brusques et le risque d’hypotension doivent être prévenus. De ce fait, un (e) infirmier (ère) vous assistera pour le faire.

Antalgiques

Au lever des effets de l’anesthésie générale, vous commencerez à ressentir les douleurs qui ont été inhibées par le produit anesthésiant. Pour gérer cette douleur, votre médecin vous prescrira quelques anti-douleurs efficaces et puissants. 

Il est important de toujours suivre les prescriptions de votre médecin, sans chercher à augmenter ni à diminuer la dose. Si vous ressentez toujours de la douleur malgré ces médicaments, informez votre médecin pour qu’il puisse adapter la dose.

Avis du médecin

Afin de favoriser une récupération optimale et éviter toute complication, dans les 24 heures qui suivent une anesthésie générale, il est recommandé de :

  • vous reposer le plus possible, que ce soit par des siestes ou des activités de détente.
  • rester dans votre chambre (ou si vous sortez le jour même, restez à la maison) ;
  • éviter toute activité physique intense ;
  • si vous sortez le jour même, assurez-vous qu’une personne de confiance vienne vous chercher. Évitez de conduire ;
  • ne pas signer de documents importants ou juridiques, car votre capacité de jugement pourrait être altérée ;
  • éviter la consommation d’alcool et de tout médicament sédatif qui ne vous aurait pas été prescrit ;
  • si vous avez des enfants en bas âge, il serait prudent de trouver de l’aide pour les garder.

Face à des signes de complications qui ne disparaissent pas dans les semaines qui suivent l’intervention ou devant tout symptôme qui vous inquiète, n’hésitez pas à contacter un médecin.

Si vous cherchez un médecin ou un professionnel de santé dans votre région, vous pouvez consulter notre répertoire.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut