Anesthésie par infiltration intradermique : comprendre cette méthode

Article rédigé par le 8 juin 2023

Pour atténuer les douleurs pendant les interventions chirurgicales, l’utilisation de l’anesthésie est une technique médicale courante.

L’anesthésie par infiltration intradermique est une technique d’anesthésie locale utilisée dans diverses interventions mineures en dermatologie. Ces derniers regroupent un ensemble de procédures chirurgicales qui touchent la peau ou ses structures superficielles.

 Dans cet article, nous allons voir en détail ce qu’est une anesthésie par infiltration intradermique, la procédure à suivre pour l’effectuer, ses bénéfices et risques ainsi que son coût.

Définition de l’anesthésie par infiltration intradermique

L’anesthésie par infiltration intradermique est une technique médicale qui consiste à injecter un anesthésique local, directement dans la couche superficielle de la peau appelée derme.

Rappelons que la peau est constituée de sa partie extérieure vers l’intérieure, par trois couches appelées épiderme, derme et hypoderme (tissu sous-cutané).

Les anesthésiques locaux sont des substances utilisées pour supprimer temporairement la sensation de douleur dans une zone spécifique du corps. Ils sont injectés directement dans le derme, bloquant réversiblement  la conduction nerveuse sensitive (Anesthésie locale par infiltration).

Parmi les anesthésiques locaux couramment utilisés, on trouve :

  • La lidocaïne
  • La bupivacaïne
  • L’étidocaïne

Procédure de l’anesthésie par infiltration intradermique

Pour réaliser une anesthésie par infiltration intradermique, il faut suivre ces étapes clés :

1.   Préparation du matériel : les matériels nécessaires pour une anesthésie par infiltration intradermique sont une seringue, une aiguille stérile à usage unique, les anesthésiques locaux et des cotons alcoolisés pour désinfecter le site d’injection.

2.   Sélection du site d’injection : le site d’injection est désinfecté avec le coton alcoolisé afin d’éliminer les bactéries.

3.   Choix du bon anesthésique : les agents anesthésiques locaux peuvent être à base d’ester ou d’amide.

4.   Préparation de l’anesthésique local : Souvent, l’anesthésique local est mélangé avec du bicarbonate de sodium pour minimiser les douleurs lors de l’injection. Si le PH se situe entre 3 et 5, le bicarbonate de sodium , qui est un agent basique, permet de tamponner la solution d’anesthésique. Le réchauffement de l’anesthésique par les mains peut également aider à réduire l’inconfort durant l’infiltration.

5.   Technique d’injection : les injections intradermiques sont réalisées en insérant l’aiguille à un angle de 10 à 15 degrés dans la peau ( presque parallèlement à la peau). Une fois que l’aiguille est dans le derme, l’anesthésique est déposé lentement.

L’administration correcte de l’anesthésie locale permettra d’assurer une expérience sans douleur et de minimiser les complications lors des interventions mineures en dermatologie.

Il faut attendre plusieurs minutes avant que l’anesthésique prenne effet. Il est aussi suggéré de masser doucement la peau sus-jacente avec le bout du doigt pour faciliter la dissémination de l’anesthésique dans les tissus.

Indications et contre-indications

Voici quelques indications et contre-indications importantes à considérer avant de réaliser une anesthésie par infiltration intradermique :

Indications

  • Chirurgie dermatologique : L’anesthésie par infiltration intradermique est couramment utilisée pour des procédures telles que l’excision de lésions cutanées et de kystes (un kyste est une cavité pathologique située dans un organe ou tissu, isolée des tissus voisins par une paroi).

Pour ce faire, deux méthodes peuvent être utilisées:

  •  Anesthésie par bloc nerveux : Un bloc nerveux permet d’envoyer des anesthésiques locaux au moyen d’une petite aiguille à un endroit près des nerfs. Cette méthode cible spécifiquement les nerfs responsables de la sensation dans la zone du site d’injection.
  •    Bloc de terrain : cette technique consiste à injecter l’anesthésique en cercle autour de la zone à traiter, en créant un bloc autour du site d’injection.
RECOMMANDÉ :  Infiltration pour névralgie d’Arnold : Tout savoir

Contre-indications

  • Allergies aux anesthésiques locaux : Les personnes ayant des antécédents d’allergie à des anesthésiques spécifiques, tels que la lidocaïne, la procaïne ou la chloroprocaine, doivent éviter l’ anésthésie par infiltration intradermique
  • Infection cutanée, cicatrices ou hématomes : L’ anésthésie par infiltration intradermique est contre-indiquée en cas d’infection cutanée au niveau du site d’injection. Votre médecin va réaliser un contrôle minutieux de la zone à injecter avant de procéder à l’acte.
  • Grossesse : Bien que l’utilisation d’anesthésiques locaux soit généralement considérée comme sans danger pendant la grossesse, il est recommandé de suivre l’avis d’ un professionnel de la santé avant d’utiliser cette technique .
  • Population : Il est important de noter que l’anesthésie par infiltration intradermique n’est pas appropriée à toutes les situations ou à tout le monde, il existe toujours des exceptions. Votre médecin évaluera vos antécédents médicaux, vos éventuelles allergies et la zone à infiltrer avant de décider si cette méthode est adaptée à votre cas.

Précautions

  • Épinéphrine : L’ajout d’épinéphrine aux solutions anesthésiques peut prolonger la durée de l’anesthésie et réduire la toxicité systémique. Cependant, il est contre-indiqué dans certaines situations, comme l’ischémie (insuffisance de circulation sanguine dans une partie du corps). 
  • pH : L’ajustement du pH de la solution anesthésique par l’ajout de bicarbonate de sodium aide à résuire la douleur durant l’infiltration de l’anesthésie, mais cette approche doit être utilisée avec précaution et en suivant les indications d’un professionnel de la santé.

Risques et bénéfices de l’anesthésie par infiltration intradermique

Les bénéfices

  • Procédure généralement rapide et simple
  • Absorption rapide et efficace
  • Diminution de l’inconfort et des risques de blessures vasculonerveuses
  • Utilisation d’une faible quantité d’anesthésique
  • Moins de risques que l’anesthésie générale
  • Les effets de l’anesthésie locale durent généralement de quelques minutes à plusieurs heures, en fonction de l’anesthésique utilisé et de la concentration injectée.

Effets secondaires

Plusieurs effets secondaires peuvent survenir, notamment :

  • Troubles de l’hémostase

L’hémostase est la capacité du corps à stopper le saignement. L’infiltration d’anesthésie peut entraîner des problèmes d’hémostase, provoquant des saignements excessifs.

  • Vasoconstriction

La vasoconstriction est le rétrécissement des vaisseaux sanguins, qui peut réduire l’alimentation sanguine et augmenter le risque d’ischémie  et de nécrose (mort anormale et non programmée d’une cellule). Pour réduire ce risque, les anesthésiques locaux, comme la lidocaïne, sont parfois combinés avec des vasodilatateurs (une substance qui permet de dilater les vaisseaux sanguins)

  • Œdème

L’œdème, ou gonflement peut résulter de l’infiltration d’anesthésie et de l’extravasation. En effet, une réaction inflammatoire peut faire site à l’infiltration, créant ainsi une douleur et la formation d’un oedème. Un œdème modéré est généralement résorbable, mais une surveillance étroite est nécessaire pour éviter que le gonflement ne provoque une compression des structures avoisinantes.

Il est essentiel de surveiller ces effets secondaires pour éviter les complications.

Pour minimiser le risque de complications lié à l’anesthésie par infiltration intradermique, les médecins doivent tenir compte des facteurs de risque du patient. Les patients souffrant de troubles de la coagulation ou de problèmes de cicatrisation peuvent présenter un risque accru d’effets indésirables.

RECOMMANDÉ :  Infiltration du point gâchette: comprendre et traiter efficacement

L’utilisation d’une canule plutôt que d’une aiguille réduit également le risque de blessure vasculaire ou nerveuse. La canule permet une administration plus précise et contrôlée des médicaments.

Après l’anesthésie par infiltration intradermique

Après avoir réalisé l’anesthésie par infiltration intradermique, il est essentiel de suivre certaines étapes pour assurer votre confort et l’efficacité de la procédure :

Contrôle de la douleur

  • Il est possible que vous ressentiez une certaine douleur après l’anesthésie par infiltration intradermique. N’hésitez pas à informer votre médecin de toute gêne persistante.
  • Des médicaments antidouleurs peuvent vous être prescrits pour soulager la douleur. Suivez les instructions du médecin concernant la posologie et la durée du traitement.

Prix de l’anesthésie par infiltration intradermique

Voici quelques éléments à prendre en compte lors de l’évaluation du coût d’une anesthésie par infiltration intradermique :

  • Type d’anesthésique : Le prix diffèrent en fonction du type d’anesthésie utilisée.
  • Quantité d’anesthésique local administrée : Il est nécessaire d’utiliser la quantité appropriée pour assurer une anesthésie efficace, ce qui peut affecter le coût global de la procédure.
  • Contexte médical : Le prix peut varier en fonction du cadre médical, comme une clinique privée ou un hôpital public.

Il est important de consulter un professionnel de la santé pour discuter des options et obtenir une estimation précise du coût d’une anesthésie par infiltration intradermique. Celui-ci pourra vous guider dans le choix de l’anesthésique le plus adapté et vous informer sur les frais associés.

Qui consulter pour une anesthésie par infiltration intradermique ?

L’anesthésie par infiltration intradermique est une technique médicale qui peut être réalisée par plusieurs professionnels de la santé. Voici quelques informations à propos de ces praticiens et leurs rôles :

Médecins généralistes

  • Ils sont généralement les premiers points de contact pour les patients.
  • Ils peuvent réaliser des anesthésies par infiltration intradermique simples pour l’analgésie ou la gestion de douleurs.
  • Si nécessaire, ils peuvent orienter les patients vers des spécialistes.

Chirurgiens

  • Ce sont des médecins spécialisés dans la réalisation d’actes chirurgicaux. Ils font parti des professionnels de santé qui peuvent réaliser une anésthésie par infiltration intradermique.

Anesthésistes

  • Ces médecins sont spécialisés dans l’analgésie et la gestion de la douleur.
  • Ils peuvent utiliser l’anesthésie par infiltration intradermique comme méthode pour soulager les douleurs.
  • Leur expertise est précieuse lors d’infiltrations complexes ou pour les cas de douleurs chroniques.

Pharmaciens

  • Les pharmaciens jouent un rôle essentiel dans la délivrance des médicaments.
  • Ils peuvent conseiller les patients sur les médicaments utilisés lors d’une anesthésie par infiltration intradermique.
  • Ils sont également là pour répondre à vos questions et vous guider dans l’utilisation de votre traitement.

Conclusion

En somme, l’anesthésie par infiltration intradermique est une procédure médicale qui ne doit pas vous stresser. Il est crucial de garder une communication ouverte avec votre médecin tout au long du processus afin de garantir un suivi adapté à vos besoins spécifiques.

 Plusieurs professionnels de santé peuvent intervenir dans la réalisation de l’anesthésie par infiltration intradermique et le coût de la procédure dépend en grande partie du type de substance anesthésique à administrer.

Références

https://www.nshealth.ca/sites/nshealth.ca/files/patientinformation/ff2103.pdf

https://sofia.medicalistes.fr/spip/IMG/pdf/Anesthesie_locale_loco-regionale_et_generale.pdf

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/examens-medicaux-operations/Fiche.aspx?doc=examen-anesthesie-locale

https://lemedecinduquebec.org/Media/86280/045-053Laplante0205.pdf

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut