Antirobe pour chat: Avis du vétérinaire

Article rédigé par le 25 juin 2024

L’antirobe, ayant comme principe actif la clindamycine, est un antibiotique largement utilisé pour combattre diverses infections chez le chat. Mais son utilisation doit être bien contrôlée

Cet article rédigé par une vétérinaire se propose de dévoiler les facettes de l’antirobe, en explorant son mécanisme d’action, son spectre d’efficacité, ainsi que les considérations importantes liées à son administration chez les chats. 

Les 7 points essentiels à retenir

  • 1. L’antirobe est un antibiotique de la famille des lincosamides utilisé pour traiter diverses infections bactériennes chez les chats.
  • 2. Il est efficace contre les plaies infectées, les abcès, les infections buccales et dentaires, et certaines infections osseuses.
  • 3. La dose standard est de 11 mg/kg de poids corporel, une ou deux fois par jour selon l’infection, avec une durée de traitement variable.
  • 4. Les effets secondaires sont principalement des troubles gastro-intestinaux comme les vomissements et la diarrhée ; des réactions allergiques sont possibles mais rares.
  • 5. L’antirobe ne doit pas être associé à l’érythromycine ou aux autres macrolides ; et attention aux interactions avec les curarisants !
  • 6. L’utilisation responsable de l’antirobe est essentielle pour prévenir le développement de la résistance bactérienne.
  • 7. Suivez scrupuleusement la prescription du vétérinaire et surveillez le chat pour détecter tout signe d’effet secondaire ou de résistance.

Qu’est-ce que l’antirobe ?

L’antirobe, dont le principe actif est la clindamycine, est un antibiotique de la famille des lincosamides. Il est utilisé pour traiter diverses infections bactériennes chez les animaux, notamment les chats et les chiens. 

La clindamycine est disponible sous différentes formes pharmaceutiques, y compris des gélules, des solutions injectables et des gouttes orales, adaptées à diverses indications thérapeutiques.

Historique et développement de cet antibiotique

La clindamycine a été développée comme un dérivé semi-synthétique de la lincomycine, un antibiotique naturel. 

Elle a été introduite pour un usage clinique dans les années 1960 et est devenue un traitement de choix pour certaines infections dues à sa capacité à combattre un large éventail de bactéries, notamment celles résistantes à d’autres antibiotiques.

Mécanisme d’action de la clindamycine

La clindamycine agit principalement de manière bactériostatique, c’est-à-dire qu’elle inhibe la croissance et la reproduction des bactéries sans les tuer directement.

À des concentrations plus élevées, elle peut également avoir un effet bactéricide, tuant directement les bactéries.

Quand utiliser l’antirobe ?

Nous allons alors parler des indications thérapeutiques de l’antirobe pour les chats.

Infections traitées par l’antirobe chez les chats

L’antirobe, ou clindamycine, est indiqué pour le traitement de diverses infections chez les chats.

Il est efficace contre les plaies infectées, les abcès, ainsi que les infections buccales et dentaires dues à des germes sensibles à la clindamycine

Il est également utilisé comme moyen de protection antimicrobienne lors des opérations de chirurgie dentaire et lors de certaines infections osseuses comme l’ostéomyélite

Une étude faite par Park J et al a rapporté qu’un chat siamois mâle castré de 6 ans a été référé pour une investigation concernant une ataxie des membres postérieurs et une cécité d’une durée de 2 semaines.

Il a été suspecté une pyomyosite primaire et de la clindamycine a été prescrite suite à la pose d’un drain de Penrose. Les signes cliniques se sont complètement résolus, et aucune récidive n’a été signalée pendant une période de suivi de 6 mois.

Avantages de l’antirobe par rapport à d’autres antibiotiques

L’un des principaux avantages de l’antirobe est son large spectre d’action, ce qui le rend efficace contre une variété de bactéries pathogènes chez les chats.

De plus, il a la capacité de pénétrer dans les tissus osseux, ce qui est crucial pour le traitement des infections osseuses comme l’ostéomyélite. 

La clindamycine est également une option lorsque les bactéries présentent une résistance à d’autres antibiotiques, offrant ainsi une alternative thérapeutique précieuse.

RECOMMANDÉ :  Signaux d'apaisement du chien : Tout savoir

En outre, elle est disponible sous plusieurs formes, ce qui facilite son administration selon les besoins spécifiques de chaque cas.

Comment administrer l’antirobe ?

Nous vous présentons la dose standard, mais il est indispensable de ne l’utiliser qu’après prescription d’un vétérinaire.

Protocoles de dosage standard

Pour les chats, l’antirobe (clindamycine) est généralement prescrit à une dose de 11 mg par kg de poids corporel, administrée par voie orale une fois par jour pour les plaies infectées et les abcès, et deux fois par jour pour les infections buccales et dentaires.

La durée du traitement varie généralement de 7 à 10 jours, mais peut être étendue jusqu’à 28 jours selon les besoins cliniques. 

Bon à savoir : Pour les infections osseuses telles que l’ostéomyélite, l’antirobe est administré à raison de 11 mg/kg toutes les 12 heures pendant une durée minimale de 28 jours.

Conseils pour l’administration sécurisée

L’administration de l’antirobe doit être effectuée avec précaution, en respectant la posologie prescrite par le vétérinaire.

Il est important de bien se laver les mains après avoir administré le médicament et de s’assurer que le chat a ingéré la totalité de la dose

Pour les chats difficiles, l’utilisation d’une technique d’enveloppement, souvent appelée « burrito pour chat », peut aider à sécuriser l’animal et faciliter l’administration du médicament.

Gestion du traitement sur le long terme

Lorsque l’antirobe est prescrit pour une utilisation à long terme, il est crucial de surveiller le chat pour détecter tout signe d’effets secondaires ou de résistance aux antibiotiques.

Des tests périodiques peuvent être nécessaires pour évaluer la fonction hépatique et rénale, ainsi que pour effectuer des hémogrammes. 

Si aucun effet thérapeutique n’est observé dans les 14 premiers jours, le traitement doit être réévalué.

Quelles sont les précautions à prendre lors de l’utilisation de l’antirobe ?

L’antirobe (clindamycine) est généralement bien toléré par les chats, mais comme tout médicament, il peut provoquer des effets secondaires.

Effets secondaires courants et rares

Les effets secondaires les plus courants incluent des troubles gastro-intestinaux tels que vomissements et diarrhées.

Bien que rares, des réactions allergiques peuvent survenir chez les chats hypersensibles à la clindamycine ou à la lincomycine.

Bon à savoir : Il est également possible que la clindamycine favorise la prolifération de germes non sensibles, comme les clostridies résistantes et les levures.

Interactions avec d’autres médicaments

La clindamycine ne doit pas être associée à l’érythromycine ou aux autres antibiotiques macrolides en raison d’une possible résistance croisée. 

Des effets curarisants ont été observés avec la clindamycine, ce qui peut potentiellement amplifier l’activité d’autres curarisants. L’utilisation simultanée de ces produits doit être faite avec précaution.

Mesures à prendre en cas d’effets indésirables

En cas d’apparition d’effets indésirables, il est recommandé de contacter immédiatement un vétérinaire.

Si une surinfection se produit, des mesures appropriées doivent être prises en fonction de la situation clinique.

Pour les effets secondaires gastro-intestinaux, le vétérinaire peut conseiller de modifier l’alimentation du chat pendant le traitement.

En cas de réactions allergiques ou de signes de toxicité, l’arrêt du médicament et un traitement symptomatique peuvent être nécessaires.

L’antirobe et la résistance aux antimicrobiens

La résistance aux antibiotiques est un phénomène naturel exacerbé par l’utilisation inappropriée de ces médicaments, tant chez l’homme que chez l’animal.

Problématique de la résistance bactérienne

La résistance aux antibiotiques représente une menace sérieuse pour la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement, car elle rend les infections plus difficiles à traiter, prolonge les hospitalisations, augmente les coûts médicaux et élève le taux de mortalité.

Bon à savoir : Les bactéries résistantes peuvent survivre à des concentrations d’antibiotiques qui tueraient d’autres bactéries, et cette résistance peut se propager à d’autres espèces bactériennes.

Importance de l’utilisation responsable de l’antirobe

L’utilisation responsable de l’antirobe (clindamycine) est cruciale pour limiter le développement de la résistance bactérienne

Cela implique de ne prescrire cet antibiotique que lorsque c’est strictement nécessaire et de suivre les protocoles de dosage recommandés pour éviter la surutilisation ou le sous-dosage, qui peuvent tous deux contribuer à la résistance.

RECOMMANDÉ :  Miaulements du chat : Signification (explication vétérinaire)

De plus, il est important de ne pas associer l’antirobe à certains autres antibiotiques, comme l’érythromycine, en raison de la résistance croisée possible. 

Enfin, lors d’un traitement prolongé, des tests périodiques doivent être effectués pour surveiller la fonction hépatique et rénale et pour s’assurer que le traitement reste efficace.

Quand consulter un vétérinaire ?

Il est recommandé de consulter un vétérinaire pour l’antirobe chez le chat dans les situations suivantes :

  • Avant de commencer le traitement pour confirmer le diagnostic et s’assurer que l’antirobe est l’antibiotique approprié.
  • Si des effets secondaires apparaissent, comme des troubles gastro-intestinaux ou des signes d’allergie.
  • Si l’état du chat ne s’améliore pas ou s’aggrave après quelques jours de traitement.
  • Pour un suivi régulier si l’antirobe est prescrit sur une longue période, pour surveiller l’efficacité du traitement et la santé générale du chat.
  • En cas de surinfection (si de nouveaux symptômes apparaissent, indiquant potentiellement une infection secondaire).

Si vous cherchez un vétérinaire dans votre région, consultez notre répertoire.

Témoignages

Bonjour,

Voilà, je viens vers vous car je suis un peu désespéré. Mon chat Melt a eu quelques soucis suite à son hospitalisation au début du mois pour des calculs. En plus d’avoir attrapé le coryza à la clinique, cette semaine la zone où ils ont fait toutes les piqûres et la sonde s’est nécrosée. Le petit avait donc un trou de la taille d’une pièce de 2€ sur le dos.

Nous l’avons donc amené (pour la 5e fois ce mois-ci) chez notre vétérinaire. Malheureusement, ce n’est pas le vétérinaire qui le suit habituellement qui l’a pris en charge. Ce dernier a nettoyé la plaie, découpé les peaux nécrosées et nous a prescrit une crème Dermaflon à appliquer trois fois par jour, et des cachets Antirobe Clindamycine 75 mg une fois par jour pendant 7 jours, et de lui mettre une collerette. Ce dernier m’a dit de ne pas m’inquiéter, que dans une semaine ce serait refermé.

Depuis notre retour de la clinique, j’ai fait exactement ce que le vétérinaire m’avait dit.

Le samedi, perplexe voyant aucune amélioration, j’ai téléphoné à la clinique pour leur demander si cela était normal que la crème ne pénètre pas et que la plaie reste ‘la même’. C’est l’assistante vétérinaire qui m’a répondu, elle m’a dit que c’était normal que le Dermaflon, même si cela ne se voit pas, agit bien sur la plaie et que le jaune que je vois, ce n’est pas du pus comme je le pensais mais de la lymphe, ce qui est normal.

Sauf que ce matin, quand je me suis levé pour nettoyer et lui remettre de la crème, la plaie était vraiment moche ! Pleine de trucs jaunes… Je m’inquiète, mais je ne peux pas me permettre de retourner chez le vétérinaire encore une fois ce mois-ci.

J’ai mis des photos de la plaie mercredi après être sorti du vétérinaire, et de la plaie aujourd’hui.

Qu’est-ce que je devrais faire ? Merci aux personnes qui prendront le temps de me répondre.

Voir la suite de la conversation sur Wamiz.

Références

Articles et ressources utilisés dans la création de cet article

https://med-vet.fr/produits/medicament/antirobe-gouttes/53e5768b-bbb0-44c6-8acc-38aca4f7f6d8

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/antibiotic-resistance

https://www.vidal.fr/medicaments/substances/clindamycine-6742.html

ANTIROBE
Comment administrer efficacement un médicament à un chat : guide complet et astuces

Park J, Lee S, Kim M, Jeong H, Yun Y, Song WJ_2023 Sep_ Pyomyosite et uvéite primaire chez un chat_ sur https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/37515576/ doi: 10.1002/vms3.1224. Epub 2023 Jul 29.PMID: 37515576 

Articles et ressources utilisés dans la création de cet article

Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes. 

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut