Arthrodèse du pouce : Indication et procédure

Article rédigé par le 15 octobre 2022

L’arthrodèse du pouce est une intervention chirurgicale qui consiste à fusionner deux ou plusieurs os du pouce. Cette fusion stabilise l’articulation et empêche tout mouvement ultérieur.

L’arthrodèse est le plus souvent utilisée pour traiter l’arthrose du pouce, mais elle peut également être utilisée pour d’autres pathologies telles que l’instabilité du pouce et les fractures du pouce. Dans cet article, nous discuterons des indications et de la procédure d’arthrodèse du pouce.

Définition de l’arthrodèse du pouce

L’arthrodèse est une procédure chirurgicale qui consiste à fusionner deux os ensemble. Cette procédure est aussi parfois appelée fusion osseuse ou fusion articulaire. Dans le cas de l’arthrodèse du pouce, les os qui sont fusionnés sont le métacarpien et la phalange proximale, qui constituent le pouce.

L’arthrodèse du pouce offre un certain nombre d’avantages, notamment :

  • Le soulagement de la douleur ;
  • Une stabilité accrue de l’articulation ;
  • Et une meilleure fonction.

En outre, l’arthrodèse du pouce peut également contribuer à améliorer l’apparence du pouce. Cette fusion peut se faire à l’aide de plaques et de vis métalliques, ou à l’aide de fils spéciaux insérés dans l’os. Dans certains cas, une combinaison des deux méthodes peut être utilisée.

L’intervention est généralement pratiquée sur des patients qui ont souffert d’arthrite ou d’une autre affection qui a endommagé l’articulation du pouce. Dans certains cas, l’arthrodèse du pouce peut également être utilisée pour traiter une blessure traumatique de l’articulation du pouce.

Arthrodèse métacarpo-phalangienne du pouce : Quand opérer ?

L’arthrite de l’articulation métacarpo-phalangienne (MCP) du pouce est une affection courante qui peut entraîner des douleurs et des déformations. L’arthrodèse du pouce est indiquée lorsque les patients ressentent une douleur ou une déformation de l’articulation du pouce qui interfère avec leurs activités quotidiennes.

Il est important de noter que cette chirurgie ne doit être envisagée qu’après avoir épuisé toutes les autres options de traitement. Cela inclut des mesures conservatrices telles que la thérapie physique, les attelles et les injections.

La décision de savoir quand opérer dépend de nombreux facteurs, notamment la gravité de l’arthrite, les objectifs du patient et la présence d’autres pathologies. L’objectif de la chirurgie est de soulager la douleur et d’améliorer la fonction tout en minimisant la déformation.

Pour y parvenir, il est important de choisir la procédure et l’implant appropriés. En général, les patients souffrant d’arthrite à un stade précoce et ceux qui sont prêts à accepter un certain degré de déformation peuvent être candidats à des procédures de fusion limitées.

RECOMMANDÉ :  Tendinite de Quervain : exercices et traitement kiné

Les patients souffrant d’une arthrite plus avancée ou ceux qui ne sont pas prêts à accepter une déformation peuvent être mieux adaptés aux procédures de fusion complète. En fin de compte, la décision de subir une arthrodèse de l’articulation MCP du pouce doit être prise sur une base individuelle après avoir soigneusement examiné tous les facteurs.

Arthrodèse du pouce : Procédure

La procédure d’arthrodèse du pouce est généralement réalisée sous anesthésie générale. Cela signifie que le patient sera endormi pendant l’opération. Une anesthésie locale, qui engourdit la zone autour de l’articulation du pouce, peut également être utilisée.

L’opération est généralement réalisée à l’aide d’un dispositif de fixation interne, tel qu’une plaque métallique ou des vis. La fusion peut être effectuée à la base de l’articulation du pouce ou à l’articulation où le pouce rencontre la main.

La première étape de l’intervention consiste à pratiquer une incision au-dessus de l’articulation du pouce. La peau et les tissus mous sont ensuite rétractés pour exposer les os. Ensuite, les surfaces articulaires sont préparées en retirant tout cartilage endommagé.

Une fois les surfaces articulaires préparées, les os peuvent être fusionnés à l’aide de plaques et de vis métalliques, de fils spéciaux ou d’une combinaison des deux. Dans certains cas, une greffe osseuse peut également être utilisée pour aider à fusionner les os. Le site est ensuite fermée par des sutures et une attelle ou un plâtre est mis en place pour protéger l’articulation pendant la guérison.

Après l’opération, les patients doivent généralement tenir leur main en hauteur et utiliser des poches de glace pour réduire l’enflure. Il est également important que les patients immobilisent leur pouce afin de permettre aux os de fusionner. Une thérapie physique peut également être recommandée pour aider à retrouver la force et l’amplitude de mouvement de l’articulation du pouce.

La récupération après une arthrodèse du pouce peut prendre plusieurs semaines, et implique souvent un arrêt de travail.

Pendant cette période, il est important de suivre attentivement les instructions de votre chirurgien afin de garantir un bon rétablissement.

Arthrodèse du pouce : Risques et complications

Il y a toujours des risques associés à toute procédure chirurgicale. Les risques et les complications de l’arthrodèse du pouce incluent, mais ne sont pas limités à :

  • Une complication possible de l’arthrodèse du pouce est la nécrose avasculaire, c’est-à-dire la mort du tissu osseux due à un manque de circulation sanguine. Cela peut se produire si l’apport sanguin à l’os est coupé pendant l’opération.
  • Une autre complication est l’infection. Il s’agit d’un risque lié à toute intervention chirurgicale, mais il est plus probable qu’il se produise après une arthrodèse du pouce, car l’opération implique l’insertion d’un matériel métallique dans l’os. L’infection peut entraîner le desserrage du matériel, ainsi que des raideurs et des douleurs.
  • L’autre complication majeure de l’arthrodèse du pouce est la lésion nerveuse. Les nerfs de la main sont délicats et peuvent être facilement endommagés pendant l’opération. Si les nerfs sont endommagés, cela peut entraîner un engourdissement ou des picotements dans les doigts.
  • Enfin, il existe un risque de non-union, c’est-à-dire que les os ne guérissent pas correctement après l’opération. Ce phénomène est plus susceptible de se produire en cas d’infection ou de rupture de l’irrigation sanguine de l’os. La non-union peut entraîner des douleurs et des raideurs et peut nécessiter une reprise chirurgicale.
RECOMMANDÉ :  Phlegmon de doigt : définition et prise en charge (guide complet)

Comme pour toute intervention chirurgicale, les patients doivent discuter de tous les risques et complications potentiels avec leur chirurgien avant de subir une arthrodèse du pouce.

Références

https://www.epaulemain.fr/index.php/infos-pratiques/informations-specifiques/39-informations-specifiques/122-arthrodese-metacarpophalangienne-pouce

http://ales-chirortho.com/content/wp-content/uploads/2016/10/Rhizarthrose-Enregistr%C3%A9-automatiquement.pdf

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S129732030200121X

https://www.lyon-ortho-clinic.com/files/lyon-ortho-clinic/documents/Fiches_d_informations/Main_et_Poignet/arthrod%C3%A8se%20trapezo-metacarpienne.pdf

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut