Arthroscopie de l’épaule : Indication et procédure (tout savoir)

Article rédigé par le 28 juin 2023

L’arthroscopie de l’épaule est une procédure chirurgicale qui permet d’explorer et de traiter les lésions de l’articulation de l’épaule à travers une petite incision. Cette intervention est indiquée en cas d’inflammation, de luxation ou encore de fracture.

Dans cet article, nous allons vous expliquer en détail les indications et la procédure de cette intervention chirurgicale.

Anatomie de l’épaule

L’épaule est une articulation complexe qui se compose de trois parties principales :

  • L’humérus ;
  • L’omoplate (scapula) ;
  • Et la clavicule.

Ses quatre os principaux assurent le mouvement et la stabilité de la zone, ce qui nous permet :

  • De bouger nos bras de haut en bas ;
  • De les tourner d’un côté à l’autre ;
  • De les faire pivoter vers l’intérieur et l’extérieur ;
  • Ainsi que de les tendre vers l’avant ou l’extérieur du corps.

Deux de ces os forment une articulation à rotule au niveau de l’épaule, ce qui permet de réaliser environ 90 % des mouvements du bras humain grâce à sa grande amplitude de mouvement. Autour de ces os se trouvent plusieurs muscles qui contribuent à structurer et à stabiliser l’épaule, ce qui lui permet de nous aider à accomplir nos tâches quotidiennes.

Comprendre l’anatomie de notre épaule peut nous aider à prévenir les douleurs et autres problèmes qui y sont liés.

Arthroscopie de l’épaule : C’est quoi ?

L’arthroscopie de l’épaule est une procédure médicale importante qui consiste à utiliser une technique peu invasive pour diagnostiquer et traiter certains problèmes liés à l’articulation de l’épaule.

Cette méthode chirurgicale consiste à pratiquer de petites incisions puis à insérer une caméra de la taille d’un crayon dans l’articulation concernée, ce qui permet au chirurgien d’inspecter visuellement l’os, le cartilage, les tendons et les autres tissus afin de détecter tout problème potentiel.

Une fois qu’un problème est identifié, des instruments spécialisés peuvent être utilisés pour y répondre de manière appropriée ; il peut s’agir de remodeler ou de remplacer des tissus ou de retirer des tissus cicatrisés ou endommagés autour de l’articulation.

L’arthroscopie de l’épaule est souvent utilisée comme une alternative moins invasive à la chirurgie ouverte traditionnelle, et peut aider au diagnostic ainsi qu’au traitement, évitant dans certains cas des solutions chirurgicales plus intenses lorsque cela est possible.

Indications de l’arthroscopie de l’épaule

Cette procédure est indiquée pour trouver la cause des douleurs de l’épaule et traiter l’articulation de l’épaule. La chirurgie arthroscopique de l’épaule est indiquée en cas de maladies du cartilage et des os, de blessures, de déchirures musculaires, ligamentaires et tendineuses, de lésions de l’épaule, d’instabilité de l’épaule.

RECOMMANDÉ :  Fracture de la clavicule : Reprise du sport (tout savoir)

Les indications les plus courantes pour ce type de chirurgie sont les suivantes :

Contre-indications à l’arthroscopie de l’épaule

L’arthroscopie de l’épaule est une intervention peu traumatisante qui présente des avantages médicaux majeurs. Cependant, comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des contre-indications que votre médecin doit prendre en compte avant de réaliser la procédure.

L’arthroscopie de l’articulation de l’épaule est contre-indiquée en cas de :

  • Blessures infectieuses de l’articulation de l’épaule ;
  • Maladies cutanées purulentes dans la région de l’épaule ;
  • Et d’intolérance aux anesthésiques.

En outre, l’arthroscopie de l’épaule n’est pas recommandée en cas de maladies systémiques générales de l’organisme.

Procédure d’une arthroscopie de l’épaule

La procédure d’une arthroscopie de l’épaule est principalement axée sur le confort et la sécurité du patient.

Au cours de la première phase de l’intervention, le patient sera accueilli dans sa zone désignée, puis amené dans une salle d’examen ou sur une table d’opération où il sera soigneusement positionné pour une accessibilité optimale à l’équipe chirurgicale.

Anesthésie pour arthroscopie d’épaule

La deuxième phase est consacrée à l’anesthésie, dans le but d’assurer le confort et la sécurité du patient pendant la procédure.

Il existe généralement deux types d’anesthésie utilisés : l’anesthésie générale et l’anesthésie régionale.

  1. Anesthésie générale : Dans ce type d’anesthésie, le patient est endormi complètement et ne ressent aucune douleur ni aucun inconfort pendant l’opération. L’anesthésiste administre des médicaments par voie intraveineuse ou par inhalation pour induire le sommeil. Pendant la chirurgie, le patient est surveillé en permanence par l’équipe médicale pour assurer la stabilité de ses fonctions vitales.
  2. Anesthésie régionale : Dans certains cas, une anesthésie régionale peut être utilisée. Cela implique l’injection d’un anesthésique local autour des nerfs spécifiques qui desservent la région de l’épaule, bloquant ainsi la transmission des signaux de douleur. Il existe différentes techniques d’anesthésie régionale, telles que le bloc inter-scalénique ou le bloc interscalénique avec injection supplémentaire de nerfs périphériques. L’anesthésiste déterminera la technique la plus appropriée en fonction de la situation clinique et des besoins du patient.

Le choix de l’anesthésie dépend de plusieurs facteurs, notamment de la complexité de l’intervention, des préférences du chirurgien et de l’anesthésiste, ainsi que de la santé et des antécédents médicaux du patient.

Il arrive même que le médecin spécialiste combine l’anesthésie générale et régionale dans le but de diminuer encore plus les douleurs post-opératoires.

RECOMMANDÉ :  Imagerie du membre supérieur (épaule, coude, poignet) : tout savoir

Avant l’intervention, le patient aura l’occasion de discuter avec l’anesthésiste de ses antécédents médicaux, de poser des questions et de recevoir toutes les informations nécessaires pour se sentir à l’aise et en confiance.

Procédure chirurgicale

Vient ensuite l’opération proprement dite, au cours de laquelle de petites incisions seront pratiquées près de l’articulation de votre épaule pour y insérer des outils chirurgicaux miniatures et une minuscule caméra reliée à un moniteur afin que votre chirurgien puisse évaluer clairement tout dommage à l’intérieur de l’articulation.

Une fois l’opération terminée, votre chirurgien recouvrira vos points de suture de bandages ou de pansements pour les protéger de toute saleté ou bactérie.

En général, l’arthroscopie de l’épaule est une procédure relativement sûre et peu douloureuse. Cependant, comme pour tout type de chirurgie, certains risques y sont associés. Dans le cas de l’arthroscopie de l’articulation de l’épaule, les risques possibles sont les suivants :

  • L’infection (cicatrice ou autre);
  • Caillots de sang ;
  • Saignement excessif ;
  • Lésions nerveuses et tissulaires ;
  • Complications liées à l’anesthésie ;
  • Réaction allergique aux médicaments.

Récupération après une arthroscopie de l’épaule

La convalescence après une arthroscopie de l’épaule dépend fortement de la gravité de la blessure ou de la pathologie traitée, ainsi que de l’âge et de l’état de santé général du patient. Il implique souvent un arrêt de travail d’une durée variable.

Étant donné que ce type d’opération entraîne une certaine perturbation de l’articulation de l’épaule, il est essentiel de suivre les conseils du médecin pour une récupération réussie. Après l’intervention, les personnes convalescentes devront peut-être porter une écharpe pendant 3 à 6 semaines afin de limiter la mobilité tout en permettant à l’articulation de guérir correctement.

La rééducation suite à une arthroscopie d’épaule est un élément clé de la guérison et les patients commencent généralement à travailler avec un thérapeute pour vous aider à retrouver la mobilité, la force et l’endurance de votre épaule, entre autres.

La pratique régulière d’exercices thérapeutiques peut contribuer à favoriser la guérison et à reconstruire les muscles tout en réduisant le risque de blessure future.

En mettant l’accent sur la rééducation physique, le respect des instructions du médecin et la participation à des contrôles réguliers, la plupart des patients constatent une amélioration de leurs fonctions dans les semaines ou les mois qui suivent l’opération, ce qui leur permet de se remettre sur pied rapidement et en toute confiance !

Références

https://eu-ireland-custom-media-prod.s3-eu-west-1.amazonaws.com/France/SampleChapter/09-2021/Extrait_476666-min.pdf
https://oer.uclouvain.be/jspui/bitstream/20.500.12279/108/1/Jean-Emile%20Dubuc_Arthroscopie%20de%20l’%C3%A9paule.pdf
https://institutepaulestrasbourg.fr/wp-content/uploads/2018/02/arthroscopie-de-l%C3%A9paule.pdf
https://www.hirslanden.com/fr/international/traitement-medical/arthroscopie-lepaule.html

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 5

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut