Arthrose du genou et travail : arrêt, est-ce une maladie professionnelle ?

Article rédigé par le 11 mars 2024

Selon une étude publiée dans les Actualités Pharmaceutiques datant de 2016, menée par une équipe de rhumatologues de Besançon et d’un Professeur des Universités en Pharmacie de Limoges, l’arthrose du genou (ou gonarthrose) est une des arthroses les plus invalidantes.

Dans cette optique, le travail est une des préoccupations majeures de ceux qui en souffrent. Outre la question de l’arrêt du travail induit par les symptômes handicapants de l’arthrose du genou, beaucoup se demandent si cette dernière ne serait pas une maladie professionnelle.

Ces questions récurrentes sur l’arthrose du genou et le travail vont être répondues dans cet article rédigé par une médecin. Après un bref rappel sur l’arthrose du genou, vous trouverez ce qu’il faut savoir sur l’arrêt du travail. Ensuite, vous saurez si c’est une maladie professionnelle ou pas.

Les 3 points essentiels

  • 1.  L’arthrose du genou est une maladie dégénérative chronique caractérisée par une dégénérescence du cartilage articulaire.Elle occasionne des douleurs articulaires ainsi que des raideurs du genou qui peuvent entraver l’exécution du travail.
  • 2.  La durée de l’arrêt du travail pour une arthrose du genou dépend nettement de sa prise en charge. Elle peut aller jusqu’à quatre mois en cas d’intervention chirurgicale.
  • 3. L’arthrose du genou peut être l’objet d’une démarche de demande de reconnaissance comme étant une maladie professionnelle si elle a provoqué une incapacité permanente d’un taux au moins égal à 25%.

Qu’est-ce qu’une arthrose du genou ?

L’arthrose du genou désigne la dégénérescence du cartilage qui protège l’articulation. C’est une maladie dégénérative chronique.

Quelles sont les causes de l’arthrose du genou ?

Elle peut avoir une origine physiologique, des facteurs qui limitent la capacité de renouvellement du cartilage comme : 

• L’âge : l’arthrose du genou est fréquente à partir de la soixantaine

• Le sexe : les femmes plus atteintes que les hommes

• L’existence d’une maladie chronique sous-jacente comme la polyarthrite rhumatoïde, la goutte ou encore le diabète

• La prédisposition familiale à la dégénérescence prématurée du cartilage

• La sédentarité.

De l’autre côté, l’arthrose du genou peut être d’origine mécanique, des facteurs qui provoquent des contraintes et des pressions au niveau du genou accélérant le vieillissement naturel du cartilage. Il s’agit : 

  • Des sollicitations excessives en faisant des gestes répétitifs sur le genou. C’est dans ce contexte que certaines professions sont à risque. On parle entre autres des travails qui nécessitent des appuis prolongés sur les genoux, des positions fléchies forcées ou accroupies, les flexions et les extensions répétées et le port des charges lourdes ;
  • Des affections traumatiques sur le genou : entorse, rupture ligamentaire, fracture, etc. ;
  • Des malformations du membre inférieur : jambes en O ou jambes en X ;
  • Du surpoids et de l’obésité : la surcharge pondérale augmente la pression exercée sur le cartilage du genou. 
RECOMMANDÉ :  Bursite au talon (calcanéenne) : tout savoir

Quels sont les symptômes de l’arthrose du genou ?

Les symptômes de l’arthrose du genou se manifestent par poussées successives.

Douleur articulaire

La douleur est, d’abord, intermittente ; elle apparaît à l’appui ou à la mobilisation du genou. Puis, elle devient régulière et gêne l’exécution des activités quotidiennes. Enfin, elle devient constante avec des pics douloureux à chaque mouvement du genou.

Raideur articulaire

La raideur du genou survient généralement quelques années après la première apparition de la douleur articulaire. Elle s’observe le plus souvent le matin, au réveil : le patient a l’impression d’avoir un genou rouillé. Puis, la raideur tend à limiter peu à peu la capacité d’extension ou de flexion du genou.

Autres symptômes de l’arthrose du genou

• Déformation de l’articulation

• Gonflement du genou

• Gêne fonctionnel du genou

• Sensation de genou qui craque

• Perte de la mobilité du genou.

Vous trouverez de plus amples informations sur l’arthrose du genou dans notre complet que vous pouvez consulter ici.

Arthrose du genou et arrêt de travail : que faut-il savoir ?

La durée de l’arrêt du travail dépend de l’intensité des symptômes (entre autres de la douleur du genou et de la raideur de l’articulation) et des traitements. Il faut savoir que la prise en charge de l’arthrose du genou englobe des moyens médicamenteux et des exercices de rééducation. En dernier recours, la chirurgie peut être appelée à la rescousse.

Une arthrose du genou d’intensité légère ou modérée est donc soumise à des traitements médicamenteux et à la rééducation. Dans ce cas, l’arrêt du travail peut aller d’une journée à sept jours.

Pour ce qui est d’une arthrose du genou au stade avancé nécessitant une intervention chirurgicale, l’arrêt du travail va de 2 à 4 mois, en fonction : 

• de l’état du patient ;

• d’une éventuelle complication post-opératoire 

• de la durée et des conditions de transport pour aller et revenir du travail

• du travail moi-même : chez une activité professionnelle sédentaire, la reprise du travail se fait en moyenne au bout de 8 semaines.

Bon à savoir : après un arrêt de travail supérieur à trente jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours à partir du jour de retour en entreprise.

Arthrose du genou : est-ce une maladie professionnelle ?

La réponse est non mais…

Au fait, l’arthrose du genou ne figure pas dans les tableaux des maladies professionnelles de l’Institut national de recherche et de sécurité au travail (INRS). 

Bon à savoir : dans le régime général, les maladies professionnelles du genou sont répertoriées dans le tableau n°57 et n°79 tandis que dans le régime agricole, elles sont au tableau n°39 et n°53 de l’INRS.

Rassurez-vous, un recours existe ! Si vous pensez que votre arthrose du genou est imputable à votre travail, une demande de reconnaissance pour maladie professionnelle est possible si, et seulement si, votre arthrose du genou a entraîné une incapacité permanente d’un taux au moins égal à 25%.

RECOMMANDÉ :  Mal au genou : Signification émotionnelle 

Bon à savoir : le taux d’incapacité permanente est déterminé selon un barème indicatif d’invalidité. Toutefois, le médecin chargé de l’évaluation du patient peut s’en écarter sous condition d’apporter des justifications valables.

Arthrose du genou et maladie professionnelle : les étapes d’une demande de reconnaissance

1. Consultez votre médecin traitant pour un certificat médical spécifiant votre maladie et votre arrêt de travail.

2. Faîtes parvenir à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) la déclaration d’arrêt du travail dans un délai de 15 jours suivant son début.

3. Remplissez et renvoyez le formulaire envoyé par la CPAM.

Arthrose du genou et maladie professionnelle : la durée d’une demande de reconnaissance

Une fois que la CPAM a reçu votre formulaire dûment rempli, elle entame une procédure d’enquête auprès du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP). C’est à ce dernier que revient la tâche de reconnaître le lien entre votre arthrose du genou et votre activité professionnelle. Le CRRMP dispose de 120 jours pour donner son avis.

À partir du moment où le CRRMP rend son verdict, la CPAM a également 120 jours pour statuer définitivement sur l’origine professionnelle ou non de votre arthrose du genou. En tout, la CPAM a donc six mois pour répondre à votre demande. Généralement, passé ce délai, votre maladie est reconnue, de fait, comme une maladie professionnelle.

Arthrose du genou : quand consulter ?

Consultez votre médecin traitant si :

• vous avez un genou qui craque régulièrement ;

• votre articulation est douloureuse et enflée ;

• vous ressentez une raideur de votre genou notamment le matin au réveil.

Si un diagnostic d’arthrose du genou est établi, votre médecin vous dirigera vers un rhumatologue.

Si vous souffrez d’une arthrose du genou :

• consultez votre médecin si vos symptômes augmentent d’intensité à savoir la douleur, la raideur ou encore l’inflammation du genou ;

suivez scrupuleusement votre prescription médicale : ne changez ni la dose ni la durée de traitement de vos médicaments ;

• signalez à votre médecin tous éventuels effets secondaires de vos traitements ;

• ne négligez pas les exercices physiques. Voyez des conseils kiné dans notre article ici.

Si vous cherchez un médecin dans votre région, consultez notre répertoire.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Maladie professionnelle hors tableau : comment la faire reconnaître ?
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut