Arthrose du poignet : Comment soulager la douleur ?

Article rédigé par le 22 avril 2024

L’arthrose du poignet réfère à l’usure pathologique du cartilage entourant cette articulation. Parce qu’elle provoque de la douleur et de la raideur, de simples activités quotidiennes peuvent devenir difficiles.

Malheureusement, plusieurs cas d’arthrose se chronicisent, c’est-à-dire qu’ils persistent dans le temps jusqu’à devenir permanents. Ceci peut causer des dommages parfois irréversibles aux articulations.

Bien qu’il n’existe aujourd’hui aucun remède contre l’arthrose, il existe de nombreuses options de traitement pour soulager les symptômes. Cet article rédigé par un professionnel de santé fait le point sur l’arthrose du poignet, et vous propose plusieurs solutions visant à améliorer votre qualité de vie et ralentir sa progression.

Zoom sur l’arthrose du poignet (définition et anatomie)

Le poignet est une articulation complexe qui relie la main à l’avant-bras. Il est formé par les deux os de l’avant-bras – le radius et l’ulna (anciennement appelé cubitus) – et huit petits os du carpe. Les os du carpe sont disposés en deux rangées à la base de la main.

Entre chaque os, il existe une surface articulaire recouverte de cartilage. Ce tissu conjonctif permet le glissement des os les uns contre les autres, et sert d’amortissement lorsqu’on applique de la pression sur la main.

L’arthrose du poignet endommage le cartilage, ce qui fait en sorte que cette structure n’exerce pas son rôle correctement. Lorsque les surfaces articulaires ne sont pas lisses, on observe alors un frottement des os entre eux, et des lésions articulaires parfois irréparables.

En outre, des ostéophytes peuvent se former en présence d’arthrose du poignet sur les surfaces articulaires affectées. Il s’agit de petites excroissances osseuses qui se forment en réponse à une usure anormale du cartilage articulaire. Ces excroissances peuvent contribuer à la symptomatologie.

L’arthrose au niveau du poignet peut affecter les articulations suivantes :

  1. L’articulation radio-carpienne : entre l’extrémité inférieure du radius (os de l’avant-bras) et les os du carpe (os de la main).
  2. L’articulation radio-ulnaire distale : entre l’extrémité inférieure du radius et l’ulna (l’autre os de l’avant-bras).
  3. Les articulations intercarpiennes : entre les différents os du carpe.
  4. Les articulations carpo-métacarpiennes : entre les os du carpe et les os métacarpiens de la main (incluant le pouce).

Comment l’arthrose du poignet se développe-t-elle ? (causes possibles)

D’une part, l’usure normale du poignet peut occasionner de la dégénérescence à ce niveau, surtout si la personne atteinte a des antécédents familiaux d’arthrose.

Cette usure progressive de l’articulation endommage le cartilage. Comme cette structure ne bénéficie pas d’une irrigation sanguine optimale, une atteinte du cartilage ne guérit pas aussi bien.

Un traumatisme antérieur du poignet ou de la main peut accélérer l’apparition d’arthrose, comme une fracture de l’extrémité du radius ou des os du carpe. Il en est de même pour les microtraumatismes, mouvements répétitifs, et plus rarement les luxations du poignet.

Par ailleurs, une cause moins connue d’arthrose du poignet est la maladie de Kienböck. Dans cette maladie, le manque de vascularisation du lunatum (un des os du carpe constituant le poignet) provoque une destruction progressive de cet os. Cet effondrement osseux provoque des changements articulaires des os adjacents, et entraîne souvent de l’arthrose.

Finalement, certaines causes semblent être idiopathiques, c’est-à-dire qu’on n’arrive pas à déceler l’origine ou le lien avec un autre facteur.

RECOMMANDÉ :  Maladie de Kienbock et invalidité (handicap) : Tout savoir

Le saviez-vous ? Selon une étude longitudinale sur 1276 participants, il semblerait que le niveau d’obésité serait un facteur prédictif de l’arthrose du poignet et des mains. Plus précisément, l’étude montre qu’un IMC élevé était associé à une arthrose plus importante après 23 ans de suivi.

Peu importe la cause, on observe en présence d’arthrose un aspect effiloché et rugueux du cartilage du poignet, et il en résulte un espace réduit entre les os. C’est à ce moment qu’on commence à noter des symptômes qui affectent la qualité de vie.

Comment se manifestent les symptômes ?

Les patients atteints d’arthrose du poignet ne présentent pas tous les mêmes symptômes.

De manière globale, les symptômes peuvent inclure :

  • Douleur
  • Gonflement et oedème
  • Réduction de l’amplitude des mouvements
  • Raideur
  • Faiblesse du poignet et de la main
  • Difformités (dans les cas sévères)

Les symptômes ne sont pas constants, et varient considérablement d’une personne à l’autre. En phase initiale, ils apparaissent le plus souvent suite à une activité intensive ou répétée sollicitant le poignet.

À mesure que la condition progresse, les douleurs s’aggravent et sont même parfois présentes au repos. On peut observer une raideur de l’articulation, et certaines activités de la vie quotidienne peuvent être affectées.

Comment établir le diagnostic ?

Le diagnostic de l’arthrose du poignet est radiologique, c’est-à-dire qu’une imagerie médicale permettra de poser un diagnostic définitif. Dans ce cas, la radiographie est généralement suffisante.

Plus spécifiquement, la radiographie du poignet déterminera la localisation exacte de l’arthrose, ainsi que la sévérité de l’atteinte cartilagineuse.

Bon à savoir : Bien que les stades avancés d’arthrose du poignet présentent des signes caractéristiques à la radiographie, la détection des premières manifestations d’arthrose nécessite souvent un scanner ou une imagerie par résonance magnétique (IRM).

En parallèle, le médecin fera une évaluation exhaustive où il discutera avec son patient des symptômes et de l’historique médical, et fera un examen clinique à la recherche des signes et symptômes mentionnés ci-haut. L’évaluation inclut :

  • L’amplitude de mouvement du poignet
  • La force musculaire
  • La sensibilité
  • La stabilité articulaire
  • La présence ou non d’œdème

Comme diverses formes d’arthrite et autres rhumatismes provoquent également des douleurs au poignet (diagnostic différentiel), il n’est pas rare que le médecin prescrive un bilan sanguin. Ceci permettra de clarifier le diagnostic (pour info, le bilan sanguin ne devrait rien montrer d’anormal en présence d’arthrose du poignet).

Comment soulager et prévenir l’arthrose du poignet ?

Bien qu’il existe diverses opinions à ce sujet, l’arthrose en tant que telle est à ce jour impossible à traiter. Par contre, il est possible de réduire l’intensité et la fréquence des symptômes afin d’améliorer la qualité de vie.

Le traitement conservateur visant à éviter la chirurgie

En général, le traitement initial de l’arthrose du poignet est non invasif, et peut comprendre les modalités suivantes :

Repos (relatif)

Il se peut que votre professionnel traitant vous suggère de reposer votre poignet pendant un certain temps. L’objectif est d’éviter d’aggraver la douleur et l’inflammation.

Immobilisation

Le port d’une attelle (ou parfois d’un plâtre pendant une durée limitée permet de réduire le stress sur l’articulation du poignet durant les activités

Médicaments

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aider à réduire la douleur et l’enflure. Il existe également des crèmes anti-inflammatoires topiques pouvant être appliquées sur le poignet.

Kinésithérapie 

Des exercices de rééducation permettront d’améliorer l’amplitude de mouvement et retrouver une force adéquate. Des modalités antalgiques (chaleur, glace, bains contrastes, électrothérapie), massages et mobilisations permettront également de soulager les symptômes.

RECOMMANDÉ :  Fracture de pouteau-colles : les complications possibles et leur prise en charge

Pour connaître des exercices de rééducation souvent prescrits en kiné pour traiter l’arthrose du poignet, consultez l’article suivant.

Traitement alternatifs

Bien qu’ils ne soient pas fondés sur des évidences scientifiques solides, plusieurs produits naturels contre l’arthrose du poignet sont proposés à ceux qui souffrent au quotidien.

Ceci inclut certaines huiles essentielles, remèdes de grand-mère, compléments alimentaires, etc.

Conseils du kiné : Avertissez votre médecin de tout produits consommé afin d’éviter les interactions médicamenteuses ou effets secondaires.

Infiltration

La cortisone est un anti-inflammatoire qui peut être infiltré dans une articulation atteinte d’arthrose. Considérant les effets secondaires, le médecin pèsera le pour et le contre et déterminera si son patient est un bon candidat.

Il arrive parfois que les infiltrations soient répétées, bien qu’on ne dépasse généralement pas 3 infiltrations par année.

L’opération comme dernier recours ? (traitement chirurgical)

Si le traitement non chirurgical ne soulage pas la douleur et l’arthrose du poignet affecte la qualité de vie, le médecin pourra recommander une intervention chirurgicale.

Bon à savoir : Le chirurgien prendra sa décision quant au type de chirurgie à réaliser en tenant compte de plusieurs facteurs : l’âge du patient, le stade de l’arthrose (grade 2 ou 3), le degré de mobilité résiduelle, les exigences fonctionnelles du patient (profession, loisirs, etc.), s’il s’agit d’une révision ou d’un traitement chirurgical primaire, ainsi que des données scientifiques disponibles.

Des troubles fréquents nécessitant une intervention chirurgicale comprennent entre autres les fractures non consolidées (ou mal consolidées) du scaphoïde ou radius distal, les ruptures ligamentaires du poignet, la nécrose avasculaire du carpe, ou d’une anomalie développementale.

Peu importe l’indication chirurgicale, l’objectif est de soulager la douleur et maximiser la fonction de la main. Bien qu’on préconise les interventions qui préservent les mouvements du poignet, il est à noter que la mobilité résiduelle de cette articulation après une chirurgie n’est pas cruciale pour une bonne fonction de la main.

Les chirurgies envisageables sont :

  • Carpectomie proximale (resection de la première rangée des os du carpe)
  • Dénervation totale poignet
  • Greffe cartilagineuse costale
  • Arthrodèse (fusion de l’articulation radio-carpienne)
  • Arthroplastie totale ou partielle (prothèse de poignet)

Découvrez tous nos articles sur l’arthose du poignet

Vous cherchez un professionnel de santé pour vous soigner ?

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
  • Yves Tropet, Daniel Lepage, David Gallinet, Laurent Obert, Patrick Garbuio, Philippe Vichard, Utilisation du greffon cartilagineux (ou ostéocartilagineux) costal en reconstruction articulaire, Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, Volume 190, Issue 7, 2006, Pages 1439-1457, ISSN 0001-4079, https://doi.org/10.1016/S0001-4079(19)33205-4.
  • J. Laulan, E. Marteau, G. Bacle, Wrist osteoarthritis, Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, Volume 101, Issue 1, Supplement, 2015, Pages S1-S9, ISSN 1877-0568, https://doi.org/10.1016/j.otsr.2014.06.025.
  • Krista E. Weiss, Craig M. Rodner, Osteoarthritis of the Wrist, The Journal of Hand Surgery, Volume 32, Issue 5, 2007, Pages 725-746, ISSN 0363-5023, https://doi.org/10.1016/j.jhsa.2007.02.003.
  • Wendy J. Carman, MaryFran Sowers, Victor M. Hawthorne, Lisa A. Weissfeld, Obesity as a Risk Factor for Osteoarthritis of the Hand and Wrist: A Prospective Study, American Journal of Epidemiology, Volume 139, Issue 2, 15 January 1994, Pages 119–129, https://doi.org/10.1093/oxfordjournals.aje.a116974
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut