Ataxie chez le cheval : tout savoir

Article rédigé par le 12 avril 2024

L’ataxie chez le cheval est un trouble neurologique qui affecte sa coordination et son équilibre, entraînant des mouvements désordonnés et souvent dangereux. Cette condition peut être causée par une variété de facteurs, allant des maladies génétiques aux infections, en passant par les traumatismes et les toxines.

Dans cet article rédigé par une vétérinaire, nous explorerons les différentes formes d’ataxie chez le cheval, leurs symptômes, les méthodes de diagnostic et les options de traitement disponibles. Poursuivez la lecture pour tout comprendre.

Ataxie chez le cheval : les 7 points clés à retenir

  • 1. L’ataxie chez le cheval est un trouble neurologique qui affecte sa coordination et son équilibre.
  • 2. L’ataxie n’est pas une maladie spécifique, mais un symptôme ou un ensemble de symptômes résultant de diverses pathologies, souvent graves.
  • 3. Les signes incluent des mouvements circulaires des postérieurs, des difficultés à reculer en ligne droite, et une tendance à s’asseoir ou chuter lors de mouvements rapides de la tête ou de virages serrés.
  • 4. Les causes peuvent être mécaniques, comme le syndrome de Wobbler, ou biologiques, comme des virus, parasites ou intoxications.
  • 5. Il existe des ataxies symétriques, où le cheval chute des deux côtés, et des ataxies asymétriques, où la chute est préférentielle d’un côté.
  • 6. Les options de traitement varient selon la cause sous-jacente et peuvent inclure des médicaments pour les causes biologiques ou la chirurgie pour les causes mécaniques.
  • 7. Il est crucial pour votre sécurité et celle du cheval de consulter un vétérinaire pour un diagnostic précis et un plan de traitement adapté.

Les différents types d’ataxie chez le cheval

Selon la partie anatomique atteinte, il existe trois types d’ataxie chez le cheval.

Ataxie cérébelleuse

C’est un trouble résultant d’une altération du cervelet, partie du cerveau responsable de la coordination des mouvements. Elle est peut-être due à une malformation congénitale, une infection, une inflammation ou un traumatisme. Elle se caractérise par des :

  • mouvements excessifs,
  • tremblements,
  • difficulté à contrôler la vitesse des mouvements.

Ataxie sensorielle

Elle est provoquée par une perturbation des informations sensorielles transmises au cerveau concernant la position du corps. C’est souvent lié à des lésions de la moelle épinière, des nerfs périphériques ou du cerveau. Les symptômes sont :

  • incertitude dans les mouvements,
  • perte de la proprioception,
  • difficulté à marcher sur des surfaces irrégulières.

Ataxie vestibulaire

Elle est associée à des problèmes de l’oreille interne ou du nerf vestibulaire qui affectent l’équilibre. Les principales causes sont : infections de l’oreille, traumatismes et troubles génétiques. Elle se caractérise par :

  • tête penchée,
  • désorientation,
  • nystagmus (mouvements oculaires rapides et incontrôlables).

Symptômes et signes cliniques de l’ataxie chez le cheval

La reconnaissance des symptômes et signes cliniques de l’ataxie chez le cheval est essentielle pour un diagnostic précoce et une intervention efficace.

Symptômes communs

Les symptômes communs incluent :

  • une démarche instable et ébrieuse,
  • des difficultés à se lever ou à rester debout,
  • des changements dans la posture ou la démarche,
  • ainsi que des réflexes anormaux ou absents.

Ces manifestations cliniques peuvent varier en intensité et nécessitent une observation attentive.

Comment différencier l’ataxie d’autres troubles ?

Pour différencier l’ataxie d’autres troubles, une évaluation neurologique approfondie est indispensable. Des tests spécifiques sont réalisés pour évaluer les fonctions cérébelleuses, sensorielle et vestibulaire.

L’ataxie se caractérise par des troubles de la coordination et non par une simple faiblesse musculaire, ce qui aide à la distinguer d’autres conditions. Des outils diagnostiques tels que l’IRM, les radiographies et les analyses de sang sont utilisés pour exclure d’autres causes potentielles de symptômes similaires.

Etiologie de l’ataxie chez le cheval

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’ataxie chez le cheval.

Facteurs génétiques

Les troubles génétiques tels que la maladie de Wobbler ou l‘ataxie cérébelleuse congénitale sont des exemples de conditions héréditaires qui peuvent provoquer des symptômes ataxiques chez les chevaux. Ces conditions sont souvent dues à des mutations spécifiques qui affectent le développement ou la fonction du système nerveux.

RECOMMANDÉ :  Diarrhée féline : que faire pour soigner mon chat ?

La connaissance des antécédents familiaux est cruciale pour comprendre la prédisposition génétique à l’ataxie. Vous pouvez utiliser des tests génétiques pour identifier les porteurs de gènes défectueux et éviter de les reproduire, minimisant ainsi le risque de transmission de ces troubles aux générations futures.

Infections et maladies

Les infections courantes sont :

  • L’encéphalomyélite équine qui est une inflammation du cerveau et de la moelle épinière, souvent due à des virus comme l’encéphalomyélite équine de l’Est (EEE), de l’Ouest (WEE) ou vénézuélienne (VEE).
  • La méningoencéphalite qui est une inflammation du cerveau et des membranes qui l’entourent, pouvant être causée par des bactéries, des virus ou des parasites.

Il y a aussi des maladies dégénératives telles :

  • La dégénérescence axonale équine : une condition progressive qui affecte les axones des neurones, entraînant une perte de fonction et d’équilibre.
  • La myéloencéphalopathie dégénérative : maladie neurodégénérative affectant la moelle épinière et le cerveau, caractérisée par une ataxie progressive et une faiblesse des membres.

Des diagnostics post-mortem de l’ataxie spinale chez 316 chevaux en Californie ont été faits par Erin N Hales et al en 2021.

Les résultats ont indiqué que la répartition des races diffère pour les chevaux atteints de la myélopathie compressive cervicale vertébrale par rapport à ceux atteints de la dystrophie neuroaxonale équine ou la myéloencéphalopathie dégénérative équine; par conséquent, la race doit être prise en compte dans l’évaluation clinique de l’ataxie spinale chez les chevaux.

Traumatismes et blessures

Les traumatismes au niveau de la tête, du cou ou du dos peuvent entraîner des lésions des nerfs ou de la moelle épinière, provoquant une ataxie. Les symptômes peuvent varier en fonction de la sévérité et de l’emplacement de la blessure, allant de la légère incoordination à une incapacité totale de se tenir debout ou de marcher.

Les chutes aussi peuvent causer non seulement des blessures physiques immédiates mais aussi des dommages à long terme au système nerveux. Les chevaux qui ont subi de graves chutes peuvent alors nécessiter une rééducation intensive et, dans certains cas, peuvent ne jamais retrouver leur pleine capacité motrice.

Bon à savoir : La gestion des traumatismes et des blessures nécessite une intervention rapide pour minimiser les dommages neurologiques et optimiser les chances de récupération.

Toxines environnementales

Les chevaux peuvent être exposés à diverses toxines environnementales qui ont le potentiel de nuire à leur système nerveux. Parmi celles-ci, on trouve les plantes toxiques et les métaux lourds.

Plantes toxiques

Certaines plantes, comme le laurier-rose, le yew, et l’herbe de Saint-Jean, contiennent des substances neurotoxiques qui peuvent provoquer des symptômes ataxiques si elles sont ingérées par les chevaux.

Métaux lourds

L’exposition à des métaux lourds tels que le plomb, le mercure et l’arsenic, souvent présents dans la pollution industrielle ou les pesticides, peut entraîner une toxicité neurologique et des troubles de la coordination.

Diagnostic de l’ataxie chez le cheval

Pour diagnostiquer l’ataxie chez le cheval, plusieurs méthodes sont utilisées par les vétérinaires.

Examens cliniques

Les évaluations neurologiques comprennent l’observation du comportement, l’examen de la démarche et des postures, ainsi que des tests de réflexes pour détecter des signes d’ataxie. L’importance de l’observation comportementale réside dans la capacité à identifier des changements subtils qui pourraient indiquer une atteinte neurologique.

Tests de laboratoire

Les analyses sanguines et la ponction lombaire (pour prélever du liquide céphalo-rachidien) sont cruciales pour identifier les causes sous-jacentes de l’ataxie, telles que les infections ou les inflammations. D’autres prélèvements, comme l’analyse de l’urine, peuvent également être effectués pour un diagnostic plus précis.

Imagerie et autres techniques spécialisées

L’IRM, le scanner et la radiographie jouent un rôle clé dans l’identification des anomalies structurelles du système nerveux central ou de la colonne vertébrale. L’électromyographie (EMG) est avantageuse pour évaluer la fonction nerveuse et détecter les anomalies de la transmission neuromusculaire.

Options de traitement de l’ataxie chez le cheval

Dans la gestion de l’ataxie, une approche multidisciplinaire est souvent adoptée pour maximiser les chances de récupération et améliorer la qualité de vie du cheval. Les médicaments jouent un rôle crucial, avec l’utilisation :

  • d’anti-inflammatoires pour diminuer l’inflammation du système nerveux,
  • d’antioxydants pour protéger les cellules nerveuses,
  • et de relaxants musculaires pour atténuer les spasmes musculaires.
RECOMMANDÉ :  Mon lapin saute dans tous les sens : Explications et conseils vétérinaires

Les thérapies de réadaptation sont également essentielles. La physiothérapie vise à renforcer la musculature et à améliorer la coordination, tandis que l’hydrothérapie utilise les propriétés de l’eau pour faciliter le mouvement et soulager la douleur.

Bon à savoir : La thérapie par le travail implique des exercices spécifiques conçus pour aider le cheval à retrouver une démarche plus normale.

Dans certains cas, la chirurgie peut être envisagée, surtout si les traitements conservateurs ne donnent pas les résultats escomptés. Les interventions chirurgicales peuvent inclure la décompression de la moelle épinière ou la stabilisation des vertèbres, en fonction de la cause sous-jacente de l’ataxie.

La gestion à long terme implique des adaptations pour le cheval ataxique, comme la modification de l’environnement pour minimiser les risques de chute et l’utilisation d’équipement spécialisé tel que des harnais de soutien.

Note : Si vous réalisez un achat par le biais de nos liens, une petite commission peut nous être attribuée sans frais supplémentaires pour vous. (En savoir plus sur notre processus de sélection).

Aces Equine Harnais de conduite en nylon pour chariot de cheval, noir, taille complète, cob, poney (Shetland)
  • Nylon importé résistant
  • Raccord en acier inoxydable
  • Poids léger
  • Selle rembourrée douce
  • Gardiens en métal

De plus, effectuez une surveillance régulière pour :

  • détecter tout changement dans l’état de santé de votre cheval,
  • assurer une alimentation adaptée pour maintenir un poids optimal
  • maintenir une communication étroite avec le vétérinaire pour un suivi adapté et la mise en place de stratégies de gestion personnalisées

Prévention de l’ataxie chez le cheval : conseils vétérinaires

La prévention de l’ataxie chez le cheval est un aspect fondamental pour garantir la santé et le bien-être des équidés.

Les stratégies préventives comprennent l’importance cruciale des vaccinations pour protéger contre les maladies infectieuses susceptibles de provoquer l’ataxie. Il est essentiel de respecter un calendrier de vaccination rigoureux, avec des rappels réguliers pour maintenir l’immunité.

Par ailleurs, la gestion des risques environnementaux est primordiale, ce qui implique l’identification et le contrôle des plantes toxiques et des substances dangereuses présentes dans l’environnement du cheval, ainsi que la conception d’un habitat sûr et adapté à leurs besoins.

Vous devez être vigilant et responsable dans la surveillance de la santé de votre cheval, et les vétérinaires et les soigneurs équins doivent s’engager dans une formation continue pour rester informés des dernières avancées.

Ataxie chez le cheval : quand consulter un vétérinaire ?

Il est crucial de consulter un vétérinaire dès l’apparition des premiers signes d’ataxie chez le cheval. Voici quelques situations spécifiques qui nécessitent une attention vétérinaire immédiate :

  • Changements dans la démarche ou la posture : Si vous remarquez que votre cheval a une démarche incertaine, trébuche fréquemment ou présente des changements dans sa façon de se tenir.
  • Difficultés motrices : Si le cheval montre des difficultés à se lever, à rester debout ou à coordonner ses mouvements.
  • Réflexes anormaux : Si vous observez une réaction exagérée ou absente à la stimulation, ce qui peut indiquer un trouble neurologique.
  • Comportement inhabituel : Comme une irritabilité soudaine ou une réticence à se déplacer, ce qui peut être un signe de douleur ou de malaise lié à l’ataxie.
  • Après un traumatisme : Si le cheval a subi une chute ou un autre type de traumatisme, même si les signes d’ataxie ne sont pas immédiatement évidents.

Si vous cherchez un vétérinaire dans votre région, consultez notre répertoire.

Références

Articles et ressources utilisés dans la création de cet article
Ataxie chez le cheval
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes. 

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut