Arthrose chez le cheval: bien comprendre (explication vétérinaire)

Article rédigé par le 16 août 2023

L’arthrose du cheval est une affection des articulations caractérisée par une dégénérescence progressive et irréversible du cartilage articulaire. Elle est la cause la plus fréquente des pathologies de l’appareil locomoteur.

L’arthrose chez le cheval touche principalement les membres, mais peut toucher toutes les articulations mobiles. Elle touche environ 50% des chevaux âgés de plus de 15 ans, mais concerne également les jeunes chevaux en cas de sollicitation excessive des articulations ou en cas d’affection des articulations.

L’arthrose chez le cheval engendre un cercle vicieux auto-aggravant une fois installée. Son évolution diminue la performance du cheval pouvant même conduire à l’arrêt de sa carrière sportive.

Dans cet article rédigé par une vétérinaire, seront expliqués les causes, les mécanismes, les signes d’alerte, les préventions et les traitements possibles de l’arthrose chez le cheval

Une brève description pour mieux comprendre l’arthrose du cheval

L’arthrose chez le cheval est une maladie dégénérative caractérisée par la perte de la fonction articulaire.

Cette perte de fonction fait référence à l’association des phénomènes suivant:

  • dégénérescence du cartilage articulaire,
  • formation d’ostéophytes (petits os),
  • remaniement de l’os sous chondral (sous le cartilage),
  • et, selon le stade clinique, à une inflammation chronique de la membrane synoviale (une membrane qui enveloppe le liquide synovial qui est un liquide permettant la lubrification de l’articulation).

L’arthrose est également appelée ostéoarthrose, ou arthropathie dégénérative.  

L’arthrose chez le cheval touche préférentiellement les membres, surtout l’articulation du boulet, du jarret et du genou. Mais l’articulation du dos, la jonction thoraco-lombaire et toutes articulations mobiles peuvent aussi être concernées.

Un petit rappel pour mieux connaître la constitution et le rôle d’une articulation

Ce sont les articulations mobiles ou articulations synoviales qui sont touchées par l’arthrose

Pour ces articulations, la surface articulaire est recouverte de cartilage articulaire. Et entre deux cartilages des deux os articulés se trouve le liquide synovial qui sert de lubrification pour l’articulation.

Le liquide synovial est limité par la membrane synoviale qui est attachée à la capsule fibreuse. Cette dernière, ainsi que des ligaments, s’attachent aux deux cartilages et servent de consolidation de l’articulation.

L’articulation permet les mouvements, avec les muscles et tendons qui l’entourent. 

Le cartilage a comme rôle d’amortir les chocs et de préserver les structures avoisinantes.

Quels sont les causes de l’arthrose chez le cheval ?

La sénescence

 Chez le cheval, l’apparition de l’arthrose peut être liée à l’âge du cheval.

La sénescence est accompagnée d’un ralentissement ou de la diminution de la régénération cellulaire et de tout fonctionnement de l’organisme du cheval. Ce qui expose donc le cheval à une dégénérescence articulaire.

La diminution de la régénération cellulaire accompagnée de la perte des chondrocytes (cellules du cartilage) chez le cheval âgé lui expose à la destruction du cartilage articulaire, donc à l’arthrose

Les causes non liées à l’âge

Mais comme ce qu’on a déjà avancé, les jeunes chevaux sont aussi sujets de l’arthrose. On va voir les causes possibles de l’arthrose chez les chevaux en ne tenant pas compte de l’âge.

  • Sollicitation excessive de l’articulation : 
  1. Surpoids ;
  2. Répartition inégale du poids sur les quatre membres (mauvais aplomb suite à une douleur d’un membre ou suite à un défaut ou un manque de parage) ;
  3. Mouvements inadaptés ou exercices à fort impact ;
  4. Insuffisance d’entraînement ;
  5. Repos insuffisant entre deux exercices successifs 

Cette hypersollicitation de l’articulation y cause des microtraumatismes (petits traumatismes) qui vont détruire progressivement les cartilages articulaires.

  • Inflammation locale de l’articulation
  1. Synovite (inflammation de la synovie),
  2. Tendinite (inflammation du tendon) qui vont se compliquer jusqu’à la dégradation du cartilage adjacent.

Cette inflammation est due soit à une infection d’origine bactérienne suite à la rupture de la barrière cutanée (lors d’une blessure par exemple), soit à une infection suite à une intervention chirurgicale avec mauvaise asepsie, soit à une infiltration médicamenteuse au niveau de l’articulation.

  • Instabilité articulaire causée par:
  1. une laxité des ligaments qui y sont associés,
  2. une déchirure d’un ligament 
  3. un mauvais conditionnement des muscles articulaires (faible développement des muscles). 
RECOMMANDÉ :  Éduquer son lapin : Guide complet

Ces causes possibles de l’instabilité articulaire sont dues à l’application des exercices ou des courses en cas de fatigue.

  • Carence nutritionnelle : rapport calcium/phosphore faible et carence en cuivre
  • Dérèglement hormonal qui favorise les réactions inflammatoires.
  • Hypoxie (manque d’oxygène) au niveau de l’articulation :

Ce qui va générer la mort des cellules puis une inflammation localement. L’hypoxie peut être due à des défauts de circulation sanguine en amont, ou à une intoxication par des plantes toxiques.

 La fourbure du cheval peut évidemment être une cause possible de l’arthrose chez le cheval. Une fourbure chronique des membres antérieurs va entraîner un basculement du poids du cheval vers les membres postérieurs, c’est-à-dire une sollicitation excessive des articulations du postérieur.

  • Mauvais rationnement 

Un excès de glucides très digestibles entraînant de l’acidose (augmentation d’acidité) sanguine qui va perturber la circulation sanguine et entraîner une hypoxie, puis une inflammation.

  • Insuffisance d’exercices bien ordonnés 

L’insuffisance de la mobilité des articulations entraîne une compression anormale au niveau des cartilages concernés, puis leur destruction progressive. Cette manque exercice favorise aussi le gain de poids chez le cheval.

  • Exercice et course fréquents sur sol dur et/ou profond

Un petit remarque : 

L’inflammation locale et l’excès de glucide très digestible dans l’alimentation sont des causes en commun de l’arthrose et de la fourbure chez le cheval.

Comment est le mécanisme de l’arthrose chez le cheval ?

Le mécanisme de l’arthrose chez le cheval constitue un cercle vicieux auto-aggravant.

De l’inflammation à la destruction des cartilages articulaires:

D’après ce qu’on a vu plus haut, l’inflammation au niveau d’articulation va causer la destruction des cartilages articulaires concernés. 

Un feed-back: de la destruction des cartilages articulaires à l’inflammation:

En revanche une destruction des cartilages articulaires est anormale, donc l’organisme va agir, il y aura ainsi une inflammation au niveau de cette articulation.

Puis, de l’inflammation à la réduction de la mobilité articulaire:

  • Une inflammation se traduit toujours par de la chaleur, de la rougeur, de la douleur et du gonflement de l’articulation.
  • Le gonflement va ensuite comprimer les vaisseaux sanguins, menant l’articulation à l’état d’hypoxie qui va générer à nouveau une inflammation secondaire.
  • Ainsi, la douleur va réduire la mobilité de l’articulation, donc du cheval.

L’auto-aggravation de l’arthrose, de la mobilité réduite à l’immobilité totale:

  •  La mobilité réduite conduit à un gain de poids jusqu’à le cheval sera obèse.
  •  Alors que ce surpoids va favoriser la compression exercée sur l’articulation.
  •  L’articulation compressée en permanence va donc perdre sa fonction davantage, jusqu’à l’installation de l’ankylose (immobilité totale de l’articulation).

Vers le cas grave voire la phase finale  de l’arthrose chez le cheval:

  • La sédentarité du cheval va amplifier ainsi la pression articulaire, aggravant alors l’inflammation jusqu’à la détérioration totale des cartilages.
  • Et l’inflammation qui est d’intensité élevée se traduit par une augmentation de l’intensité de la douleur, donc le renforcement de l’immobilité et ainsi de suite.

 C’est pourquoi on dit que l’arthrose engendre un cercle vicieux auto-aggravant.

Comment s’évolue l’arthrose chez le cheval ?

L’arthrose débutante:

Une arthrose débutante chez le cheval se caractérise par une faible destruction des cartilages articulaires.

La progression de l’arthrose chez le cheval:

  • Au cours de l’évolution de l’arthrose qui est souvent progressive, les cartilages se dégénèrent peu à peu. 
  • Quand les cartilages sont détruits, les deux os articulés vont se confronter
  • Puisque la destruction des cartilages est irréversible, il y aura formation d’ostéophytes pour compenser cette perte.

L’arthrose évoluée:

La confrontation des deux os sous chondral suivie du remodelage avec formation d’ostéophytes constitue la phase évoluée/aggravée de l’arthrose

Cette confrontation des os favorise une douleur encore plus intense et l’immobilité totale de l’articulation.

Comment se manifeste l’arthrose chez le cheval ?

Puisqu’on a abordé que l’arthrose est surtout au niveau des membres, les symptômes qu’on va citer concernent donc surtout les membres :

  • Boiterie à froid
  • Boiterie marquée sur sol dur
  • Crise de douleur surtout lors du froid
  • Douleur lors de mouvement de l’articulation atteinte
  • Démarche raide surtout après une période de repos
  • Refus de marcher ou même de se lever selon l’articulation atteinte
  • Difficulté lors des exercices
  • Articulation chaude à la palpation
  • Gonflement au niveau de l’articulation au cours d’une inflammation aiguë 
RECOMMANDÉ :  Physiologie digestive du cheval : tout comprendre

Comment diagnostiquer l’arthrose chez le cheval ?

Diagnostic clinique et/ou diagnostic de suspicion

Le diagnostic clinique est difficile car ces signes cliniques ne sont pas spécifiques de l’arthrose, ils peuvent se présenter dans toutes inflammations et douleurs articulaires.

Cependant, le vétérinaire peut la différencier des autres pathologies articulaires en fonction de l’ensemble de symptômes apparus, et en palpant l’articulation atteinte.

Diagnostic de confirmation

  • La confirmation est établie après un examen radiographique qui va montrer les lésions signes d’arthrose chez le cheval.
  • La scintigraphie et l’échographie peuvent aussi être effectuées afin d’établir une bonne précision.
  • En cas de doute que l’arthrose est d’origine infectieuse, un prélèvement du liquide synovial pour un examen bactériologique est aussi nécessaire pour établir un traitement adéquat.

Quelles sont les prises en charge nécessaires en cas d’arthrose chez le cheval ?

Puisque la dégénérescence articulaire est irréversible, ce qu’on peut faire c’est de mettre en place des traitements de soutien permettant de garder le confort de vie du cheval. Des traitements pour limiter l’évolution de l’arthrose sont aussi mis en place.

Traitements vétérinaires

  • Anti-inflammatoire non stéroïdien par voie orale ou intramusculaire ou intraveineuse pour soulager la douleur et l’inflammation

On peut utiliser par exemple la flunixine à une dose de 1 mg/kg de poids vif du cheval par jour (soit 500 mg par jour pour un cheval de 500kg)

  • Infiltration articulaire d’anti-inflammatoire stéroïdien ou corticoïde comme bétaméthasone pour limiter l’inflammation et la douleur.

Cependant, cette infiltration articulaire peut causer une synovite réactionnelle qui va aggraver l’inflammation. Aussi, un excès de corticoïdes peut se compliquer par de la fourbure chez le cheval.

  • Acide hyaluronique : 

Pour reconstituer le liquide synovial. Car l’acide hyaluronique est un des constituants naturels du liquide synovial.

  • Glycosaminoglycane polysulfate : 500 mg deux fois dans la première semaine, puis une fois tous les deux ou quatre semaines.
  • Glucosamine et chondroïtine sulfate par voie orale

Ces trois dernières molécules servent de complément pour l’articulation.

  • Protéines antagonistes (inhibiteurs) du récepteur d’interleukine (IRAP ou IL1 Ra)

Les interleukines sont des substances qui favorisent l’inflammation. IRAP ou IL1 Ra inhibent donc l’inflammation.

  • Tildren : 

Une molécule qui inhibe la résorption osseuse (« destruction osseuse »), qui ralentit donc l’évolution de l’arthrose 

  • Concentré plaquettaire de sang autologue ou PRP :

 Aide à la guérison car diminue l’inflammation et limite ainsi la progression de l’arthrose.

Il est à noter que l’utilisation de tous ces médicaments doit être sous conseils et prescription d’un vétérinaire car ils peuvent entraîner des effets secondaires graves en cas de mauvais usage.

Traitement chirurgical 

Arthrodèse (soudure de deux articulations afin de la mobiliser)

Onde de choc et radiothérapie

Pour freiner la progression de l’arthrose et pour soulager la douleur

Phytothérapie 

A l’aide de plantes à effet antidouleur articulaire comme la griffe du diable ou harpagophyton.

 Une infusion ou thé de cette plante va être administrée au cheval par voie orale, et sert aussi à laver extérieurement l’articulation douloureuse.

Autres options de traitement

  • Application locale

Au niveau de l’articulation, y appliquer du vinaigre de cidre, du miel, du cataplasme d’argile, des huiles essentielles : pouvant soulager la douleur

  • Mise en place d’une ferrure avec rolling 

Pour aider à la facilitation des mouvements articulaires

  • Mettre le cheval dans des endroits calmes et sûrs
  • Organisation d’exercices bien adaptés au stade de l’arthrose du cheval

Comment peut-on prévenir l’arthrose chez le cheval ?

D’après toutes ces causes, il est essentiel pour prévenir l’arthrose de:

  • bien rationner le cheval,
  • bien organiser les exercices et les repos,
  • alterner les exercices sur sol dur et sol profond,
  • faire des soins et parages réguliers des pieds du cheval,
  • soigner les blessures et toutes autres maladies atteignant le cheval.

Il est donc crucial de diagnostiquer tôt l’arthrose chez le cheval car c’est une maladie qui s’aggrave au cours du temps. Nécessitant ainsi une surveillance régulière et une prise en charge immédiate et adéquate le cas échéant.

Pour conclure, un cheval arthrosique n’est pas obligatoirement inapte aux courses ou aux concours. En outre, dans des cas avancés, le cheval arthrosique peut perdre sa carrière sportive.

Il est donc important de prévenir, surveiller, contrôler et bien traiter l’arthrose chez le cheval. 

Références 

La fourbure chez le cheval

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut