Biopsie testiculaire : Tout savoir sur cet examen clé

Article rédigé par le 22 février 2024

Face à l’infertilité masculine et le risque de cancer du testicule, la biopsie testiculaire se révèle être une intervention cruciale.

Cette procédure permet non seulement de surmonter l’infertilité en extrayant des spermatozoïdes, mais elle joue également un rôle préventif en détectant d’éventuelles anomalies cancéreuses !

En poursuivant votre lecture de cet article rédigé par un professionnel de santé, vous découvrirez ce qu’est précisément la biopsie testiculaire, dans quelles situations elle est indiquée, comment elle se déroule, et vous serez informé de ses complications possibles.

Les 5 points importants à retenir

  • 1- La biopsie testiculaire est une procédure médicale qui consiste à prélever un petit échantillon de tissu des testicules pour l’examiner au microscope.
  • 2- Elle est essentielle pour diagnostiquer les causes précises de l’infertilité chez les hommes, en particulier chez ceux souffrant d’azoospermie, où aucun spermatozoïde n’est présent dans l’éjaculat.
  • 3- Elle permet d’extraire directement des spermatozoïdes des testicules pour les utiliser dans des procédures de fécondation in vitro (FIV).
  • 4- Bien que moins couramment utilisée à cette fin pour éviter de disséminer des cellules cancéreuses, la biopsie testiculaire peut aider à identifier la présence de cancer testiculaire.
  • 5- Les méthodes modernes de biopsie testiculaire, telles que la microdissection TESE (Micro-TESE), sont minimalement invasives et permettent une récupération plus rapide, avec moins de douleur et de complications postopératoires.

Qu’est-ce que la biopsie testiculaire ?

La biopsie testiculaire est une procédure médicale qui permet aux médecins de jeter un œil très précis à l’intérieur de vos testicules, sans deviner ni supposer.

Imaginez-la comme une mission d’exploration où l’on prélève une toute petite partie du testicule pour l’examiner de près !

En termes simples, lors d’une biopsie testiculaire, le médecin prélève un petit échantillon de tissu directement de vos testicules. Pourquoi ? Pour observer au microscope les cellules et vérifier comment elles se comportent, si elles sont saines, ou si elles révèlent quelque chose d’inhabituel.

Vous vous demandez peut-être pourquoi quelqu’un aurait besoin d’une telle exploration ? Sans entrer dans les détails spécifiques de ses indications, sachez que c’est un outil précieux pour explorer la santé reproductive masculine ou détecter certaines maladies testiculaires, dont le cancer du testicule.

Quelles sont les indications de la biopsie testiculaire ?

La biopsie testiculaire est une procédure indiquée dans plusieurs situations, principalement liées à l’infertilité masculine et à la détection de maladies testiculaires, comme le cancer.

Voici les principales indications pour lesquelles vous pourriez être amené à subir une biopsie testiculaire :

Évaluation de l’infertilité masculine

Si vous et votre partenaire rencontrez des difficultés à concevoir un enfant, et que les tests standards n’ont pas réussi à identifier la cause, une biopsie testiculaire peut être recommandée.

Elle permet de vérifier la présence de spermatozoïdes dans le testicule (et leur qualité), notamment dans les cas d’azoospermie (absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat).

Azoospermie

Devant un spermogramme (examen qui étudie différents paramètres du sperme) montrant une azoospermie, c’est-à-dire une absence totale de spermatozoïdes dans le sperme, on réalise une biopsie testiculaire.

Cette dernière permet de faire la part des choses entre deux types d’azoospermie :

  • Si la biopsie met en évidence des spermatozoïdes : c’est une azoospermie obstructive — les spermatozoïdes sont donc bien produits par le testicule mais ils ne peuvent pas être éjaculés en raison d’un blocage (obstacle au niveau des canaux).
  • S’il y la biopsie ne met en évidence aucun spermatozoïde, ou révèle une production insuffisante de spermatozoïdes due à des problèmes au niveau des testicules : azoospermie non obstructive (l’absence ou le manque de spermatozoïdes dans l’éjaculat n’est pas dû à un blocage mais à un défaut de production au niveau du testicule lui-même).
RECOMMANDÉ :  Dépistage de la gonorrhée : Guide pour prévenir et traiter

Bon à savoir !

La biopsie testiculaire est capable de découvrir des spermatozoïdes viables même dans des cas où l’analyse de l’éjaculat ne montre aucun spermatozoïde, grâce à la technique de la Micro-TESE (microdissection testiculaire de spermatozoïdes).

Cette méthode de pointe, effectuée sous microscope, permet de sélectionner avec précision les zones du testicule où la probabilité de trouver des spermatozoïdes est la plus élevée, révolutionnant ainsi les options de fertilité pour les hommes souffrant d’azoospermie non obstructive.

Extraction de spermatozoïdes pour la FIV

En cas d’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat (azoospermie non obstructive), pour avoir un enfant par fécondation in vitro (FIV), la biopsie testiculaire peut être utilisée pour tenter d’extraire directement des spermatozoïdes des testicules. Ces derniers pourront alors être utilisés pour la FIV.​​

Diagnostic de cancer testiculaire

Si une tumeur est suspectée dans le testicule (masse palpable ou visualisée à l’échographie), une biopsie testiculaire peut être effectuée pour confirmer la présence de cellules cancéreuses.

D’après les recommandations des auteurs de cette mini revue de littérature scientifique publiée dans le Asian Journal of Andrology, toutes les biopsies testiculaires devraient être analysées pour rechercher un éventuel cancer in situ (CIS), même si ces dernières ont été réalisées pour d’autres motifs.

Cependant, dans le cas du cancer testiculaire, la biopsie est abordée avec prudence pour éviter de propager des cellules cancéreuses et d’autres méthodes de diagnostic sont souvent privilégiées.

D’ailleurs, en cas de suspicion d’un cancer testiculaire, le testicule atteint est le plus souvent retiré dans sa globalité (orchidectomie) très rapidement pour éviter tout risque inutile.

Évaluation de testicules cryptorchides

Chez les jeunes garçons dont les testicules ne sont pas descendus correctement dans le scrotum (cryptorchidie), une biopsie peut être réalisée lors de la chirurgie corrective pour évaluer la fonction testiculaire.

Il est important de noter que la décision d’effectuer une biopsie testiculaire est prise après une évaluation minutieuse de votre situation particulière. Votre médecin prendra en compte les résultats de vos analyses antérieures, votre état de santé général, ainsi que vos désirs de fertilité futurs avant de recommander cette procédure.

Comment se déroule une biopsie testiculaire ?

La biopsie testiculaire, qu’elle soit réalisée dans le cadre d’une investigation sur l’infertilité ou pour évaluer une masse testiculaire suspecte, se déroule en plusieurs étapes clés.

Voici le déroulement détaillé de la procédure, étape par étape :

1. Consultation préopératoire

Vous aurez une consultation avec un urologue qui évaluera votre état de santé général, discutera des raisons de la biopsie, et expliquera la procédure.

Comme pour toute autre procédure invasive, on vous fournira toutes les informations sur les bénéfices, les risques, et les alternatives possibles à la biopsie testiculaire, et vous serez invité à signer un consentement éclairé.

2. Préparation à la procédure

Il vous sera demandé de ne pas manger ni boire pendant une période précédant l’intervention, surtout si une anesthésie générale est prévue.

Selon les instructions de votre médecin, vous pourriez avoir besoin de vous raser le scrotum avant la procédure.

3. Anesthésie

Une anesthésie locale est appliquée pour engourdir la zone du scrotum. La procédure n’est donc pas douloureuse.

Dans certains cas, une anesthésie générale peut être utilisée, vous plongeant dans un état de sommeil profond pendant la procédure.

4. Réalisation de la biopsie

La biopsie testiculaire proprement dite se déroule comme suit :

  • Incision : pour une biopsie ouverte, le chirurgien réalise une petite incision dans le scrotum ou, dans certains cas, dans la région inguinale (l’aine), pour accéder au testicule.
  • Prélèvement de tissu : un petit morceau de tissu testiculaire est prélevé pour analyse (biopsie ouverte). Dans le cas d’une biopsie percutanée, une aiguille fine est utilisée pour extraire l’échantillon à travers la peau.
RECOMMANDÉ :  Biopsie du foie : Guide complet

Si nécessaire, l’échantillon peut être examiné immédiatement pour déterminer la présence de cellules cancéreuses. On appelle cela l’examen extemporané.

Si ce dernier met en évidence des cellules malignes, une orchidectomie (ablation complète du testicule atteint) est réalisée directement.

Évidemment, le patient aura été informé de cette éventualité avant la réalisation de la biopsie, précisément lors de la consultation préopératoire et la signature du consentement éclairé.

5. Clôture de la procédure

Une fois l’échantillon testiculaire prélevé :

  • Fermeture : l’incision est soigneusement fermée avec des sutures résorbables ou non, selon le cas.
  • Récupération : le patient sera transféré en salle de réveil où son rétablissement sera surveillé pendant quelques heures.

6. Soins postopératoires

Des instructions détaillées sur les soins à domicile, y compris la gestion de la douleur et la prévention des infections, seront fournies au patient.

Illui sera notammentconseillé de se reposer et d’éviter les activités physiques intenses pendant les premiers jours suivant la procédure.

7. Suivi et résultats

Un rendez-vous de suivi sera programmé pour discuter des résultats de la biopsie et des étapes suivantes, si nécessaire.

Selon les résultats, des traitements supplémentaires ou des mesures de suivi spécifiques pourront être recommandés.

Chaque étape de cette procédure est conçue pour maximiser la sécurité du patient, minimiser les risques de complications, et assurer l’obtention d’informations diagnostiques précises.

Quelles sont les complications possibles d’une biopsie testiculaire ?

Bien que la biopsie testiculaire soit généralement considérée comme une procédure sûre, comme pour toute intervention médicale, elle peut comporter certains risques et complications.

La majorité de ces complications sont rares et les mesures préventives prises par les équipes médicales visent à les minimiser.

Voici les complications possibles associées à une biopsie testiculaire :

  • Douleur et inconfort : la zone biopsiée peut être sensible ou douloureuse après l’anesthésie. La douleur est habituellement gérable avec des médicaments antidouleur prescrits ou recommandés par votre médecin.
  • Saignement et hématomes : un léger saignement au site de l’incision ou l’apparition d’un hématome (un bleu causé par une accumulation de sang sous la peau) sont possibles. Ces symptômes tendent à se résorber d’eux-mêmes.
  • Infection : comme pour toute procédure invasive, il y a un risque d’infection au niveau de l’incision. Les signes d’infection comprennent la rougeur, le gonflement, la chaleur, et un écoulement purulent.
  • Dommages aux structures testiculaires : il existe un risque minime de dommages aux structures à l’intérieur ou autour des testicules, y compris les vaisseaux sanguins et les canaux qui transportent les spermatozoïdes. Ces dommages peuvent potentiellement affecter la fertilité ou causer une hydrocèle (accumulation de liquide autour du testicule).
  • Réaction à l’anesthésie : certaines personnes peuvent avoir une réaction à l’anesthésie locale ou générale, bien que cela soit rare.
  • Effets sur la fertilité : bien que l’objectif de la biopsie testiculaire soit souvent d’évaluer et de traiter l’infertilité, il existe un faible risque que la procédure elle-même puisse affecter la fertilité, en particulier si des dommages surviennent aux structures testiculaires.
  • Formation de cicatrices : une petite cicatrice peut se former là où l’incision a été faite. Dans la plupart des cas, elle est peu visible et ne pose pas de problème à long terme.

Il est important de discuter avec votre médecin des risques spécifiques liés à votre situation de santé et des mesures que vous pouvez prendre pour minimiser ces risques.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes. 

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut