Bradycardie : Signification émotionnelle

Article rédigé par le 14 juin 2024

Le cœur, en tant que pompe vitale, maintient un rythme régulier de 60 à 100 battements par minute (BPM).

Une baisse en dessous de 60, appelée bradycardie, peut refléter des états émotionnels spécifiques.

Cet article, rédigé par un professionnel de santé, explore comment la dépression, la peur, et d’autres émotions peuvent influencer la bradycardie

Quelques notions sur le rythme cardiaque 

Le cœur, moteur central de notre corps, assure la circulation sanguine en se contractant de manière régulière. Cette action est orchestrée par un système électrique interne complexe, souvent comparé à un « câblage » naturel du cœur.

Le nœud sinusal, situé dans l’oreillette droite, joue un rôle primordial en tant que stimulateur cardiaque naturel, déclenchant les impulsions électriques qui régulent chaque battement.

Habituellement, le rythme cardiaque au repos d’un adulte se situe entre 60 et 100 battements par minute. Des variations peuvent se produire en fonction de l’âge, de la condition physique et de l’activité.

Par exemple, les athlètes bien entraînés peuvent avoir un rythme cardiaque au repos plus bas, reflétant une efficacité cardiaque accrue.

Toutefois, lorsque ce système de conduction connaît des dysfonctionnements, il peut en résulter une bradycardie, définie par un rythme cardiaque inférieur à 60 battements par minute.

Quelles émotions sont généralement associées à la bradycardie ?

La bradycardie survient souvent après avoir traversé de nombreuses souffrances morales, lorsque votre cœur, épuisé par la douleur, cherche à ralentir.

Plusieurs situations émotionnelles peuvent en être la cause, notamment :

  • L’accumulation de peines profondes
  • Le désir de garder pour vous des conflits familiaux, comme des secrets de famille
  • La difficulté à faire le deuil
  • La peur de mourir ou d’être empoisonné
  • La frustration affective ou sexuelle, ou l’épuisement émotionnel, qui peut mener à ne plus vouloir se battre

Bon à savoir !
Un choc émotionnel brutal peut induire violemment un arrêt de l’irrigation (alimentation) du cœur à l’origine d’une bradycardie : il s’agit du syndrome du cœur brisé ou Takotsubo

La liaison entre dépression et bradycardie

La dépression peut effectivement affecter votre cœur et votre rythme cardiaque, mais il est important de comprendre que ce n’est pas toujours de la même manière pour tout le monde.

  • Impact sur le cœur : si vous souffrez de dépression, vous avez un risque plus élevé de développer des problèmes cardiaques. Cela s’explique par plusieurs facteurs, notamment l’augmentation de l’inflammation dans le corps et des niveaux plus élevés de cortisol, l’hormone du stress.
  • Variabilité de la fréquence cardiaque (HRV) : les personnes déprimées ont souvent une variabilité de la fréquence cardiaque réduite. Cela signifie que leur cœur a plus de difficulté à s’adapter aux changements, comme le passage de l’état de repos à l’effort. Une HRV réduite est un indicateur que le système nerveux autonome, qui régule le rythme cardiaque, ne fonctionne pas de manière optimale.
  • Système nerveux autonome : la dépression peut perturber l’équilibre entre le système nerveux sympathique (qui prépare le corps à l’action) et le système nerveux parasympathique (qui aide le corps à se détendre). Chez certaines personnes, cette perturbation peut entraîner une diminution de l’activité du système sympathique, ce qui peut ralentir le rythme cardiaque et provoquer une bradycardie.
RECOMMANDÉ :  Agoraphobie : Signes et solutions (tout savoir) 

En résumé, la dépression peut affecter le rythme cardiaque de différentes façons. Dans certains cas, cela peut entraîner un ralentissement du cœur, mais ce n’est pas une règle générale. Les effets de la dépression sur le cœur sont complexes et varient en fonction de nombreux facteurs.

La peur peut provoquer une bradycardie

Selon une étude de S. Battaglia, C. Nazzi, J.F. Thayer dans “Fear-induced bradycardia in mental disorders: Foundations, current advances, future perspectives”

Des situations effrayantes provoquent une diminution transitoire de la fréquence cardiaque, ce qui signifie un rythme cardiaque plus faible pendant quelques secondes. 

En se basant sur cette théorie, une technique a été développée pour évaluer le conditionnement de la peur chez les humains : la bradycardie induite par la peur.

Des études ont souligné son utilité, même si vous souffrez de divers troubles psychiatriques

Problèmes de santé entraînant des troubles émotionnels et une bradycardie

Certains problèmes de santé peuvent engendrer des déséquilibres émotionnels et entraîner une bradycardie.

Par exemple, l’hypothyroïdie, une condition où la glande thyroïde ne produit pas suffisamment d’hormones, peut provoquer des symptômes de dépression et de fatigue, impactant ainsi le système cardiovasculaire.

De même, l’insuffisance cardiaque, où le cœur ne pompe pas efficacement le sang, peut non seulement entraîner des problèmes physiques mais aussi des troubles émotionnels comme l’anxiété et la dépression.

Ces conditions affectent le fonctionnement du système nerveux autonome, responsable de la régulation du rythme cardiaque, et peuvent ainsi provoquer une bradycardie.

Quand consulter ? 

La bradycardie se manifeste en général sur une courte période sans provoquer d’effets néfastes supplémentaires.

Toutefois, devant une bradycardie récidivante et/ou persistante, il est important de voir un médecin le plus vite possible.

En effet, une bradycardie récurrente ou persistante peut être le signe d’une cause sous-jacente autre qu’émotionnelle. Cette cause doit être identifiée et traitée pour éviter tout risque de complications.

Si vous cherchez un spécialiste dans votre région, consultez notre répertoire.

Avis du professionnel de santé

La bradycardie est souvent due à des problèmes physiques. Par exemple, le vieillissement du cœur, certaines maladies cardiovasculaires, ou la prise de médicaments comme ceux pour l’hypertension peuvent ralentir le cœur.

Dans ces cas-là, il est important de consulter votre médecin pour ajuster le traitement si nécessaire.

Les émotions peuvent aussi affecter votre cœur. Le stress, l’anxiété, et d’autres émotions fortes peuvent parfois ralentir temporairement votre rythme cardiaque.

Une fois que vous vous sentez mieux et que ces émotions s’atténuent, votre rythme cardiaque devrait revenir à la normale.

RECOMMANDÉ :  Cardiomyopathie hypertrophique : Tout savoir

Toutefois, si votre bradycardie est persistante ou récurrente, il ne faut pas la prendre à la légère.

Si votre cœur bat lentement pendant une longue période ou si cela se produit souvent, surtout si vous ressentez des vertiges, des évanouissements, une grande fatigue ou des douleurs à la poitrine, allez voir un médecin rapidement.

Ils pourront identifier la cause du problème et vous proposer le traitement adéquat.

Les 5 points clefs à retenir 

  • 1. La bradycardie est un ralentissement du rythme cardiaque inférieur à 60 battements par minute. 
  • 2. La bradycardie cache généralement des émotions négatives, surtout liées à l’épuisement moral
  • 3. La dépression entraîne un ralentissement du fonctionnement du système nerveux à l’origine d’une bradycardie. 
  • 4. La peur provoque une bradycardie temporaire. La bradycardie induite par la peur est d’ailleurs une technique utilisée par les scientifiques pour évaluer le conditionnement de la peur. 
  • 5. Certaines maladies entraînent des troubles émotionnels. Ces derniers causent par la suite une bradycardie. C’est le cas au cours d’une insuffisance cardiaque ou une hypothyroïdie. 

Témoignages

Bonjour !

Je vous explique mon cas. Je suis une femme de 31ans et depuis deux semaines, j’ai eu au moins cinq  » malaises  » comme je les appelle. Je vous décris ce que je ressens ; une douleur graduelle et vive au creux de la poitrine et qui dernièrement est accompagnée au plus fort de sueur. Mais je n’ai pas de vertige, nausée ni de difficulté respiratoire. Seulement cette pression (serrement) et ensuit sensation de brûlure au milieu de la poitrine. Hier matin, j’ai eu ma crise la plus importante, elle a commencé à 7 h 30. après le départ de mon mari et ma fille, je me dépêchais pour ne pas être en retard et ça commencé (…) Les ambulanciers m’ont dit que je faisais de l’arythmie et m’ont transféré à l’institut de cardiologie.

Voir la suite de la conversation sur psychomedia

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut