Bursite d’épaule et arrêt de travail : tout savoir (maladie professionnelle ?)

Article rédigé par le 2 mars 2023

La bursite de l’épaule est une affection qui peut causer d’intenses douleurs et qui peut rendre certains mouvements très difficiles. Ainsi, peut-on la considérer en tant que maladie professionnelle ? Bursite d’épaule et arrêt de travail : est-ce un motif pour suspendre les activités professionnelles ? On en parle dans cet article rédigé par un médecin.

Rappel sur la bursite de l’épaule

La bursite d’épaule est une affection inflammatoire affectant une ou plusieurs des bourses séreuses de l’épaule. Les bourses séreuses sont de petites poches remplies de liquide qui servent de coussins entre les os et les tissus mous, comme les tendons et les muscles, réduisant le frottement et facilitant le mouvement des articulations.

Lorsqu’une bourse séreuse devient enflammée, le mouvement dans l’articulation concernée peut devenir douloureux et limité. On parle alors de bursite.

Les causes probables de la maladie sont multiples. Toutefois, la plus fréquente est la surutilisation de l’épaule due à la pratique de sport ou de travaux à la chaine. Des traumatismes à l’épaule, ou l’usure dûe à l’âge, font également partie des causes potentielles.

Ce que disent les études : Il existe des preuves que l’exposition à des contraintes physiques sur le lieu de travail, telles que le travail en hauteur, le port de charges lourdes et le travail dans une posture inconfortable, augmente le risque de blessures à l’épaule. Des facteurs de risque psychosociaux sont également associés à l’apparition des symptômes.

La bursite de l’épaule engendre une intense douleur au niveau de la zone concernée, qui peut s’aggraver la nuit ou lors de mouvements de l’épaule (surtout en élévation).

Le patient peut également noter une raideur de l’épaule, une chaleur ou un gonflement dans certains cas. En l’absence d’un traitement, cette maladie peut affecter les activités quotidiennes et professionnelles.

Le diagnostic de la bursite d’épaule est généralement posé sur la base de l’histoire clinique du patient et d’un examen physique. Des tests d’imagerie, comme la radiographie, l’échographie ou l’IRM, peuvent être utilisés pour exclure d’autres causes de douleur à l’épaule, comme une déchirure de la coiffe des rotateurs, et pour confirmer l’inflammation de la bourse séreuse.

Il est possible de traiter la bursite avec des moyens médicamenteux, des exercices thérapeutiques et des moyens naturels. Dans des cas particuliers, il faut recourir à une infiltration ou une opération chirurgicale.

Consultez cet article pour en savoir plus sur la bursite d’épaule.

Bursite de l’épaule : Quand l’arrêt de travail s’impose

L’arrêt de travail en cas de bursite d’épaule peut être une mesure nécessaire, surtout si les exigences physiques de votre travail impliquent des mouvements répétitifs, des efforts physiques, ou des postures qui aggravent la condition.

Rappel : La décision d’arrêter le travail en présence de bursite d’épaule doit être prise en concertation avec le médecin, en tenant compte de l’état de l’épaule, des responsabilités professionnelles du patient, et de l’objectif de favoriser une guérison optimale sans risque de récidive.

La décision de prescrire un arrêt de travail dépend de plusieurs facteurs, notamment :

La sévérité des symptômes :

La douleur et l’incapacité à effectuer des mouvements d’amplitude normale avec l’épaule peuvent sérieusement compromettre la capacité à accomplir certaines tâches professionnelles, surtout celles nécessitant des mouvements répétitifs des bras, les gestes en élévation, ou des charges lourdes à manipuler.

RECOMMANDÉ :  Calcification de l’épaule et cancer : quels liens ?

La nature du travail :

Toute profession exigeant des mouvements répétitifs de l’épaule, des postures prolongées avec les bras en élévation, ou l’usage de force peuvent nécessiter un arrêt temporaire pour favoriser la guérison. On pense notamment aux métiers suivants :

  • femme de ménage ;
  • les personnes qui portent de lourdes charges à longueur de journée ;
  • les caissiers ;
  • les agriculteurs et cultivateurs ;
  • les sportifs ;
  • certains emplois de bureau ;
  • etc.

La réponse au traitement initial :

Si les mesures conservatrices (repos, médication anti-inflammatoire, kinésithérapie) offrent un soulagement significatif, un arrêt de travail de courte durée peut suffire. Cependant, des cas plus sévères ou réfractaires au traitement initial pourraient nécessiter un arrêt prolongé.

En général, l’arrêt de travail permet à l’épaule de se reposer dans le but de réduire l’inflammation, et accélérer le processus de guérison. Il permet aussi l’évitement des activités professionnelles qui solliciteraient l’épaule et aggraveraient les symptômes.

Avis du kiné : Bien que l’épaule nécessite un temps de repos en phase aigüe, il est important de mobiliser l’épaule le plus tôt possible. Ceci permettra d’éviter l’atrophie musculaire et la raideur articulation de l’épaule. Un professionnel de santé vous guidera dans l’exécution d’exercices permettant de stimuler l’épaule sans pour autant aggraver la douleur.

Quel plan pour le retour au travail ?

Un plan de retour au travail après une bursite de l’épaule doit être soigneusement élaboré pour assurer une transition en douceur vers son activité professionnelle, et éviter les rechutes. Voici une approche générale pour élaborer un plan efficace :

  1. Avant le retour au travail, une évaluation par un professionnel de santé permettra de confirmer que l’épaule s’est suffisamment amélioré, et que les capacités de l’épaule répondent aux exigences physiques de votre métier.
  2. Si besoin, le médecin fera certaines recommandations ou proposera l’ajustement de certaines tâches. Ceci inclut la modification du poste de travail, l’utilisation de matériel ergonomique, l’incorporation de pauses régulières, des limitations de tâches impliquant des mouvements répétitifs ou le soulèvement de charges lourdes, etc.
  3. Si indiqué, le médecin proposera un horaire allégé ou des tâches modifiées. Ensuite, on envisagera une augmentation progressive des heures de travail et de la charge de travail selon votre tolérance.
  4. Il est recommandé de continuer la kinésithérapie (physiothérapie) en parallèle, dans le but de soulager la douleur et vous accompagner lors du retour au travail.

Important : Il est crucial de communiquer clairement avec l’employeur et ses collègues sur vos limitations et besoins spécifiques pour faciliter un retour au travail en toute sécurité.

Le plan de retour au travail après une bursite de l’épaule doit être flexible ,et adapté à l’évolution de l’état de santé du travailleur. L’objectif est de favoriser une reprise des activités professionnelles sans compromettre la guérison de l’épaule, en mettant l’accent sur la prévention des futures blessures.

Bursite de l’épaule : Est-ce une maladie professionnelle ?

À l’heure actuelle, les maladies professionnelles reconnues incluent :

  • Tendinopathie aiguë non rompue non calcifiante avec ou sans enthésopathie de la coiffe des rotateurs.
  • Tendinopathie chronique non rompue non calcifiante avec ou sans enthésopathie de la coiffe des rotateurs, objectivée par IRM.
  • Rupture partielle ou transfixiante de la coiffe des rotateurs, objectivée par IRM.
RECOMMANDÉ :  Syndrome de loges : opération (indication et procédure)

Étant donné qu’elle ne figure pas dans cette liste, la bursite de l’épaule ne peut pas être directement reconnue comme maladie professionnelle.

Toutefois, la bursite d’épaule est souvent associée à d’autres atteintes de l’épaule, y compris les pathologies mentionnées ci-dessus.

Si tel est le cas, alors la condition peut être reconnue comme maladie professionnelle si elle respecte les critères du tableau 57 des maladies professionnelles, en termes de délai de prise en charge, de durée d’exposition, et de la liste limitative des travaux susceptibles de provoquer ces maladies.

Peut-on faire reconnaître la bursite d’épaule même si elle ne figure pas dans les tableaux ?

Dans certains cas, il est possible de faire reconnaître une maladie comme professionnelle même si elle n’apparaît pas explicitement dans les tableaux de maladies professionnelles. Toutefois, la maladie ne sera pas automatiquement présumée d’origine professionnelle.

Il est nécessaire d’entreprendre des démarches spécifiques et de fournir des preuves concrètes établissant que la maladie est directement liée à l’emploi exercé pour pouvoir bénéficier de la reconnaissance et ouvrir des droits.

Pour qu’une maladie non répertoriée dans les tableaux soit reconnue comme maladie professionnelle, deux conditions doivent impérativement être remplies :

  • Un taux d’Incapacité Permanente Partielle (IPP) d’au moins 25%, ou bien que cette maladie ait causé le décès du travailleur.
  • Un lien clair et direct entre l’apparition de la maladie et l’activité professionnelle habituelle.

Votre dossier sera examiné par un Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP), composé d’experts médicaux, qui évaluera la causalité entre votre maladie et votre emploi.

Il est conseillé de discuter de votre situation avec votre médecin et de consulter un avocat spécialisé en droit du travail pour un accompagnement personnalisé et pour optimiser vos chances de reconnaissance de la bursite d’épaule comme maladie professionnelle, même en l’absence d’une inscription directe dans les tableaux des maladies professionnelles.

Conseils des experts : Si la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) n’accepte pas votre condition comme maladie professionnelle, il faut être proactif car il existe un délai aussi court que 2 mois pour contester la décision.

Témoignages

Parmis mes premiers symptomes,  »bursite à l’épaule gauche » très souffrant, les larme aux yeux, sensation de brulure à l’intérieur de l’épaule jusqu’au coude, incapable de lever le bras, d’attacher mon soutien-gorge ou de peigner mes cheveux, incapable de prendre un objet sur une étagère ou une assiette dans l’armoire du haut, etc.

Membre de Carenity

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 3

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut