Capsulite rétractile (épaule gelée) : Définition et prise en charge

Article rédigé par le 3 juillet 2023

Si vous ressentez une raideur et une douleur à l’épaule, il est possible que vous souffriez de capsulite rétractile. Cette pathologie du membre supérieur entraîne une perte progressive de la mobilité de l’articulation de l’épaule, parfois jusqu’à l’immobilité presque totale.

Dans cet article, nous définissons la capsulite rétractile et expliquons les différentes possibilités de prise en charge.

Anatomie de l’épaule

L’épaule humaine est composée de trois os principaux :

  • La clavicule ;
  • L’omoplate ;
  • Et l’humérus.

Cette disposition complexe permet des mouvements importants ; l’articulation de l’épaule est considérée comme remarquablement flexible grâce aux vingt muscles supplémentaires qui l’entourent. Ce réseau complexe d’os et de muscles permet une large gamme de mouvements :

  • De l’abduction à l’adduction ;
  • Ainsi que la flexion ;
  • L’extension ;
  • La rotation ;
  • Et la circumduction.

Le point central de l’épaule est cependant l’articulation gléno-humérale. Celle-ci se compose d’une zone ronde sur l’os du bras (humérus) et d’une cavité correspondante dans l’omoplate, appelée fosse glénoïde.

Ces deux éléments sont dotés de cartilage pour les protéger pendant le mouvement et améliorer leurs caractéristiques de glissement lorsqu’ils sont en action. Tous ces composants travaillent ensemble pour créer une articulation incroyablement flexible et dynamique, qui nous permet de mener à bien nos activités quotidiennes avec aisance !

Capsulite rétractile (épaule gelée) : Définition

La capsulite rétractile, plus communément appelée épaule gelée, est une affection chronique qui entraîne l’épaississement et la contraction des tissus conjonctifs d’une articulation.

Cela entraîne souvent une réduction significative de la flexibilité et peut causer une douleur débilitante.

L’épaule gelée se produit lorsque la capsule entourant l’articulation se resserre, ce qui la fait durcir et la rend inflexible ; rendant le mouvement extrêmement difficile et douloureux.

La réduction de l’amplitude des mouvements est courante, de même que la formation d’un tissu cicatriciel plus épais autour de l’articulation, qui entrave encore davantage la mobilité.

Causes de la capsulite rétractile (épaule gelée)

Bien que la cause de la capsulite rétractile ne soit pas connue dans tous les cas, plusieurs facteurs de causalité peuvent y être associés. Il s’agit notamment de :

  • Épiphyse fémorale capitale glissée ;
  • Complications post-chirurgicales (acromioplastie, réparation de coiffe des rotateurs, etc.) ;
  • Blessure ou traumatisme à l’épaule ;
  • Changements liés à l’âge ;
  • Conditions médicales telles que le diabète,
  • Les troubles thyroïdiens et les maladies rénales ;
  • Longues périodes d’inactivité ou d’immobilisation ;
  • Maladie de Lyme ;
  • Infection par le VIH et affections de la coiffe des rotateurs.

D’autres maladies systémiques (maladies cardiovasculaires, maladie de Parkinson, taux de cholestérol élevé, ostéoarthrite, etc.) ont été associées à un risque accru de développer une épaule gelée.

L’algodystrophie peut également mener à une capsulite, surtout lorsqu’elle est non traitée ou si le membre supérieur est immobilisé pendant une période prolongée.

Capsulite rétractile post-traumatique

Bien que les causes exactes ne soient pas tout à fait comprises, il n’est pas rare de retracer un antécédent de traumatisme chez les gens souffrant de capsulite rétractile. En effet, cette condition peut se développer suite à une blessure, une chirurgie ou une immobilisation prolongée de l’épaule.

On estime que des facteurs tels que l’inflammation, la cicatrisation excessive, les adhérences tissulaires et les modifications neurologiques peuvent contribuer à son développement.

  • Inflammation : Il s’agit d’un des éléments clés associés à la capsulite rétractile post-traumatique. Lorsqu’un traumatisme survient, il déclenche une réaction inflammatoire dans les tissus de l’épaule. L’inflammation excessive peut entraîner un épaississement et un durcissement de la capsule articulaire, ce qui limite la mobilité de l’articulation.
  • Cicatrisation excessive : Dans certains cas, la cicatrisation peut être excessive après une blessure, conduisant à une augmentation de la production de tissu cicatriciel dans la capsule articulaire. Cela peut entraîner une contraction et une rétraction de la capsule.
  • Adhérences tissulaires : Les adhérences se forment lorsque des tissus conjonctifs se collent ensemble suite à un traumatisme, ce qui peut entraîner une réduction de l’espace et une restriction des mouvements de l’articulation de l’épaule.
  • Modifications neurologiques : Les nerfs qui innervent l’épaule peuvent subir des altérations suite à un traumatisme, ce qui peut influencer les signaux de contraction et de relaxation des muscles entourant l’épaule. Ces modifications neurologiques peuvent contribuer à la contraction excessive de la capsule articulaire et à la raideur de l’épaule.
RECOMMANDÉ :  Rupture de la coiffe des rotateurs : séquelles et invalidité

Il est important de noter que ces facteurs sont davantage théoriques, et que des études sont nécessaires clarifier les causes de capsulite rétractile

Ceci aiderait à développer des stratégies de traitement plus ciblées et efficaces pour cette condition.

Symptômes de la capsulite rétractile (épaule gelée)

L’épaule gelée, ou capsulite rétractée, se caractérise par une restriction graduelle, progressive et souvent douloureuse de l’amplitude de mouvement de l’articulation de l’épaule, et peut durer de deux mois à deux ans ou plus. Les symptômes les plus courants sont :

  • Une réduction de la mobilité et de l’amplitude des mouvements ;
  • Une douleur sourde et profonde dans l’articulation pendant les mouvements et les périodes de repos, qui peut irradier vers le bras ;
  • Une douleur profonde la nuit qui peut interrompre le cycle du sommeil ;
  • Une sensibilité à la pression exercée sur l’omoplate et la zone qui l’entoure ;
  • Une difficulté à soulever des objets au-dessus du niveau de l’épaule ainsi qu’une difficulté à passer la main derrière le dos pour attacher les bretelles d’un soutien-gorge ou enfiler un t-shirt.
  • Des spasmes musculaires

Les personnes souffrant d’une épaule gelée trouvent souvent cette affection difficile à gérer. Si vous présentez l’un de ces symptômes, assurez-vous de consulter votre médecin pour déterminer s’il s’agit bien d’une capsulite rétractile.

Diagnostic de la capsulite rétractile (épaule gelée)

Le diagnostic de la capsulite rétractile (épaule gelée) commence généralement par les antécédents médicaux du patient et un examen physique par un prestataire de soins.

L’examen comprendra l’évaluation de l’amplitude de mouvement des articulations en étirant passivement les bras du patient dans différentes positions.

On observe souvent un patron capsulaire à l’examen clinique, c’est-à-dire une restriction de mouvement qui touche principalement les mouvements de rotation externe, abduction, et rotation interne (dans cet ordre particulier).

Sur le plan fonctionnel, les patients observent souvent des limitations lors des tâches suivantes :

  • se laver
  • attacher un soutien-gorge (femme)
  • mettre la main dans le dos ou dans sa poche arrière
  • chercher un objet sur le siège arrière d’une voiture lorsqu’on est conducteur
  • conduire son véhicule
  • mouvements au dessus de l’horizontal
  • etc.

Capsulite rétractile et imagerie (radiographie, échographie, IRM)

D’une part, il faut mentionner que la capsulite est un diagnostic clinique, et que l’imagerie n’est pas toujours nécessaire pour émettre un diagnostic.

Par contre, si une épaule gelée est suspectée, des examens d’imagerie médicale peuvent être utilisées pour fournir des preuves supplémentaires, et permettre une distinction plus précise entre la rétractile de la capsulite et des maladies similaires (comme la tendinite et la rupture de la coiffe des rotateurs).

Pour diagnostiquer une capsulite rétractile de l’épaule, plusieurs modalités d’imagerie médicale peuvent être utilisées pour évaluer les structures de l’épaule et exclure d’autres pathologies.

La radiographie conventionnelle est souvent le premier examen d’imagerie réalisé. Bien que la radiographie ne puisse pas visualiser directement la capsule articulaire, elle permet d’évaluer la structure osseuse de l’épaule, de détecter des signes indirects de capsulite rétractile, tels que des calcifications ou des modifications dégénératives des articulations.

RECOMMANDÉ :  Tendinite calcifiante de l’épaule : exercices kiné pour se soulager

L’échographie est une modalité d’imagerie largement utilisée pour évaluer l’épaule en cas de suspicion de capsulite rétractile. Elle permet de visualiser directement la capsule articulaire, ainsi que les structures environnantes telles que les tendons, les muscles et les vaisseaux sanguins.

L’échographie peut aider à identifier des signes caractéristiques de capsulite rétractile, tels qu’un épaississement et une fibrose de la capsule.

L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est une méthode d’imagerie plus avancée qui peut fournir des informations détaillées sur les tissus mous de l’épaule.

L’IRM permet de visualiser la capsule articulaire, les tendons, les muscles et d’autres structures de l’épaule en détail. Elle peut aider à exclure d’autres pathologies similaires et à confirmer le diagnostic de capsulite rétractile.

Chaque modalité d’imagerie présente ses avantages et ses limites, et le choix de la technique dépendra des spécificités du cas et de la disponibilité des équipements.

Traitement de la capsulite rétractile (épaule gelée)

Lorsqu’il s’agit de traiter une affection connue sous le nom de capsulite rétractile, il existe deux approches principales : l’approche conservatrice et l’approche chirurgicale.

Traitement conservateur

Le traitement conservateur de la capsulite rétractile (épaule gelée) comprend :

  • Des exercices de kinésithérapie (physiothérapie) et des stratégies de gestion de la douleur. Ces exercices de kinésithérapie (physiothérapie) visent à réduire la raideur de l’articulation de l’épaule et à améliorer l’amplitude des mouvements. Les exercices couramment prescrits comprennent :
  • Les balançoires pendulaires ;
  • La mise en place de l’omoplate ;
  • Les étirements dans tous les plans ;
  • Les pompes murales ;
  • Et les techniques de traction.
  • En plus de ces exercices, des traitements topiques par la chaleur ou le froid peuvent être appliqués en fonction de la gravité des symptômes et du type de pathologie de l’épaule.
  • Des médicaments contre la douleur, notamment des anti-inflammatoires comme l’ibuprofène, peuvent contribuer à soulager les symptômes.

Enfin, les techniques de massage des tissus mous se sont avérées bénéfiques dans la gestion de la capsulite rétractile.

Traitement chirurgical

Ce type d’intervention est souvent recommandé lorsqu’un patient présente des symptômes chroniques ou graves qui n’ont pas été soulagés après des mois de thérapie physique et d’exercices.

Au cours de l’intervention chirurgicale de la capsulite rétractile, le médecin procède généralement à :

  • La manipulation sous anesthésie implique un mouvement doux de l’articulation de l’épaule par un anesthésiste ou un chirurgien orthopédique afin d’augmenter l’amplitude du mouvement.
  • L’arthroscopie est une autre forme de traitement de la capsulite rétractile qui peut impliquer la libération des adhérences et du tissu cicatriciel autour de l’articulation de l’épaule par de très petites incisions.
  • Il est également possible d’effectuer une libération chirurgicale ouverte si la cause de l’épaule gelée ne peut être localisée par arthroscopie ou s’il est nécessaire d’accéder à de plus grandes zones.

Quel que soit le type de traitement choisi pour une épaule gelée, le patient doit consulter son médecin pour discuter des facteurs de risque associés à ces procédures avant de prendre toute décision concernant les plans de traitement futurs.

Ressources

Capsulite rétractile de l’épaule et invalidité : maladie professionnelle ?

Capsulite rétractile de l’épaule : durée d’arrêt de travail

Références

https://urml-m.org/wp-content/uploads/2016/theses-rhumato/capsulite-retractile.pdf
https://www.rhumato.info/docs/capsulite.pdf
https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2017/revue-medicale-suisse-577/la-capsulite-retractile-de-l-epaule-mise-au-point-en-2017
https://www.revmed.ch/view/434014/3731708/RMS_577_1704.pdf

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut