Cardiomyopathie dilatée : un risque cardio-vasculaire à ne pas négliger

Article rédigé par le 10 mars 2024

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. La cardiomyopathie dilatée en fait partie. C’est une maladie qui touche les muscles cardiaques et perturbe la capacité du cœur à pomper le sang oxygéné vers le reste du corps. 

Elle représente la première cause d’insuffisance cardiaque et de transplantation chez les sujets jeunes. Actuellement, grâce au nouveau protocole de traitement, les risques graves peuvent être limités. 

Dans cet article rédigé par un médecin, vous trouverez la définition, la cause, les symptômes, le diagnostic, le traitement et le pronostic d’une cardiomyopathie dilatée.

Les 6 points importants à retenir

  1. La cardiomyopathie dilatée est une maladie caractérisée par l’élargissement et l’affaiblissement des cavités cardiaques.
  2. Elle peut être d’origine génétique (25 %) ou non-génétique.
  3. Les causes non-génétiques sont surtout les inflammations, infections, toxines, carences nutritionnelles. Elle peut également être idiopathique.
  4. Les symptômes sont : essoufflement, toux, fatigue, œdèmes, douleurs thoraciques, troubles du rythme cardiaque, et parfois mort subite.
  5. Le diagnostic est effectué par un spécialiste à travers divers tests.
  6. Le traitement inclut la gestion des causes sous-jacentes, des médicaments pour stabiliser la maladie, des changements de mode de vie, et dans certains cas, des dispositifs implantables ou des interventions chirurgicales.

Anatomie du cœur 

Le cœur, un organe vital situé dans la cavité thoracique, est le moteur du système circulatoire. Il est divisé en quatre cavités : les deux petites cavités supérieures sont appelées atriums, et les deux cavités inférieures sont appelées ventricules. Le cœur est composé principalement de muscles cardiaques, appelés myocardes, qui assurent sa contraction rythmique. 

Les valves cardiaques régulent le flux sanguin dans le cœur en s’ouvrant et en se fermant de manière synchronisée avec les battements cardiaques. Durant le processus de contractions-relâchements, les cavités cardiaques recueillent du sang puis le propulsent à travers tout le corps. 

Les artères coronaires, petites artères s’acheminant dans les myocardes, fournissent au cœur l’oxygène et les nutriments nécessaires à son fonctionnement optimal.

Qu’est-ce qu’une cardiomyopathie dilatée ?

Une cardiomyopathie dilatée est une atteinte directe du muscle cardiaque. C’est une maladie caractérisée par un élargissement et un affaiblissement ventriculaire gauche ou bi-ventriculaire, ce qui compromet la capacité du cœur à pomper efficacement le sang. 

Bon à savoir : il existe 3 types de cardiomyopathies qui sont : la cardiomyopathie hypertrophique, la cardiomyopathie ischémique, et notre sujet, la cardiomyopathie dilatée.

Contrairement aux autres cardiomyopathies, l’altération de la fonction du muscle cardiaque au cours d’une cardiomyopathie dilatée est primitif. Cela signifie que l’atteinte ne s’explique pas par une hypertension artérielle, une anomalie des valves du cœur ou une des artères coronaires, ce qui est le cas pour les autres cardiomyopathies.

La cardiomyopathie dilatée se voit fréquemment chez l’adulte de moins de 50 ans, mais elle peut se développer à tout âge. Environ 10 % des personnes qui présentent une cardiomyopathie dilatée ont plus de 65 ans. 

Quels sont les causes d’une cardiomyopathie dilatée ?

La cardiomyopathie dilatée peut avoir plusieurs causes qui peuvent être génétiques ou non. 

RECOMMANDÉ :  Insuffisance cardiaque : Quelle espérance de vie ?

Forme génétique

Les formes génétiques (dues à des mutations génétiques) représentent 25 % des cas de cardiomyopathie dilatée. De nombreux gènes peuvent être impliqués et pour chaque gène, de nombreuses mutations différentes sont en cause. 

Dans tous les cas, il existe un antécédent familial, au moins 2 apparentés du premier degré atteints dans une même famille, c’est-à-dire deux parmi les parents, les frères et sœurs, ou les enfants.

Forme non-génétique

Les formes non-génétiques de cardiomyopathie dilatée peuvent résulter de différentes étiologies. Néanmoins, on estime que l’atteinte débute toujours par une inflammation au niveau des muscles cardiaques? communément appelée myocardite aigüe

Cette inflammation peut être due à :

  • une infection (principalement virale, parfois bactérienne ou fongique) ; 
  • des toxiques (alcool, drogues : cocaïne, amphétamines) ;
  • une carence en vitamines B1 ;
  • des troubles endocriniens (diabète, anomalies de fonctionnement de la thyroïde) ;
  • une grossesse (cardiomyopathie du péri- ou post-partum) ;
  • des médicaments utilisés en chimiothérapie (anthracycline, herceptine) ;
  • ou à des maladies du système ou maladies auto-immunes (lupus, polyarthrite rhumatoïde, …).

Cas particulier : dans certains cas, la cause de la cardiomyopathie dilatée n’est pas retrouvée. On dit alors que la cardiomyopathie dilatée est idiopathique.

Comment se manifeste une cardiomyopathie dilatée ?

Les symptômes d’une cardiomyopathie dilatée apparaissent habituellement de manière progressive. Si vous êtes atteint d’une cardiomyopathie dilatée, vous pouvez présenter des signes d’insuffisance cardiaque soit :

  • une dyspnée d’effort (essoufflement rapide à l’effort) ;
  • une orthopnée (difficulté à respirer lors de la position couchée à plat obligeant à utiliser quelques oreillers pour dormir en position demi-assise) ; 
  • une toux sèche, exagérée par la position allongée
  • une fatigue ou une diminution de la capacité à l’effort ;
  • des œdèmes (gonflement) au niveau des membres ;
  • une distension des veines du cou.

Les symptômes peuvent également inclure :

  • des douleurs thoraciques atypiques ;
  • des troubles du rythme cardiaque ;
  • un événement thrombo-embolique (des coagulations sanguines qui peuvent se déplacer et boucher les petits vaisseaux périphériques) ;
  • voire une mort subite.

Bon à savoir : certaines cardiomyopathies dilatées peuvent rester asymptomatiques. Elles peuvent être découvertes lors d’un examen pour une autre pathologie ou lors d’un dépistage. 

Comment faire le diagnostic d’une cardiomyopathie dilatée ?

La seule manière de s’assurer du diagnostic de la cardiomyopathie dilatée est de consulter un spécialiste. Soit, vous consultez un médecin généraliste qui va vous adresser chez un spécialiste, soit vous pouvez consulter directement un cardiologue.

Si vous souhaitez trouver un professionnel de santé proche de chez vous, vous pouvez consulter notre répertoire.

Le médecin va vous interroger sur vos symptômes, vos antécédents personnels et familiaux, puis il va vous examiner. S’il suspecte une cardiomyopathie, il vous prescrira :

Pour éliminer les autres causes de cardiomyopathie, le médecin pourra demander :

  • une IRM cardiaque (pour bien visualiser les structures cardiaques) ;
  • une angiographie coronaire (pour exclure une maladie coronaire) ;
  • ou une biopsie endomyocardique (procédure consistant à prélever une petite quantité de tissu cardiaque pour examen au microscope) : indiquée uniquement dans certains cas.

Enfin, si une origine génétique est suspectée, le médecin vous recommandera d’effectuer un bilan génétique à la recherche de la mutation génétique en cause. 

Quels sont les traitements en cas de cardiomyopathie dilatée ?

Lorsque la cardiomyopathie dilatée est identifiée, il est essentiel de traiter la cause sous-jacente (par exemple : équilibration du diabète, apport en vitamine B1, arrêt des substances toxiques, …) en plus des traitements spécifiques.

RECOMMANDÉ :  Palpitations cardiaques : Causes et explications

Traitement médicamenteux

Le traitement a pour objectif de réduire les symptômes, de stabiliser l’évolution de la maladie et d’améliorer la survie. Il existe à présent plusieurs types de molécules efficaces, qui doivent être combinées de façon progressive.

Attention : ne jamais prendre ces médicaments sans prescription médicale ou avis d’un médecin.

Ces médicaments sont :

  • les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les antagonistes du système rénine-angiotensine-aldostérone,
  • les bêta-bloquants,
  • les diurétiques,
  • les antagonistes des récepteurs aux minéralocorticoïdes,
  • les inhibiteurs de la néprilysine,
  • les antiarythmiques,
  • les anticoagulants (pour prévenir la formation de caillots sanguins)

Plusieurs médicaments sont actuellement en cours d’évolution et devraient être prochainement recommandés. 

Adaptation du mode de vie

  • Alimentation pauvre en sel pour éviter les œdèmes ;
  • Si surpoids, il peut être recommandé de perdre du poids afin de réduire la charge qui pèse sur le cœur ;
  • Arrêt du tabac et des autres substances toxiques ;
  • Arrêt de la consommation d’alcool ;
  • Pratique d’une activité physique régulière pour améliorer la condition cardio-vasculaire.

Bon à savoir : avant la pratique du sport, il est nécessaire d’effectuer des séances de réadaptation à l’effort et d’avoir la validation de votre cardiologue.

Autres moyens thérapeutiques 

En cas de trouble du rythme spécifique sur l’électrocardiogramme, un pacemaker ou un défibrillateur automatique implantable (DAI) peut être mis en place. Il s’agit d’un petit appareil placé dans le thorax qui permet de gérer les arythmies et de prévenir les troubles potentiellement mortels.

Dans certains cas, la cardiomyopathie dilatée peut être réfractaire au traitement médical. Une assistance circulatoire mécanique (un matériel qui va prendre en charge le travail du cœur défaillant) et une transplantation cardiaque peut alors être discuté. 

Quel est le pronostic devant une cardiomyopathie dilatée ?

Le pronostic de la cardiomyopathie dilatée s’est grandement amélioré avec les protocoles de prise en charge actuels. Le pronostic peut être varié en fonction de plusieurs facteurs, notamment la gravité de la cardiomyopathie dilatée, la réponse au traitement instauré et la présence de complications. 

Selon une étude menée par le docteur Robert G. Wintraub et ses collaborateurs en 2017, le pronostic est pire pour les individus présentant les fractions d’éjection les plus faibles ou un dysfonctionnement diastoliques sévères. 

En outre, le pronostic est meilleur si une hypertrophie (épaississement) préserve l’épaisseur de la paroi ventriculaire.

Avis du spécialiste : si votre cardiomyopathie dilatée est bien compensée par un traitement, elle peut restée stable pendant de nombreuses années.

Références 

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récents.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut