Caseum amygdale : une pathologie bénigne mais assez commune

Article rédigé par le 12 septembre 2023

Le caseum amygdale est un dépôt blanchâtre ou jaunâtre de la taille d’un grain de riz ou de petit pois à la surface des amygdales. C’est une affection bénigne qui peut passer inaperçue.

Le caseum amygdale est favorisé par les amygdales cryptiques et bien d’autres facteurs. Il est asymptomatique en majeure partie. Vous pouvez l’éliminer vous-même à la maison, mais cela pourrait être gênant suite au réflexe nauséeux déclenché par le contact des amygdales.

Cet article vous parlera en détails de la formation du caseum amygdale ainsi que des moyens simples pour l’éviter. Vous allez aussi y découvrir comment le traiter à domicile ou le cas échéant, chez un spécialiste de la santé.

Rappels anatomiques

Les amygdales sont des tissus lymphoïdes situés en dessous et de chaque côté du voile du palais à l’arrière-gorge. Elles sont de forme ovalaire et recouvertes par une muqueuse. On les appelle aussi « tonsilles palatines ».

Autrement dit, les amygdales sont riches en cellules immunitaires et font partie du système immunitaire de l’organisme. Elles maîtrisent les virus et les bactéries qui entrent dans la cavité buccale. Cependant, elles peuvent aussi s’infecter.

A la surface des amygdales se creusent des cryptes. Elles sont plus ou moins profondes selon les individus et piègent les débris alimentaires et les microbes.

Qu’est-ce qu’un caseum amygdale ?

Le mot caséum vient du latin « caseus » qui signifie fromage. Pertinemment, le caséum amygdale est un dépôt de petites matières agglomérées pâteuses comme le fromage, de la taille d’un grain de riz ou de petit pois, de couleur blanchâtre, jaunâtre ou grisâtre, dans les cryptes des amygdales.

Le caseum amygdale est constitué de cellules mortes issues du renouvellement de la muqueuse buccale.  Des bactéries, des débris alimentaires et de la fibrine (protéine filamenteuse) s’y ajoutent également.  

D’où vient le caseum amygdale ?

La formation du caséum au niveau des amygdales est un phénomène physiologique chez chacun de nous, les hommes. La muqueuse buccale se desquame et se renouvelle régulièrement comme beaucoup d’autres tissus de l’organisme.

Ces dépôts de cellules mortes, ainsi que les débris alimentaires et les microbes, devraient être éliminés spontanément, en étant avalés avec les aliments ou par le réflexe de toux. De ce fait, la personne présentant du caséum sur l’amygdale n’est pas définie au préalable.

RECOMMANDÉ :  Tartre dentaire : tout savoir (conseils dentiste)

Il existe cependant certains facteurs favorisants :

  •  Les amygdales cryptiques notamment chez les 40 à 50 ans.
  •  La survenue d’amygdalite ou d’angine à répétition
  •  L’amygdalite chronique
  •  Une mauvaise hygiène bucco-dentaire
  •  L’allergie
  •  Le tabagisme
  •  Les sinusites à répétition comme l’a montré l’étude de S.Kaleemulah et al. Ils ont mis en évidence que la présence d’amygdalites chez les patients atteints de rhino sinusite chronique indique une inflammation répétée des amygdales due à la sinusite.

Comment se manifeste le casum amygdale ?

Le caseum amygdale est généralement asymptomatique

La plupart du temps, le casum amygdale reste asymptomatique. Il se forme et se résorbe sans que l’on s’en aperçoive.

Haleine fétide

Vu les constituants du caséum sus-cités, il s’agit en quelque sorte de produits fermentés. De mauvaises odeurs en découlent. Il n’est pas rare que le patient se plaint d’une mauvaise haleine ou halitose en lien avec le casum amygdale.

Complications

Le caseum amygdale est une pathologie bénigne, mais des rares fois, il peut entraîner certaines complications.

Complications locales

  • Amygdalite chronique
  • Formation de kystes
  • Tonsillolithe appelée aussi lithiases ou calculs amygdaliens.
  • Abcès intra-amygdalien, phlegmon péri-amygdalien

Complications générales

Maux de tête, troubles digestifs, infection de la valve cardiaque, etc.

Diagnostic du caseum amygdale

Découverte fortuite

L’existence du caseum amygdale est découverte fortuitement lors d’un examen bucco-dentaire à l’œil nu par un chirurgien-dentiste ou un ORL. Des fois, le caseum amygdale s’observe sur un scanner ou une IRM prescrits dans le cadre d’autres pathologies cervico-faciales. Par exemple, des tumeurs bénignes ou malignes de la gorge et de la bouche. 

Existence de signes d’appel

Les patients peuvent aussi consulter pour une mauvaise haleine ou halitose. En cas de complications, vous pouvez être confrontés aux symptômes suivants :

  • Troubles de la déglutition avec sensation de corps étranger dans la gorge
  • Picotement dans la gorge
  • Troubles du goût ou dysgueusie
  • Toux sèche
  • Otalgie ou douleur au niveau de l’oreille
  • Maux de tête
  • Troubles digestifs : vomissements, diarrhée, etc.

Comment s’élimine un casum amygdale ?

Mesures de prévention

  • Adopter une bonne hygiène bucco-dentaire quotidienne
  • Brosser les dents et la langue au moins deux fois par jour
  • Utiliser du fil dentaire pour enlever les débris alimentaires entre les dents une fois par jour
  • Faire un bain de bouche avec de l’eau chaude salée après chaque repas pour minimiser les débris alimentaires et bactéries dans la bouche

Mesures générales

  • Bain de bouche ou gargarisme avec de l’eau salée ou eau bicarbonatée
  • Nettoyer les amygdales avec du coton-tige imbibé de produit de bain de bouche, d’antiseptique ou après application d’un spray buccal.
RECOMMANDÉ :  Pulpotomie : une prise en charge souvent temporaire

Traitements spécialisés

Si les mesures précédentes ne sont pas efficaces, il vaut mieux consulter. Votre chirurgien-dentiste ou votre ORL pourraient ainsi procéder aux moyens suivants afin d’éliminer le caseum amygdale. 

  • Nettoyage avec une sorte de bâtonnet imbibé de produits de bain de bouche ou du bleu de méthylène.
  • Pulvérisation d’eau chaude à l’aide d’un hydropulseur
  • Pulvérisation au laser CO2 : elle consiste à réduire la taille des amygdales et la profondeur des cryptes en les vaporisant. Elle se réalise en 2 à 3 séances sous anesthésie locale.
  • Radiofréquence : sous anesthésie locale ou générale, on insère un applicateur délivrant de l’énergie destinée aux tissus des amygdales. Il génère de la chaleur et entraîne ainsi la contraction des tissus de l’amygdale.
  • Amygdalectomie : l’ablation chirurgicale des amygdales est en dernier recours en cas d’échec des moyens sus-décrits.

Références

Sinusite dentaire : comment la reconnaître ?

https://www.proquest.com/openview/38664833aa21aad4443dc39012f1c378/1?pq-origsite=gscholar&cbl=35707

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut