Chaleurs chez la chienne : Signes et durée (tout savoir)

Article rédigé par le 15 avril 2024

Il est crucial pour tout propriétaire de chien de comprendre les chaleurs de leur animal, un processus cyclique appelé cycle œstral, qui contrôle la fertilité et la préparation à la reproduction.

Pendant cette période, la chienne présente des changements physiques et de comportement tels que des saignements, un gonflement de la vulve, des variations d’humeur et un intérêt accru pour les mâles. Les propriétaires peuvent adapter les soins et l’environnement en conséquence pour répondre aux besoins de leur chienne.

Une compréhension des différentes phases des chaleurs permet également de prendre des décisions éclairées en matière de reproduction et de santé reproductive, y compris pour planifier une fécondation réussie si désiré. Lisez cet article rédigé par une vétérinaire pour en savoir plus.

05 Points clés sur cet article

  1. Les chaleurs sont le signe que la chienne est fertile.
  2. Elles surviennent généralement deux fois par an.
  3. La chienne attire les mâles pendant cette période.
  4. Les pertes de sang et le gonflement de la vulve sont des signes courants des chaleurs chez la chienne.
  5. La stérilisation peut être une option pour contrôler les chaleurs.

Que signifie l’expression « chienne en chaleurs » ?

Les chaleurs chez la chienne désignent la période pendant laquelle elle est apte à s’accoupler avec un chien mâle et où la fécondation peut se produire.

Les premières chaleurs surviennent lorsque la chienne est physiologiquement prête à avoir des chiots, et elles s’accompagnent de changements tant physiques que comportementaux qui la préparent à la reproduction.

À quel âge les chaleurs surviennent-elles chez les chiennes ?

Cela varie en fonction de la race, car l’arrivée des chaleurs coïncide généralement avec la fin de la croissance et le début de la puberté.

Les chiennes de petites races ont tendance à avoir leurs premières chaleurs plus précocement, généralement entre 5 et 8 mois, tandis que les chiennes de grandes races, qui atteignent leur taille adulte plus tardivement (souvent vers 11 à 12 mois), peuvent avoir leurs premières chaleurs plus tard.

Cependant, chez certaines grandes races, la puberté peut survenir encore plus tard, vers 18 mois, sans que cela ne soit considéré comme anormal.

Pour en savoir davantage sur la puberté chez le chien, vous pouvez consulter l’article en cliquant ici.

Description du cycle sexuel de la chienne

Les chaleurs de la chienne suivent un rythme normalement régulier composé de quatre phases distinctes : le proestrus (début des chaleurs), l’oestrus (période des chaleurs où l’ovulation et la fécondation ont lieu), le métoestrus (phase de gestation ou de pseudo-gestation) et l’anoestrus (période de repos de l’appareil génital).

Le pro-œstrus

Le pro-œstrus marque le début des chaleurs, pendant lequel la chienne n’est pas encore prête à l’accouplement avec un chien mâle. Sa durée varie généralement entre 3 et 20 jours.

Les mâles sont attirés par la femelle, mais celle-ci rejette l’accouplement. Pendant cette période, les pertes de sang sont généralement abondantes, il s’agit d’un saignement normal qui se produit lorsque les globules rouges traversent les vaisseaux sanguins de l’utérus. Cela entraîne un gonflement de la vulve, tandis que la muqueuse du vagin reste lisse, brillante et montre des signes de congestion.

De plus, la chienne peut uriner plus fréquemment et libérer des phéromones dans ses urines et ses sécrétions vaginales, ce qui attire les mâles.

L’œstrus

Juste après l’ovulation, la femelle reste fécondable pendant 2 à 3 jours, avec une période totale d’environ une dizaine de jours en moyenne.

Les chaleurs se manifestent à la fois par des changements physiques et comportementaux. Sur le plan physique, la chienne peut présenter des signes de fatigue et de léthargie, se désintéressant parfois du jeu et des activités habituelles.

Pendant cette période, les pertes vulvaires deviennent moins abondantes et plus claires, la vulve se dégonfle progressivement. La chienne adopte souvent une posture avec son arrière-train dévié et sa queue sur le côté, et elle peut accepter le mâle.

En outre, la chienne peut modifier son comportement à l’égard de ses maîtres. Elle peut devenir plus câline, rechercher davantage leur attention, ou au contraire, parfois manifester une agressivité accrue.

L'avis du vétérinaire : La stérilisation est préférable à l'utilisation à long terme de méthodes chimiques telles que les injections ou les pilules pour éviter ou interrompre les chaleurs.
Elle élimine les inconvénients des chaleurs, réduit les risques de maladies futures comme les tumeurs mammaires et les infections utérines, tout en prévenant les comportements indésirables tels que les grossesses nerveuses.

Le metœstrus ou dioestrus

Le metoestrus correspond à la période de gestation, qui dure en moyenne 63 jours chez la chienne. Les pertes vulvaires diminuent progressivement et la vulve retrouve son aspect normal. Pendant cette phase, un gonflement des mamelles peut parfois être observé.

L’anœstrus

D’une durée moyenne de 4 à 5 mois, l’anoestrus est la période de repos sexuel. Son début est parfois difficile à identifier car il succède à la lutéolyse, un processus souvent asymptomatique.

Les trois premiers mois de l’anoestrus correspondent à l’involution utérine. Des cycles de chaleur trop rapprochés (moins de 2,5 mois) sont généralement associés à une infertilité due à une involution utérine incomplète.

L'avis du vétérinaire : L'involution utérine chez la chienne est le processus naturel par lequel l'utérus retrouve sa taille et sa structure normales après la gestation ou les chaleurs.
Cela assure la santé reproductive en préparant l'utérus à de nouveaux cycles de reproduction ou à une nouvelle gestation. Une involution incomplète peut causer des complications comme des infections utérines ou l'infertilité.
  • Cycle sexuel de la chienne en l’absence de fécodation

Les chaleurs durent généralement de 15 à 20 jours, suivies d’une période de repos sexuel, d’environ 5 mois. Ce schéma se répète avec des intervalles similaires entre chaque période de chaleurs et de repos sexuel.

Les cycles sexuels peuvent varier selon les races. Par exemple, la femelle Berger Allemand a souvent des cycles tous les 4 ou 5 mois, tandis que les femelles Labrador peuvent avoir des cycles parfois tous les 8 mois.

Une étude menée par P W Concannon et al. a révélé que les chiennes présentent une grande variabilité dans les intervalles entre leurs cycles (5 à 12 mois), les périodes sans chaleurs (1 à 8 mois), les phases initiales des chaleurs (3 à 21 jours), ainsi que dans leur comportement avant l’ovulation (3 à 21 jours), les délais entre la montée des hormones pré-ovulatoires et le début des chaleurs (-2 à 5 jours), et les délais entre l’accouplement et la mise bas (57 à 68 jours).

  • Cycle sexuel de la chienne avec fécondation et gestation

Les chaleurs durent également de 15 à 20 jours, suivies d’une période d’Interœstrus d’environ 5 mois. La fécondation se produit généralement autour du 10ème jour des chaleurs.

Ensuite, la gestation dure de 57 à 65 jours, suivie de la lactation pendant environ 2 mois. Après la lactation, la chienne entre dans une phase de repos sexuel avant que le cycle ne recommence avec une nouvelle période de chaleurs.

Bon à savoir: Les chiennes peuvent se reproduire à tout âge car elles n'ont pas de ménopause, mais leur fertilité diminue vers l'âge de 7 ou 8 ans, lorsqu'elles entrent dans leur période senior. Il est aussi possible que leurs chaleurs surviennent seulement une fois par an.

Quelles sont les chaleurs atypiques chez la chienne ?

Les chaleurs « atypiques » peuvent survenir malgré le déroulement habituel du cycle sexuel. Environ 25% des chiennes présentent ces chaleurs particulières. Elles peuvent se manifester de différentes manières :

  1. Les chaleurs « silencieuses », qui sont difficiles à détecter en raison de leur discrétion, avec une vulve peu enflée et peu ou pas de pertes.
  2. Les chaleurs « persistantes », qui durent plus longtemps que les 4 à 6 semaines habituelles. Ce phénomène est anormal et nécessite une consultation vétérinaire.
  3. Les chaleurs « synchronisées », observées principalement chez les chiennes vivant en groupe. Dans ce cas, l’apparition des chaleurs chez une chienne peut déclencher ou inhiber les chaleurs chez les autres femelles de la meute.
  4. Les chaleurs « fractionnées », qui peuvent être observées chez les jeunes chiennes au cours de leurs premiers cycles. Elles commencent normalement, avec des pertes vulvaires et une attirance pour les mâles, puis s’arrêtent brusquement après 8 à 10 jours avant de reprendre plusieurs semaines plus tard. Il est recommandé de ne rien faire et d’attendre plusieurs cycles avant de s’inquiéter, car la situation se résout généralement après 2 ou 3 cycles interrompus.

Quelles sont les particularités du cycle sexuel de la chienne ?

La chienne présente des caractéristiques distinctives dans son cycle reproductif. Tout d’abord, elle ovule à chaque cycle, ce qui signifie qu’elle libère un ovule mature prêt à être fécondé.

Cependant, ces ovules ne sont fécondables que pendant une courte période, généralement de 2 à 3 jours après l’ovulation.

De plus, la progestérone, une hormone clé dans le processus de reproduction, augmente avant l’ovulation, jouant un rôle crucial dans la régulation du cycle.

Enfin, après la période de chaleurs, la chienne présente une période post-chaleurs fixe d’environ deux mois, caractérisée par une imprégnation hormonale, qu’elle soit gestante ou non.

Bon à savoir : La durée des chaleurs est d'environ 23 jours (soit deux à quatre semaines) et survient généralement deux fois par an, soit tous les six mois.
Il est important de noter le début de cette période de chaleur chez votre chienne, car cela facilitera la prévision de la prochaine période et permettra de détecter tout dysfonctionnement si elle ne se déroule pas normalement.

L’ovulation chez la chienne

L‘ovulation chez la chienne présente des caractéristiques particulières. À chaque cycle de chaleurs chez la chienne adulte, l’ovulation est systématique.

Elle se produit généralement dans un délai de 6 à 24 heures après le début de la période d’œstrus, sur les deux ovaires.

Les ovules, également appelés ovocytes, doivent achever leur maturation dans les oviductes pendant 48 à 96 heures après l’ovulation pour être prêts à être fécondés.

La chienne n’est pas fécondée le jour de l’ovulation, mais plutôt 2 à 4 jours après. Le pic de fécondité, où les chances d’avoir une portée importante de chiots sont maximales, survient généralement 3 jours après l’ovulation.

Après 4 jours post-ovulation, les ovules ne sont plus viables et la chienne ne peut plus être fécondée, bien qu’elle puisse encore accepter l’accouplement, étant toujours en période de chaleur.

Quand consulter un vétérinaire ?

Il est important de voir un vétérinaire si votre chienne présente des changements inhabituels pendant ses chaleurs, comme des saignements excessifs, des signes de douleur ou une perte d’appétit.

Si vous envisagez de la faire reproduire ou de discuter des options de contrôle des naissances, il est également recommandé de consulter un vétérinaire pour obtenir des conseils adaptés à votre situation.

Si vous recherchez un vétérinaire dans votre région, consultez notre répertoire.

Quelles sont les méthodes pour déterminer la phase du cycle chez la chienne ?

Il existe différentes méthodes pour déterminer précisément la phase du cycle chez la chienne :

  1. Frottis vaginaux : Cette méthode implique de prélever des cellules de la paroi vaginale à l’aide d’un long coton-tige et de les observer au microscope. Les types de cellules présentes indiquent la phase du cycle.
  2. Dosage hormonal : Mesurer le taux de progestérone, une hormone dont les fluctuations sont spécifiques de l’œstrus, permet de déterminer le moment de l’ovulation.

Ces examens sont utiles pour planifier la saillie au meilleur moment si l’on souhaite une gestation, ou pour déterminer le moment optimal pour éloigner la femelle du mâle si l’on ne souhaite pas de gestation.

Témoignages

Syrah a 6 mois aujourd’hui. Mes questions vont peut-être vous sembler « bêtes », mais quels sont les détails/événements/troubles qui indiquent les prémices des chaleurs (premières chaleurs ici) ?

Je sais bien que chaque chienne réagit différemment aux chaleurs (au niveau du comportement), mais voilà, depuis quelques jours Syrah ne fait absolument que chouiner (bon c’est une grande chouineuse de base mais là c’est clairement intensifié) et elle est beaucoup plus pot de colle (c’est un vrai pot de miel mais là encore plus). Mon ami est persuadé (il m’a dit : je le seeeens 😁) que les hormones de Syrah commencent à la travailler… et moi ça me fait peur !!

Voir la suite de la conversation sur Wamiz

Références

Articles et ressources dans la création de cet article

https://www.lasantedemonchien.fr/mon-chien-au-quotidien/sterilisation-mise-bas-grossesse-chienne/chaleurs-chiennes

https://www.santevet.com/articles/tout-savoir-sur-le-cycle-sexuel-de-votre-chienne

https://www.centrale-canine.fr/articles/le-cycle-sexuel-de-la-chienne

https://www.purina.fr/articles/chien/sante/grossesse/chaleur

P W ConcannonJ P McCannM Temple (1989). Biologie et endocrinologie de l’ovulation, de la gestation et de la parturition chez le chien. L’étude a été publiée sur PubMed sous le PMID : 2695640.

Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut