Chien hyperactif : conseils pour le calmer (tout savoir)

Article rédigé par le 11 décembre 2023

Vous avez un chien qui ne tient pas en place, qui saute partout, qui aboie sans cesse, qui mordille tout ce qu’il trouve, qui ne vous écoute pas ? Vous vous demandez si votre chien est hyperactif et comment le calmer ? 

L’hyperactivité chez le chien est un trouble du comportement qui se manifeste par un excès d’activité physique et mentale. Elle peut avoir des causes physiologiques ou pathologiques, et nécessite une prise en charge adaptée.

Dans cet article, nous allons vous expliquer comment reconnaître un chien hyperactif et quelles sont les causes. Nous allons également vous donner des conseils pour apaiser votre chien hyperactif.

Chien hyperactif : les 4 points à retenir

  • 1. Le chien hyperactif est un chien qui a un excès d’activité physique et mentale, qui se traduit par des comportements comme l’agitation, l’impulsivité, l’aboiement excessif, le mordillement, la destruction ou la fugue.
  • 2. L’hyperactivité chez le chien peut avoir des causes physiologiques, comme les hormones, le métabolisme, la génétique ou la race, ou des causes pathologiques, comme l’hyperthyroïdie, l’épilepsie, l’anxiété ou le stress.
  • 3. Le chien hyperactif peut avoir des symptômes comportementaux, qui affectent sa relation avec son environnement et avec son maître, ou des symptômes physiques, qui affectent son apparence et sa santé.
  • 4. L’hyperactivité chez le chien peut être prévenue et traitée par un changement de son mode de vie, qui respecte ses besoins physiques et mentaux, et par une prise en charge médicale ou comportementale, qui soigne la cause et atténue les symptômes de son hyperactivité.
Examens orthopédique
Source

Chien hyperactif : causes possibles

L’hyperactivité chez le chien n’est pas un phénomène anodin. Elle peut avoir des origines diverses, qui peuvent être liées à la physiologie ou à la pathologie du chien.

Causes physiologiques

Les causes physiologiques sont celles qui sont inhérentes au fonctionnement normal du corps du chien. Elles peuvent être influencées par des facteurs comme les hormones, le métabolisme, la génétique et la race.

Les hormones

Les hormones sont des substances chimiques qui régulent de nombreuses fonctions du corps. Chez le chien, certaines hormones peuvent avoir un effet stimulant ou inhibiteur sur son activité. 

Par exemple:

  • La testostérone, l’hormone sexuelle mâle, peut augmenter l’agressivité, la dominance et l’impulsivité du chien non castré.
  • À l’inverse, un déficit en sérotonine (un neurotransmetteur à effet calmant et apaisant) peut favoriser l’hyperactivité, l’anxiété ou la dépression chez le chien.

Le métabolisme

Le métabolisme est l’ensemble des réactions chimiques qui permettent au corps du chien de produire et de consommer de l’énergie. 

Un chien qui a un métabolisme élevé va brûler plus de calories et avoir besoin de plus d’énergie. Et un chien qui a un excès d’énergie peut se montrer plus actif et plus agité qu’un chien qui a un déficit d’énergie. 

La génétique 

C’est l’ensemble des caractéristiques héréditaires du chien, qui déterminent son apparence, sa personnalité et sa santé. Certains chiens peuvent avoir une prédisposition génétique à l’hyperactivité.

La race

Certaines races ont donc été sélectionnées pour leur aptitude à travailler, à courir ou à réagir rapidement, ce qui les rend plus énergiques, plus alertes et plus réactives que d’autres races. Parmi ces races, on peut citer : 

  • Les terriers, 
  • Les bergers 
  • Ou les lévriers, qui sont connus pour être des chiens hyperactifs.
Berger Australien
Source

Causes pathologiques

Les causes pathologiques sont celles qui sont liées à une maladie ou à un trouble qui affecte le fonctionnement normal du corps ou du cerveau du chien.

L’hyperthyroïdie

Source

L’hyperthyroïdie est une maladie qui se caractérise par une production excessive d’hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde du chien. 

Ces hormones ont un effet stimulant sur le métabolisme du chien, ce qui entraîne une augmentation de son appétit, de sa soif, de sa température corporelle et de son activité.

L’épilepsie

L’épilepsie est un trouble neurologique qui se manifeste par des crises convulsives récurrentes chez le chien. Ces crises sont dues à une activité électrique anormale dans le cerveau du chien, qui peut être provoquée par divers facteurs, comme :

  • Un traumatisme crânien, 
  • Une infection, 
  • Une intoxication 
  • Ou une anomalie génétique. 

Entre les crises, le chien peut présenter des signes d’hyperactivité.

L’anxiété

L’anxiété est un état émotionnel qui se traduit par une peur excessive et irrationnelle chez le chien. Elle peut être causée par divers facteurs, comme : 

  • Un manque de socialisation, 
  • Un traumatisme passé, 
  • Un changement d’environnement 
  • Ou une séparation avec son maître. 

Le chien anxieux peut être hyperactif, car il cherche constamment à fuir ou à attirer l’attention.

Le stress

Source

Le stress est une réaction physiologique et psychologique du chien face à une situation qu’il perçoit comme menaçante ou difficile. Il peut être provoqué par divers facteurs, comme :

  • Un bruit, 
  • Une odeur, 
  • Un animal, 
  • Une personne 
  • Ou une situation nouvelle. 

Le chien stressé peut alors être hyperactif, car il cherche à se défendre ou à s’adapter à la situation. Le stress est une réaction normale en cas de stimulus, mais des expressions excessives deviennent pathologiques.

Une étude menée en Finlande auprès de 9270 propriétaires de chiens a permis d’identifier les facteurs associés à l’agressivité canine, qui peut être un symptôme de l’hyperactivité. 

L’étude a révélé que la peur était le principal élément déclencheur de l’agressivité, et que les chiens mâles, les chiens de petite taille, les chiens fragiles émotionnellement, les chiens peu sociabilisés et les chiens ayant des maîtres inexpérimentés étaient plus susceptibles d’être agressifs.

Comment reconnaître un chien hyperactif ?

L’hyperactivité chez le chien n’est pas toujours facile à reconnaître. Elle peut se confondre avec d’autres troubles du comportement ou être masquée par des symptômes physiques.

Symptômes comportementaux

L’hyperactivité se montre par le changement anormal de comportement du chien.

L’excès d’énergie  

Source

Le chien hyperactif semble avoir une énergie inépuisable. Il court, saute, joue sans arrêt, même quand il n’y a pas de stimulation extérieure. Il ne se fatigue pas et ne se repose pas. Il peut même avoir du mal à dormir ou à se relaxer.

La difficulté à se calmer 

Le chien hyperactif a du mal à se calmer après une activité ou une émotion intense. Il reste sur le qui-vive, prêt à réagir au moindre stimulus. Il ne sait pas s’auto-réguler et a besoin d’une intervention extérieure pour retrouver son calme.

L’impulsivité  

Source

Le chien hyperactif agit sans réfléchir aux conséquences de ses actes. Il n’a pas de contrôle sur ses impulsions et ne respecte pas les limites imposées par son maître ou par la société. Il peut être : 

  • Agressif, 
  • Dominant, 
  • Possessif 
  • Ou désobéissant.

L’agitation 

Le chien hyperactif est constamment en mouvement. Il ne tient pas en place et change souvent d’activité. Il peut :

  • Avoir des comportements stéréotypés, comme tourner en rond, se lécher ou se mordre. 
  • Être nerveux, anxieux ou stressé.

Le manque d’attention 

Le chien hyperactif a du mal à se concentrer sur une tâche ou sur un ordre. Il se laisse facilement distraire par tout ce qui l’entoure. Il n’apprend pas de ses erreurs et ne retient pas les informations.

L’aboiement excessif 

Le chien hyperactif aboie souvent et pour tout. Il aboie sans raison apparente ou sans arrêt.

Le mordillement 

Le chien hyperactif mordille tout ce qu’il trouve, que ce soit des objets, des personnes ou des animaux. Il mordille sans faire attention à la force de sa mâchoire ou aux conséquences de ses morsures.

La destruction  

Le chien hyperactif détruit tout ce qui est à sa portée, que ce soit des meubles, des chaussures, des jouets ou des plantes. Il détruit sans se soucier de la valeur ou de l’utilité des objets.

La fugue 

Source

Le chien hyperactif fugue dès qu’il en a l’occasion, que ce soit en sautant par-dessus une clôture, en creusant sous un grillage ou en profitant d’une porte ouverte. Il fugue sans se préoccuper des dangers ou des règles.

Symptômes physiques

Les symptômes physiques sont ceux qui affectent le corps du chien, son apparence et sa santé. Ils peuvent être liés à d’autres problèmes de santé et nécessitent une consultation vétérinaire.

La respiration rapide 

Le chien hyperactif respire plus vite et plus fort que la normale. Il peut même haleter ou souffler. Sa respiration s’accélère sous l’effet de l’excitation, du stress ou de l’effort et ne se calme pas après une activité ou une émotion intense.

Le rythme cardiaque élevé 

Le chien hyperactif a un cœur qui bat plus vite et plus fort que la normale. Il peut même avoir des palpitations ou des arythmies. 

La transpiration excessive  

Le chien hyperactif transpire plus que la normale. Il peut même avoir le poil mouillé ou collant. Il transpire pour réguler sa température corporelle, qui augmente sous l’effet :

  • du métabolisme, 
  • de l’activité 
  • ou de l’émotion. 

Il transpire surtout au niveau des coussinets, des oreilles ou de la truffe.

La dilatation des pupilles  

Source

Le chien hyperactif a les pupilles plus grandes et plus rondes que la normale. Il peut même avoir les yeux brillants ou vitreux. Ses pupilles se dilatent sous l’effet de la stimulation, de la curiosité ou de la surprise. 

La perte de poids 

Le chien hyperactif perd du poids malgré un appétit normal ou augmenté. Il peut même être maigre ou squelettique. Il perd du poids à cause de son métabolisme élevé, qui consomme plus de calories qu’il n’en ingère. 

Chien hyperactif : comment le calmer ?

Des solutions curatives sont celles qui permettent de traiter l’hyperactivité chez le chien, lorsqu’elle est avérée et qu’elle a une cause identifiée. 

Le traitement médical 

Chien corticoides
Source

Il s’agit de donner au chien des médicaments qui vont agir sur son organisme ou sur son cerveau, pour réduire son hyperactivité. Ces médicaments peuvent être :

  • Des antidépresseurs, 
  • Des anxiolytiques, 
  • Des anticonvulsivants 
  • Ou des hormones. 

Ils doivent être : 

  • Prescrits par un vétérinaire, qui va déterminer la dose, la durée et la fréquence du traitement. 
  • Administrés avec précaution, car ils peuvent avoir des effets secondaires indésirables, comme une somnolence, une perte d’appétit ou une modification du caractère du chien. 
  • Associés à un suivi vétérinaire régulier, qui va évaluer l’efficacité et la tolérance du traitement.

Une étude menée aux États-Unis auprès de 103 chiens a permis d’évaluer l’efficacité d’un traitement médicamenteux à base de méthylphénidate, une substance utilisée pour traiter le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’humain. 

L’étude a montré que le méthylphénidate réduisait significativement les comportements hyperactifs chez les chiens, comme l’impulsivité, l’inattention ou l’excitabilité.

Le traitement comportemental 

Source

Il s’agit de faire suivre au chien des thérapies comportementales, qui vont agir sur son comportement, pour le modifier ou le corriger. Ces thérapies peuvent être : 

  • Des thérapies de désensibilisation, qui vont habituer le chien à des stimuli qui lui font peur ou qui le stressent. 
  • Des thérapies de relaxation, qui vont apprendre au chien à se détendre et à se calmer. 

Ces thérapies doivent être :

  • Réalisées par un comportementaliste, qui va analyser le comportement du chien et lui proposer des exercices adaptés. 
  • Pratiquées régulièrement et progressivement, car elles demandent du temps et de la patience.
  • Accompagnées d’un soutien du maître, qui doit encourager et récompenser son chien.

Le traitement alternatif 

Il s’agit de recourir à des méthodes alternatives, qui vont utiliser des produits naturels ou des techniques douces, pour soulager l’hyperactivité du chien. Ces méthodes peuvent être :

  • L’homéopathie (méthode thérapeutique qui consiste à administrer à des doses infinitésimales des substances capables de provoquer, à des doses plus élevées, des symptômes semblables à ceux de la maladie à traiter), 
  • La phytothérapie (médecine naturelle qui utilise les plantes), 
  • L’aromathérapie (phytothérapie qui utilise les huiles essentielles), 
  • L’acupuncture (médecine traditionnelle chinoise qui consiste à stimuler des points précis du corps à l’aide d’aiguilles, de ventouses ou d’autres techniques), 
  • Ou le massage

Elles doivent être : 

  • Conseillées par un vétérinaire ou un spécialiste, qui va choisir le produit ou la technique adaptée au chien.
  • Utilisées avec prudence, car elles peuvent avoir des interactions avec d’autres traitements ou des contre-indications chez certains chiens.
  • Complétées par un changement du mode de vie du chien.

Hyperactivité chez le chien : comment prévenir ?

Les solutions préventives consistent à adopter un mode de vie sain et équilibré pour le chien, en respectant ses besoins physiques et mentaux.

L’alimentation 

Aliment interdit
Source

Il est essentiel de donner au chien une alimentation adaptée à son âge, à sa taille, à sa race et à son niveau d’activité. Il faut choisir une nourriture de qualité et éviter les excitants, comme le chocolat ou la caféine, qui peuvent augmenter l’agitation ou l’anxiété du chien. 

Il faut respecter les quantités et les horaires des repas. Et il ne faut pas donner de friandises entre les repas. 

Si besoin, on peut donner au chien des compléments alimentaires, comme des oméga-3, des vitamines ou des minéraux, qui peuvent avoir un effet bénéfique sur son comportement.

L’activité physique 

Il est indispensable de faire pratiquer au chien une activité physique régulière et adaptée à sa condition physique. L’activité physique permet au chien de :

  • Dépenser son énergie, 
  • Renforcer ses muscles, 
  • Stimuler sa circulation sanguine 
  • Libérer des endorphines, qui sont des hormones du bien-être. 

L’activité physique peut être sous forme de :

  • Promenades quotidiennes, 
  • Courses, 
  • Randonnées, 
  • Vélo 
  • Natation. 

Il faut veiller à ce que le chien ait accès à un espace suffisant pour se déplacer librement, et à ce qu’il soit bien hydraté pendant et après l’effort.

L’activité mentale 

Il est tout aussi important de faire travailler le cerveau du chien que son corps. L’activité mentale permet au chien de stimuler son intelligence, sa curiosité, sa mémoire et sa concentration. 

Source

L’activité mentale peut être sous forme 

  • De jeux d’obéissance, 
  • D’agilité 
  • Ou de recherche, qui renforcent la complicité entre le maître et le chien. 

Elle peut aussi être sous forme de 

  • Puzzles,  
  • Casse-têtes 
  • Ou de jouets interactifs, qui incitent le chien à résoudre des problèmes ou à trouver des récompenses. 

Il faut veiller à ce que le chien ait accès à des jouets variés et adaptés à son niveau, et à ce qu’il soit félicité pour ses réussites.

Une étude menée en Espagne auprès de 69 chiens a permis de comparer l’impact de deux types d’activités sur le comportement des chiens : les activités physiques (marche, course, jeu) et les activités mentales (apprentissage, résolution de problèmes, stimulation cognitive). 

L’étude a constaté que les activités mentales avaient un effet plus bénéfique que les activités physiques sur le comportement des chiens, en diminuant leur niveau de stress, en augmentant leur niveau d’attention et en améliorant leur relation avec leur maître.

L’éducation 

Il est primordial d’éduquer son chien dès son plus jeune âge, en lui apprenant les règles de base de la vie en société. L’éducation permet au chien d’avoir un cadre rassurant et sécurisant, qui lui donne confiance en lui et en son maître. 

L’éducation doit être basée sur la méthode positive et cohérente, qui utilise le renforcement positif (récompenses) pour encourager les bons comportements du chien. Elle doit éviter les punitions ou les réprimandes, qui peuvent générer du stress ou de la peur chez le chien. 

Chien hyperactif : nos avis vétérinaires

Diagnostic intoxication
Source
  • Il faut d’abord consulter un vétérinaire, qui pourra établir un diagnostic précis et vous orienter vers le traitement le plus adapté à votre chien. 
  • Le traitement peut être médical, comportemental ou alternatif, selon la cause et la sévérité de l’hyperactivité.
  • Il faut ensuite changer le mode de vie de votre chien, en lui offrant :
    • Une alimentation saine et équilibrée, 
    • Une activité physique et mentale suffisante 
    • Et une éducation positive et cohérente. 

Ces mesures vont permettre de réduire son excès d’énergie, de l’apaiser et de renforcer votre lien avec lui.

  • Il faut être patient et bienveillant avec votre chien, qui n’est pas responsable de son hyperactivité. 
  • Il faut lui montrer que vous l’aimez, que vous le comprenez et que vous êtes là pour l’aider. 
  • Il faut aussi lui donner des limites claires et constantes, qui lui donnent un cadre rassurant et sécurisant.

Références

www.planteanimal.com

www.amazon.fr

www.babelio.com

www.caniprof.fr

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

A propos de l'auteur

Retour en haut