Chirurgie des glandes salivaires : tout savoir

Article rédigé par le 25 avril 2024

La chirurgie des glandes salivaires est une intervention médicale dédiée au traitement de diverses affections, allant des obstructions par des calculs aux tumeurs

Bien que sérieuse, cette chirurgie présente un taux de réussite élevé lorsqu’elle est effectuée par des spécialistes expérimentés. Les risques associés, bien que généralement faibles, incluent des complications telles que l’infection, l’hématome, ou des lésions nerveuses

Dans cet article rédigé par un médecin, vous trouverez, après un bref rappel sur les glandes salivaires, les indications d’une chirurgie de la glande salivaire, les précautions nécessaires avant et après l’intervention, son déroulement et les risques potentiels

Les 6 points importants à retenir

  1. Les principales pathologies traitées par la chirurgie des glandes salivaires sont les lithiases salivaires et les tumeurs. Les lithiases salivaires concernent principalement la glande sous-maxillaire, tandis que les tumeurs se développent principalement dans la glande parotide.
  2. Avant l’intervention, il est essentiel de suivre une série de préparations, notamment des consultations chirurgicales et pré-anesthésiques, ainsi que des examens d’imagerie
  3. La chirurgie peut être relativement brève ou prendre plusieurs heures, en fonction de l’ampleur de la lésion. 
  4. L’approche endobuccale est privilégiée pour les lithiases de la glande sous-maxillaire, sauf si l’exérèse totale de la glande est nécessaire. La voie d’abord externe est surtout utilisée pour les tumeurs. 
  5. Les risques généraux incluent la douleur post-opératoire, les saignements, les hématomes et les infections. Les risques spécifiques comprennent le trismus, le syndrome de Frey, les lésions nerveuses et les fistules salivaires.
  6. Après la chirurgie, il est crucial de suivre certaines précautions pour favoriser une guérison optimale. Cela inclut la protection de la cicatrice, des soins spécifiques après une voie d’abord orale ou cervicale, et la consultation immédiate d’un médecin en cas de complications postopératoires.

Petit rappel sur les glandes salivaires

Les glandes salivaires, comme leur nom l’indique, sont responsables de la production de salive. Il existe plusieurs types de glandes salivaires :

Glandes salivaires principales

Il existe 3 paires de glandes salivaires principales : 

  • Deux glandes parotides : situées au niveau de la partie supéro-postérieure des joues, juste en avant des oreilles ;

Bon à savoir : le nerf facial qui contrôle la contraction des muscles de la face chemine dans les glandes parotides. 

  • Deux glandes sous-maxillaires : situées sous la mandibule, latéralement ;
  • Deux glandes sublinguales : situées sous le menton.

Glandes salivaires accessoires

Ce sont de petites boules que l’on peut normalement sentir à la face postérieure des lèvres. Elles sont très nombreuses et tapissent la quasi-totalité de la muqueuse de la bouche.

Point important : les glandes salivaires accessoires assurent la majorité de la production de salive. L’ablation d’une ou plusieurs glandes salivaires principales (parotide, glande sous-maxillaire ou sublinguale) n’affectera pratiquement pas la production de salive et n’entraînera aucun manque de salive.

Pourquoi avoir recours à une chirurgie des glandes salivaires ?

Deux glandes sont principalement concernées par la chirurgie : la glande parotide (parotidectomie) et la glande sous-maxillaire (sous-maxillectomie). Les autres glandes peuvent faire l’objet de petites chirurgies.

Les glandes salivaires peuvent souffrir de deux principales pathologies :

Les lithiases salivaires

Les lithiases salivaires sont la formation de petits cailloux (calculs) dans le canal des glandes salivaires. Ces calculs se forment principalement dans la glande sous-maxillaire, localisée sous la mandibule, dans la région du cou.

La prise en charge chirurgicale des lithiases vise surtout cette glande. La chirurgie peut consister à enlever le calcul de manière sélective par voie orale ou, si nécessaire, à procéder à l’ablation complète de la glande. 

Les tumeurs 

Les tumeurs des glandes salivaires sont généralement bénignes, mais peuvent parfois être cancéreuses. Elles se développent principalement dans la glande parotide, ainsi que dans les glandes salivaires mineures.

Le traitement chirurgical des tumeurs varie en fonction de leur emplacement et de leur nature. Un examen d’imagerie est essentiel avant toute intervention. 

RECOMMANDÉ :  Ostéotomie du calcanéum : tout savoir

L’ablation totale ou partielle de la glande affectée par la tumeur est souvent préconisée. 

Bon à savoir : dans les cas de tumeurs avec un potentiel malin, une intervention sur les ganglions lymphatiques avoisinants peut également être suggérée.

Quelles sont les précautions à prendre avant l’intervention ?

Avant une opération chirurgicale des glandes salivaires, il est essentiel de suivre une série de préparations pour assurer la sécurité et l’efficacité de l’intervention. 

Consultation chirurgicale

Avant la chirurgie des glandes salivaires, une consultation avec votre chirurgien, muni d’un bilan d’imagerie, est nécessaire. Si vous n’avez pas encore ce bilan, il vous sera prescrit lors de votre première visite. 

Ce bilan peut inclure une radiographie panoramique dentaire et une échographie cervicale en cas de suspicion de lithiase, ou une TDM cervico-faciale et une IRM parotidienne en cas de suspicion de tumeur. 

Sur la base de ces examens et de la pathologie présumée, votre chirurgien déterminera la nécessité et l’urgence de l’ablation. 

Point conseil : veillez à informer le chirurgien de tout médicament pris régulièrement, en particulier ceux qui peuvent affecter la coagulation, comme l’aspirine.

Consultation pré-anesthésique

Une consultation pré-anesthésique est également requise, puisque l’interventions va se dérouler soit sous une anesthésie générale, soit sous neuroleptanalgésie est prévue. 

Si l’intervention se pratique sous anesthésie générale, vous serez endormi tout au long de l’intervention. Pour la neuroleptanalgésie, vous serez conscient mais totalement indifférent et insensible à la douleur. 

Autres préparations nécessaires

Le jour de l’opération, il est important de réaliser un bain de bouche antiseptique et de rester à jeun pendant au moins 6 heures avant la procédure. De plus, il est recommandé d’arrêter de fumer au moins un mois avant l’opération et de continuer cette abstinence pendant les 15 jours suivant l’intervention. Et enfin, il est important d’organiser à l’avance le transport et l’accompagnement pour le retour à domicile après l’intervention.

Comment se déroule une chirurgie des glandes salivaires ?

Plusieurs informations sont importantes à connaître concernant le déroulement de la chirurgie des glandes salivaires, à savoir :

Durée de l’intervention

La chirurgie des glandes salivaires peut être relativement brève ou prendre plusieurs heures, en fonction de l’ampleur de la lésion et de la nécessité d’effectuer une exérèse complète de la glande. Elle est parfois associée à un curage ganglionnaire (retrait des ganglions cervicaux en cas de tumeur maligne) rendant l’intervention encore plus longue. 

Durée d’hospitalisation 

La plupart du temps, l’intervention peut se faire en ambulatoire, ce qui signifie que vous n’aurez pas à passer la nuit à l’hôpital. Cependant, une hospitalisation peut parfois s’avérer nécessaire. Cela peut dépendre de l’intervention elle-même ou des complications éventuelles en postopératoire.  

Techniques utilisées

L’approche endobuccale est privilégiée pour les lithiases de la glande sous-maxillaire, sauf si l’exérèse totale de la glande est nécessaire. La sialendoscopie est actuellement la technique la plus utilisée pour enlever les calculs salivaires. 

C’est une technique chirurgicale mini-invasive qui permet le diagnostic et le traitement des obstructions en introduisant un petit endoscope dans le canal principal de la glande salivaire. 

Selon une étude menée par Nicolas Lari et ses collaborateurs, les complications de la sialendoscopie sont mineures. De plus, son taux de réussite pour l’élimination des calculs est supérieur à 90 %.

Pour l’ablation complète de la glande sous-maxillaire ou de la glande parotide, une incision externe dans le cou est requise. Dans le cas de la glande parotide, l’incision peut remonter devant l’oreille, à la manière d’un lifting cervico-facial. 

Petite remarque : la cicatrice est généralement dissimulée dans un pli naturel du cou pour réduire la visibilité des marques post-opératoires.

Suture et ablation des fils

À la fin de l’intervention, les incisions sont suturées avec des fils résorbables à l’intérieur de la bouche ou avec des fils non-résorbables qui seront retirés environ 10 jours après l’opération, en cas d’incision externe.

Quels sont les risques liés à la chirurgie des glandes salivaires ?

La chirurgie des glandes salivaires est une procédure médicale délicate qui vise à traiter diverses pathologies. Bien que souvent nécessaire, cette intervention comporte certains risques qu’il est important de connaître et de discuter avec votre chirurgien.

RECOMMANDÉ :  Fracture de l’os zygomatique : Tout savoir

Risques généraux

Comme toute intervention chirurgicale, la chirurgie des glandes salivaires peut se compliquer de : 

  • Douleurs post-opératoire : Il est courant de ressentir une certaine douleur après l’intervention, qui peut être gérée avec des médicaments ;
  • Saignements : De petits saignements dans la bouche peuvent survenir si la voie d’abord est orale ;
  • Hématome : Une accumulation de sang peut se former dans la zone opérée, nécessitant parfois une intervention supplémentaire pour être drainée ;
  • Infections : Comme pour toute chirurgie, il existe un risque d’infection au niveau de la plaie qui peut retarder la guérison et nécessiter un traitement antibiotique.

Risques spécifiques

D’autres complications plus spécifiques de la chirurgie des glandes salivaires peuvent survenir, comme : 

  • Trismus ou difficulté à ouvrir la bouche : Le gonflement des tissus opérés, la douleur postopératoire et les spasmes musculaires peuvent perturber l’ouverture buccale pendant quelques jours ;
  • Syndrome de Frey : C’est une complication rare qui se caractérise par une transpiration anormale et une rougeur sur la joue lors de la mastication, due à une réinnervation anormale des fibres nerveuses ;
  • Lésions nerveuses : La proximité des nerfs, notamment le nerf facial, peut entraîner des lésions qui causent une paralysie faciale ou une anesthésie du lobe de l’oreille, temporaire ou permanente ;
  • Fistule salivaire : Une communication anormale peut se former entre la glande salivaire et la peau, entraînant un écoulement de salive à travers la cicatrice.

Quand consulter ?

Il est important de consulter immédiatement un médecin devant tout signe de complications postopératoires, comme : 

  • Fièvre plus de 37,5 °C ;
  • Douleurs non calmées par les médicaments ;
  • Saignements devenant abondants ;
  • Issue de pus ou de salives au niveau de la cicatrice.

Si vous recherchez un médecin proche de chez vous, vous pouvez consulter notre répertoire.

Quelles sont les précautions à prendre après une chirurgie des glandes salivaires ?

Après une chirurgie des glandes salivaires, il est crucial de suivre certaines précautions pour favoriser une guérison optimale et minimiser les risques de complications. Voici les mesures à prendre en compte :

Protection de la cicatrice

Pour assurer une bonne cicatrisation :

  • Il est important d’éviter l’exposition au soleil tant que la cicatrice reste foncée pour prévenir l’hyperpigmentation ;
  • Appliquez une protection solaire sur la zone opérée, comme de l’écran total, pour protéger la peau sensible.

Soins après une voie d’abord orale

Des précautions spécifiques sont nécessaires si la chirurgie a été réalisée par voie d’abord orale :

  • Privilégiez une alimentation molle, froide, non épicée et non acide pendant les premières 48 à 72 heures ;
  • L’hygiène buccale est primordiale. Brossez-vous les dents avec une brosse à dents souple et réalisez des bains de bouche antiseptiques après chaque repas pendant 15 jours ;
  • Évitez la consommation d’alcool et de tabac pendant la période de cicatrisation, qui dure de 15 à 21 jours.

Soins après une voie d’abord cervicale

Pour les voies d’abord externes :

  • Des soins infirmiers seront nécessaires quotidiennement jusqu’à ce que les fils soient retirés ;
  • En cas de paralysie faciale, une rééducation avec un masseur-kinésithérapeute peut être recommandée pour aider à la récupération.

Avis du médecin : un arrêt de travail n’est pas systématiquement nécessaire et sera décidé au cas par cas, en fonction de la nature de votre travail et de l’étendue de la chirurgie.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut