Colère et sciatique : Quel lien ? (explication et signification)

Article rédigé par le 1 juillet 2024

Peu de gens le savent, mais les émotions influent énormément sur nos douleurs corporelles. Bien que la sciatique ait plusieurs causes physiques, il est possible qu’un état colérique puisse participer aux symptômes et ralentir la guérison de la condition.

En quoi colère et sciatique sont-ils liés ? Peut-on faire quelque chose pour contrôler ses émotions et réduire par le fait même ses douleurs ? On en parle dans cet article.

Sciatique, court rappel

La sciatique est définie comme une névralgie, ou douleur nerveuse, du nerf sciatique. Ce nerf est le plus grand et le plus long du corps humain. Il s’étend du bas du dos jusqu’aux pieds et est responsable à la fois de la sensibilité d’une partie de la jambe et de certains de ses mouvements.

La sciatique peut survenir lorsque ce nerf est pincé ou irrité, généralement à la suite d’une hernie discale dans la colonne vertébrale. Cela peut provoquer des douleurs et des engourdissements dans les jambes et le bas du dos.

Dans les cas graves, elle peut également entraîner une faiblesse dans les jambes.

Les symptômes de la sciatique

Le premier symptôme de la sciatique est une douleur qui irradie du bas du dos ou de la fesse vers le bas de la jambe. La sciatique est initiée par la compression du nerf sciatique, qui commence du bas du dos, passe par les fesses et descend le long de la jambe.

La douleur est généralement plus intense en position assise ou debout pendant de longues périodes.

La sciatique peut également s’accompagner de symptômes neurologiques, tels qu’un engourdissement, des picotements ou une sensation de décharge électrique dans la jambe.

Quelles sont les causes de la sciatique ?

Il existe plusieurs causes possibles de douleur sciatique. Le plus souvent, on imagine des causes physiques. Les causes les plus communes sont la hernie discale, l’arthrose zygapophysaire ou le rétrécissement du canal lombaire (canal lombaire étroit).

Une autre cause possible est une chute ou un autre accident qui entraîne un choc dans le dos. Cela peut endommager le nerf directement ou entraîner d’autres conditions qui conduisent à la compression du nerf.

Qu’en est-t-il des causes psychologiques ?

Enfin, l’une des causes les moins connues de la sciatique est de nature psychologique. Elle peut être provoquée par le stress, l’anxiété ou encore la colère. Lorsqu’une personne est confrontée à un bouleversement psychologique important, les muscles de son dos peuvent se contracter.

RECOMMANDÉ :  Gaz et ballonnements : signification émotionnelle

Cette tension peut alors exercer une pression sur le nerf sciatique, qui part du bas du dos et descend le long des jambes. Dans certains cas, la tension musculaire peut être si forte qu’elle comprime le nerf, provoquant une inflammation et une douleur.

Bien que cette cause puisse sembler improbable, la sciatique provoquée par la colère est une possibilité à ne pas sous-estimer.

Le lien entre colère et sciatique expliqué

La colère est une émotion intense qui peut avoir des effets néfastes sur notre santé physique et mentale. En ce qui concerne la sciatique, la colère peut contribuer à aggraver les problèmes existants de plusieurs manières.

Premièrement, la colère provoque souvent une augmentation de la tension musculaire dans le corps. Lorsque nous sommes en colère, nos muscles se contractent et se raidissent, ce qui peut exercer une pression supplémentaire sur la colonne vertébrale et le nerf sciatique. Cette tension musculaire accrue peut aggraver les symptômes de la sciatique, provoquant une augmentation de la douleur et de l’inconfort.

Deuxièmement, la colère peut avoir un impact sur notre seuil de douleur. Lorsque nous sommes en colère, notre perception de la douleur peut être exacerbée, rendant les symptômes de la sciatique plus difficiles à supporter. De plus, la colère peut également augmenter notre sensibilité émotionnelle, ce qui peut rendre les symptômes de la sciatique plus difficiles à gérer sur le plan émotionnel.

Il est important de noter que la colère peut également influencer nos habitudes de vie et nos comportements, ce qui peut indirectement aggraver les problèmes de sciatique. Par exemple, lorsque nous sommes en colère, nous pouvons être enclins à adopter des postures et des mouvements qui mettent davantage de pression sur la colonne vertébrale et le nerf sciatique.

De plus, la colère peut également conduire à des comportements malsains tels que la sédentarité, la consommation excessive d’aliments peu sains ou la négligence de l’activité physique, ce qui peut avoir un impact négatif sur notre santé et aggraver les symptômes de la sciatique.

Que faire pour contrôler sa colère et soulager sa sciatique ?

Maintenant que vous reconnaissez le lien entre colère et sciatique, espérons que cela vous donne plus de motivation dans votre travail pour maîtriser vos émotions négatives.

Évidemment, l’idéal serait de consulter un professionnel de la santé mentale. Celui-ci saura adapter son traitement et vous offrir des conseils personnalisés.

Voici des techniques que vous pouvez tenter à domicile pour gérer votre stress et réduire votre sentiment de colère :

RECOMMANDÉ :  Douleurs aux adducteurs : signification spirituelle

Le sport

Ce n’est un secret pour personne, le sport joue un rôle antidépresseur naturel. Certains exercices permettront notamment de muscler le tronc et réduire les symptômes de sciatique. Une activation de la circulation et une oxygénation du corps permettra également de mieux se sentir mentalement.

La psychothérapie

Ce traitement aide à faire face au stress et à la colère. Il s’agit d’une thérapie mise en place par un psychologue. Ce dernier réalisera un suivi et un accompagnement personnalisé de la personne. En effet, cela aide à aller au vif du problème et le résoudre rapidement.

La prise de médicaments

Dans certains cas, il faut malheureusement se résoudre à prendre des médicaments. Il n’existe aucun médicament spécifique pour traiter le stress et la colère. Cependant, les antidépresseurs restent efficaces. En revanche, la prise de ces médicaments nécessite la prescription au préalable par un médecin en raison de leurs fortes intensités.

Le traitement traditionnel

Les remèdes traditionnels détiennent un pouvoir d’éradiquer le stress et contrôler sa colère. Il existe plusieurs méthodes :

  • Respiration diaphragmatique
  • Méditation pleine conscience (parfois appelée « Mindfulness »)
  • L’homéopathie: un traitement à base de plante naturel afin de réduire la dépression ;
  • L’acupuncture: une méthode chinoise qui aide à détendre les muscles. En effet, cela permet éventuellement de réduire la tension artérielle ;
  • Le sauna et le hammam: un bain de vapeur pour détendre les nerfs.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut