Coloscanner : Guide complet

Article rédigé par le 16 avril 2023

Le coloscanner est une technique d’exploration d’imagerie médicale qui permet de visualiser l’intérieur du colon (gros intestin).

Cette méthode est non invasive et permet de détecter des lésions dans le colon qui pourraient être signes d’une maladie.

Nous allons parler de ce qu’est exactement le coloscanner, pourquoi il est utilisé, comment il fonctionne, comment se déroule l’examen ainsi que tous les détails associés à cette technique.

Coloscanner : Définition

Le Coloscanner, ou tomodensitométrie, est une technique d’imagerie qui utilise les rayons X pour produire des images détaillées du corps en coupe transversale.

On peut parler de scan, scanner, CT scan, TDM scan ou radiologie TDM. Toutes ces expressions décrivent le même processus d’imagerie médicale qui utilise des rayons X et sont appelés scanner.

Le scanner du colon est l’un des examens les plus courants pour détecter les tumeurs colorectales. Il s’agit d’une technique d’imagerie médicale qui permet de visualiser l’intérieur du côlon avec précision.

Le scanner du colon peut être effectué de deux manières : par CT colonographie (CTC) ou par coloscopie virtuelle. Dans les deux cas, l’examen consiste à insuffler de l’air dans le colon pour le rendre visible sur les images.

Colonographie (CTC)

La CTC est une technique relativement nouvelle qui présente de nombreux avantages par rapport à la coloscopie conventionnelle. Elle est moins invasive, plus rapide à réaliser et plus confortable pour le patient.

De plus, elle permet de visualiser toute la région abdominale, ce qui facilite la détection précoce des tumeurs. La CTC est également plus sensible que le test Hemoccult, car elle peut détecter des lésions de petite taille et des saignements occultes.

Cependant, la CTC présente également des limites. Elle ne permet pas la biopsie ou le retrait des polypes (petits renflements qui peuvent se former sur la paroi du colon), ce qui signifie qu’un examen de suivi est souvent nécessaire.

De plus, elle expose le patient à une dose de rayonnement plus élevée que la coloscopie conventionnelle, bien que cette dose soit encore bien inférieure à celle d’un scanner thoracique standard.

Coloscopie CT

La coloscopie virtuelle, également connue sous le nom de coloscopie CT, utilise la même technologie que la CTC, mais elle se concentre spécifiquement sur le colon.

Elle peut être utilisée pour détecter des lésions précancéreuses et des polypes, et elle peut également être utilisée pour le suivi de patients atteints de cancer colorectal.

Elle est moins invasive que la coloscopie conventionnelle, mais nécessite néanmoins une préparation similaire.

En quoi le scanner se distingue-t-il des autres techniques d’imagerie ?

Alors que de nombreuses techniques d’imagerie utilisent des rayonnements pour générer des images, la tomodensitométrie le fait d’une manière unique en faisant tourner progressivement la source de rayons X et le détecteur autour du corps du patient.

Les données brutes produites par ce processus, appelées « coupes« , sont reconstruites en vues transversales de l’anatomie.

Les médecins disposent ainsi d’informations plus précises et plus exactes que celles fournies par les autres méthodes d’imagerie.

Cet examen non invasif, rapide et indolore, est efficace pour :

  • Détection de tumeurs : Le coloscanner est capable de repérer des tumeurs de petite taille, même celles qui ne sont pas encore cancéreuses. C’est particulièrement intéressant pour un dépistage précoce et pour mettre en place une surveillance adéquate.
  • Visualisation des polypes : Les polypes sont des excroissances sur la paroi de l’intestin qui peuvent évoluer en tumeurs malignes. Le coloscanner permet de les visualiser et de les mesurer avec une grande précision.
  • Pas de préparation du patient : Contrairement à la coloscopie, qui nécessite un nettoyage de l’intestin préalablement à l’examen, le coloscanner n’impose pas de régime alimentaire particulier à suivre avant l’examen.
  • Moins invasif que la coloscopie : Le coloscanner ne nécessite pas d’introduction d’un tube dans l’intestin, ce qui en fait un examen plus confortable pour le patient.
  • Moins de risques : L’examen n’implique pas d’anesthésie générale, ce qui réduit considérablement les risques pour le patient.

Bien que le coloscanner soit efficace pour repérer les tumeurs colorectales, il faut toutefois rappeler qu’il ne remplace pas la coloscopie, qui reste l’examen de référence pour le diagnostic des pathologies de l’intestin.

Si des anomalies sont détectées lors du coloscanner, une coloscopie sera réalisée pour en savoir plus précisément sur les lésions détectées.

Rappel anatomique du colon

Le colon est un organe du système digestif dont le rôle est de récupérer l’eau et les sels minéraux des aliments non digérés afin de former des selles. Cette partie de l’intestin est divisée en quatre parties distinctes :

  • Le côlon droit,
  • Le côlon transverse,
  • Le côlon gauche
  • Et le rectum.

Côlon droit ou côlon ascendant

Le côlon droit se situe dans la partie droite de l’abdomen, dans la région iliaque. Il débute au niveau du cæcum, qui est une poche qui relie le côlon à l’intestin grêle.

C’est dans cette région que les aliments sont digérés et transformés par les enzymes digestives. La paroi de cet organe est recouverte de nombreuses villosités qui lui permettent d’absorber les nutriments.

Côlon transverse

Le côlon transverse est la partie la plus large de l’intestin. Il traverse l’abdomen au niveau de l’épigastre, la partie supérieure de l’abdomen, et relie le côlon droit au côlon gauche.

Cette partie de l’intestin est responsable de la transformation des résidus alimentaires en selles.

Côlon gauche

Le côlon gauche est la partie la plus longue du colon. Il se situe dans la partie gauche de l’abdomen et se prolonge jusqu’à la région iliaque gauche.

Cette partie de l’intestin est caractérisée par la présence de plis, appelés haustrations, qui lui permettent d’augmenter sa capacité de retenir les selles.

Rectum

Le rectum est la partie terminale du colon. Il mesure entre 12 et 15 cm de longueur et se situe dans la partie inférieure de l’abdomen. Cette partie de l’intestin est responsable du stockage des selles jusqu’à leur évacuation lors de la défécation.

L’anatomie du colon est donc complexe et ces différentes parties de l’intestin ont des fonctions bien précises. La connaissance de l’anatomie de cet organe est importante dans le diagnostic des maladies digestives ou des troubles du transit intestinal.

Ainsi, une obstruction du côlon droit peut provoquer des douleurs abdominales, une constipation ou même une occlusion intestinale. Une tumeur localisée dans le côlon gauche peut entraîner des douleurs abdominales, une anémie ou une diarrhée.

Indications pour le coloscanner

Le coloscanner est un examen d’imagerie médicale non invasif, permettant de visualiser l’intérieur du colon et de l’intestin grêle.

Cet examen est prescrit dans divers cas, principalement pour dépister des pathologies liées au système digestif. Nous allons explorer les différentes indications pour le coloscanner :

Saignements occultes ou extériorisés

Lorsqu’un patient présente des saignements digestifs, qu’ils soient internes ou externes, il est souvent nécessaire de procéder à une exploration complète de l’intestin.

Le coloscanner permet de visualiser l’intérieur du colon, et ainsi de repérer la présence de lésions ou de pathologies pouvant être à l’origine de ces saignements.

Les saignements occultes ou extériorisés sont donc la principale indication de l’exploration du colon par coloscanner.

Angiodysplasie chez les patients âgés

Chez les patients âgés, l’angiodysplasie est souvent à l’origine de saignements digestifs provenant de l’intestin grêle.

Cette pathologie se caractérise par des malformations des vaisseaux sanguins, pouvant entraîner des saignements.

Le coloscanner permet de visualiser les vaisseaux sanguins, et ainsi de repérer ces malformations. Une fois dépistée, l’angiodysplasie peut être traitée grâce à différentes techniques endoscopiques.

Tumeurs entre 30 et 50 ans

Entre 30 et 50 ans, les tumeurs sont prédominantes dans les pathologies pouvant être détectées par le coloscanner.

Il peut s’agir de léiomyomes, de tumeurs carcinoïdes, de lymphomes ou encore d’adénocarcinomes.

Ces tumeurs peuvent être bénignes ou malignes, et leur dépistage précoce est essentiel pour la mise en place d’un traitement efficace.

Diverticule de Meckel chez les patients plus jeune

Chez les patients plus jeunes, le diverticule de Meckel est l’étiologie la plus fréquente de la morphologie de l’intestin grêle.

Ce diverticule est une malformation congénitale, pouvant parfois causer des douleurs abdominales ou des complications digestives.

Le coloscanner permet de visualiser cette malformation, et ainsi d’orienter la prise en charge du patient.

Recherche de polypes dans les syndromes de Lynch

Les syndromes de Lynch sont des maladies héréditaires prédisposant au développement de cancers colorectaux.

Le coloscanner peut être utilisé pour dépister la présence de polypes dans le colon, qui sont souvent le signe précurseur d’un cancer.

Grâce à cet examen, les patients porteurs du syndrome de Lynch peuvent bénéficier d’une surveillance accrue, permettant de limiter les risques de développer un cancer colorectal.

Coloscanner : Contre-indications

Il est important de noter que sauf en cas d’urgence, le rapport bénéfice/risque de l’examen devra être évalué pour les femmes enceintes. Toutefois, il n’y a pas de contre-indication hormis la grossesse en elle-même ou bien le fait d’être claustrophobe ou anxieux. Les doses de radiations utilisées sont minimes et les précautions prises permettent de limiter la zone concernée. Si vous êtes enceinte ou si vous pensez l’être, signalez-le à votre médecin immédiatement pour prendre les mesures nécessaires.

Insuffisance rénale sévère : clairance de la créatinine < 30 ml/min

Lorsque vous êtes atteint(e) d’une insuffisance rénale sévère, la clairance de la créatinine est inférieure à 30 ml/min.

Cette condition fait de vous un patient à risque en cas d’utilisation de produits de contraste pour une IRM ou un Coloscanner.

En effet, votre corps n’étant pas en mesure d’éliminer rapidement les substances administrées, elles peuvent s’accumuler dans les reins et causer des dommages.

Si vous souffrez d’une insuffisance rénale sévère, signaler immédiatement cette condition à votre médecin avant de passer un Coloscanner.

Dans quels cas est-il pertinent d’injecter un produit de contraste lors d’un scanner ?

Comme mentionné, il peut être nécessaire d’injecter un produit de contraste pour améliorer la qualité de l’image et permettre une meilleure visualisation de certaines zones.

  • Les tumeurs : L’injection de produit de contraste est largement utilisée pour visualiser les tumeurs de différentes parties du corps. Les contrastes améliorent la visibilité de certaines tumeurs en les rendant plus visibles sur l’image de scanner. Les tumeurs se nourrissent de sang, et le produit de contraste permet souvent de les mettre en évidence. Cela permet aux médecins de déterminer s’ils doivent mener des investigations supplémentaires ou non.
  • Les vaisseaux sanguins : Les produits de contraste peuvent être utilisés pour visualiser les vaisseaux sanguins dans différentes parties du corps. Lorsque des vaisseaux sanguins sont obstrués ou rétrécis, l’injection de contraste permet aux médecins de visualiser les zones affectées avec une plus grande précision. Ceci est particulièrement utile lorsque l’on cherche à diagnostiquer une occlusion artérielle ou une sténose.
  • Les troubles gastro-intestinaux : L’utilisation de produit de contraste permet de visualiser les organes du tractus gastro-intestinal, comme l’estomac, les intestins et les colonnes. Ce procédé est couramment utilisé pour diagnostiquer des maladies inflammatoires de l’intestin, ou des tumeurs du côlon, par exemple. Le produit de contraste permet de visualiser l’anatomie de ces organes et des troubles peuvent être détectés bien avant qu’ils ne deviennent trop envahissants.
  • Les examens ORL, de la tête et du cou : Les produits de contraste peuvent être utilisés pour améliorer la visualisation des tissus de la sphère ORL, dans la tête et le cou. Ceci est particulièrement utile pour diagnostiquer le cancer et les maladies vasculaires dans cette région. L’injection de produit de contraste permet également de visualiser les glandes salivaires et les masses qui peuvent affecter cette région.
  • Les examens cardiaques : L’injection de produit de contraste lors d’un scanner cardiaque peut aider à visualiser les vaisseaux sanguins et les tissus cardiaques. Ceci est utile pour diagnostiquer les maladies cardiovasculaires et les anomalies cardiaques congénitales.
RECOMMANDÉ :  Arthroscanner du genou : Guide complet

Coloscanner : Procédure

Si votre médecin vous a prescrit un Coloscanner, vous pouvez vous poser des questions sur le déroulement de l’examen. On vous explique de A à Z comment se déroule l’examen d’imagerie Coloscanner.

Pré-examen : Comment se préparer et s’habiller ?

Avant l’examen, il est important de se préparer et de s’habiller correctement. Pour un coloscanner, il n’est pas nécessaire de se déshabiller.

Cependant, il est préférable d’enlever tout bijou ou vêtement comportant des parties métalliques (comme des fermetures à glissière ou des boutons).

En fonction de la partie du corps examinée, il peut être nécessaire d’être à jeun, ce qui n’est généralement pas le cas pour un coloscanner.

Quoi ramener ?

Pour que votre rendez-vous pour un coloscanner se déroule efficacement, il est important que vous apportiez une liste complète de documents et de produits nécessaires.

Voici une liste de tout ce que vous devez apporter :

  • Votre ordonnance originale et une liste de tous les médicaments que vous prenez actuellement,
  • Les produits de contraste qui vous ont été prescrits lors de la prise de votre rendez-vous, si nécessaire pour l’examen,
  • Les résultats de vos analyses sanguines et autres bilans, s’ils ont été prescrits ou requis par votre médecin pour expliquer certains symptômes ou diagnostics,
  • Les examens radiologiques antérieurs et les comptes rendus d’opérations ou d’hospitalisations, si cela peut être utile pour des diagnostics préalables,
  • Votre carte VITALE de sécurité sociale et son attestation afin d’obtenir les remboursements et garantir un suivi.
  • Votre carte de mutuelle ou autre assurance privée si nécessaire.

N’oubliez pas de rassembler tous ces éléments avant votre rendez-vous pour éviter toute perte de temps pendant le coloscanner. Chaque détail est important pour assurer un processus fluide et précis.

Coloscanner : Arrivée

Il est recommandé d’arriver en avance (jusqu’à 10 minutes avant l’heure prévue) pour remplir les documents nécessaires et permettre au personnel administratif d’ouvrir votre dossier en cas de premier rendez-vous.

En cas de question ou d’incertitude, n’hésitez pas à en discuter avec le personnel présent.

Rencontre avec le secrétariat

Après votre arrivée, vous devrez remplir un formulaire d’autorisation pour l’examen et donner votre accord. Ensuite, asseyez-vous et attendez que l’on vienne vous chercher.

Le technicien vous conduira alors au vestiaire où vous pourrez déposer vos effets personnels et mettre les vêtements nécessaires pour l’examen.

Pour votre confort, vous pourriez envisager d’aller aux toilettes avant le début de l’examen.

Rencontre avec le technicien

Une fois toutes les formalités administratives accomplies, le technicien vous injectera une petite quantité de produit de contraste iodé à l’aide d’une seringue au pli du coude, avant de vous demander de vous allonger sur la table de scanner.

Rencontre avec le technicien : à quoi ressemble l’équipement ?

Le scanner est une grande machine circulaire dans laquelle est fixé le lit d’examen. Le tube à rayons X et les capteurs sont situés dans l’anneau du scanner, ce qui facilite l’obtention d’une image claire de ce qui se trouve à l’intérieur du corps du patient.

Les parois sont recouvertes de plomb et d’autres protections contre les rayonnements pour une meilleure protection. Il y a également une fenêtre d’observation à des fins de contrôle.

La pièce où se déroule l’examen est un espace fermé qui bloque toute interférence extérieure provenant d’autres ondes afin d’obtenir une image diagnostique précise.

En bref, il s’agit d’un équipement d’imagerie technologiquement avancé conçu pour prendre des photos du corps du patient, fournissant des images précises et détaillées qui peuvent aider à diagnostiquer divers problèmes médicaux.

Pendant l’examen

Une fois que vous êtes bien installés et allongés confortablement, la plateforme se déplacera dans un anneau fermé où se déroulent les travaux d’imagerie médicale.

Durant l’examen, vous entendrez peut-être un bruit de cliquetis régulier provenant de la machine.

Ce bruit est normal et ne doit pas vous inquiéter. Votre radiologue vous surveillera à travers une vitre et vous parlera par l’intermédiaire d’un microphone si nécessaire.

Pendant l’examen et selon le cas, il peut vous être demandé de retenir votre respiration pendant quelques secondes, le temps que le scanner capture les images dont il a besoin.

Coloscanner : Durée de l’examen

Lorsqu’il s’agit de passer un examen, on redoute souvent la durée ou l’inconfort. Cependant, le coloscanner n’est pas un examen à craindre.

En effet, cette procédure est généralement rapide et ne dure que 15 minutes. De plus, lorsque l’examen est réalisé avec de l’eau, il n’y a pas de recommandation spécifique à suivre avant de le passer.

Il suffit donc de se présenter à l’examen l’esprit tranquille et de laisser les professionnels s’occuper du reste. Le coloscanner est un outil précieux pour détecter des anomalies dans le côlon, mais il ne doit pas être angoissant à passer.

Coloscanner : Est-ce douloureux ?

Un examen du colon n’est généralement pas douloureux, à moins qu’une injection ou un lavement ne soit nécessaire au préalable.

L’injection d’un produit de contraste, tel qu’un liquide iodé, peut provoquer une douleur ou une gêne temporaire pendant l’injection dans le pli du coude, mais elle ne dure généralement pas plus de quelques instants.

En outre, la position requise pour l’imagerie peut être inconfortable en soi (position allongée) et peut l’être encore plus si la zone examinée est déjà douloureuse.

Coloscanner : Que faire si je suis claustrophobe ou anxieux(se) ?

La claustrophobie lors d’un examen coloscopique peut être une expérience éprouvante pour les nerfs. Si l’examen vous angoisse, le fait de savoir qu’il s’agit d’un examen ouvert, comparé à un examen IRM, peut vous rassurer.

En outre, si vous vous sentez dépassé ou inquiet, de nombreux centres médicaux offrent la possibilité d’effectuer une visite préalable afin de vous acclimater à l’environnement et à l’équipement.

Le fait de savoir à quoi s’attendre avant l’examen aide les patients à se détendre et à passer leur examen plus facilement.

Coloscanner : Risques, inconvénients et effets secondaires (y a-t-il des dangers ?)

Lorsqu’un agent de contraste est utilisé pour un Coloscanner, il est possible de ressentir de légères réactions. Les éventuels inconvénients courants incluent :

  • Des infections bactériennes et fongiques résultant d’une administration incorrecte ou d’une absence de stérilisation,
  • Une augmentation de la température corporelle si des quantités excessives de produits sont injectées,
  • Des gonflements au point d’injection, ce qui peut être gênant,
  • Des saignements pendant ou après l’examen à base de produits iodés,
  • Des nausées
  • Des étourdissements ou même des pertes de conscience temporaires après la prise du produit de contraste,
  • Des douleurs à l’endroit où l’aiguille a été insérée pour administrer le produit de contraste.
  • Des maux de tête
  • Une sensation de goût métallique.

Il est important de noter que certaines personnes peuvent être plus susceptibles de ressentir ces effets secondaires que d’autres.

Par conséquent, il est essentiel de prendre en compte les risques et les effets secondaires potentiels lors de la réalisation d’un Coloscanner.

Les risques liés aux radiations lors du passage d’un scanner

Le scanner est un examen connu pour utiliser des rayonnements ionisants qui, en cas d’exposition répétée à une dose trop élevée tout au long de la vie, peuvent endommager les cellules et l’ADN, potentiellement augmenter le risque de cancer.

Cependant, la plupart des gens subissent rarement un scanner au cours de leur vie, et les doses auxquelles ils sont exposés sont si faibles qu’elles ne présentent aucun risque réel.

En revanche, les femmes enceintes sont encouragées à éviter de passer un scanner car cela peut être dangereux pour l’enfant à naître.

Le risque de cancer lié aux scanners

Peut-être vous demandez-vous si le passage d’un scanner augmente considérablement votre risque de cancer.

Bien qu’il existe un risque extrêmement faible, des études ont montré que les rayonnements ionisants sont cancérigènes pour l’homme à une dose supérieure à 100 milli-Sievert (mSv).

Par ailleurs, la dose de rayonnement à laquelle vous êtes exposé lors d’un scanner est bien inférieure à 100 mSv.

En moyenne, elle varie de 0,1 mSv à 15 mSv selon la région scannée. Pour mettre cela en perspective, il faudrait subir des milliers de scanners avant d’atteindre la quantité de rayonnements ionisants prouvée pour causer le cancer.

Bien qu’il y ait un risque extrêmement faible de développer un cancer à la suite d’un scanner, il est essentiel de peser cet élément par rapport aux avantages de la procédure.

Un scanner peut aider votre médecin à diagnostiquer ou à exclure un certain nombre d’affections, comme la sinusite ou une fracture du nez. Dans la majorité des cas, les avantages d’un scanner sont bien supérieurs aux risques.

Coloscanner : Les examens complémentaires

Le colon est un organe important du système digestif, avec un rôle crucial dans l’élimination des déchets.

Toutefois, il peut également être le siège de nombreux problèmes de santé, tels que les polypes, les tumeurs, la colite ou la maladie de Crohn.

Pour détecter ces maladies, il existe maintenant plusieurs techniques de diagnostic. Dans ce qui suit, nous vous présentons les examens complémentaires au coloscanner, utilisés pour le dépistage et le diagnostic des maladies du côlon.

Test sanguin

Pour détecter les tumeurs colorectales, le dépistage est nécessaire. En France comme dans de nombreux pays, le test Hemoccult est utilisé pour rechercher la présence de sang occulte dans les selles.

Cependant, ses performances sont limitées, car il peut donner des résultats faux négatifs et faux positifs. Pour cette raison, il est courant de recommander des examens complémentaires pour augmenter la sensibilité du diagnostic.

La coloscopie

La coloscopie est le test le plus couramment utilisé pour examiner la paroi interne du côlon. Il s’agit d’un examen endoscopique invasif qui consiste à insérer un tube flexible muni d’un éclairage et d’une caméra dans le rectum jusqu’au côlon.

Cette caméra transmet en temps réel les images du côlon sur un écran de contrôle, permettant au médecin de visualiser l’intérieur de l’organe pour détecter les polypes ou les tumeurs.

La coloscopie est également utilisée pour prélever des échantillons de tissus afin de les analyser en laboratoire.

La coloscopie virtuelle

La coloscopie virtuelle, également appelée coloscanner, est une technique d’imagerie par scanner qui produit des images en 3D du côlon.

Elle utilise un scanner pour prendre des images détaillées de l’intérieur du côlon, sans avoir à insérer un tube dans le rectum.

Cette méthode est moins invasive que la coloscopie traditionnelle, mais elle ne permet pas de prélever des échantillons de tissus.

Certaines personnes trouvent cette technique plus confortable que la coloscopie conventionnelle, car elle ne nécessite pas d’anesthésie.

IRM

L’IRM, ou imagerie par résonance magnétique, est une technique d’imagerie qui utilise des ondes magnétiques et des radiofréquences pour créer des images détaillées de l’intérieur du corps.

L’IRM est souvent prescrit pour diagnostiquer des tumeurs, des hernies discales, des troubles neurologiques et d’autres anomalies dans le corps.

Bien que l’IRM ne soit pas aussi couramment utilisé pour diagnostiquer les problèmes du côlon, il peut être utilisé en conjonction avec d’autres examens tels que la coloscanner pour fournir un diagnostic plus précis.

Un avantage majeur de l’IRM est qu’il est non invasif et ne nécessite pas toujours d’injection de produit de contraste.

Cependant, l’IRM peut être inconfortable pour certaines personnes qui ont peur des espaces confinés ou qui ont des implants métalliques, tels que des prothèses dentaires ou des stimulateurs cardiaques.

Si vous êtes inquiet à propos de l’IRM, parlez-en à votre médecin avant l’examen.

Échographie

L’échographie utilise des ondes sonores pour créer des images des organes internes, y compris le côlon. La procédure est généralement indolore et ne nécessite pas d’injection de produit de contraste ou de préparation préalable.

Bien que l’échographie ne soit pas aussi précise que la coloscanner ou l’IRM, elle peut être utile pour diagnostiquer des problèmes mineurs tels que des accumulations de liquide ou des polypes.

Cependant, l’échographie est souvent utilisée en combinaison avec d’autres examens pour obtenir un diagnostic plus précis.

RECOMMANDÉ :  Scanner abdominal : Guide complet

La sigmoïdoscopie

La sigmoïdoscopie est également un examen endoscopique qui permet d’observer le rectum et le bas du côlon.

Un tube fin et flexible est inséré dans l’anus jusqu’au côlon sigmoïde, la partie du côlon située juste au-dessus du rectum.

Comme pour la coloscopie, une caméra est utilisée pour visualiser l’intérieur du côlon en temps réel. La sigmoïdoscopie est moins invasive que la coloscopie, mais elle ne permet de visualiser qu’une partie du côlon.

L’irrigation du côlon

L’irrigation du côlon, également appelée l’hydrothérapie du côlon, est une technique qui consiste à nettoyer en profondeur les intestins à l’aide d’une solution spéciale.

Elle est souvent utilisée pour traiter la constipation, les calculs biliaires ou les problèmes de peau. L’irrigation du côlon est réalisée par un professionnel de la santé, qui insère un tube dans le rectum pour administrer la solution spéciale.

Cette technique n’est pas utilisée pour dépister les maladies du côlon, mais elle peut aider à maintenir une bonne santé intestinale et à améliorer la qualité de vie.

L’examen de l’œsophage

L’examen de l’œsophage est un examen simple et indolore qui vise à examiner le fonctionnement de l’œsophage. Pour la procédure, le patient doit revêtir une jaquette et enlever les objets métalliques.

Le patient est ensuite invité à boire du baryum, un liquide opaque à saveur vanille ou fraise.

Une fois que le patient a ingéré le baryum, des images radiographiques sont prises alors que le liquide se déplace à travers l’œsophage.

Cet examen permet d’observer le reflux de liquide dans l’œsophage, des hernies hiatales et des problèmes de déglutition.

L’examen radiologique de la déglutition

L’examen radiologique de la déglutition permet d’observer le fonctionnement et la structure de la bouche et de la gorge. Cet examen est souvent prescrit pour les patients qui ont des difficultés à avaler ou des douleurs lorsqu’ils mangent.

Cette procédure est également indolore et dure généralement entre 10 et 20 minutes. Le patient est invité à avaler différents types de nourriture, chacun avec un type différent de baryum, pour que les images radiographiques puissent capturer l’ensemble du processus de déglutition.

Cet examen permet de déterminer si le patient a des problèmes de déglutition, tels que des caillots ou des rétrécissements, qui peuvent nécessiter un traitement.

Examen radiologique dynamique repas baryté DC

L’examen radiologique dynamique repas baryté DC permet d’explorer l’intérieur de l’estomac avec un produit de contraste.

L’examen est similaire à celui de l’œsophage, sauf que cette fois-ci, le patient boit une plus grande quantité de baryum, souvent mélangée à des aliments tels que du pain grillé, du yaourt ou de la compote de pommes.

Des images radiographiques sont prises à mesure que le liquide se déplace à travers l’estomac, ce qui permet de détecter des ulcères gastriques, des polypes et d’autres anomalies à l’intérieur de l’estomac.

Cet examen est généralement assez court, durant entre 10 et 15 minutes, bien qu’il puisse prendre plus de temps si le médecin a besoin de prendre des images supplémentaires.

Lavement baryté DC

Le lavement baryté DC est un examen dans lequel le côlon ou le gros intestin est exploré à l’aide de la fluoroscopie. Pour la procédure, un tube est inséré dans l’anus, et un baryum liquide est administré par voie rectale.

Des images radiographiques sont prises alors que le liquide se déplace dans le côlon, ce qui permet de détecter des polypes, des tumeurs et d’autres anomalies.

Cette procédure peut prendre jusqu’à une heure pour être complétée, et il est important de suivre les instructions du médecin pour la préparation avant l’examen.

Coloscanner : Les pathologies détectées par scanner du colon

Voici un aperçu des pathologies les plus courantes détectées par le coloscanner :

Un ulcère

Le coloscanner peut détecter les ulcères du colon. Un ulcère est une lésion de la muqueuse qui peut saigner et causer une douleur. Les ulcères peuvent être causés par une infection, une maladie inflammatoire de l’intestin ou une ischémie (manque d’oxygène).

Une inflammation des parois

La colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn sont des causes d’inflammation de l’intestin. Le coloscanner peut détecter ces inflammations.

La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire de l’intestin qui se caractérise par une inflammation et des ulcérations dans la muqueuse du côlon.

Une tumeur

La tumeur est un terme générique qui désigne une masse anormale de tissus. Elle peut être bénigne ou maligne (cancer).

Le coloscanner est un moyen efficace de détecter les tumeurs du côlon, qui peuvent être une source de douleur abdominale, de saignements rectaux, de changements dans les habitudes intestinales, etc.

Un reflux

Le coloscanner peut également détecter le reflux gastro-œsophagien (RGO) dans le côlon. Le RGO est un reflux du contenu de l’estomac dans l’œsophage, qui peut causer des douleurs, des brûlures et des nausées. Le RGO peut aussi causer des dommages à la muqueuse de l’œsophage.

Cancer colorectal

Le cancer colorectal est le cancer le plus fréquent chez les adultes. Heureusement, il peut être diagnostiqué et traité à un stade précoce grâce au scanner du colon.

Il peut aider à détecter les tumeurs et les polypes jusqu’à 1 cm de diamètre, permettant ainsi une intervention rapide et efficace.

Polypes coliques

Les polypes coliques sont des excroissances bénignes qui peuvent se développer sur la paroi interne du côlon.

Bien que la plupart des polypes soient bénins, certains peuvent devenir cancéreux avec le temps. Le scanner du colon peut aider à détecter les polypes avant qu’ils ne deviennent cancéreux, permettant ainsi une intervention précoce pour leur retrait.

Colite ulcéreuse

La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, caractérisée par une inflammation de la paroi intestinale. Les symptômes comprennent des douleurs abdominales, de la diarrhée et du sang dans les selles.

Le scanner du colon peut aider à identifier l’extension de la maladie et la gravité de l’inflammation, permettant ainsi un traitement ciblé pour soulager les symptômes.

Maladie inflammatoire de l’intestin (MII)

La maladie inflammatoire de l’intestin est un terme qui désigne un groupe de maladies chroniques qui causent une inflammation de l’intestin. Il comprend la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn.

Le scanner du colon peut aider à identifier les zones d’inflammation de l’intestin, permettant ainsi un traitement plus efficace pour soulager les symptômes et prévenir les complications.

Diverticulose du côlon et ses complications

La diverticulose du côlon est une condition qui se produit lorsque des poches se forment le long de la paroi du côlon. Dans la plupart des cas, la diverticulose ne cause aucun symptôme.

Cependant, dans certains cas, ces poches peuvent s’infecter et provoquer une inflammation (diverticulite) ou une obstruction (sigmoïdite). Le scanner du colon peut aider à identifier la cause de la douleur abdominale et à déterminer le traitement le plus efficace.

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est une maladie courante qui est diagnostiquée chez de nombreux patients. Il s’agit d’une maladie chronique qui affecte le côlon et le rectum.

Les symptômes du syndrome du côlon irritable comprennent des douleurs abdominales, des ballonnements, de la diarrhée ou de la constipation.

L’examen du scanner permet de détecter les anomalies dans l’intestin telles que la dilatation, l’épaississement et la diverticulose. Les médecins peuvent donc utiliser les résultats du scanner pour évaluer l’étendue de la maladie et prescrire un traitement adéquat.

Fissures anales

Les fissures anales sont des lésions qui se produisent dans la paroi du canal anal. Cette pathologie est courante chez les patients atteints de constipation chronique, et des douleurs lors des selles peuvent être ressenties.

Les résultats du scanner permettent aux médecins de visualiser les fissures anales, d’évaluer leur taille et leur emplacement, et de prescrire un traitement approprié.

Abcès

Une autre pathologie fréquente du côlon est l’abcès. Il s’agit d’une infection locale caractérisée par une accumulation de pus dans la région où les tissus sont infectés.

Les résultats du scanner permettent de détecter les abcès dans l’intestin, d’identifier leur emplacement et leur étendue, et de prescrire un traitement approprié.

Colites

Les colites sont des inflammations de la paroi du côlon. Les médecins peuvent utiliser le scanner pour visualiser le côlon afin de détecter les zones enflammées et de prescrire un traitement approprié.

Le scanner peut également aider à surveiller l’efficacité du traitement.

Maladies infectieuses intestinales

Les maladies infectieuses intestinales, telles que la salmonellose et la shigellose, sont souvent diagnostiquées grâce à des tests de laboratoire.

Toutefois, le scanner peut également être utilisé pour évaluer les dommages causés par ces maladies sur le côlon.

Les résultats du scanner permettent aux médecins de prescrire le traitement approprié.

Coloscanner : Compte-rendu et résultats

Vous avez récemment subi un coloscanner et vous vous demandez ce qui va arriver après ? Il est tout à fait normal de se sentir un peu anxieux face à l’inconnu. Cependant, vous n’avez pas à vous inquiéter, car le processus de remise des résultats est simple et efficace.

Premier aperçu des résultats

Après votre coloscanner, le radiologue vous donnera un premier aperçu des résultats de l’examen. Habituellement, vous recevrez une explication orale des résultats immédiatement après l’examen.

Le radiologue vous expliquera les principales conclusions de l’examen, ce qu’il a observé et comment il interprète les résultats.

Dans certains cas, vous pouvez également recevoir une explication écrite de ces résultats. Cette étape vous donnera un aperçu de ce que vous pouvez attendre du rapport final qui sera envoyé à votre médecin traitant.

Transmission des résultats à votre médecin traitant

Une fois que votre coloscanner est terminé, le rapport final sera envoyé à votre médecin traitant. Votre médecin ou votre clinique recevront des informations détaillées sur les résultats de l’examen, ainsi que sur la prise en charge à suivre.

Votre médecin traitant sera le mieux placé pour vous expliquer les résultats de l’examen et les implications pour votre santé.

Si nécessaire, il peut également prescrire d’autres examens complémentaires pour clarifier le diagnostic ou rechercher des anomalies supplémentaires.

Rapport d’imagerie écrit et le CD

Lorsque vous quittez la clinique, on vous donnera généralement un rapport d’imagerie écrit détaillant les résultats de votre coloscanner.

Vous recevrez également un CD contenant toutes les images prises pendant l’examen. Ce CD est utile si vous avez besoin de consulter un autre médecin à l’avenir ou si vous avez des questions supplémentaires sur vos résultats.

Plateformes en ligne pour les rapports d’imagerie

De nombreuses cliniques proposent désormais des plateformes en ligne où vous pouvez retrouver facilement vos rapports d’imagerie. Ces plateformes sont pratiques, car vous pouvez y accéder depuis n’importe où à tout moment, et elles sont sécurisées et confidentielles.

Ces rapports sont généralement archivés pendant plusieurs années après l’imagerie, vous pouvez donc les consulter à tout moment si vous en avez besoin.

Coloscanner :  Quels sont les prix ?

Les tarifs des examens de tomodensitométrie varient en fonction du type d’examen et des qualifications du patient.

Le forfait technique d’un scanner peut aller de 100-200 euros pour un tarif plein à 25-70 euros pour un tarif réduit.

D’une manière générale, l’acte médical est codifié dans la Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM) et correspond à un tarif de base pour le remboursement par la sécurité sociale.

Par exemple, un coloscanner avec injection intraveineuse de produit de contraste a un taux de base de 70 % de remboursement par la sécurité sociale. En fonction de vos qualifications (par exemple, si vous bénéficiez d’une affection de longue durée, de l’aide médicale d’État ou d’une assurance maladie complémentaire), vous pouvez bénéficier d’un remboursement à 100 % pour certains actes.

Où puis-je obtenir un coloscanner près de chez moi ?

Si vous recherchez un coloscanner près de chez vous, la première étape consiste à contacter le centre d’imagerie médicale le plus proche.

De nombreux hôpitaux et cliniques de santé proposent des coloscanners dans le cadre de leurs services de diagnostic.

Demandez à votre médecin traitant ou à un professionnel de la santé de vous orienter vers un centre d’imagerie local spécialisé dans le coloscanner.

En outre, de nombreux centres de radiologie peuvent être localisés en ligne en les recherchant directement.

Retrouvez les centres d’imagerie médicale près de chez vous

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Références

https://sante.lefigaro.fr/actualite/2009/09/22/9797-simple-prise-sang-pour-depister-cancer-colon#:~:text=En%20France%20comme%20dans%20de,œil%20nu)%20dans%20les%20selles.

https://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2009-paris/exploration-morphologique-de-lintestin-grele-quels-examens-pour-quelles-indications-2/

https://www.biron.com/fr/imagerie-medicale/radiologie-digestive/

https://effectivehealthcare.ahrq.gov/health-topics/colonic-diseases

https://my.clevelandclinic.org/health/articles/4090-digestive-tract-rectal-and-colon-diseases-and-conditions

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7370289/

https://www.em-consulte.com/article/23072/abdomen-sans-preparation

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut