Comment punir un chat qui attaque ? Conseils vétérinaires

Article rédigé par le 20 janvier 2024

Un chat qui attaque est un problème fréquent qui peut nuire à la relation entre le chat et son maître, ainsi qu’à la sécurité des personnes et des animaux qui l’entourent. Il est donc important de savoir comment réagir face à un chat qui attaque, comment punir un chat qui attaque, sans être cruel ni inefficace.

Pour punir un chat qui attaque, il faut d’abord comprendre les raisons de son comportement, qui peuvent être liées à la peur, à la douleur, à la territorialité, à l’ennui, au jeu ou à un problème de santé. Ensuite, il faut utiliser des méthodes douces et éthiques, basées sur la redirection, le renforcement positif, l’ajustement de l’environnement, le temps mort ou la stérilisation. 

Il faut éviter à tout prix les punitions physiques, qui peuvent aggraver l’agressivité du chat et nuire à sa confiance en vous. Tous les détails sur la punition un chat qui attaque vous seront présentés dans cet article.

Comment punir un chat qui attaque ? Les 5 points à retenir

  • 1. La punition d’un chat qui attaque doit être adaptée à la cause de son comportement, qui peut être liée à son instinct, à son territoire, à sa défense, à sa santé ou à son éducation.
  • 2. La punition physique d’un chat qui attaque doit être évitée, car elle est cruelle, inefficace et peut aggraver l’agressivité du chat. Elle peut aussi nuire à la relation entre le chat et son maître.
  • 3. La punition d’un chat qui attaque doit être douce et éthique, basée sur la redirection, le renforcement positif, l’ajustement de l’environnement, le temps mort ou la stérilisation.
  • 4. La punition d’un chat qui attaque doit être immédiate, cohérente et proportionnée, pour que le chat fasse le lien entre son comportement et la punition. Elle doit aussi être accompagnée d’un « NON » ferme et clair.
  • 5. La punition d’un chat qui attaque doit être complétée par une consultation d’un vétérinaire ou d’un comportementaliste félin, si le problème persiste ou s’aggrave.

Un chat qui attaque : les causes possibles

Un chat peut attaquer pour des raisons diverses, qui peuvent être liées à son instinct, à son territoire, à sa défense, à sa santé ou à son éducation.

L’instinct 

Un chat peut attaquer par jeu ou par imitation de la chasse, surtout s’il est jeune ou s’il manque de stimulation. Il peut aussi attaquer par réflexe, si on le surprend ou si on le touche sans prévenir.

Le territoire 

Un chat peut aussi attaquer pour protéger son espace, ses ressources ou ses congénères, surtout s’il n’est pas stérilisé (notamment un male). Il peut aussi attaquer par jalousie, si on lui accorde moins d’attention qu’à un autre animal ou à une personne.

La défense

Par peur ou par stress, si on le menace, un chat peut également attaquer si on le force à faire quelque chose qu’il n’aime pas ou si on le punit. Il peut aussi attaquer par douleur, si on le blesse ou si on le soigne. Il se peut alors qu’un chat attaque car il est blessé ou il a une luxation qui lui fait mal.

Selon une étude menée par l’Université de Lincoln en 2017, sur 2 000 propriétaires de chats interrogés, 13 % ont déclaré que leur chat avait été agressif envers eux au cours de la dernière année. Parmi les causes les plus fréquentes d’agressivité, on trouve la peur (36 %), le jeu (22 %), la douleur (15 %) et la territorialité (11 %).

Le problème de santé 

Il ne faut pas négliger qu’un chat peut attaquer à cause d’une maladie ou du vieillissement. Des maladies qui entraînent des troubles neurologiques conduisant à une agressivité comme la rage, la leucémie féline, l’hyperthyroïdie, … peuvent être en cause.  

Des maladies qui entraînent des gênes ou des douleurs peuvent aussi entraîner une agressivité chez le chat si on tente de le toucher. Parmi ces maladies, on peut citer le typhus et toutes maladies sources de troubles digestifs (constipation, douleur abdominale, …) respiratoires ou urinaires

En effet, si le chat se sent mal ou mal à l’aise, il adoptera ce comportement agressif. C’est d’abord parce qu’il est déjà gêné et irrité, mais aussi parce qu’il se protège pour que ses maux ne s’aggravent plus.

La carence alimentaire

Une carence alimentaire, si son régime ne lui apporte pas tous les nutriments dont il a besoin peut aussi conduire le chat à une agressivité. Les carences vitaminiques et/ou minéraux peuvent perturber le bon fonctionnement du système nerveux. Ce qui conduit à des troubles comportementaux

RECOMMANDÉ :  Litière pour lapin : Comment choisir ? (Avis vétérinaire)

Une carence en fibres déstabilise le phénomène de digestion. Et tout comme les humains, une mauvaise digestion constitue une gêne qui peut le rendre anxieux voire agressif. 

La carence en protéine dans son alimentation peut aussi rendre un chat agressif vu sa nature carnivore. Cependant, cela n’est qu’une objection si la croissance du chat n’est pas affectée.

Comment reconnaître un chat qui va attaquer ?

Un chat qui va attaquer peut adopter différentes postures, selon qu’il soit sur l’offensive ou sur la défensive.

Sur l’offensive, le chat a le dos rond ou arqué, les poils hérissés, la queue qui double de volume et qui remue de façon saccadée. Il avance en crabe, en tortillant son arrière-train, et il peut émettre des sifflements ou des crachats. Il cherche à impressionner et peut passer à l’attaque.

Sur la défensive, le chat a le dos plat, les oreilles plaquées, le poil hérissé et le corps ramassé. Il a les pupilles dilatées, la bouche ouverte et les griffes sorties. Il peut aussi siffler ou cracher. Il se sent menacé et veut se protéger.

Que faire face à un chat qui attaque ?

Face à un chat qui attaque, il faut garder son calme et éviter de le provoquer ou de le fuir

  • Restez immobile et détournez le regard du chat, pour lui montrer que vous n’êtes pas une menace.
  • Parlez-lui d’une voix douce et rassurante, pour essayer de l’apaiser.
  • Si le chat s’approche de vous, offrez-lui un objet (comme un sac, un bâton ou un vêtement) pour qu’il le morde.
  • Si le chat vous saute dessus, protégez votre visage, votre cou et votre poitrine avec vos bras, et mettez-vous en boule sur le sol.
  • Si le chat vous mord, ne tirez pas votre membre, mais essayez de le pousser plus profondément dans sa gueule, pour le faire suffoquer et le forcer à lâcher prise.
  • Si le chat vous lâche, éloignez-vous lentement sans lui tourner le dos, jusqu’à ce que vous soyez en sécurité.

Si vous êtes mordu ou griffé par un chat, même vacciné, vous devez consulter un vétérinaire sanitaire pour faire surveiller l’animal pendant 15 jours et vérifier qu’il ne présente aucun symptôme de rage.

Vous devez également nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, désinfecter avec un antiseptique et consulter un médecin pour recevoir un traitement préventif.

Comment punir un chat qui attaque ?

La punition consiste à faire comprendre à votre chat que son comportement est inacceptable et qu’il a des conséquences négatives pour lui. 

Le jet d’eau 

Il s’agit de vaporiser de l’eau sur votre chat lorsqu’il vous attaque, pour le surprendre et le faire arrêter. Il faut utiliser un vaporisateur à pression et viser le corps du chat, pas le visage. Il faut aussi accompagner le jet d’eau d’un « NON » ferme et clair.

Le bruit 

Faites un bruit fort et désagréable pour votre chat lorsqu’il vous attaque, pour le distraire et le faire fuir. Pour ce faire, utilisez un objet qui fait du bruit, comme une boîte de conserve remplie de pièces, un sifflet ou une sonnette. Il faut aussi associer le bruit à un « NON » ferme et clair.

Le temps mort 

Pour cette punition, isolez votre chat dans une pièce calme et confortable pendant quelques minutes après une attaque, pour le calmer et lui faire perdre l’intérêt de vous attaquer. Il faut choisir une pièce où il a accès à sa litière, à son eau et à ses jouets. Il faut aussi éviter de le regarder ou de lui parler pendant le temps mort.

Une étude réalisée par l’Université de Bristol en 2019, sur 5 000 propriétaires de chats, a révélé que les méthodes de punition les plus couramment utilisées étaient le jet d’eau (39 %), le bruit (37 %), le temps mort (36 %) et la stérilisation (35 %).

Ces exemples de punition doivent être appliqués immédiatement après l’attaque, pour que votre chat fasse le lien entre son comportement et la punition. Ils doivent aussi être cohérents, c’est-à-dire que vous devez toujours punir le même comportement de la même façon. 

N’hésitez pas à répéter la punition si besoin, et soyez patient dans le processus d’éducation. En effet, même si les chats retiennent bien les choses, il leur faut parfois plusieurs essais pour les assimiler.

Comment gérer efficacement un chat qui attaque ?

Il existe des méthodes plus douces et plus éthiques pour corriger un chat qui attaque.

La redirection 

Il s’agit de détourner l’attention de votre chat vers une activité plus acceptable, comme un jouet, une friandise ou un griffoir. Cela permet de canaliser son énergie et ses instincts naturels vers quelque chose de positif.

Le renforcement positif 

Récompensez votre chat lorsqu’il se comporte bien, par des caresses, des mots doux ou des friandises. Cela permet de renforcer les comportements souhaités et de diminuer les comportements indésirables.

L’ajustement de l’environnement 

Créez un environnement adapté aux besoins de votre chat, en lui offrant suffisamment d’espace, de confort, de stimulation et de sécurité. Cela permet de réduire son stress et son ennui, qui sont des facteurs d’agressivité.

RECOMMANDÉ :  Chat Himalayen : Apparences, caractères, santé et soins

Le temps mort 

Isolez votre chat dans une pièce calme et confortable pendant quelques minutes après une attaque. Cela permet de lui faire comprendre que son comportement est inacceptable, et de le calmer.

La stérilisation 

Faites stériliser votre chat, si ce n’est pas déjà fait, pour réduire son agressivité liée aux hormones. Cela permet aussi de prévenir les maladies, les fugues et les portées indésirables.

Si ces méthodes ne suffisent pas à corriger le comportement de votre chat, il est conseillé de consulter un vétérinaire ou un comportementaliste félin, qui pourront vous aider à trouver la cause et le traitement adaptés à votre situation.

Le complet bien-être

Puisque des maladies, des blessures, ou d’autres nuisances sanitaires peuvent être à la cause de l’agressivité du chat, il faut prendre en compte son état sanitaire. Pour ce faire, observez ses autres comportements. 

Par exemple :

  • La prise alimentaire
  • Le temps de sommeil
  • Les fèces(diarrhée, constipation)
  • Les signes de douleur (position anormale)
  • Etc.

Si vous constatez des blessures ou des signes anormaux qui vous font suspecter un état pathologique, consultez ou contactez un vétérinaire dans le plus bref délai possible. Ce dernier mettra le diagnostic et le traitement nécessaire pour y remédier.

Qu’est-ce que vous ne devez pas faire lors de la punition d’un chat qui attaque ?

Il y a plusieurs choses que vous ne devez pas faire quand vous punissez un chat qui attaque, car elles sont inefficaces, cruelles ou contre-productives. 

Taper ou crier sur le chat 

Cela ne fait que lui faire mal, le traumatiser et le rendre plus agressif. Il ne comprend pas pourquoi vous le frappez ou lui hurlez dessus, et il perd confiance en vous.

Le priver de nourriture ou l’enfermer 

Cela ne fait que le frustrer, le stresser et le rendre malheureux. Il ne fait pas le lien entre sa bêtise et la privation ou l’isolement, et il souffre inutilement.

Le plaquer au sol ou le mordre  

Ces gestes ne font que l’effrayer, le blesser et le provoquer. Il ne comprend pas que vous imitez sa mère, et il se sent agressé par vous.

Le punir longtemps après la bêtise 

Une punition longtemps après l’attaque ne sert à rien du tout, car le chat a une mémoire à court terme. Il ne se souvient pas de ce qu’il a fait, et il ne comprend pas pourquoi vous le punissez.

Comment prévenir l’agressivité du chat ?

Pour prévenir l’agressivité de votre chat, il faut agir sur plusieurs niveaux.

La santé 

Faites examiner régulièrement votre chat par un vétérinaire, pour dépister et traiter toute maladie ou douleur qui pourrait le rendre agressif. Il faut aussi le faire stériliser, si ce n’est pas déjà fait, pour réduire son agressivité liée aux hormones.

L’éducation 

Il faut apprendre à votre chat les limites à respecter, dès son plus jeune âge, en utilisant des méthodes positives et non violentes. Il faut aussi éviter de le stimuler avec vos mains ou vos pieds, car il pourrait vous prendre pour une proie ou un adversaire.

L’environnement 

Offrez à votre chat un environnement adapté à ses besoins, en lui fournissant suffisamment d’espace, de confort, de stimulation et de sécurité. Il faut aussi respecter son rythme de vie, son caractère et ses préférences. Cet environnement ajusté assure l’absence de stress et d’ennui qui peuvent être causes d’agressivité.

L’alimentation

Il faut lui procurer une alimentation équilibrée, qui lui apporte tous les nutriments dont il a besoin. Si vous ne vous habituez pas aux croquettes pour chat, vous pouvez lui donner des aliments que vous préparez vous-même en vous assurant que ce soit adéquat en matière de qualité et de quantité.

Les viandes sont par exemple des bonnes sources protéiques pour le chat. Cependant, préférez les viandes maigres pour éviter l’accumulation des mauvais cholestérols. 

Vous devez aussi ajouter dans son alimentation un peu de légumes ou d’herbes à chat, pour satisfaire ses besoins en vitamines et en fibres. Vous pouvez également lui donner du yaourt comme source de calcium et d’autres minéraux. (Le lait entier est déconseillé car le chat ne peut pas digérer le lactose (« sucre du lait »)).

La relation 

Il est primordial d’établir une relation de confiance et d’affection avec votre chat, en lui donnant de l’attention, des caresses et des friandises. Il faut aussi jouer régulièrement avec lui, avec des jouets adaptés, pour lui permettre d’exprimer son instinct de chasseur.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut