Constipation : Remèdes naturels de grand-mère (pour éviter les médicaments)

Article rédigé par le 2 mars 2024

La constipation fait partie de ces affections que tout le monde a connu au moins une fois dans sa vie. Généralement bénigne, elle peut toutefois être le symptôme d’une pathologie grave.

Quoi qu’il en soit, la médecine occidentale ne manque pas de laxatifs pour traiter la constipation : laxatif de lest, laxatif osmotique, laxatif stimulant pour ne citer qu’eux. Ceci étant, la médecine naturelle n’est pas en reste. Divers remèdes de grand-mère ont fait leur preuve pour remédier à la constipation.

Dans ce qui suit, vous trouverez ces remèdes naturels qui vont vous permettre d’éviter les médicaments lors d’une constipation. Vous découvrirez également les situations qui doivent vous conduire à consulter votre médecin. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, nous allons vous décrire ce qu’est une constipation.

5 points essentiels

  1. La constipation se définit comme une fréquence de selles inférieure à trois fois par semaine ou des difficultés à évacuer les selles.
  2. Deux types de constipation existent. Les deux peuvent être associés chez une même personne.
  3. Les femmes, les enfants de 4 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans sont des populations à risque de constipation.
  4. Les remèdes naturels de grand-mère contre la constipation sont facilement accessibles.
  5. La constipation n’est pas forcément anodine. Quelques situations d’urgence méritent d’être notées. 

La constipation, c’est quoi ?

Définition

Si vous allez à la selle moins de trois fois par semaine ou si vous avez des difficultés pour évacuer vos selles, c’est que vous souffrez d’une constipation. Elle peut être passagère ou évoluer en chronicité. En effet, si votre constipation dure plus de six mois, il s’agit d’une constipation chronique.

Il existe deux types de constipation : la constipation de transit et la constipation terminale.

  • La constipation de transit, dite également “constipation de progression” correspond au ralentissement du transit au niveau du côlon, ce qui fait que les selles y stagnent trop longtemps. On dit que le côlon est “paresseux”.
  • La constipation terminale ou distale, scientifiquement appelée “dyschésie” est une difficulté d’exonération des selles. Elle se traduit par un trouble de la vidange rectale au cours de laquelle les selles s’accumulent dans le rectum.

À noter que les deux types de constipation peuvent coexister chez une même personne.

Facteurs de risque

Même si tout le monde peut souffrir de constipation, certains sont plus à risque que d’autres. Les facteurs identifiés comme à risque de constipation sont : 

  • le sexe féminin, par influence hormonale (notamment pendant la grossesse) ;
  • l’âge : la constipation est fréquente chez les enfants avec un pic de prévalence autour de 4 ans. À ce propos, le journal de Pédiatrie et de Puériculture a publié une étude sur les stratégies des explorations et des orientations de la constipation fonctionnelle de l’enfant. L’étude a été menée conjointement par une équipe de l’Université Catholique de Lille et l’Unité de gastro-entérologie pédiatrique de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Paris, France. Vous pouvez la lire ici. Par ailleurs, chez les personnes âgées, les risques de constipation  augmentent à partir de l’âge de 65 ans ;
  • l’alimentation pauvre en fibres et en liquides ;
  • le stress ;
  • la sédentarité et l’inactivité physique ;
  • la prise médicamenteuse (entre autres les antidépresseurs et les analgésiques de type opioïdes).
RECOMMANDÉ :  Incontinence anale : Exercices à faire à la maison (conseils kiné)

Constipation : les remèdes naturels de grand-mère

L’hydratation

Eau riche en magnésium

L’eau est indispensable à la vie. La recommandation est de boire environ 1.5 à 2 litres d’eau par jour. De façon générale, l’eau ramollit les selles et plus particulièrement l’eau riche en magnésium. D’ailleurs, il est scientifiquement reconnu que l’oxyde de magnésium, le citrate de magnésium et le sulfate de magnésium améliorent le transit intestinal traitant ainsi la constipation.

Kéfir

Le kéfir est une boisson fermentée à base de « grains de kéfir » riche en bactéries lactiques et levures. C’est un probiotique utilisé notamment pour ses propriétés bénéfiques sur la flore intestinale et le transit intestinal. C’est pour cela qu’il est communément appelé « remède arabe contre la constipation » : il améliore la digestion et facilite l’élimination des selles.

Comment préparer le kéfir ?
  • Ajoutez une cuillère à soupe de sucre en poudre  dans un litre d’eau filtrée et mélangez vigoureusement ;
  • Ajoutez une figue sèche bio et deux rondelles de citron bio d’1 cm d’épaisseur ;
  • Mettez une cuillère à soupe de grains de kéfir frais ;
  • Couvrez votre bocal avec un linge propre serré d’un élastique et laissez fermenter pendant 24 heures à température ambiante ;
  • Au bout des 24 heures, filtrez ;
  • Versez la boisson filtrée dans une bouteille en verre à fermeture hermétique ;
  • Fermez la bouteille et laissez fermenter à nouveau pendant 24 heures à température ambiante.
  • C’est fini. Votre kéfir est prêt. Vous pouvez le conserver au frais.
Comment prendre le kéfir ?

Buvez un grand verre de votre préparation pendant 2 à 4 semaines le soir avant de dormir.

Bon à savoir : le kéfir renforce les défenses immunitaires et soulage les éruptions cutanées.

Les fibres alimentaires

Les fibres alimentaires ne sont pas digérées dans l’intestin grêle mais sont fermentées par les bactéries présentent dans le côlon. Ce processus permet d’éliminer facilement les selles.

Dans cette optique, les pruneaux sont de véritables alliés pour combattre la constipation. Ils regorgent de fibres mais aussi de sorbitol qui est connu pour ses propriétés laxatives.

Pour soulager votre sphincter anal, les grand-mères vous conseillent de consommer 5 à 10 pruneaux réhydratés le matin à jeun. Pour un effet optimal, trempez vos pruneaux dans un verre d’eau durant la nuit précédant la consommation.

Les plantes médicinales

Le psyllium

Le psyllium ou l’ispaghula, est une plante médicinale appelée « plantain des Indes ». Ses graines sont riches en fibres solubles. Ce qui est particulièrement bénéfique lors d’une constipation.

Avant vos repas, mélangez 10g de graines de psyllium dans 10cl d’eau et buvez immédiatement. Vous pouvez aussi prendre le psyllium sous forme de compléments alimentaires ou l’ajouter à vos jus ou smoothies.

RECOMMANDÉ :  Caféine : Surdosage, effets indésirables, risques sur la santé

La Mauve

Depuis l’antiquité, la mauve est utilisée pour traiter les troubles digestifs. En cas de constipation, elle agit comme laxative.

Concoctez une tisane en infusant 1 à 2 cuillères à café de mauves séchées dans une tasse d’eau chaude pendant 5 minutes. Buvez-en 2 à 3 fois par jour, en dehors des repas.

Bon à savoir : la tisane de mauve est déconseillée aux enfants de moins de 15 ans.

Les huiles

Huile d’amande douce

Elle permet de soulager la constipation grâce à ses propriétés laxatives douces et lubrifiantes. Vous pouvez l’ingérer ou l’appliquer en massage abdominal.

Par voie orale : prenez une cuillère à café d’huile d’amande douce, le matin à jeun. Renouvelez le lendemain matin si besoin. Mais ne la prenez pas de façon prolongée sans avis médical

Huiles essentielles

Quelques huiles essentielles sont recommandées par nos grand-mères pour soulager la constipation. Appliquées en massage sur le ventre, elles tonifient le système digestif.

Ce sont :

  • L’huile essentielle de gingembre ;
  • L’huile essentielle de basilic tropical ;
  • L’huile essentielle d’estragon.

Pensez à diluer votre huile essentielle dans une huile végétale, de préférence une huile d’amande douce, avant de l’appliquer sur votre abdomen.

Constipation : quand s’inquiéter ?

Comme dit plutôt, la constipation peut être le symptôme d’une pathologie grave. Consultez votre médecin si : 

  • votre constipation est accompagnée de sang dans les selles ;
  • vous avez des ballonnements intestinaux ;
  • vous alternez la constipation et la diarrhée ;
  • vous perdez du poids ;
  • le calibre de vos selles diminue au fil du temps ;
  • votre constipation dure plus de 2 semaines ;
  • votre enfant ou votre nouveau-né a une constipation récente.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut