Convalescence après une opération de rhizarthrose : Explications

Article rédigé par le 9 octobre 2022

Après une opération de la rhizarthrose, le patient devra passer par une période de convalescence. Il s’agit d’une période importante pendant laquelle il doit suivre les instructions de l’équipe médicale afin de récupérer le plus rapidement possible.

Dans cet article, nous allons vous expliquer en quoi consiste cette période de convalescence, et comment la rééducation peut vous aider à en tirer le meilleur parti.

Rhizarthrose du pouce, c’est quoi ? (court rappel)

La rhizarthrose est une forme particulière d’arthrose qui touche l’articulation de base du pouce (articulation trapézo-métacarpienne), souvent de manière bilatérale.

Parmi les différentes formes d’arthrose qui touchent les petites articulations des mains, l’arthrose du pouce est la plus fréquente, bien que sa fréquence soit souvent sous-estimée dans la population en raison de retards dans le diagnostic.

Cliniquement, elle se caractérise par de fortes douleurs dans l’articulation métacarpo-phalangienne du pouce qui, dans un premier temps, gênent les fonctions simples de la main dans les activités quotidiennes normales, mais qui peuvent devenir assez handicapantes au fur et à mesure que l’arthrose s’aggrave.

Parmi les symptômes les plus fréquents de l’arthrose du pouce, on trouve :

  • Douleur localisée à la base du doigt (également la nuit lorsque la main est au repos) ;
  • Gonflement et gonflement de la zone.
  • Raideur de l’articulation ;
  • Difficulté à se déplacer.
  • Déformation progressive du doigt.

L’apparition des symptômes ci-dessus, ou de certains d’entre eux seulement, est une bonne raison de consulter un spécialiste en orthopédie.

No post found!

Chirurgie de rhizarthrose du pouce

L’une des options de traitement de la rhizarthrose du pouce est la chirurgie. L’objectif de la chirurgie est de stopper la progression de la maladie et de soulager la douleur. Elle est utilisée lorsque la douleur persiste malgré un traitement conservateur exhaustif comprenant notamment :

  • médication
  • chaleur et glace
  • thérapie physique
  • kinésithérapie
  • traitements alternatifs dans certains cas (remèdes de grand-mère, ostéopathie, acupuncuture, etc.)
  • infiltration

Il existe plusieurs types d’interventions chirurgicales qui peuvent être pratiquées, en fonction de la gravité de la maladie.

Arthrodèse

L’arthrodèse consiste à fusionner les os ensemble. Le principal avantage de cette chirurgie est qu’elle permet de soulager la douleur à long terme.

Remplacement de l’articulation

Il s’agit d’une chirurgie plus complexe qui consiste à remplacer l’articulation endommagée par une articulation artificielle (prothèse). Cette chirurgie n’est généralement recommandée que pour les patients qui ne sont pas candidats à une arthrodèse.

Le principal avantage de cette chirurgie est qu’elle permet de soulager la douleur et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Arthroplastie 

Il s’agit d’un type de chirurgie qui consiste à retirer le cartilage et l’os endommagés de l’articulation. Cette procédure n’est généralement recommandée que pour les patients qui ne sont pas candidats à une arthrodèse ou à un remplacement de l’articulation.

Arthroscopie

L’Arthroscopie est un type de chirurgie moins invasif qui consiste à utiliser une petite caméra pour examiner l’intérieur de l’articulation.

Cette procédure n’est généralement recommandée que pour les patients qui ne sont pas candidats à une arthrodèse, un remplacement d’articulation ou une arthroplastie. Le principal avantage de cette chirurgie est qu’elle est moins invasive et que le temps de récupération est plus court.

RECOMMANDÉ :  Rupture du ligament scapho-lunaire : Quel arrêt de travail ?

Trapézectomie

La Trapézectomie consiste à retirer l’os du trapèze. Cette procédure n’est généralement recommandée que pour les patients qui ne sont pas candidats à une arthrodèse, un remplacement de l’articulation ou une arthroscopie.

Après tout type de chirurgie, il est important de suivre les instructions de votre médecin en matière de soins et de rééducation. Cela vous aidera à vous rétablir aussi rapidement que possible et à réduire le risque de complications.

Quelles complications après une chirurgie ?

Après une opération de rhizarthrose du pouce, il peut y avoir des complications. Il faut noter que celles-ci sont rares. Vous pouvez en discuter avec votre spécialiste afin qu’il évalue les bénéfices et risques d’opérer à la lumière de votre cas particulier.

Les complications potentielles comprennent :

  1. Infection
  2. Hématome
  3. Dommages aux nerfs ou vaisseaux sanguins
  4. Non-guérison de l’os (non-union)
  5. Raideur ou perte de mobilité
  6. Réaction allergique à l’anesthésie ou aux matériaux utilisés lors de l’opération
  7. Instabilité articulaire résiduelle
  8. Algodystrophie

Convalescence après une opération de rhizarthrose

Avant tout, il est crucial de discuter avec votre médecin et votre kinésithérapeute (physitothérapeute) des spécificités de votre cas afin de bien comprendre ce à quoi vous devez vous attendre après l’opération.

Gestion de douleur après la chirurgie

Gérer la douleur et l’inconfort après une intervention chirurgicale de rhizarthrose est essentiel pour faciliter la convalescence et favoriser une récupération réussie.

Pour soulager le patient, l’équipe médicale mettra en place plusieurs solutions qui seront appliquées et débutées dès que l’opération se termine, que ce soit en salle de réveil ou en unité de soins post-anesthésique :

Voici quelques stratégies qui peuvent être utile.

  1. Médication : Le chirurgien prescrira généralement des analgésiques pour soulager la douleur post-opératoire. Il est important de prendre les médicaments selon les instructions du professionnel de santé pour un soulagement optimal.
  2. Application de glace : L’application de glace sur la zone opérée peut aider à réduire l’inflammation et à apaiser la douleur. Utilisez un sac de glace enveloppé dans une serviette pour éviter les brûlures cutanées et appliquez-le pendant 15 à 20 minutes, plusieurs fois par jour, pendant les premiers jours suivant l’intervention.
  3. Élévation de la main : Si indiqué, gardez la main et le bras surélevés peut contribuer à réduire le gonflement et la pression sur la zone opérée, ce qui peut aider à atténuer la douleur.
  4. Respect du temps de repos : Suivez les recommandations du chirurgien concernant le temps de repos nécessaire pour favoriser la guérison. Évitez les mouvements excessifs de la main et évitez de porter des objets lourds pendant la période de récupération.
  5. Changement de pansements : Suivez les instructions du chirurgien concernant les soins des plaies et le changement de pansements. Assurez-vous de garder la zone opérée propre et sèche pour éviter les infections.
  6. Techniques de relaxation : La gestion du stress et de l’anxiété peut contribuer à réduire la perception de la douleur. Des techniques de relaxation comme la respiration profonde ou la méditation peuvent être bénéfiques pendant la convalescence.
  7. Communication avec l’équipe médicale : Signalez tout symptôme inhabituel ou toute douleur persistante à votre équipe médicale. Une communication ouverte et régulière avec le chirurgien et l’équipe de soins est essentielle pour une prise en charge efficace de la douleur post-opératoire.
RECOMMANDÉ :  Maladie de Dupuytren : Traitement non chirurgical (quelles options ?)

Combien de temps dure la convalescence ?

Le temps de récupération après une chirurgie de la rhizarthrose dépend de la gravité de la rhizarthrose, de l’intervention chirurgicale pratiquée, de l’état préexistant du patient, ainsi que du respect des consignes post-opératoires.

Pour l’arthroplastie du pouce, la guérison totale est estimée à environ 3-6 mois. La période initiale de récupération peut durer plusieurs semaines, et il faudra probablement de quelques mois pour que la main retrouve une fonctionnalité proche de la normale.

Quant à l’arthrodèse du pouce, la guérison totale peut prendre environ 4-6 mois. L’os doit se consolider pendant cette période, et la main peut retrouver une utilisation fonctionnelle progressive après plusieurs mois.

Finalement, pour la trapézectomie du pouce, on estime la période de guérison à 16 semaines. La moitié de la récupération (après une immobilisation) sera dans le but de retrouver la mobilité du pouce, puis l’autre moitié permettra de reprendre les activités quotidiennes et professionnelles.

Comment se déroule la convalescence ?

Si la chirurgie a nécessité une hospitalisation, le patient restera à l’hôpital pour une période spécifique, en fonction du type de chirurgie réalisée et de l’évolution de l’état de santé. Sinon, il sera renvoyé chez lui avec des rendez-vous de suivi.

La convalescence débute toujours par des modalités visant la gestion de la douleur et de l’inflammation.

Cela peut impliquer des pansements, des attelles, du repos et une immobilisation temporaire, un arrêt de travail, ainsi que des les autres modalités antalgiques mentionnées plus haut.

Une fois la douleur et l’inflammation contrôlées, l’accent sera mis sur la rééducation du pouce (une fois le feu vert donné par le chirurgien ou le spécialiste de la main). La thérapie sera normalement supervisée par un kinésithérapeute ou ergothérapeute, soit en clinique ou au domicile.

Une des priorités suite à la chirurgie sera la récupération de l’amplitude articulaire et de la mobilité complète (en flexion, extension, abduction et opposition du pouce principalement).

Ceci se fera par des exercices d’étirements et de flexibilité adaptés et réalisés progressivement. Des techniques de thérapie manuelle (massages, mobilisations) par un thérapeute qualifié (comme un kiné) permettront également d’augmenter la flexibilité du pouce et sa mobilité.

Viendra ensuite la récupération de la force musculaire, de la coordination, de la dextérité fine et du contrôle moteur des doigts et de la main. Des exercices thérapeutiques spécifiques réalisés dans un environnement contrôlé en kinésithérapie permettront de retrouver une fonction optimale.

L’objectif ultime est de récupérer la fonction globale du membre supérieur, afin que les patients puissent reprendre leurs activités quotidiennes et sportives, ainsi que leur travail.

Références

https://www.edimark.fr/Front/frontpost/getfiles/7617.pdf

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 3.8 / 5. Nombre de votes 4

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut