Cytoponction thyroïdienne : Guide complet

Article rédigé par le 25 octobre 2023

La cytoponction thyroïdienne, un geste médical simple et généralement bien toléré par les patients, revêt une grande importance dans le diagnostic et, parfois, le traitement des nodules thyroïdiens.

Dans cet article, nous explorerons en détail la procédure de cytoponction thyroïdienne, les indications pour y avoir recours, comment se préparer à l’intervention, le déroulement de l’examen, ainsi que les résultats possibles de l’analyse cytopathologique.

Cytoponction thyroïdienne : Les 4 points à retenir

  1. La cytoponction thyroïdienne est une intervention consistant à récupérer des cellules de la thyroïde à travers la peau au niveau du cou par une aiguille fine montée sur une seringue sous guidage échographique.
  2. Si vous présentez des signes et symptômes reliés à une atteinte de la thyroïde, votre médecin va vous faire passer des tests, et utiliser la classification EU TIRADS pour savoir si la cytoponction est indiquée ou non dans votre cas.
  3. La cytoponction thyroïdienne est une intervention non-douloureuse, qui dure 30 minutes, et qui se fait sans anesthésie.
  4. Le résultat est donné sous forme de classification de Bethesda. Ceci permettra d’orienter la prise en charge, et déterminer si une opération est indiquée ou non.

Qu’est-ce qu’une cytoponction thyroïdienne ?

Une cytoponction thyroïdienne est un geste médical simple et bien toléré par le patient. Elle est à visée diagnostique voir même thérapeutique des nodules thyroïdiens qui sont très fréquents et bénins dans plus de 90% des cas. Ils se trouvent surtout chez les femmes.

Elle consiste à récupérer des cellules de la thyroïde à travers la peau au niveau du cou par une aiguille fine montée sur une seringue sous guidage échographique.

Rappel anatomique

La thyroïde est une glande d’environ 5 cm de diamètre, en forme de papillon, sous la peau du cou, en dessous de votre pomme d’Adam. Elle produit des hormones : la triiodothyronine (T3) et le thyroxine (T4), et aussi la calcitonine.

Leur sécrétion dans la circulation sanguine par la thyroïde est contrôlée par des zones du cerveau : l’hypothalamus et l’hypophyse, par l’intermédiaire de l’hormone thyréostimuline (TSH). Les hormones T3 et T4 agissent sur des nombreuses fonctions vitales du corps, fréquence cardiaque, métabolisme lipidique et protéique, digestion, etc.

La calcitonine agit dans le maintien de la masse osseuse en favorisant la fixation du calcium dans les os.

Comment savoir que vous avez un nodule thyroïdien ?

Un nodule est une formation anormale, arrondie ou ovalaire, palpable dans ou sous la peau, qui peut être une tumeur bénigne ou maligne, se localisant au niveau de la glande thyroïde.

Symptômes et signes cliniques

⦁ Soit vous pouvez ne rien présenter et le nodule est retrouvé facilement par une palpation par votre médecin. Sinon, il est de très petite taille non palpable trouvé fortuitement lors d’une échographie et ne nécessitera qu’une simple surveillance.

⦁ Soit vous présenterez une augmentation de volume de la base du cou ou sur le côté du cou visible par vous même et votre médecin.

⦁ Vous pouvez aussi présenter des signes de compression des organes voisines de la thyroïde comme une gêne à avaler, une gêne à parler, une gêne à respirer.

Quand faut-il envisager une cytoponction thyroïdienne ?

Après avoir suspecté cliniquement la présence de nodules thyroïdiens au niveau de votre cou, votre médecin va vous prescrire ainsi des dosages hormonaux comme la TSH et la calcitonine. Il va aussi vous proposer une échographie cervicale pour confirmer la présence de nodule et le décrire.

RECOMMANDÉ :  Ponction lavage de calcification de l’épaule : Tout savoir

Le médecin va utiliser la classification EU TIRADS pour savoir si la cytoponction est indiquée ou non. Il s’agit d’une classification utilisée pour stratifier la probabilité échographique que le nodule soit bénin ou malin.

Source

Tout nodule solide de plus de 1 cm doit être ponctionner pour savoir la conduite à tenir. Sinon, une surveillance échographique semestrielle sera indiquée. Sachant que plus le nodule est gros, plus la chance de reconnaître la malignité est faible puisqu’une ponction sur zone de cellules non cancéreuses est plus à risque.

Et si le nodule est kystique de grand volume, vous serez traiter par une cytoponction évacuatrice suivie d’une analyse du liquide.

La cytoponction thyroïdienne est prescrite soit par un médecin spécialisé en endocrinologie, soit votre médecin traitant, soit un radiologue.

Comment se déroule votre ponction thyroïdienne ?

Précautions à prendre

Vous ne devrez pas prendre des médicaments altérant la coagulation sanguine dans les 8 jours avant la cytoponction comme les anticoagulants et les antiagrégants (aspirine, ibuprofène, etc.). Si vous en prenez, il est préférable de les arrêter ou modifier la posologie après avoir contacter votre médecin.

Le jour de l’examen

⦁ Vous devrez apporter votre ordonnance, les résultats de vos analyses antérieures, des listes de vos médicaments, les informations sur votre allergie ( allergie au latex ), vos pathologies, votre carte vitale.

⦁ Vous ne devrez pas vous mettre à jeun.

⦁ Vous devrez vous faire accompagner par quelqu’un.

L’ intervention

⦁ L’intervention durera dans les 30 minutes environ.

⦁ Dans la salle d’échographie ou dans le bureau du médecin, vous allez vous allonger sur le dos sur la table d’examen à côté de l’appareil échographique.

⦁ Il vous désinfectera le cou avec de l’alcool ou de la bétadine.

⦁ Puis il pratiquera du gel conducteur stérile sur votre cou. Et il posera le sonde sur votre cou. Le sonde va envoyer des ultrasons dans les tissus internes et va renvoyer des images vers l’ordinateur. Le radiologue va choisir le meilleur voix d’abord.

⦁ L’utilisation d’une anesthésie locale n’est pas recommandée. En effet, rassurez-vous, l’examen n’est pas douloureux, notamment car l’aiguille utilisée est très fine ! La ponction ne vous causera que des gênes comme lors de la prise de sang et le liquide anesthésique diminuera la qualité de prélèvement en diluant les cellules.

⦁ Il va vous demander de mettre votre cou en hyper extension, ne pas bouger, rester calme, ne pas déglutir ni avaler pendant les quelques secondes de prélèvement. Il va introduire l’aiguille sous échographie. Puis, il pratiquera des mouvements de va et vient pour ponctionner assez de cellules. Il fera 2 ou 3 prélèvements. Et il mettra les cellules prélevées sur une lame et ou un flacon.

⦁ L’intervention sera terminée par un pansement à garder pendant quelques heures. Vous allez rester allonger une dizaine de minutes. Puis vous allez vous reposer dans la salle d’attente avant de répartir.

⦁ Dès la fin de l’examen, vous pouvez reprendre les activités habituelles.

L’analyse anatomopathologique

Les prélèvements sont réparties dans des flacons à envoyer au laboratoire pour analyse cytopathologique. Le flacon peut se conserver en température ambiante jusqu’au laboratoire.

Quels sont les effets secondaires ?

  • Le plus souvent, il s’agit d’un hématome localisé qui disparaîtra facilement par une compression manuelle simple. Elle est déjà prévenue par l’arrêt des anticoagulants avant et l’absence de prise d’aspirine après l’intervention.
  • Les risques d’infection sont exceptionnelles grâce à l’asepsie vigoureuse lors de l’intervention.
  • Une gêne comme lors des prises de sang est possible. Une tension au niveau du cou peut aussi se manifester et disparaîtra spontanément.
  • Si la douleur est très importante, vous devrez contacter votre médecin.
RECOMMANDÉ :  Ponction du genou : Guide complet pour comprendre cette procédure

Quels sont les résultats possibles de l’analyse anatomopathologique ?

Les résultats sont obtenus en 7 à 14 jours après la cytoponction. Votre résultat sera envoyé à votre médecin prescripteur. Le résultat est donné sous forme de classification de Bethesda.

Classification de Bethesda

La classification de Bethesda pour la cytologie thyroïdienne a pour objectif d’uniformiser la terminologie et les critères diagnostiques pour la cytoponction thyroïdienne, afin de mieux orienter la prise en charge des patients.

Voici un aperçu des catégories de la classification de Bethesda pour les nodules thyroïdiens:

I. Non diagnostique ou insatisfaisante:

  • L’échantillon ne contient pas suffisamment de cellules pour être évalué. Le patient peut nécessiter une nouvelle cytoponction.

II. Bénigne:

  • Les cellules présentes dans l’échantillon semblent normales. La plupart de ces nodules ne sont pas cancéreux.

III. Atypie de signification indéterminée ou lésion folliculaire de signification indéterminée (AUS/FLUS):

  • Les cellules ne semblent pas complètement normales, mais il n’est pas clair si elles sont malignes ou bénignes.

IV. Suspicion de lésion folliculaire ou suspicion de néoplasie:

  • L’échantillon contient des cellules qui peuvent être cancéreuses. Une chirurgie peut être nécessaire pour déterminer si le nodule est cancéreux.

V. Suspicion de carcinome:

  • L’échantillon contient des cellules qui sont probablement cancéreuses, mais cela doit être confirmé par d’autres méthodes.

VI. Carcinome (maligne):

  • Les cellules dans l’échantillon sont cancéreuses.

Chaque catégorie de Bethesda est associée à un risque estimé de malignité, ce qui guide la prise en charge ultérieure, allant de la surveillance pour les lésions bénignes à une chirurgie pour les lésions suspectées ou confirmées comme malignes.

Quelle prise en charge ?

Selon une étude réalisée par Nefzaoui et collaborateurs auprès de 57 cas, la cytoponction thyroïdienne a démontré sa contribution majeure dans la prise en charge des nodules thyroïdiens. En effet, sa forte sensibilité permet de détecter la très grande majorité des tumeurs malignes de la thyroïde.

En fonction des résultats, le médecin va décider d’une approche adaptée à votre situation personnelle :

⦁ En cas de nodule bénin, vous n’allez pas être opéré, votre médecin va surveiller l’évolution du nodule cliniquement et échographique à 1 an. Selon l’évolution, une cytoponction pourrait de nouveau être indiquée. Le nodule peut régresser, rester stable ou augmenter de volume.

⦁ Pour un nodule malin, vous serez opéré. Un chirurgien pratiquera une thyroïdectomie partielle ou totale qui est une ablation de votre glande thyroïde avec des traitements médicales.

⦁ En cas de résultat douteux, une chirurgie ou une nouvelle cytoponction seront proposées selon les décisions prises par vous et votre médecin.

⦁ Et pour un résultat ininterprétable qui est possible même pour un opérateur entraîné dans 10 à 20 % des cas, vous allez bénéficier d’une nouvelle cytoponction.

Source

Références

  • Endocrinologie Diabétologie Nutrition, par Camille Buffet et Camille Varier, Elsevier Masson, 2010, pages 55
  • Présentation de la thyroïde – Troubles hormonaux et métaboliques – Manuels MSD pour le grand public (msdmanuals.com)
  • IKB Endocrinologie Diabétologie Nutrition, par Patricia FISHER et Édouard GHANASSIA et Marie – Caroline BARAUT, Vernazobres – Grego, 9è édition, octobre 2017, pages. 79

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut