Dépistage cancer colorectal : les nouveautés à connaître

Article rédigé par le 31 mai 2023

Le cancer colorectal, également connu sous le nom de « cancer du côlon-rectum », est une maladie qui touche des milliers de personnes en France chaque année. C’est la deuxième cause de décès par cancer après le cancer du poumon.

Cette forme de cancer est responsable de plus de 17 000 décès par an. Pourtant, lorsqu’il est dépisté à un stade précoce de son développement, un cancer colorectal peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Actuellement, le taux de nouveaux cas de cancer colorectal diminue grâce à une augmentation du dépistage et à des changements dans certains facteurs de risque.

Au cours de cet article, nous discuterons des méthodes de dépistage et des mesures importantes à suivre pour prévenir ou ralentir l’évolution du cancer colorectal.

Cancer colorectal : court rappel

Définition du cancer colorectal

Le cancer colorectal est une maladie où des cellules malignes (cellules anormales, irrégulières) se développent dans le côlon ou le rectum.

Voici un bref rappel des principales composantes concernées :

  • Côlon : partie du gros intestin, responsable de la digestion et l’absorption de l’eau et des nutriments.
  • Rectum : partie terminale du gros intestin qui se termine par l’anus, permettant l’évacuation des selles.

Les types de cancer colorectal

Le cancer colorectal peut se présenter sous différentes formes, les plus courantes étant :

  • Adénocarcinomes (95 % des cas) : Le cancer touche les cellules glandulaires qui tapissent la paroi interne du côlon (les cellules qui sécrètent des substances dans le corps).
  • Tumeurs neuroendocrines : moins fréquentes, elles se développent à partir des cellules neuroendocrines (cellules qui reçoivent des signaux du système nerveux et y répondent en sécrétant des hormones) présentes dans le côlon et le rectum.

Symptômes

Les symptômes courants associés au cancer colorectal comprennent :

  • Présence de sang dans les selles.
  • Modification du transit intestinal.
  • Douleurs abdominales.

Il est important de rester attentif aux symptômes et de consulter régulièrement un gastroentérologue (médecin qui se spécialise dans la prise en charge des maladies digestives) en cas de doute.

Qui devrait se faire dépister (et pourquoi ?)

Comme avec divers types de cancers (cancer de la prostate, l’utérus, de la peau, du sein, etc.), le dépistage du cancer colorectal est essentiel. En effet, il évolue souvent sans symptômes ni signes perceptibles. La prévention et la détection précoce sont donc cruciales pour un traitement réussi.

Les personnes à risque élevé

Les facteurs de risque du cancer colorectal incluent :

  • L’âge avancé
  • L’alcoolisme chronique
  • Les mauvaises habitudes alimentaires (alimentation riche en viande rouge)
  • Les antécédents personnels de maladies inflammatoires de l’intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse)
  • Les antécédents familiaux de cancer colorectal
  • Une mode de vie sédentaire
  • Les personnes diabétiques (diabète de type 2)

Les personnes présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risques sont plus susceptibles de développer le cancer colorectal, elles sont classées parmi les personnes à risque élevé.

Personnes à risque moyen

Les personnes à risque moyen désignent les personnes qui n’ont pas de symptômes et ne présentent aucun facteur de risque :

  • Si vous avez entre 50 et 74 ans et que vous ne présentez pas de risque élevé, effectuez une analyse des selles tous les 2 ans.
  • Les personnes âgées de 75 ans ou plus devraient demander l’avis de leur médecin.
  • Remarque : Le cancer colorectal touche autant les hommes que les femmes.
RECOMMANDÉ :  Dépistage du cancer de la peau : Guide essentiel pour la détection précoce

Comment le dépistage du cancer colorectal est-il réalisé ?

Le dépistage du cancer colorectal repose principalement sur plusieurs tests, effectués selon les recommandations et les facteurs de risque du patient.

Ainsi, il est important de consulter votre médecin pour discuter de vos facteurs de risque et déterminer la méthode de dépistage la plus appropriée pour vous.

A titre d’information, voici les principales méthodes utilisées pour détecter cette maladie :

Tests au niveau des selles

  • Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles (RSOSi) : Ce test consiste à prélever un échantillon de selle et l’analyser en laboratoire. Il s’agit d’un test simple et indolore permettant de détecter la présence de sang dans les selles.
  • Test de l’ADN fécal (FIT-DNA) : Ce test recherche des traces de sang ainsi que des mutations génétiques (modification de l’information génétique)associées au cancer colorectal.

En cas de présence de sang non visible à l’œil nu dans les selles, qui indique un cas de résultat positif au test de dépistage, une coloscopie est réalisée pour repérer des lésions bénignes ou un cancer à un stade débutant.

Examens endoscopiques

  • Coloscopie : Ce test s’effectue avec un appareil appelé coloscope qui permet l’exploration de la paroi interne du côlon. L’appareil est introduit au niveau de l’anus.

Il est muni d’une fibre optique (appelé endoscope) pour détecter des polypes (des excroissances qui se forment au niveau de la paroi interne du côlon) ou autres signes de cancer.

  • Sigmoïdoscopie flexible : Elle examine la partie inférieure du côlon à l’aide d’un instrument appelé sigmoïdoscope. Ilpermet de vérifier également la présence de polypes ou d’autres anomalies dans le côlon et le rectum.

Examens radiologiques

  • Coloscopie virtuelle (CT colonographie) : Cette méthode utilise des rayons X pour observer l’intérieur du côlon. Elle permet de détecter des polypes et des tumeurs sans utiliser d’endoscope (une fibre optique).

Examens cliniques

  • Examen rectal (toucher rectal) : Le médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum du patient pour détecter la présence de masses ou de polypes.

Bénéfices et risques du dépistage

Le dépistage du cancer colorectal présente plusieurs avantages.

Tout d’abord, il permet de repérer des lésions bénignes avant qu’elles n’évoluent en cancer.

Ensuite, le dépistage du cancer colorectal permet de détecter le cancer à un stade précoce, augmentant ainsi les chances de guérison.

De plus, le dépistage précoce contribue à améliorer la condition de vie des personnes.

Cependant, le dépistage du cancer colorectal comporte également des risques.

Par exemple, il peut entraîner des faux positifs, c’est-à-dire un résultat positif chez une personne qui n’a pas de cancer. Cela peut causer du stress ainsi que des prises en charge inutiles.

Il est important de peser les bénéfices et les risques du dépistage du cancer colorectal. Voici quelques points à considérer :

Bénéfices :

  • Détection précoce des lésions bénignes et des cancers
  • Augmentation des chances de guérison et de survie

Risques :

  • Faux positifs
  • Stress et anxiété liés aux résultats du test
  • Examens complémentaires, tels que la coloscopie, qui peuvent comporter des complications

Les personnes à risque moyen sont encouragées à effectuer un dépistage tous les deux ans à l’aide du test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles (RSOSi).

RECOMMANDÉ :  Calcification de l’épaule et cancer : quels liens ?

Les personnes à risque élevé peuvent être soumises à une surveillance plus étroite par leur médecin.

Il est essentiel de discuter avec votre médecin des avantages et des inconvénients du dépistage du cancer colorectal. Il vous aidera à prendre une décision éclairée en tenant compte de vos facteurs de risque et de vos préoccupations.

Que se passe-t-il si on découvre une anomalie durant le dépistage ?

Si une anomalie est détectée lors du dépistage du cancer colorectal, cela ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit d’un cancer.

Le médecin traitant prescrit généralement une coloscopie pour vérifier la présence d’anomalies dans le côlon ou le rectum.

  • Si un adénome (tissu anormal) est découvert, il peut être enlevé pendant la coloscopie. Ceci réduit le risque de développement d’un cancer.
  • Dans le cas où un cancer est diagnostiqué à un stade précoce, les chances de guérison sont meilleures (jusqu’à 90 %).

Traitement

Le traitement dépendra du stade et de la localisation de la tumeur. Les options incluent :

  • Chirurgie : pour enlever les tumeurs et possiblement les ganglions lymphatiques (les glandes du système immunitaire qui gonflent suite à une infection)
  • Radiothérapie : pour détruire les cellules cancéreuses ou réduire la taille des tumeurs (amas de cellules formée par une multiplication anarchique)
  • Chimiothérapie : pour tuer ou freiner la croissance des cellules cancéreuses.
  • Immunothérapie : pour renforcer le système immunitaire et combattre le cancer.
  • Essais cliniques : pour accéder à de nouveaux traitements en développement.

Consultez votre médecin pour connaître les risques et bénéfices, ainsi que pour déterminer le traitement le plus adapté à votre situation.

Ressources complémentaires (en France)

En France, le dépistage du cancer colorectal est assuré par le Programme National de Dépistage (PND). Il s’adresse aux personnes âgées de 50 à 74 ans, quels que soient leurs antécédents ou leur état de santé.

  • Les médecins généralistes, gynécologues et hépato-gastroentérologues sont les principaux prescripteurs de ce dépistage.
  • Les Centres d’Examen de Santé et l’Institut National du Cancer sont également des acteurs clés de ce dépistage.

 L’Assurance Maladie prend en charge ce dépistage, et un kit de dépistage est disponible en pharmacie. Les informations générales sur le dépistage peuvent être obtenues auprès de votre médecin, votre pharmacien ou sur des sites spécialisés.

Le test de dépistage est rapide et peut être réalisé chez soi grâce au kit de dépistage.

Le taux de participation au dépistage du cancer colorectal en France a augmenté récemment, ce qui est une excellente nouvelle.

Prévention

La prévention passe par une alimentation équilibrée, une bonne hydratation, une activité physique régulière et l’arrêt du tabac

Conclusion

Pour conclure, nous avons vu que le cancer colorectal est une maladie qui peut arriver à toute personne, même une personne ne présentant pas de facteurs de risques.

En plus, les symptômes qui sont supposés alerter du début de la maladie sont silencieux dans la plupart des cas.

Ainsi, le dépistage du cancer colorectal est important afin d’éviter toute forme de complications liées à la maladie de le traiter.

Plusieurs types de dépistage sont actuellement possibles grâce à la médecine moderne. Avoir une bonne hygiène de vie est essentielle afin de prévenir le cancer colorectal, comme on le dit assez souvent, mieux vaut prévenir que guérir.

Références

https://www.foundation-arc.org/cancer/cancer-colorectal

https://cancer.ca/fr/cancer-information/cancer-types/colorectal/what-is-colorectal-cancer

https://www.ameli.fr/assure/saqnte/themes/cancer-colorectal/comprendre-cancer-colorectal

Cancer colorectal

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=cancer_colon_pm

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut