Dépistage de la Chlamydia : L’importance des tests réguliers

Article rédigé par le 2 mars 2024

Le dépistage de la Chlamydia est essentiel pour prévenir et traiter cette infection sexuellement transmissible (IST) courante. Elle touche aussi bien les hommes que les femmes et peut causer des dommages permanents au système reproducteur féminin, rendant difficile, voire impossible, une future grossesse.

Cette infection est souvent asymptomatique, ce qui rend son diagnostic difficile sans dépistage approprié. Il est possible de réaliser un dépistage de la Chlamydia par l’analyse d’un échantillon d’urine ou de sécrétions prélevées sur le vagin, le col de l’utérus, l’urètre ou l’anus.

En cas de résultat positif, le traitement de la Chlamydia repose sur la prise d’antibiotiques. Il est également très important d’informer et de dépister les partenaires sexuels afin d’éviter la propagation de l’infection.

Pensez à consulter un professionnel de la santé pour un dépistage et des conseils appropriés.

Chlamydia: court rappel

Chlamydia (ou chlamydiose) est une infection sexuellement transmissible (IST) fréquente, causée par la bactérie Chlamydia trachomatis.

source

 On dit que la chlamydia est une « infection silencieuse », car dans plus de 60 à 70% des cas, elle ne présente aucun symptôme, surtout chez les femmes.

Qui devrait se faire dépister (et pourquoi) ?

Étant donné que la chlamydia est asymptomatique dans la plupart des cas, il est recommandé de faire un dépistage assez régulièrement. En particulier les personnes qui présentent un risque accru d’infection.

Le dépistage de la chlamydia devrait être envisagée en cas de : 

source
  • Relations sexuelles non protégées (sans préservatifs)
  • Partenaire diagnostiqué d’une IST
  • Grossesse, du fait des risques de transmission néonatale
  • Apparition de l’un ou des symptômes suivants :

Chez l’homme :  douleur et brûlure à la miction, écoulement anormal sortant du méat urétral (surtout après le réveil).

Chez la femme :  douleur pelvienne, saignement entre les règles, écoulements vaginaux inhabituels. Les femmes doivent être particulièrement attentives au dépistage, car les complications peuvent être plus graves chez elles.

Le dépistage de la chlamydia doit être régulier pour les personnes qui :

  • Ont des partenaires multiples
  • Présentent un risque accru d’exposition (militaire, marin, ayant séjourné dans une zone à risque)
  • Ont été diagnostiquées avec une IST dans le passé.

Pourquoi est-il important de faire le dépistage ?

Comme mentionnés précédemment, les symptômes de la chlamydia peuvent être discrets ou inexistants, ce qui rend le dépistage important afin d’éviter les complications, telles que :

  • L’inflammation chronique de l’épididyme et de la prostate pour l’homme.
  • Salpingite, endométrite, ou grossesse extra-utérine chez la femme
  • Pour les deux sexes, une chlamydia non traitée peut conduire à une stérilité. (par obstruction de la trompe ou de l’épididyme) 
RECOMMANDÉ :  Biopsie des glandes salivaires : Guide complet
source

Ainsi, le dépistage de la chlamydia est essentiel pour réduire les risques d’infection et les complications à long terme.

Les différentes méthodes de dépistage de la chlamydia

 Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour réaliser le dépistage de la chlamydia :

Prélèvement urétral 

Cette technique consiste à recueillir un échantillon d’urine (1er jet le matin) dans un récipient stérile. C’est une méthode facile et indolore, elle convient aussi bien pour l’homme que pour la femme.

L’urine va ensuite être transportée dans le laboratoire pour un ECBU ( Examen cytobactériologique des Urines)

Source

Prélèvement local :

Le prélèvement local peut être réalisé par un médecin ou une infirmière. Il consiste en un prélèvement d’un échantillon par un écouvillon stérile (instrument ressemblant à un coton-tige).

Dépistage de la Chlamydia

Comme le gonocoque, il existe plusieurs sites de prélèvement pour la chlamydia en fonction de la zone infectée :

  • Pour les femmes, le prélèvement peut se faire au niveau du vagin, du col de l’utérus ou de l’urètre.
  • Pour les hommes, l’urètre est le seul site de prélèvement
  • Pharynx, rectum, conjonctive de l’œil (pour les nouveaux nés)

L’échantillon sera également amené en laboratoire et mis en culture pour mettre en évidence le germe responsable.

Prise de sang 

Bien que moins courante, la prise de sang peut également être utilisée pour dépister la chlamydia.

source

La sérologie peut être effectuée en cas d’infection profonde (épididymite, salpingite, périhépatite). Elle permet de mettre en évidence des anticorps caractéristiques.

Elle n’a pas d’intérêt pour établir le diagnostic d’une infection de surface.

Remarque :

Il est recommandé de réaliser le dépistage de la chlamydia environ 2 semaines après un rapport à risque ou de manière régulière (au moins une fois par an) pour les personnes sexuellement actives.

Les bénéfices et risques liés au dépistage de la chlamydia

Le dépistage de la Chlamydia présente plusieurs avantages, notamment :

  • Réduction des complications à long terme, en particulier chez les femmes.
  • Diminution de la prévalence de l’infection dans la population.
  • Meilleure prise en charge et traitement précoce de l’infection.

Cependant, il existe également quelques risques :

  • Faux négatifs, qui peuvent retarder le traitement.
  • Faux positifs, source de stress pour la personne
  • Stigmatisation (ou préjugés) associée aux tests de dépistage, surtout pour les personnes sexuellement actives.

Il est important de noter que le dépistage de la Chlamydia peut également inclure d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) telles que :

  • La gonorrhée, qui peut être détectée à l’aide des mêmes tests.
  • Le VIH et la syphilis, pour lesquels des tests supplémentaires peuvent être réalisés en parallèle.

Le traitement des infections dépistées dépendra des résultats des tests :

  • Antibiotiques dose uniques pour la Chlamydia et la gonorrhée.
  • Un traitement spécifique pour le VIH et la syphilis.
Antibiotique (source)

Après le traitement, il faut retourner chez son médecin pour qu’il vérifie la guérison clinique. Deux semaines après, on procède à un autre test de dépistage de la chlamydia pour confirmer la négativité des prélèvements.

RECOMMANDÉ :  Biopsie de la prostate : Guide complet

Les aspects à prendre en compte en cas de dépistage positif

En cas de positivité du dépistage de la Chlamydia, voici un aperçu des mesures qui doivent être prises pour traiter l’infection et prévenir sa transmission :

Se procurer des médicaments

Le médecin prescrira un traitement antibiotique pour éliminer l’infection. Les médicaments prescrits sont généralement disponibles en pharmacie. Veillez à suivre les instructions de votre professionnel de la santé à la lettre.

Traiter

 Il est important de suivre le traitement à la lettre pour éviter les complications irréversibles telles que la stérilité.

Le traitement des femmes enceintes pour prévenir l’infection néonatale est essentiel, car la Chlamydia peut causer des complications telles que la conjonctivite et la pneumonie chez les nouveau-nés.

Informer les partenaires sexuels

Il est essentiel d’informer tous les partenaires sexuels récents afin qu’ils puissent également se faire dépister et traiter si nécessaire.

Abstinence

Pendant la durée du traitement, il est recommandé d’éviter les relations sexuelles même en utilisant un préservatif (condom) pour réduire les risques de transmission.

Ressources complémentaires

Le dépistage de Chlamydia est essentiel pour prévenir les complications de cette infection.

Les personnes à risque devraient se faire dépister régulièrement pour les infections sexuellement transmissibles (IST), y compris la Chlamydia. Le dépistage devrait également inclure les tests pour la gonorrhée, la syphilis et le VIH.

Les hommes gay, bisexuels et ceux ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sont également susceptibles de contracter l’infection à Chlamydia, notamment lors des rapports sexuels anaux et oraux. Ils devraient donc se faire dépister régulièrement.

Le PCR et le LCR (Ligase Chain Reaction) sont des techniques de dépistage ultra-sensibles pour dépister la chlamydia. Mais ils ne sont pas encore couramment utilisés actuellement.

source

Conclusion

La prévention et le traitement précoces réduisent les risques de complications à long terme et contribuent à diminuer la transmission de la chlamydia.

Parmi les méthodes de dépistage, on trouve l’analyse d’un échantillon d’urine, des échantillons locaux et du sang.

 Il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour évaluer les risques et bénéfices du dépistage, en tenant compte de l’historique médical et des facteurs de risque individuels.

En cas d’anomalie détectée lors du dépistage de la Chlamydia, il est crucial de suivre les recommandations médicales pour prévenir les complications et protéger la santé des partenaires sexuels. La prévention passe surtout par l’utilisation de préservatifs(condoms) lors des rapports sexuels.

Références

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/infection-chlamydia/symptomes-diagnostic-evolution

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/infection-chlamydia/prevention-depistage-usage-preservatif

Dépistage de la gonorrhée : Guide pour prévenir et traiter
Dépistage du VIH/SIDA : Le pouvoir de la prévention

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut