Dépistage maladie rénale : l’importance du diagnostic précoce

Article rédigé par le 28 mai 2023

La maladie rénale, également connue sous le nom de maladie rénale chronique, est un problème de santé publique touchant de nombreuses personnes dans le monde actuellement. Elle se réfère à tout problème de santé qui affecte les reins et compromet leur fonctionnement normal. 

Dénuées de symptômes, les maladies rénales sont souvent identifiées tardivement. Un tiers des insuffisants rénaux ne sont diagnostiqués qu’au stade terminal.

Ainsi, le dépistage précoce de cette pathologie est primordial pour prévenir son aggravation et prendre en charge de manière appropriée les patients concernés.

Au cours de cet article, nous discuterons des méthodes de dépistage et des mesures importantes à suivre pour prévenir ou ralentir l’évolution de la maladie rénale.

Définition et anatomie

Court rappel

La maladie rénale est une affection qui touche les reins, des organes essentiels du système urinaire. Anatomiquement, les reins sont deux organes en forme de haricot situés derrière l’abdomen, de part et d’autre de la colonne vertébrale. 

Les néphrologues sont les médecins spécialisés dans le diagnostic et le traitement des maladies rénales et du système urinaire. Un aspect important du traitement est le dépistage qui permet la détection précoce de la maladie rénale chronique (MRC).

Fonctionnement des reins

Le fonctionnement des reins comprend les processus suivants :

  • Filtration du sang pour éliminer les déchets, les évacuer dans les urines
  • Régulation de la pression artérielle en ajustant la quantité d’eau excrétée par l’organisme.
  • Production d’érythropoïétine, une hormone qui stimule la production de globules rouges
  • Transformation de la vitamine D pour permettre l’absorption du calcium alimentaire par l’intestin.

Insuffisance rénale et maladie rénale chronique

Si une maladie rénale est diagnostiquée, un contrôle régulier sera nécessaire. La fréquence de ce dernier dépendra du stade d’avancement de la maladie.

En cas d’insuffisance rénale chronique, la prise en charge médicale peut nécessiter une consultation chez un néphrologue.

Qui devrait se faire dépister et quand ? 

Le dépistage d’une maladie rénale est recommandé pour les personnes qui présentent un risque accru de développer une maladie rénale. Parmi les facteurs de risque, on retrouve :

  • Les maladies auto-immunes
  • La prise de médicament toxique pour le rein (anti-inflammatoires en particulier, herbes chinoises, etc.)

Pour les personnes présentant ces facteurs de risques, il est recommandé de se faire dépister au moins une fois par an.

Sinon, il existe aussi les symptômes de la maladie rénale qui peuvent justifier la réalisation d’un dépistage de la maladie rénale. Ils peuvent varier d’un patient à l’autre, mais en général, on constate :

  • Une fatigue et faiblesse constante
  • Gonflement des mains, des pieds, des chevilles ou du visage
  • Douleur dans la région lombaire (au niveau du bas du dos), qui peut être unilatérale ou bilatérale
  • Trouble du sommeil
  • Troubles digestifs (nausées, vomissements)
  • Démangeaisons
  • Essoufflements
  • Augmentation de la fréquence d’uriner, notamment la nuit

Comment le dépistage est-il réalisé?

Pour mettre en œuvre un dépistage et une surveillance régulière, différents outils sont à disposition :

Test urinaire

Ce test consiste à rechercher la présence de protéines, de globules rouges et de globules blancs dans un échantillon d’urine.

RECOMMANDÉ :  Dépistage de l’hépatite C : l’essentiel à savoir

La détection se fait à l’aide d’une bandelette urinaire (petite tige en papier avec des indices colorés, le résultat doit être interprété par un médecin.)

Le test urinaire permet de détecter l’albuminurie (protéinurie : le rein laisse passer les protéines dans les urines, ce qui est complètement anormal, car la majorité des protéines devraient être réabsorbé dans le sang) et l’hématurie (traces de sang dans les urines).

Prise de sang

Une prise de sang permet le dosage de la créatinine sanguine. Ce test est essentiel pour évaluer le débit de filtration glomérulaire (DFG) qui donne une indication de la fonction rénale.

Le DFG représente la quantité de sang que les reins peuvent filtrer en une minute. En moyenne, le débit de filtration glomérulaire normal chez un adulte est de 90 à 120 ml/min. La diminution de cette valeur indique une dysfonction rénale.

Échographie rénale

L’échographie permet d’examiner la taille, la forme et la structure des reins. Cette méthode d’imagerie peut aider à détecter certaines anomalies rénales.

Bien que l’échographie rénale ne soit pas en mesure de mesurer directement la fonction rénale, elle aide à identifier les signes indirects de dysfonctionnement.

Concernant la structure et la taille : L’échographie permet de visualiser les structures anormales telles qu’un kyste, une tumeur, des calculs rénaux ou une dilatation des voies urinaires.

Aussi, l’échographie doppler rénale peut être utilisée pour évaluer le flux sanguin dans les vaisseaux rénaux.

L’échographie rénale est réalisée par un professionnel de santé.

En plus de ces tests, le médecin traitant devra évaluer d’autres facteurs tels que :

  • L’hypertension artérielle : Les reins jouent un rôle important dans la régulation de la pression artérielle. Une prise de tension est nécessaire lors du dépistage rénal.
  • Le diabète : Les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles de développer une maladie rénale. Le contrôle de la glycémie est donc une étape clé du dépistage.
  • Les antécédents familiaux : Certaines maladies rénales sont héréditaires. Il est important de connaître les antécédents médicaux de votre famille pour cibler les risques potentiels.

En résumé, ces méthodes de dépistage permettent de détecter précocement les signes de maladie rénale et d’assurer une prise en charge appropriée pour ralentir l’évolution vers une insuffisance rénale terminale.

Bénéfices et risques du dépistage

Les bénéfices

Le dépistage précoce de la maladie rénale chronique présente plusieurs avantages. Il permet notamment de détecter la maladie avant qu’elle n’évolue vers des stades plus avancés.

Les prises en charges sont nettement plus efficaces et les risques de complications sont diminués. Tous ces facteurs contribuent à améliorer la condition de vie de la personne atteinte.

Les risques

Cependant, il existe aussi quelques risques associés au dépistage de la maladie rénale :

  • Les faux positifs sont rares, mais tout à fait possibles. Un faux diagnostic peut entraîner un stress psychologique et des examens médicaux inutiles pour le patient.
  • À l’inverse, un résultat faussement négatif peut retarder le diagnostic et la mise en place d’un traitement adéquat.

Il convient de peser les bénéfices et les risques du dépistage en fonction des facteurs de risque et de l’état de santé général du patient. Le dialogue entre le médecin et le patient est essentiel pour évaluer si le dépistage est nécessaire et pour déterminer la fréquence des examens de suivi.

Que se passe-t-il si on découvre une anomalie durant le dépistage ?

Lorsque des anomalies sont détectées lors d’un dépistage de maladie rénale, le médecin approfondira le diagnostic pour déterminer la cause et l’étendue de la pathologie.

RECOMMANDÉ :  Dépistage du glaucome : protocole et recommandations

Diagnostic

Des examens complémentaires tels que des analyses d’urines, des prises de sang et des tests d’imagerie médicale peuvent être réalisés pour confirmer le diagnostic de maladie rénale.

Évolution

Il faut mettre en place une surveillance régulière et un traitement adapté dès qu’on a dépisté une atteinte rénale.

Cette prise en charge permet de ralentir la progression de la maladie et de réduire les risques d’apparition d’éventuelles complications, telles que l’insuffisance rénale terminale ou les accidents cardiovasculaires.

Traitement

En ce qui concerne le traitement de la maladie rénale, plusieurs options peuvent être envisagées :

  • Dialyse : Cette procédure consiste à filtrer le sang à l’aide d’un dialyseur ( machine qui joue un rôle de rein artificiel) afin d’ éliminer les déchets et l’excès de liquide. Elle est mise en place en cas de dysfonction rénale avancée.
  • Greffe de rein : la greffe est une alternative à la dialyse si les reins ne fonctionnent plus correctement. Le rein d’une autre personne va être transplanté dans votre corps pour remplacer le rein défectueux.
  • Médicaments et autres traitements : Ces options incluent des médicaments pour traiter l’hypertension artérielle, des modifications du régime alimentaire et des suppléments pour corriger les déséquilibres en minéraux et autres substances.

Il est essentiel également de surveiller régulièrement l’évolution de la maladie rénale et de travailler en étroite collaboration avec votre médecin pour adopter les meilleures stratégies de traitement.

Prévention

Il est possible de prévenir ou de ralentir l’évolution de l’insuffisance rénale en adoptant un mode de vie sain.

Pour prévenir la maladie rénale, il est recommandé de :

  • Adopter une alimentation équilibrée : riche en fruits, légumes et protéines maigres
  • Maintenir une activité physique régulière : marche, vélo, natation
  • Surveiller son poids
  • Limiter la consommation de sel
  • Maintenir une bonne hydratation

Ces actions contribuent à un fonctionnement optimal des reins et permettent de diluer les déchets pour les éliminer sous forme d’urines.

Ressources complémentaires (en France)

Le dépistage de la maladie rénale chronique en France est réalisé par le médecin traitant, qui propose un suivi régulier et annuel en présence de facteurs de risque.

Programme national de dépistage de l’insuffisance rénale chronique (IRCT) : Il s’agit d’un programme mis en place par le ministère de la Santé en 2006. Il vise à dépister précocement l’insuffisance rénale chronique chez les personnes à risque.

Associations de patients : Il existe plusieurs associations de patients dédiées aux maladies rénales en France. Elles offrent des ressources et des programmes éducatifs pour les personnes atteintes d’Insuffisance rénale.

Conclusion

Pour conclure, la maladie rénale chronique est une grave maladie qui peut paraitre silencieuse au début, mais évolue continuellement dans l’organisme du patient jusqu’à venir à sa phase terminale où les traitements deviennent les plus compliqués.

Ainsi, le dépistage précoce est essentiel afin de traiter et de ralentir le développement de la maladie. Il est fortement conseillé de faire le dépistage pour les personnes à facteurs de risques.

Pour prévenir la maladie rénale chronique, une bonne hygiène de vie est conseillée, comprenant la pratique des activités physiques régulières et une bonne alimentation.

Références

Dépistage du diabète : L’essentiel à savoir
Dépistage de l’hypertension artérielle : guide essentiel pour la prévention

https://www.hug.ch/sites/interhug/files/structures/mdecine_de_premier_recours/Strategies

https://www.chu-lyon.fr/maladie-renale-chronique#toc–quelles-sont-les-principaux-sympt-mes-lorsque-la-fonction-r-nale-se-d-grade-

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/maladie-renale-chronique/comprendre-maladie-renale-chronique

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut