Douleur anale : causes possibles (que faire ?)

Article rédigé par le 20 mai 2024

Les douleurs anales, souvent considérées comme taboues, constituent un symptôme très courant, mais souvent négligées. En effet, il est parfois difficile d’évoquer une pathologie qui concerne cette zone ce qui retarde la consultation médicale. 

Dans la plupart des cas, la douleur anale est liée à une affection bénigne. Mais elle peut aussi être la manifestation d’une maladie plus grave comme un cancer anal ou un abcès ano-rectal. 

Dans cet article rédigé par un médecin, nous allons aborder les principales causes de douleur anale, notamment la fissure anale, les hémorroïdes, l’abcès ano-rectal, la fistule anale, la proctalgie fugace, le cancer anal et la névralgie pudendale, avec ce qu’il faut faire devant chaque situation et à quel moment consulter un professionnel de santé. 

Les 7 points importants à retenir

  1. Fissure anale : déchirure de la peau de la marge anale due au passage de selles dures qui entraîne une douleur intense lors de la défécation, des saignements et une constipation réflexe
  2. Hémorroïdes : gonflement et inflammation des veines hémorroïdaires causant une douleur anale, des saignements et une sensation de grosseur anale
  3. Abcès ano-rectal : accumulation de pus autour de l’anus et du rectum entraînant une douleur anale pulsatile avec gonflement et fièvre dans 20 % des cas.
  4. Fistule anale : canal pathologique entre le canal anal et la peau qui se manifeste par une douleur anale avec un écoulement de pus ou de sang.
  5. Proctalgie fugace : douleur ano-rectale intermittente, nocturne, à type de crampes, de spasmes ou de coups de poignard.
  6. Cancer anal : cancer affectant le canal anal ou la marge anale se manifeste parfois par une masse avec douleur, saignements et incontinence.
  7. Névralgie pudendale : atteinte du nerf pudendal à l’origine d’une douleur anale intense aggravée par la position assise et soulagée par la position debout.

Douleur anale : qu’est-ce que cela peut être ?

La douleur anale peut être causée par diverses conditions, chacune ayant ses propres caractéristiques et symptômes.

Fissure anale 

La fissure anale est une déchirure de la peau de la marge anale, souvent due au passage de selles dures ou volumineuses. Cette condition, bien que non-grave, est très douloureuse et touche particulièrement les jeunes adultes et les femmes venant d’accoucher.

Symptômes 

Les principaux symptômes incluent une douleur intense lors de la défécation, souvent décrite comme une brûlure ou une déchirure. Des saignements et une constipation réflexe peuvent également survenir.

La douleur anale évolue généralement en 3 phases : une douleur intense déclenchée par le passage des selles, suivie d’une atténuation rapide en quelques secondes ou minutes, puis réapparition de la douleur et persistance pendant quelques minutes à plusieurs heures. 

Ce qu’il faut faire 

La plupart du temps, la fissure anale passe toute seule, en quelques semaines (4 à 6 semaines), sans nécessiter de traitement. Des mesures simples comme un bain de siège à l’eau chaude, une alimentation riche en fibres, une bonne hydratation et une activité physique régulière sont recommandées. 

Les traitements médicaux peuvent inclure :

  • des laxatifs
  • des anti-inflammatoires
  • des crèmes cicatrisantes et protectrices. 

En cas d’échec des traitements, la chirurgie comme une sphinctérotomie latérale interne (incision pour détendre les muscles de l’anus) ou une fissurectomie (retrait de toute la zone de la plaie) peut être envisagée.

Hémorroïdes 

La maladie hémorroïdaire, communément appelée hémorroïde, est causée par le gonflement et l’inflammation des veines hémorroïdaires autour de l’anus. Cette condition bénigne mais gênante affecte principalement les adultes entre 40 et 65 ans. Une personne sur trois en souffre au moins une fois dans sa vie.

Symptômes

La douleur anale est un symptôme principal des crises hémorroïdaires, souvent intense et particulièrement ressentie lors de la défécation ou des efforts physiques. Cette douleur peut diminuer en position allongée, mais est aggravée par la position assise prolongée. 

À noter : en cas de thrombose hémorroïdaire, la douleur devient constante et très intense, empêchant parfois de s’asseoir. 

Les hémorroïdes peuvent provoquer une sensation de grosseur anale (prolapsus hémorroïdaire), des démangeaisons et des saignements (rectorragies) à la fin de la défécation. 

Ce qu’il faut faire

En cas de crise hémorroïdaire, voici quelques conseils simples et pratiques à suivre pour vous soulager :

  • Faites des bains de siège, nettoyez la zone anale en douceur après chaque selle et évitez l’utilisation de savon irritant ;
  • Appliquez des pommades pour les hémorroïdes pour atténuer les symptômes ;
  • Si la douleur est intense, prenez des antalgiques tels que le paracétamol, ou des anti-inflammatoires ;
  • Adoptez une alimentation riche en fibres et buvez abondamment pour prévenir la constipation ; 
  • Et n’oubliez pas de pratiquer une activité physique régulière.
RECOMMANDÉ :  Otites externes : tout savoir sur les affections des oreilles

Point important : si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est important de consulter un professionnel de santé pour un diagnostic et un traitement appropriés.

Abcès ano-rectal

Un abcès ano-rectal est une accumulation de pus dans les tissus autour de l’anus et du rectum, généralement causée par une infection anale ou des glandes anales bloquées. Il peut également résulter de maladies comme la maladie de Crohn ou la diverticulite du sigmoïde, ou de transmissions sexuelles.

Symptômes

Les symptômes d’un abcès ano-rectal incluent : 

  • une douleur anale et périnéale intense, non rythmée par les selles, pulsatile, parfois insomniante ;
  • une constipation ou une rétention urinaire (impossibilité d’évacuer l’urine) réflexe ;
  • une fièvre dans environ 20 % des cas

Ce qu’il faut faire 

Vous devez consulter un médecin dès que possible. Le traitement standard consiste en une incision et un drainage chirurgical accompagnés d’une antibiothérapie

Si l’abcès est important ou profond, une hospitalisation peut être nécessaire pour réaliser des examens et effectuer une intervention chirurgicale sous anesthésie générale. Cette intervention permettra de retirer totalement l’abcès et de prévenir une nouvelle infection ou la formation d’une fistule.

Fistule anale 

La fistule anale est un canal pathologique entre le canal anal (ouverture musculaire à l’extrémité de l’appareil digestif) et la peau. La plupart se forment suite à un abcès anal ou une inflammation dans une glande anale qui se propage vers la peau. D’autres affections comme la maladie de Crohn, peuvent également être la cause d’une fistule anale.

Symptômes et diagnostic

La fistule anale se manifeste généralement par une douleur anale avec un gonflement et un écoulement de pus ou de sang par l’anus. 

Le diagnostic nécessite une consultation médicale et repose souvent sur un examen clinique et une anuscopie (examen visuel direct de la muqueuse du canal anal à l’aide d’un tube rigide appelé anuscope). 

Bon à savoir : devant des cas plus complexes, le médecin peut demander une échographie endo-anale, un scanner ou une IRM pour poser le diagnostic. 

Ce qu’il faut faire 

Devant toute douleur associée à un écoulement anormal au niveau de l’anus, il est recommandé de consulter un médecin pour préciser rapidement le diagnostic et éviter les complications. Une fistule anale nécessite généralement une intervention chirurgicale appelée fistulectomie, car les antibiotiques seuls ne sont pas efficaces. 

Proctalgie fugace 

La proctalgie fugace est une douleur ano-rectale intermittente, touchant 3 à 15 % de la population, surtout les femmes autour de 45-50 ans. 

Symptômes

La proctalgie fugace se manifeste par des douleurs, souvent la nuit, décrites comme des crampes, des spasmes ou des coups de poignard au niveau du canal anal. Ces douleurs évoluent par crises, n’irradient pas et leur durée est variable, allant de quelques secondes à plus de deux heures. 

Ces crises surviennent le plus souvent sans facteur déclenchant évident. Lorsqu’ils existent, les facteurs déclenchants sont très variés, tels que le stress, la menstruation ou les rapports sexuels. 

À souligner : la douleur cède toujours spontanément et entre les crises, il n’y a aucun symptôme particulier.

Ce qu’il faut faire 

La douleur au cours d’une proctalgie fugace cesse généralement spontanément. Le traitement repose sur la réassurance quant à la bénignité de la condition

Lors des crises, la douleur peut être soulagée par l’évacuation de gaz ou de selles, par un bain de siège, ou par la prise d’antalgiques légers. Pour les symptômes plus intenses, la kinésithérapie ou une prise en charge psychologique peut être efficace. 

Cancer anal

Comme l’ensemble du corps, cette zone peut être touchée par un cancer. Le cancer de l’anus, bien que rare, peut affecter le canal anal (terminaison du tube digestif) et la marge anale (bord externe de l’anus). Représentant environ 2 % des cancers digestifs, il touche surtout les personnes âgées.

Symptômes

Initialement asymptomatique, les signes d’un cancer anal apparaissent avec la croissance tumorale. Ils peuvent commencer par une plaie ou une verrue, puis se transformer en masse ou nodule associée à : 

  • une douleur anale,
  • des saignements anaux,
  • des lésions anales persistantes,
  • une incontinence anale.

Ce qu’il faut faire 

Si vous présentez des signes pouvant évoquer un cancer anal, il est impératif de consulter un médecin sans tarder. Un diagnostic précoce est crucial pour un traitement efficace et peut améliorer significativement le pronostic

RECOMMANDÉ :  Otite du baigneur : Causes, symptômes et traitement

Selon une étude réalisée par Alexandre G. Heriot, en 2020, l’incidence du cancer anal a considérablement augmenté au cours des 30 dernières années. Heureusement, les évolutions thérapeutiques, notamment la chimioradiothérapie, ont conduit à une prise en charge plus efficace, se traduisant par une augmentation de la survie de 16 % sur 25 ans

Point à souligner : les symptômes du cancer anal ne sont pas toujours spécifiques et peuvent être confondus avec d’autres affections. Pour éliminer toute doute et éviter un retard de prise en charge, il est important de consulter un médecin devant toute manifestation suspecte.

Névralgie pudendale

La névralgie pudendale est une atteinte du nerf pudendal, le nerf qui innerve le périnée et contrôle certains muscles et sphincters du bassin. Cette condition est souvent causée par une irritation ou une compression du nerf due à une position assise prolongée, ou à des lésions liées à l’accouchement ou des étirements excessifs.

Symptômes

La névralgie pudendale se manifeste par une douleur anale ou une sensation de brûlure ou de fourmillements au niveau du siège. Les douleurs seront aggravées par la position assise et soulagées par la position debout. Elles peuvent s’étendre à la fesse, la cuisse, et le bas du ventre.

Ce qu’il faut faire

Pour soulager les symptômes, évitez les mauvaises postures prolongées, en particulier la position assise. Pratiquez des exercices spécifiques qui seront recommandés par votre médecin. 

Des méthodes comme la kinésithérapie, l’ostéopathie, la neurostimulation transcutanée, l’hypnose ou l’acupuncture peuvent être utiles. 

Point à souligner : il est important de consulter un médecin spécialisé pour un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé.

Quand et qui consulter ? 

Si vous ressentez une douleur anale persistante ou intense, ou si elle s’accompagne d’autres symptômes et ne s’améliore pas après deux jours malgré les pommades et les médicaments, il est essentiel de consulter un médecin.

Il est important d’identifier la cause de la douleur, surtout si elle est récurrente ou s’aggrave, car elle peut indiquer un problème plus sérieux nécessitant une prise en charge spécialisée. Ne laissez pas la gêne vous empêcher de chercher de l’aide. Un diagnostic rapide est crucial pour un traitement efficace et pour éviter d’éventuelles complications. 

Commencez par voir votre médecin traitant ou un généraliste, qui pourra vous orienter si besoin vers le spécialiste adéquat comme un gastro-entérologue, un proctologue, un neurologue ou autre. Discutez ouvertement avec votre médecin pour déterminer le meilleur traitement pour vous.

Si vous cherchez un médecin proche de chez vous, n’hésitez pas à consulter notre répertoire

Témoignage

Salut, j’ai 23 ans et quelques fois, je me réveille en pleine nuit avec une douleur effroyable à l’anus. Je suis obligé de me lever et de marcher pendant de longues minutes en contractant le sphincter. Le même genre de douleur que ce que l’on a à la cheville, ce qui me fait penser à une crampe,. Est-ce que cela existe ? Est-ce que quelqu’un a déjà eu ce problème ? Merci.
Lire la suite de la conversation sur Doctissimo.

Référence

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut