Douleur au coude : causes possibles (et que faire ?) 

Article rédigé par le 4 mars 2024

Le coude, souvent sous-estimé dans son importance, est en réalité une articulation qui supporte une grande charge de travail. Une simple gêne à ce niveau peut perturber significativement votre vie quotidienne, surtout si elle est accompagnée de douleurs insupportables.

Plusieurs facteurs tels que des causes professionnelles, des traumatismes, des maladies inflammatoires ou dégénératives, voire des douleurs localisées ailleurs dans le corps, peuvent entraîner des répercussions douloureuses au niveau du coude. 

Cet article explore les causes et les traitements des douleurs au coude. Que vous cherchiez des solutions pour vos douleurs ou souhaitiez en apprendre davantage sur ce sujet, poursuivez votre lecture pour des informations précieuses.

Douleur au coude : 6 points à retenir

  • 1. Le coude est une articulation complexe composée de trois articulations, exposée aux traumatismes et aux différentes causes de douleur.
  • 2. Les causes courantes de douleur au coude incluent l’épicondylite (tennis elbow), l’épitrochléite, l’arthrose, les fractures, les luxations, les ruptures musculaires, la bursite et l’arthrite.
  • 3. Les symptômes varient en fonction de la cause, allant de douleurs à la face externe ou interne du coude à une raideur, des gonflements et des troubles sensitifs.
  • 4. Les tests cliniques et les imageries, telles que la radiographie, l’échographie, le scanner et l’IRM, sont nécessaires pour évaluer la douleur au coude.
  • 5. Le traitement peut impliquer l’utilisation de médicaments tels que des antalgiques et des anti-inflammatoires, ainsi que des approches naturelles comme le repos, le glaçage et la kinésithérapie.
  • 6. La chirurgie est rarement nécessaire, réservée principalement aux tendinites rebelles, à l’arthrose sévère et aux cas de fractures graves.

Anatomie du coude : structure et formation

Le coude est une articulation complexe qui relie le bras et l’avant-bras. Il comprend 3 articulations dans une même capsule articulaire (structure fibreuse qui entoure l’articulation et la maintient en place) :

  • L’articulation huméroradiale
  • L’articulation huméro-ulnaire 
  • Et l’articulation radioulnaire supérieure

Le coude présente 3 repères osseux (saillis osseux palpable) :  en-avant, vous avez l’épitrochlée (en dedans) et l’épicondyle (en-dehors) et en arrière, vous avez l’olécrane

Les muscles qui font partie du coude sont : 

  • Les muscles extenseurs (triceps) et fléchisseurs (biceps), 
  • Les muscles épitrochléens et épicondyliens

Plusieurs autres éléments passent également par le coude, les vaisseaux et les nerfs dont le nerf médian, le nerf radial et le nerf ulnaire

Douleur au coude : Quelles sont les causes possibles ?

Première cause la plus fréquente : l’épicondylite 

L’épicondylite, , également connue sous le nom de « tennis elbow » ou « épicondylalgie« , représente une pathologie fréquente du coude caractérisée par une évolution chronique, contrairement à la majorité des affections touchant cette articulation. Son appellation de « tennis elbow » découle de sa prévalence notable chez les joueurs de tennis.

Comment se manifeste la douleur de l’épicondylite ? 

Lors d’une épicondylite, vos douleurs : 

  • Sont situées à la face externe du coude et irradient souvent jusqu’à votre poignet.
  • Sont déclenchées par le mouvement (gestes répétés, mouvements d’extension du coude et de torsion du poignet, comme ouvrir une porte) 
  • Peuvent être continues au stade aigu, parfois même nocturnes.

L’évolution se fera le plus souvent vers la résolution (guérison) spontanée en 9 à 12 mois.

Une cause assez fréquente : l’épitrochléite

L’épitrochléite, moins fréquente, se manifeste par des douleurs localisées sur la face interne du coude, constituant en quelque sorte un reflet inversé de l’épicondylite.

Il s’agit d’une pathologie de surmenage tendineux, qui peut être causée par un entraînement inadapté si vous êtes sportif (plus souvent grimpeur que golfeur), ou un défaut d’ergonomie de votre poste de travail pour les causes professionnelles.

Comment caractériser la douleur de l’épitrochléite ? 

Pour caractériser cette cause, vos douleurs : 

  • Sont situées à la face interne de votre coude. Elles irradient volontiers jusqu’à votre poignet et fréquemment aux deux derniers doigts de votre main. 
  • Ces symptômes peuvent parfois s’accompagner de perturbations sensorielles, impliquant une irritation du nerf ulnaire à ce niveau.

En cas d’épitrochléite, votre douleur au coude peut être provoquée par la pression d’un point précis situé en avant de l’épitrochlée, qui reproduit en général la douleur de manière aiguë.

Une maladie dégénérative en cause : l’arthrose du coude 

L’arthrose du coude a pour effet de détériorer le cartilage de l’articulation du coude et a pour conséquence une douleur et une raideur au niveau de votre coude. La raideur articulaire peut entraver l’exécution habituelle de gestes simples dans votre routine quotidienne.

L’arthrose du coude est une maladie qui évolue de façon progressive et est peu douloureuse, ce qui n’aide pas à la détecter rapidement. 

D’après le tableau n°57 de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), l’arthrose du coude est reconnue comme une maladie professionnelle indemnisable uniquement si elle est causée par des activités professionnelles impliquant des vibrations mécaniques et des chocs transmis par certaines machines-outils.

Pour être reconnue comme une maladie professionnelle, l’arthrose du coude doit répondre à des critères spécifiques énumérés dans le tableau prévu à cet effet. Dans ce cas, cela peut ouvrir droit à des indemnisations et à divers avantages légaux.

Cependant, cette affection peut également découler de traumatismes plus sévères, tels qu’une luxation ou une fracture articulaire. Elle peut également se manifester à la suite d’une pratique intensive d’une activité sportive.

Comment caractériser la douleur de l’arthrose du coude ? 

Généralement, la douleur au niveau du coude se manifeste lors d’un effort poussé. Par la suite, des douleurs peuvent survenir à chaque répétition d’un geste similaire à celui ayant déclenché la première douleur.

RECOMMANDÉ :  Épicondylite du coude : temps de guérison (explication kiné)

Initialement asymptomatique, l’inflammation peut se manifester brusquement, même après une évolution chronique de la maladie. Les douleurs au coude apparaissent lors de mouvements qui étaient auparavant indolores.

Lorsque les premiers symptômes apparaissent, des frottements douloureux peuvent se faire sentir dans votre coude, lors des mouvements de votre quotidien.

Les traumatismes que subit votre coude sont à l’origine d’une douleur à ce niveau

Le coude est une zone du corps très exposée aux traumatismes. En général, vous vous blessez au coude lors d’une chute, qui déclenche des douleurs d’apparition brutale, et généralement intenses au niveau de votre coude.

La luxation du coude

Une luxation du coude survient lors d’une chute sur votre main avec votre coude en légère flexion. 

Comment caractériser la douleur de la luxation du coude ? 

En cas de luxation, le coude est douloureux et peut présenter une déformation, rendant les mouvements difficiles. Vous pourriez également ressentir des craquements et une sensation d’instabilité.

La fracture de l’extrémité inférieure de l’humérus

Cette cause s’explique par : 

  • Un mécanisme indirect : une chute sur la paume de votre main, votre coude en extension et votre palette humérale se déplace en arrière (fracture en extension) 
  • Un mécanisme direct :  par une chute sur votre coude fléchi avec un déplacement  de votre palette humérale en avant (fracture en flexion).

Comment caractériser la douleur ? 

Dans ce cas, votre douleur est plutôt circulaire, exquise au-dessus de l’articulation. Pour mieux la reconnaître, la douleur au coude s’accompagne d’un gonflement du coude.

La fracture avec déplacement de l’olécrane

Cette fracture est issue d’un choc direct sur votre coude le plus souvent ou d’un choc indirect par une chute sur votre main associée à une luxation du coude. L’olécrane a tendance à se déplacer, attiré par le tendon du triceps. 

Comment caractériser la douleur ? 

Pour identifier cette cause, une douleur spécifique est ressentie au niveau de l’olécrâne, l’extension du coude devient impossible. Un fragment proéminent au niveau de l’olécrâne est mobile, et une décoloration noire ou bleutée de votre peau peut apparaître autour du coude.

Une rupture du biceps distal en faveur d’une douleur au coude 

Rare, la rupture du biceps distal survient le plus souvent lors d’un effort brutal de flexion contrariée

Comment caractériser la douleur ? 

Elle se manifeste par une douleur au coude très intense, une déformation du biceps au bras qui devient plus volumineux y compris au repos, des colorations noirâtres ou bleutées visibles au coude et à l’avant-bras, une faiblesse en flexion du coude. 

La bursite olécranienne peut aussi être une raison de votre douleur au coude 

La bursite au coude, aussi appelée hygroma ou bursite olécranienne, est l’inflammation de la bourse située entre l’olécrane (pointe du coude) et la peau.

La bursite apparaît lorsqu’une inflammation s’installe après un traumatisme (coup direct sur l’olécrane) ou à la suite de mouvements répétés de votre coude causant des frictions à la bourse. 

Comment caractériser la douleur ? 

Les symptômes de la bursite sont les douleurs localisées au niveau du coude.

Ces douleurs au coude peuvent être accompagnées de : 

  • Rougeurs
  • Manque de mobilité 
  • Gonflements

En cas de bursite, il est possible de constater une chaleur au niveau du coude. De plus, une sensation de fatigue et une faiblesse générale peuvent être ressenties.

Il est important de noter que les douleurs au coude sont plus marquées lors de mouvements sollicitant cette articulation

Une autre maladie inflammatoire : arthrite du coude

L’arthrite du coude peut avoir une origine infectieuse, rhumatismale ou microcristalline (comme dans le cas de la goutte), et provoque une douleur intense, un gonflement, une réduction ou un blocage des mouvements du coude, des crépitements lors de mouvements, ainsi qu’une rougeur au niveau du coude.

Une cause rare, mais possible : un cancer osseux

“Des douleurs continues et progressives, qui ne vont qu’en s’aggravant, constituent bien souvent le seul symptôme d’une tumeur osseuse : cela explique son diagnostic souvent tardif”, explique la Fondation pour la recherche médicale.

Des douleurs vives de votre coude qui vont se ressentir surtout la nuit et qui peuvent parfois s’accompagner d’un gonflement ou d’une inflammation

Dans certains cas, les cancers primitifs de l’os peuvent également être à l’origine de fractures, de paralysies ou de difficultés dans les mouvements corporels. 

Ces symptômes peuvent s’accompagner de fatigue ou même d’une perte de poids non intentionnelle.

Que faire devant une douleur au coude ?

Plusieurs signes devront être recherchés : 

  • Douleur de l’insertion des muscles épicondyliens latéraux provoquée par l’extension du poignet, sensibilisée contre résistance.
  • Douleur de l’insertion des muscles épicondyliens médiaux provoquée par flexion du poignet, sensibilisée contre résistance.
  • Palpation de la bourse rétro-olécranienne, non adhérente au plan profond, inflammatoire en cas d’un hygroma du coude.
  • Test de la chaise, vous êtes debout, le coude tendu et vous devez soulever une chaise par son dossier, la main en pronation. Une douleur vive montre une atteinte du muscle court supinateur qui démontre la présence d’une épicondylite. 
  • Test du serrement de main. Il consiste à effectuer une prono-supination du poignet, simulant le geste de serrer une main en signe de salutation. Cette manœuvre vise à provoquer la douleur dans la partie externe du coude.

Les imageries nécessaires

La radiographie du coude

Cette radiographie analyse votre coude et permet de dépister :

  • L’arthrose, le plus souvent secondaire à un traumatisme
  • Une fracture en cas de traumatisme (fracture de la tête radiale, de l’olécrane)
  • Un épanchement intra-articulaire qui signe une fracture occulte (le plus souvent de la tête radiale)
RECOMMANDÉ :  Épicondylite avec fissure du tendon : Quelle particularité ?

Les résultats sont parfois normaux et justifient la réalisation complémentaire d’une échographie du coude à la recherche d’une tendinite latérale ou médiale (tennis elbow, golf elbow), d’une bursite bicipito radiale, d’une rupture du tendon du long biceps qui s’insère sur la tubérosité radiale.

L’échographie du coude 

L’échographie du coude est particulièrement utile pour diagnostiquer des problèmes tels que les tendinites, les bursites et les entorses ligamentaires. Elle est également utilisée pour évaluer les problèmes articulaires causés par l’arthrose et les infections.

Le scanner du coude

Le scanner du coude est un examen radiologique qui permet de visualiser les os et les articulations du coude. Il est souvent réalisé en cas de traumatisme, de chute, ou de suspicion d’arthrose. Les indications pour cet examen varient selon les cas.

L’IRM du coude

L’IRM du coude est indiquée dans le cadre du bilan des douleurs du coude à la recherche de l’origine des symptômes. Parmi les pathologies fréquentes du coude, on retrouve l’épicondylite et d’autres pathologies. 

Lorsque vous soupçonnez un problème au niveau de l’articulation du coude ou des structures de tissus mous environnantes, comme les tendons et les ligaments, l’IRM est conseillée. 

Une IRM du coude peut également être indiquée en cas de douleur ou de gonflement de la zone qui ne répond pas aux autres traitements tels que le repos, la glace et la thérapie physique, en cas de douleurs chroniques qui persistent après d’autres traitements et les traumatismes résultant de chutes ou de blessures sportives.

Quels médicaments prendre ?

Il n’existe pas de traitement médicamenteux spécifique pour le coude. Cependant, comme toute autre douleur, vous pouvez les soulager par : 

  • Des antalgiques, dont le but est de lutter contre la douleur.
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens ont pour objectif de diminuer l’inflammation au moment des poussées congestives de l’arthrose surtout.
  • des topiques antalgiques : Il s’agit de pommades ou gels anti-inflammatoires. L’application locale permet une action plus rapide, mais pas forcément très efficace pour le coude.

Qu’en est-il des thérapies naturelles ? 

Le repos de l’articulation 

En cas de tendinite, vous devriez avant tout limiter les mouvements qui causent votre douleur au coude, associée à des traitements médicaux

Autrement, dans le cas de fractures et luxations du coude, en fonction du type de lésion et de sa gravité, le traitement de repos de l’articulation peut être orthopédique (plâtre ou attelle). 

Le glaçage du coude 

C’est bien connu et son efficacité le prouve, le froid permet d’atténuer très fortement votre douleur au coude. Ainsi, des poches de glaces, vessies de glaces ou glaçages compressifs vont venir limiter les douleurs du coude liées à une tendinite ou une maladie chronique.

Le glaçage compressif est un procédé qui consiste à appliquer une compression tout en utilisant de la glace sur la zone douloureuse du coude. Cela permet de protéger la zone affectée et de réduire la douleur tout en laissant les mains libres, tout en profitant des bienfaits de la compression.

La vessie de glace permet d’appliquer sur les zones douloureuses les effets de la cryothérapie (traitement thérapeutique par le froid) pour réduire vos douleurs au coude. L’application de cette poche de glace est très simple sur l’ensemble de votre coude.

Kinésithérapie (physiothérapie)

La rééducation privilégie les massages transverses profonds et les étirements dans le cas d’une tendinite. 

Dans les cas de fractures et luxation, la rééducation est un aspect essentiel du traitement, elle doit être entamée au plus tôt après l’immobilisation ou l’opération, pour éviter les complications, notamment la raideur de votre coude.

D’après une étude de Bisset L et al dans “Épicondylite : kinésithérapie préférable à une infiltration ?” : 

La kinésithérapie (physiothérapie) et les infiltrations de corticostéroïdes sont plus efficaces à court terme (après six semaines) qu’une temporisation en cas d’épicondylite radiale, les infiltrations étant plus efficaces que la kinésithérapie à ce terme. 

A long terme cependant (52 semaines), la kinésithérapie (physiothérapie) n’est pas plus efficace qu’une temporisation qui est, elle-même, supérieure à des infiltrations

Le nombre élevé de récidives appelle donc à des réserves vis-à-vis des infiltrations.

Ces résultats semblent donc justifier une attitude attentiste dans le traitement de l’épicondylite. En cas de douleur et/ou de limites importantes des activités, un traitement de kinésithérapie pourrait être envisagé pour son efficacité à court terme.

Indications pour une intervention chirurgicale au niveau du coude

Le recours à la chirurgie est rare ; on la réserve généralement aux tendinites rebelles et récidivantes. En cas d’arthrose du coude, si le traitement médical et la rééducation ne fonctionnent pas, la chirurgie consiste à nettoyer l’articulation, ou à la remplacer par une prothèse du coude.

La chirurgie est exceptionnellement indiquée pour l’épicondylite et réalise une désinsertion limitée des tendons sur l’épitrochlée.

Les fractures et luxations du coude, en fonction du type de lésion et de sa gravité, le traitement peut être chirurgical (ostéosynthèse).

Références

Tendinites du coude, épicondylites et épitrochleites. (chirurgie-main-epaule.eu)

Définition, symptômes et diagnostic de l’arthrose du coude | Dr Paillard (chirurgie-orthopedique-paris.com)

Bursite au coude, pourquoi ? Quoi faire ? | Physiothérapie – Pont-Rouge (axophysio.com)

Arthrite du coude : symptômes, causes, traitement par les orthèses pour l’arthrite – WorldBrace

https://radiologiepourtous.com/echographie-du-coude-guide-comple

Scanner du coude : Guide complet – Radiologie pour tous

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut