Douleur au scrotum : Causes possibles (et que faire ?)

Article rédigé par le 1 juillet 2024

Étant donné que le testicule est un organe sensible et complexe, une douleur ou un gonflement qui y siègent ne doit surtout pas être pris à la légère.

Qu’elles soient aiguës ou chroniques, les douleurs testiculaires doivent toujours inciter à consulter au plus vite un médecin généraliste ou un urologue afin de traiter ou prévenir les complications plus ou moins graves qui peuvent en résulter.

Mais comment peut-on reconnaitre une douleur ou un gonflement au scrotum ? Quelles en sont les causes ? quelle serait la conduite devant un tel symptôme ? On vous dit tout !

Le scrotum c’est quoi ?

Le scrotum est la poche dans laquelle se loge les deux testicules. Il s’agit d’une structure anatomique formée de muscles et un squelette divisé en deux parties, contenant chacune un appendice et un cordon spermatique.

Le scrotum se caractérise par son rôle de positionner les testicules en fonction de la température externe, en les abaissant au temps chaud et en les retirant vers le corps au temps froid. De plus, il maintient toujours les testicules à une température confortable qui est d’environ 34,4 degrés.

Comment reconnaitre une douleur aux testicules ?

La douleur testiculaire est une douleur siégeant au niveau de l’ensemble du scrotum. Elle débute au niveau scrotal, puis remonte le long du trajet des structures anatomiques formant le scrotum (testicules, canaux…), pour irradier dans la région iliaque voire lombaire.

La douleur scrotale prend deux formes :

  • Douleur aiguë : localisée, vive,  survenant subitement.
  • Douleur chronique : persistante et ressentie, le plus souvent, comme une sensation de lourdeur.

Les causes de la douleur dans le scrotum

Torsion testiculaire

La torsion testiculaire, également appelée torsion du cordon spermatique, correspond à une torsion du pédicule contenu dans la bourse du testicule. Le testicule subit donc une rotation totale autour de son paquet vasculaire, ce qui empêche son irrigation sanguine et l’expose ainsi au risque de nécrose. C’est pourquoi la torsion testiculaire représente une urgence chirurgicale absolue.

Cliniquement, la douleur de la torsion survient souvent brutalement, intense, débutant dans un seul côté, l’autre testicule étant indolore, mais la douleur irradie dans l’aine et l’abdomen. La douleur est suivie d’autres symptômes comme un hématome ou un durcissement scrotal.

La nécrose du testicule survient, en l’absence de toute prise en charge urgente au-delà de 6 heures de torsion.

D’un point de vue thérapeutique, la prise en charge d’une torsion testiculaire est toujours chirurgicale et se fait toujours dans le cadre de l’urgence.

Sur le plan technique, il s’agit d’explorer le testicule tordu et réaliser une incision sur les enveloppes afin de le détordre sous anesthésie générale.

Certaines équipes chirurgicales réalisent, en plus de la détorsion, une fixation testiculaire préventive.

Blessure ou traumatisme

Le diagnostic de traumatisme testiculaire est toujours évident compte tenu du contexte. Cliniquement, on est devant une bourse dont le volume est assez important par rapport à son état normal. Des signes inflammatoires sont le plus souvent présents à type d’œdème, douleur ou sensibilité, rougeur, hématome, contusion, etc.

RECOMMANDÉ :  Éjaculation précoce : Guide complet (solutions)

Dans certains cas, le médecin peut avoir à réaliser un examen complémentaire, comme une échographie scrotale dans le but d’explorer et apprécier comparativement l’intégralité de l’enveloppe des deux testicules (albuginée).

Toutefois, s’agissant d’une urgence chirurgicale, lorsque le contexte et la clinique sont évidents, il est primordial d’intervenir dans les plus brefs délais afin de lever la compression testiculaire et permettre ainsi une revascularisation rapide et adéquate.

Hernie inguinale

la hernie testiculaire, appelé couramment hernie inguinale, correspond à la présence d’une grosseur dans l’aine, zone anatomique se situant entre l’abdomen et la cuisse.

Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une partie de l’intestin (anse intestinale ou autre organe de l’abdomen), qui sort de son emplacement anatomique habituel (abdomen) et qui fait hernie dans l’aine.

Dans certains cas, la hernie inguinale peut être asymptomatique et ne manifester la moindre gêne, mais la plupart des patients qui présentent une hernie inguinale, rapportent les notions de douleurs, de gêne, une sensation de pesanteur dans l’aine.

Hydrocèle

L’hydrocèle est la présence de liquide dans la paroi testiculaire qui provoque l’augmentation temporaire de la taille d’un ou des deux testicules.

Les symptômes comprennent le remplissage du scrotum, avec divers degrés de gravité.  Cela provoque une gêne car le scrotum ne peut pas se dilater suffisamment pour s’adapter à l’espace disponible.

Les symptômes peuvent être légers ou graves et peuvent entraîner un gonflement douloureux et une gêne.  De plus, l’inconfort augmente lorsque les deux testicules sont impliqués en raison de la pression élevée dans le système.

Une inspection visuelle du testicule par des ultrasons (échographie) révèle qu’il s’agit d’un sac aqueux dépourvu de tout contenu perceptible. Cela confirme le diagnostic de l’hydrocèle.

Généralement, l’hydrocèle est une maladie bénigne et non douloureuse qui ne nécessite qu’une intervention chirurgicale mineure lorsqu’elle pose un problème esthétique ou provoque une gêne importante.

Varicocèle

Une varicocèle survient lorsque les veines sous les cordons spermatiques grossissent.  En effet, le cordon spermatique est une structure semblable à une veine située dans le scrotum qui relie chaque testicule aux bourses au-dessus.

La varicocèle est généralement indolore et inaperçue par le patient.  Le plus souvent, elle est découverte fortuitement lors d’un bilan de fertilité ou par des moyens fortuits.

La pression varicocèle peut provoquer des douleurs testiculaires, une prise de poids ou un gonflement du scrotum.  Cette pression peut également être ressentie lors de températures élevées ou d’efforts.

Un urologue diagnostique la maladie par des observations cliniques et un examen physique.  Ceux-ci déterminent si les varices se sont développées au-dessus des testicules. En cas de doute , le médecin peut effectuer une échographie est effectuée pour confirmer la varicocèle et exclure d’autres causes possibles du problème, telles qu’une hernie inguinale, un kyste du cordon spermatique ou du liquide dans la bourse.

Prostatite

La prostatite est une inflammation de la prostate qui peut causer des douleurs considérables.  Il s’agit d’un problème de santé courant qui peut affecter les personnes de tout âge.  Généralement, la cause de la prostatite est bactérienne ou infectieuse, mais certains cas restent inexpliqués.

RECOMMANDÉ :  Asthénozoospermie : cause silencieuse d'infertilité masculine 

Une personne souffrant de prostatite peut présenter le tableau clinique suivant :

  • Fièvre ;
  • Sensation de brûlure lors de la miction ;
  • Frissons ;
  • Fatigue
  • Myalgies ou douleurs musculaires
  • Présence de sang dans les urines
  • Douleurs plus ou moins intenses au niveau du bassin, des testicules ou du bas ventre
  • Urines troubles et malodorantes.
  • Troubles sexuels : éjaculation difficile ou douloureuse.

Maladies oncologiques (cancer)

Un cancer des testicules se présente généralement sous la forme d’une masse visible dans le scrotum.  Il s’agit d’une condition relativement rare qui n’apparaît pas souvent dans les dossiers médicaux.

Autres :

  • Les IST (infections sexuellement transmissibles) comme l’infection orchi-épididymite 
  • Excitation sexuelle sans rapports sexuels.

Traitement de la douleur dans le scrotum

La prise en charge des douleurs au scrotum comprend plusieurs volets thérapeutiques et est dépendante de la maladie en cause.

Les analgésiques sont indiqués pour soulager la douleur aiguë dans le scrotum; la morphine ou d’autres opioïdes peuvent être montrés dans les pathologies nécessitant un traitement chirurgical.

Tout traumatisme ou torsion du testicule nécessite des soins médicaux immédiats nécessitant une hospitalisation.  Alternativement, les médecins recommandent souvent l’utilisation de médicaments correctifs.

L’ibuprofène soulage efficacement la douleur.  Ne prenez pas plus de trois comprimés de 600 mg par jour.

En raison de la cause de la douleur, des antibiotiques sont administrés pour l’éliminer.  Un quart d’un comprimé de 0,25 milligramme est pris six fois par jour.

Les huiles essentielles qui comprennent la mélisse, le genévrier, le myrte, le romarin, l’achillée millefeuille, l’arbre à thé et le thym peuvent soulager la douleur dans le scrotum.  L’ajout de 5 à 10 gouttes dans un bain peut être fait pour traiter ou prévenir cette condition.

Si vous n’avez pas eu le temps de vous rendre aux urgences, essayez de maintenir le scrotum en position surélevée (allongé sur un coussin dorsal sous le sacrum) et appliquez de la crème glacée sur le point douloureux (15 minutes, repos 10 minutes).

Enfin, d’autres pistes thérapeutiques peuvent être préconisées par les professionnels de santé, telles que les médecines alternatives dont la plus recommandée est l’acupuncture.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé pour une prise en charge adaptée.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut