Douleur derrière la cuisse: 8 causes possibles (que faire ?)

Article rédigé par le 1 juillet 2024

Vous avez de la douleur derrière la cuisse. Elle peut soit débuter dans le bas du dos, et descendre juste sous le fessier. Ou encore, elle peut être aggravée en position assise ou même la nuit.

Quelle est la cause de cette douleur ? Est-ce musculaire (point derrière la cuisse), ou plutôt un lombalgie qui irradie ? Faut-il s’inquiéter ? Et surtout, comment soulager ce type de douleur incapacitante ?

Cet article couvre 8 causes possibles de douleur derrière la cuisse, et vous propose plusieurs solutions visant à clarifier le diagnostic et réduire vos symptômes.

1. Hernie ou protrusion discale

Quel est le lien entre la protrusion discale, la hernie discale, et une potentielle douleur derrière la cuisse ? Commençons par expliquer les notions de hernie et protrusion discale pour mieux comprendre la relation entre les disques intervertébraux et les douleurs irradiées.

La protrusion discale réfère à un déplacement du noyau gélatineux à l’intérieur d’un disque qui pousse et déforme l’anneau fibreux à la périphérie du disque.

Dans le cas d’une hernie discale, le noyau gélatineux transperce carrément l’anneau fibreux, causant une migration du matériel discal vers l’extérieur. 

D’où vient alors la douleur derrière la cuisse? Comme les nerfs spinaux se trouvent à proximité des disques intervertébraux, il est possible que la protrusion ou hernie cause une irritation nerveuse. Ces nerfs ont notamment pour rôle de fournir la sensation dans la jambe. Ainsi, une atteinte d’un disque peut provoquer une réaction inflammatoire responsable de la douleur derrière la cuisse.

Pour aller plus loin: Consultez les articles suivants: Hernie discale: Symptômes et traitement et Protrusion discale de A à Z: C’est quoi, et que faire?

2. Discopathie dégénérative

Une discopathie dégénérative peut également causer indirectement une douleur derrière la cuisse.

En présence de discopathie dégénérative, on observe des lésions progressives au niveau des disques intervertébraux. Ceux-ci peuvent être le site de micro-déchirure, de déshydratation, de déformation ou de fissuration. La cause la plus fréquente de dégénérescence est l’arthrose, et mène ainsi à l’usure progressive des disques. 

Comme pour la hernie et la protrusion discale, la proximité des nerfs spinaux peut causer des irritations nerveuses, et indirectement des douleurs derrière la cuisse.

Pour aller plus loin, consultez l’article suivant:  Discopathie dégénérative: Le guide complet

3. Spondylolisthésis

Un spondylolisthésis peut causer une douleur derrière la cuisse en fonction des structures irritées au niveau lombaire. 

Tout d’abord, rappelons que le spondylolisthésis réfère à un glissement de vertèbre(s). Il est diagnostiqué par imagerie médicale (comme une radiographie).

Si un nerf ou une racine nerveuse sont irrités, on observe alors des symptômes neurologiques comme des irradiations (incluant une douleur derrière la cuisse), ainsi que les autres symptômes neurologiques types (picotements, engourdissements, faiblesses, etc.).

Pour aller plus loin, consultez l’article suivant: Spondylolisthésis: C’est quoi, et quel est le traitement?

4. Canal lombaire étroit

Comme pour les autres diagnostics lombaires, le canal lombaire pourrait être responsable d’une douleur derrière la cuisse. Comment exactement?

Dans le canal lombaire étroit, la taille du canal rachidien se voit rétréci. Soulignons que ce canal est formé par la juxtaposition des vertèbres lombaires (L1 à L5), et contient la moelle épinière et les nerfs spinaux.

Si les nerfs sont irrités par cette réduction de taille du canal lombaire, on pourra alors observer des symptômes neurogènes en fonction de la racine nerveuse irritée. Ceci peut mener à une douleur derrière la cuisse.

Pour aller plus loin, consultez l’article suivant: Canal lombaire étroit: Le guide complet

5. Contracture du muscle ischio-jambier

Évidemment, un événement traumatique peut être responsable d’une douleur derrière la cuisse. On pense alors aux élongations, déchirures, claquages, etc. Le muscle de la région postérieure de la cuisse s’appelle ischio-jambier. 

RECOMMANDÉ :  Genu varum : tout savoir sur les jambes arquées

Une blessure à l’ischio-jambier peut survenir durant une pratique sportive (jogging, sport de contact, tennis, accélération, etc.). Le muscle ischio-jambier pourrait également être lésé par des efforts prolongés ou stress répétitif. On ressent alors une douleur juste sous le fessier, ou encore une pointe derrière la cuisse.

Si cette région à tendance à être le site de crampes fréquentes, on peut penser à une déshydratation, ou encore à une atteinte plus sérieuse (troubles rénaux, diabète, hypothyroidie, etc.).

6. Neuropathie

Vous connaissez probablement le nerf sciatique, ce nerf qui passe par l’arrière de la cuisse et qui est souvent responsable d’une douleur à ce niveau.

En réalité, la neuropathie se caractérise par l’affection ou le dysfonctionnement d’un (ou de plusieurs) nerfs. Ceux-ci peuvent être moteurs et/ou sensitifs.

Outre le nerf sciatique, toute atteinte d’un nerf périphérique au niveau du membre inférieur peut également provoquer une douleur derrière la cuisse (en particulier s’il passe par cette région, ou encore près des hanche et du bassin).

Cette douleur (souvent de type choc électrique) peut être accompagnée de fourmillements, picotements, engourdissements, faiblesse et même paralysie dans certains cas sévères.

7. Syndrome du piriforme

Le muscle piriforme est un muscle qui part du sacrum et s’attache sur le grand trochanter (la partie latérale de l’os du fémur). Le nerf sciatique passe juste en-dessous de ce muscle, et peut même le traverser dans 7 à 21% des cas.

Dans le syndrome du piriforme, le nerf sciatique serait affecté par une pression appliquée au muscle piriforme blessé ou irrité. Il s’agit d’une condition ne faisant pas l’unanimité d’un point de vue scientifique, et qui peut être méprise avec un simple point gâchette  (mini-contracture) dans la région fessière.

Quoi qu’il en soit, il est possible qu’un muscle piriforme (ou fessiers) contracturé occasionne des irradiations jusqu’à la cuisse, et peut ainsi être responsable d’une douleur derrière la cuisse.

Pour en savoir plus sur le syndrome du pirirforme et sa prise en charge, consulter l’article suivant : Syndrome du piriforme : La pseudo sciatique

8. Syndrome de la queue de cheval

À la fin de la moelle épinière, il existe des racines nerveuses qui y émergent et ont l’aspect d’une queue de cheval. Tel que mentionné, ces racines nerveuses fournissent sensation et force aux organes du bassin et aux membres inférieures.

Dans certains rares cas, la queue de cheval peut être comprimée. Une hernie discale est la principale cause responsable de la compression nerveuse à ce niveau. Mais il existe d’autres causes telles qu’une tumeur, une sténose importante du canal lombaire ou une infection.

Quoi qu’il en soit, les symptômes observés incluent de la douleur dans la jambe gauche et/ou droite. Ceux-ci sont souvent associés à des faiblesses aux membres inférieurs, des troubles génitaux (comme l’incontinence urinaire), ou des dysfonctionnements érectiles.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’une atteinte de la queue de cheval constitue une URGENCE MÉDICALE. Si jamais vous ressentez les symptômes mentionnés ci-haut (ou tout autre symptômes mentionné dans cet article sur les drapeaux rouges), consultez sans plus tarder!

Pour aller plus loin, consultez l’article suivant: Syndrome de la queue de cheval: Symptômes et récupération

Douleur derrière la cuisse: Que faire?

Peu importe la cause, une douleur derrière la cuisse est souvent incommodante, voire incapacitante. Voici quelques pistes de stratégies permettant de soulager vos symptômes:

Clarifier le diagnostic

Évidemment!

L’article présent propose diverses causes de douleurs derrière la cause. Dans votre cas, il est essentiel de clarifier le diagnostic pour prodiguer le traitement adéquat.

Pour ce faire, un professionnel de santé pourrait faire certains tests cliniques permettant de mieux cerner vos symptômes. Par exemple, il pourrait évaluer la mobilité de votre dos et de vos hanches, votre force musculaire, la flexibilité de vos muscles ischio-jambiers, l’intégrité de votre système nerveux, etc.

S’il le juge nécessaire, il pourrait également vous référer vers une imagerie médicale. Une radiographie ou scanner lombaire pourrait cerner un spondylolisthésis ou un canal lombaire étroit. Un IRM lombaire pourrait identifier une protrusion ou hernie discale, et même évaluer l’intégrité de vos tissus musculaires s’il est fait au niveau de la cuisse. Un EMG pourrait évaluer l’intégrité des nerfs passant par vos membres inférieurs.

RECOMMANDÉ :  Kyste de Baker (poplité) : définition et prise en charge

Bref, il est essentiel de déterminer la cause exacte de votre douleur derrière la cuisse, sans quoi vous pourriez développer des douleurs chroniques et voir vos symptômes persister dans le temps. 

Chaleur et glace

Il n’existe pas vraiment de preuves scientifiques démontrant une supériorité de la chaleur ou de la glace pour traiter les blessures.

En général, on applique de la glace lorsqu’on soupçonne un processus inflammatoire (par exemple en phase aigue, et souvent associé à la prise de médicaments anti-inflammatoires.). Par ailleurs, on utilise la chaleur lorsqu’on cherche à détendre les muscles raides.

Dans le cas d’une douleur derrière la cuisse, on peut penser à appliquer de la glace si on soupçonne un claquage musculaire récent. Par contre, si on estime que la douleur provient d’une hernie discale symptomatique, il serait pertinent d’appliquer la glace au niveau lombaire pour calmer l’inflammation à ce niveau.

Assouplir et tonifier le muscle

Dans le cas d’une atteinte musculaire à l’ischio-jambier (le muscle derrière la cuisse), il n’est pas rare qu’un kinésithérapeute (physiothérapeute) vous prescrive des exercices de renforcement et d’étirement pour guérir votre blessure.

Ces exercices vous permettront d’activer la circulation, d’assouplir le muscle, de revenir à vos activités normales ainsi que prévenir les récidives.

Il est également possible de détendre les muscles entourant la cuisse de façon autonome. Pour ce faire, un pistolet de massage offre une solution intéressante, de même que les rouleaux de massage.

Un tapis d’acupression tiré de la médecine chinoise peut également offrir une option alternative aux techniques de relâchement conventionnelles.

Mobiliser le nerf sciatique

Si les tests de Lasègue et/ou SLR sont positifs, on peut penser que la douleur derrière la cuisse provient notamment d’une irritation nerveuse au niveau lombaire.

Dans cet optique, des exercices de mobilité neurale pourraient aider à soulager les symptômes, en plus de favoriser la guérison de votre condition.

Voici un exercice de glissement du nerf sciatique souvent donné en rééducation :

Consulter un professionnel de santé

Un professionnel de santé pourra être plus précis et efficace dans son approche de traitement.

Par exemple, un orthopédiste pourra vous référer vers une IRM lombaire ou locale, et déterminer si votre cas requiert des traitements plus invasifs (infiltration ou chirurgie).

Ou encore, un kinésithérapeute (physiothérapeute) pourrait vous prescrire des exercices adaptés visant le renforcement et l’assouplissement de vos muscles ischio-jambiers.

Un ostéopathe, quant à lui, pourrait utiliser des techniques manuelles pour détendre vos muscles, améliorer votre mobilité et réduire votre douleur.

Conclusion

Il est essentiel de déterminer la cause exacte de votre douleur derrière la cuisse, sans quoi vous ne verrez pas d’amélioration de votre condition.

Que ce soit des tests cliniques ou des examens d’imagerie médicale, il est possible de différencier une atteinte locale derrière la cuisse et une douleur référée de la région lombaire.

Une fois ces éléments clarifiés, l’approche de traitement pourra être ajustée, et vous aurez ainsi un bien meilleur pronostic de guérison.

N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé pour clarifier votre diagnostic, et bénéficier d’une approche individualisée.

Bonne guérison!

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut