Dysgueusie : les causes de ce trouble du goût

Article rédigé par le 2 septembre 2023

Goût métallique dans la bouche, goût amer ou perception erronée d’une saveur… Il s’agit d’une altération du goût appelée scientifiquement « dysgueusie ». C’est un trouble qui peut être passager ou définitif.

Au cours d’une dysgueusie, le sens gustatif n’est pas réellement touché, ce sont les goûts ressentis qui sont modifiés. Les causes de cette altération du goût sont multiples. Il convient de les identifier pour la prévenir et la traiter.

Dans cet article, vous verrez un aperçu sur le goût. Vous trouverez également les symptômes et les conséquences de la dysgueusie. Enfin, vous découvrirez les traitements de ce trouble ainsi que des astuces pour éviter ou remédier aux goûts désagréables dans la bouche.

Le goût dans tous ses états

Bouche et nez : deux organes inséparables au sens du goût

Dans la bouche, les papilles gustatives sont disséminées sur la langue. Au fond d’elles se trouvent des récepteurs sensoriels appelés « bourgeons gustatifs » qui sont reliés au cerveau par des fibres nerveuses. Mais avant de s’infiltrer dans les papilles gustatives, les substances qui donnent leur goût aux aliments sont d’abord diluées par la salive.

Quant au nez, il contient des cellules olfactives capables de distinguer plus de 20.000 parfums. Lors de la mastication, les aliments sont chauffés et broyés, libérant des molécules odorantes qui remontent vers le nez par l’arrière de la bouche. Ce phénomène, dit rétro-olfaction, contribue fortement à l’analyse des parfums des aliments.

Les papilles gustatives et les cellules olfactives sont indissociables pour détecter les saveurs. Il se trouve que leurs fibres nerveuses se  réunissent en un point relais nerveux qui associe les informations avant qu’elles n’arrivent au cerveau.

Les saveurs primaires

Les papilles gustatives peuvent percevoir une multitude de nuances de saveurs. Parmi elles, quatres sont dites « primaires » ou « fondamentales ». Ce sont :

  • le sucré ;
  • le salé ;
  • l’amer ;
  • l’acide.

Toutefois, les Japonais ajoutent une cinquième saveur appelée « umami » signifiant « savoureux». L’umami correspond au goût du glutamate, un acide aminé présent dans de nombreux aliments comme le parmesan ou les champignons.

Du reste, certains scientifiques prétendent qu’il existe un sixième de saveur primaire appelée « oleogustus ». Ce serait le goût des acides gras. Toutefois, ce n’est pas officiellement reconnu pour le moment.

Cartographie de la langue : une idée reçue

Selon une croyance populaire, la langue serait divisée en différentes zones où correspondent des saveurs spécifiques. La pointe de la langue serait la zone du sucré, sur les bords en avant se trouve la zone du salé, sur les bords en arrière celle de l’acide tandis qu’au fond, il y a la zone de l’amer.

RECOMMANDÉ :  Bridge dentaire : types, pose et remboursement

Plusieurs études ont démontré que cette cartographie de la langue n’est qu’une légende. En témoignent les travaux menés par l’équipe de Monell Chemical Senses Center de l’Université de Philadelphie aux États-Unis. Les chercheurs ont déposé une goutte de substance salée ou sucrée au même endroit sur la langue et les participants ont réussi à identifier les différentes saveurs.

Le goût : c’est surtout culturel

Même si un gène associé à l’amertume du brocoli a été identifié sur la 7è paire de chromosomes (le corps humain en compte 23 paires), le goût n’est pas que génétique. Il est surtout façonné par les expériences familiales et culturelles.

Dans cette perspective, il est recommandé d’éduquer le sens du goût chez l’enfant dès son plus jeune âge en proposant une alimentation variée et différenciée.

La dysgueusie : des symptômes variés

Plusieurs types d’altération du goût existent. Il y a :

  • agueusie : la perte du goût
  • hypoagueusie : la diminution du goût
  • hétérogueusie : le goût perçu n’est pas celui attendu  
  • cacogueusie : le goût perçu est anormalement désagréable ;
  • pseudogueusie : le goût est perçu sans rien boire ni manger.

Ainsi, les  symptômes de la dysgueusie varient en fonction du type. Cela pourrait être :

  • une absence de goût ;
  • un changement de goût ressenti pour un aliment ;
  • une perception d’un goût métallique ;
  • un goût fantôme.

La dysgueusie : ses conséquences

L’altération du goût impacte sur l’alimentation. La personne touchée perd l’appétit. Cela pourrait se compliquer en :

  • une anorexie mentale ;
  • un amaigrissement important ;
  • une altération de l’état général.

Par ailleurs, la dysgueusie affecte le mental. Elle expose ainsi à :

  • un isolement social
  • des troubles psychologiques comme l’anxiété ou la dépression
  • une diminution de la qualité de vie.

Dysgueusie : les moyens de diagnostic

Différents examens peuvent servir à confirmer le diagnostic de dysphasie.

La gustométrie chimique

Plusieurs solutions de produits de référence, diluées à différentes concentrations, sont goûtées par le patient.  Les objectifs sont d’évaluer le goût et de déterminer le seuil de détection du goût.

L’électrogustométrie

Il se fait à l’aide d’un stimulus électrique qui sera appliqué à différents endroits de la langue pour déterminer le seuil de perception du goût.

La topographie endobuccale

C’est un examen qui va avec le précédent. Il permet au médecin d’évaluer si toutes les papilles gustatives sont concernées par l’altération ou une zone de la langue.

Les causes de la dysgueusie

L’âge

Le sens du goût diminue avec l’âge. En effet, les cellules sensorielles des papilles gustatives ont une durée de vie de 10 jours et se renouvellent constamment.

Mais, au fil du temps, le renouvellement des cellules se fait lentement. D’où une perte progressive des capacités gustatives. Toutefois, cette perte gustative est différente d’un individu à un autre.

La sécheresse buccale

Comme dit précédemment, les papilles ne réagissent qu’aux substances diluées par la salive. Ainsi, en absence ou lors d’une quantité insuffisante de salive, il y a une altération du goût.

Troubles de l’odorat

Ceci s’explique par les actions concomitantes de la bouche et du nez dans la perception de la saveur. Une altération de l’odorat se solde par une altération du goût. Cela s’observe notamment au cours d’un rhume ou d’une infection due au Covid-19.

RECOMMANDÉ :  Le laser en dentisterie : utilité ?

Causes médicamenteuses

Certains médicaments peuvent induire une sécrétion insuffisante de la salive. D’autres arrivent à troubler les récepteurs du goût  (bourgeons gustatifs). D’où l’apparition de la dysgueusie.

Les médicaments avec ce possible effet indésirable sont :

  • certains antibiotiques ;
  • les antidépresseurs ;
  • certains antiépileptiques ;
  • certains antidiarrhéiques ;
  • certains antihypertenseurs
  • certains médicaments pour la thyroïde ;
  • les diurétiques ;
  • la chimiothérapie ;
  • la radiothérapie.

Infections

Les infections bactériennes, virales ou fongiques des dents (comme la carie) ou des gencives, de la bouche et de la gorge peuvent réduire le flux sanguin vers les papilles gustatives ou produire des substances chimiques qui altèrent le goût. 

Carences en vitamines ou en minéraux 

Une carence en vitamines (notamment la vitamine B12) ou en minéraux (particulièrement le zinc) peut entraîner une inflammation de la langue altérant la perception du goût

Reflux gastro-oesophagien ou RGO

Le reflux d’acide gastrique lors des brûlures d’estomac peut affecter les papilles gustatives au point d’avoir un goût acide permanent dans la bouche.

Troubles neurologiques

Certains troubles neurologiques tels que la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson sont associés à une diminution du goût.

Lésion nerveuse ou traumatisme de l’oreille

Le nerf qui alimente la partie antérieure de la langue passe par l’oreille en se séparant du nerf facial. Du coup, la paralysie de Bell (un type de paralysie du nerf facial) et certaines opérations de l’oreille peuvent entraîner une perte de goût.

Il en est de même pour toute lésion des autres nerfs responsables du goût due à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale au niveau du cou peut également provoquer ce problème.

Troubles métaboliques

Les maladies rénales, le diabète et l’hypothyroïdie peuvent entraîner des troubles du goût.

Le tabagisme

La nicotine ainsi que les changements qui s’opèrent à la surface de la langue et de la gorge à cause du tabac peuvent modifier la perception du goût. La dysgueusie est plus prononcée pour ceux qui prennent du tabac à chiquer.

Dysgueusie : quels sont les traitements ?

Traitements étiologiques

Les traitements de la dysgueusie sont avant tout étiologiques, c’est-à-dire qu’ils dépendent de la cause de la pathologie. Ainsi, les traitements peuvent être :

  • une supplémentation en vitamines et/ou en minéraux en cas de carence
  • un traitement anti-infectieux en cas d’infection
  • une prise en charge adaptée des troubles métaboliques comme le diabète ou les problèmes rénaux
  • la prise de médicaments anti-reflux en cas de RGO
  • l’arrêt du tabac
  • si l’altération du goût est induite par un traitement médicamenteux, un changement de médication pourrait être envisagé.

Habituellement, le goût revient à la normale progressivement à mesure que la cause est traitée.

Suivi diététique

Comme la dénutrition est la principale conséquence d’une dysgueusie, il est fortement recommandé d’observer un suivi diététique et nutritionnel pour avoir une alimentation correcte et équilibrée.

Accompagnement psychologique

Le retentissement de l’altération du goût sur le mental nécessite souvent l’intervention d’un psychologue.

Les astuces pour éviter ou remédier aux altérations des saveurs

Les moyens de prévention contre la dysgueusie

  • utiliser des herbes fraîches pour assaisonner les plats : cela permet d’entretenir les capacités gustatives grâce à l’odorat ;
  • boire suffisamment d’eau pour éviter la sécheresse buccale
  • avoir une bonne hygiène bucco-dentaire
  • avoir une alimentation équilibrée
  • ne pas fumer ni chiquer du tabac.

En cas de goût métallique dans la bouche

  • Utiliser des ustensiles de cuisine en bois
  • préférer les œufs, le poisson, la volaille ou la viande blanche à la viande rouge.  cette dernière a un fort goût métallique ;
  • assaisonner généreusement les aliments au goût métallique des épices comme le cumin ou le paprika par exemple.

En cas de goût acide dans la bouche

Limiter la consommation d’aliments acides comme le fromage, le vinaigre, les tomates ou encore les agrumes.

Références 

Dysgueusie

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Symptomes/Fiche.aspx?doc=dysgueusie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dysgueusie

Dysgueusie : comment traiter ce trouble du goût ?

https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-pratique/dysgueusie-quel-est-ce-trouble-du-gout-et-comment-le-traiter-2112863

https://www.vidal.fr/sante/nutrition/corps-aliments/gout.html

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut