Échographie rénale : Guide complet

Article rédigé par le 14 novembre 2023

L’échographie rénale est une technique d’imagerie permettant d’obtenir des images en temps réel des reins grâce aux ultrasons.

Sa simplicité, sa disponibilité et son innocuité en font un outil essentiel dans la démarche diagnostique, même pendant la grossesse, tant pour les médecins spécialistes que généralistes.

Dans cet article, vous découvrirez une description détaillée de cet examen, mettant en lumière ses avantages et ses limites

Les 5 points importants à retenir

  • 1- L’échographie rénale est une imagerie médicale permettant d’explorer les reins en temps réel.
  • 2- Elle utilise les ultrasons et ne présente aucun risque d’irradiation.
  • 3- Ses avancées technologiques ont permis d’améliorer son efficacité, notamment dans le diagnostic des pathologies rénales et dans le suivi d’un greffe de rein.
  • 4- L’échographie rénale présente de nombreuses avantages, dont essentiellement la possibilité de la pratiquer chez la femme enceinte.
  • 5- Son principal inconvénient est le fait que sa fiabilité dépend des connaissances et de l’expérience de l’échographiste.  

Qu’est-ce que l’échographie rénale ?

L’échographie rénale constitue l’examen de référence pour l’exploration des reins.

Elle offre des informations détaillées sur leur taille, leur morphologie, leur parenchyme, leur vascularisation, leur échogénicité (capacité à réfléchir les ultrasons) et leur bon fonctionnement.

Comment ça marche ?

En fait, cette technique d’imagerie se base sur les ultrasons, autrement dit, des vibrations sonores à haute fréquence, non perçues par l’oreille humaine.

L’appareil utilisé, l’échographe, est composé d’une console de commande, d’un système informatique et de plusieurs sondes avec des transducteurs ou céramiques.

Le système informatique génère des impulsions électriques qui vont vibrer les transducteurs de la sonde (effet piézo-électrique). Ceux-ci transformeront ces énergies électriques en énergies vibratoires, soit les ultrasons.

La technique échographique, dont l’échographie rénale, est un procédé non irradiant, ce qui la diffère des autres méthodes d’imagerie médicale. De plus, il s’agit du seul examen donnant une vision dynamique des organes, c’est-à-dire leurs mouvements spontanés.

Évolution technologique en échographie

Grâce aux recherches scientifiques, l’échographie connaît actuellement une avancée technologique significative, permettant d’améliorer ses fonctionnalités.

Si autrefois, l’échographie mode B ou l’échographie conventionnelle, permettant les différentes mensurations, a été la seule utilisée, à présent d’autres méthodes ont confirmé leurs utilités. Citons par exemple :

  • L’échographie Doppler ou l’écho-doppler qui permet d’apprécier l’état de la vascularisation d’un organe donné.
  • L’échographie dynamique avec contraste amélioré (CEUS) qui, par l’utilisation d’un agent de contraste échographique à microbulles, permet d’obtenir des images plus précises que le Doppler de la vascularisation d’une structure étudiée.
  • L’élastographie ultrasonore qui fournit des données sur l’élasticité du tissu étudié.

Les applications de l’échographie rénale

Maintenant que vous avez compris le principe de l’échographie rénale et de l’échographie dans son ensemble, la question qui se pose est la suivante : quel est l’intérêt de réaliser cet examen ?

Un médecin peut prescrire une échographie rénale dans le but de :

Rechercher les causes d’une insuffisance rénale

Aigue ou chronique, afin d’orienter la prise en charge ou de décider d’un examen complémentaire.

 Citons par exemple :

  • La polykystose rénale : une maladie génétique caractérisée par le développement de plusieurs kystes au niveau des deux reins.
  • Les calculs urinaires ou les lithiases urinaires (amas de cristaux se déposant au niveau des voies urinaires)
  • L’hydronéphrose (dilatation d’un ou des deux reins par accumulation de l’urine en conséquence à un obstacle au niveau des voies excrétrices)
  • Le cancer du rein
  • La pyélonéphrite aigue (inflammation d’origine infectieuse du bassinet et du rein)

Pour diagnostiquer des lésions secondaires à un traumatisme, des troubles vasculaires, un abcès rénal

En cas de traumatisme, cet examen permet d’évaluer les éventuels dommages causés aux reins, tels que des contusions ou des fractures.

Pour les troubles vasculaires, l’échographie peut mettre en évidence des anomalies dans la vascularisation rénale, fournissant ainsi des informations cruciales pour le diagnostic.

RECOMMANDÉ :  Scanner abdominal : Guide complet

De plus, dans le cas d’un abcès rénal, cet outil d’imagerie permet de visualiser la présence d’une collection de pus et d’orienter le traitement approprié

Pour la surveillance 

  • D’une maladie rénale (un cancer, une lithiase, une insuffisance rénale chronique)
  • D’une transplantation rénale : identification d’un rejet de greffe
  • En post-opératoire
  • De l’efficacité d’un traitement (exemple : la chimiothérapie)

Pour guider des gestes d’intervention percutanée

  • Une biopsie
  • Une néphrostomie percutanée qui consiste à mettre en communication les cavités du rein avec l’extérieur, à travers la peau, au moyen d’un cathéter relié à une poche à urine sortant dans la région lombaire.

En pratique, l’échographie rénale n’est pas réalisée seule. Elle s’accompagne le plus souvent d’une échographie des voies urinaires excrétrices et de la prostate (chez l’homme).

Cette association porte le nom d’Échographie réno-vésico-prostatique ou « Échographie vésico-rénale » si la prostate n’est pas concernée.

Cet examen peut être également réalisé de façon systématique lors d’une échographie abdominale.

En effet, dans leur étude, A. Dana et O. Hélénon ont rapporté que la réalisation systématique d’une échographie rénale pendant une échographie abdominale a permis la découverte fortuite d’une tumeur rénale dans 83 % des cas.

Avantages et limites de l’échographie rénale

Comme tout procédé, l’échographie rénale dispose de ses avantages et de ses limites.

Les avantages

  • Les images sont obtenues en temps réel sur l’écran
  • Elle est non irradiante, il n’y a donc pas de risque de développer un cancer sur le long terme
  • L’échographie rénale est non invasive et peut être pratiquée chez la femme enceinte
  • Elle est à moindre coût
  • Cet examen vous impose moins de contraintes, car vous n’aurez pas à entrer dans un appareil pour sa réalisation.
  • L’échographe est portatif, ce qui permet à l’échographie rénale de se dérouler soit dans la salle d’échographie, soit au lit du patient, notamment s’il est hospitalisé et incapable de se déplacer.

Les limites

  • La manipulation de l’échographe étant faite manuellement, chaque opérateur peut avoir ses propres techniques selon son expérience personnelle. Ainsi, les résultats obtenus peuvent être variables.
  • Des artefacts peuvent survenir en conséquence à des facteurs perturbant la propagation des ultrasons (exemple : l’air, les côtes), ce qui altère la précision des images.
  • Pour dégager les reins de l’ombre des côtes, vous serez demandé de bloquer votre respiration. L’impossibilité de suivre cette consigne peut affecter la qualité des résultats.
  • L’application de certaines pommades absorbe les ultrasons et peut également altérer l’image.
  • L’obésité limite la visualisation des organes profonds.
  • L’interprétation de l’échogénicité des reins se fait en la comparant avec celle du foie. En cas de maladie hépatique (cirrhose alcoolique hépatique par exemple), le résultat peut être erroné.

Déroulement de l’échographie rénale

Le jour tant attendu est arrivé, quelles seront les étapes de la procédure ?

Rassurez-vous, l’échographie rénale est un examen simple, rapide et non douloureux.

Aucune préparation spécifique n’est requise, à l’exception de l’abstention d’uriner pendant 3 à 4 heures avant l’examen et de la consommation de 0,5 à 1 litre d’eau une heure avant. Le jeûne n’est même pas obligatoire !

Pour cette échographie, n’oubliez pas de vous munir de la demande d’examen, de votre carte vitale et de vos anciens examens.

Une fois arrivé à l’accueil du centre d’imagerie et après avoir rempli les formalités administratives, vous serez conduit à la salle d’échographie.

L’échographiste vous demandera de remonter ou d’enlever le haut de vos vêtements et de vous installer sur le lit d’examen. Puis, il prendra place sur une chaise, juste à côté de vous, où l’appareil est installé.

Pour explorer le rein droit, il vous demandera de vous positionner sur le côté gauche, puis il appliquera le gel ultrason sur la zone concernée et débutera l’examen.

Il déplacera la sonde d’un mouvement de balayage sur la région concernée et les images seront projetées en temps réel sur l’écran de l’échographe.

Il procèdera à la mensuration du rein, puis à l’évaluation de l’épaisseur du parenchyme rénal, de son volume, de son échogénicité et de l’état du bassinet. L’examen de l’uretère, de la vessie et de la prostate se fera secondairement, si celui-ci est demandé.

RECOMMANDÉ :  Radiographie de la clavicule : Guide complet

En même temps, l’échographiste pourra vous poser quelques questions sur vos antécédents ou les signes ayant motivé l’examen.

À un certain moment, il vous demandera de bloquer votre respiration pour permettre une bonne visualisation du rein.

Selon les indications, le Doppler peut s’en suivre ou bien l’élastographie, ou encore, l’échographie dynamique avec contraste amélioré (CEUS) qui nécessitera l’injection d’un agent de contraste échographique.

Une fois l’examen du rein droit terminé, l’échographie se continuera par l’exploration du rein gauche en étant couché sur le côté droit et le même procédé sera réalisé.

L’échographie rénale durera environ une quinzaine de minute.

L’échographiste pourra vous faire part de ses premières observations et le compte-rendu sera remis à votre médecin traitant.

Sachez que si vous êtes hospitalisé et dans l’incapacité à vous déplacer, l’échographie rénale pourra venir à vous !

Précautions et considérations spéciales

L’échographie rénale est sûre et ne présente aucune contre-indication. Elle peut même être réalisée au cours de la grossesse.

L’échographie rénale présente une particularité notable dans l’exploration de l’appareil urinaire chez les patients pédiatriques, car elle est l’examen de première intention.

Sa capacité à fournir une image précise avec une bonne différenciation des différentes structures étudiées en fait un choix privilégié.

Chez l’enfant, l’échographie rénale est notamment utile dans la détection des malformations congénitales (uropathies malformatives) et des pathologies tumorales (exemple : le néphroblastome). Sa réalisation ne nécessite aucune position spécifique.

Quel est le coût d’une échographie rénale ?

La tarification d’une échographie rénale sera en fonction de la technique utilisée. Elle peut dépendre également de votre localisation et du centre d’imagerie que vous avez choisi.

Cependant, elle est généralement moins chère que les autres types d’examens. Le prix peut aller de 50 à 100 euros.

Où puis-je faire une échographie rénale ?

L’échographie rénale est pratiquement disponible dans n’importe quel centre d’imagerie, vous aurez l’embarras du choix.

Il est possible d’effectuer des recherches sur Internet pour trouver un centre d’imagerie près de chez vous.

Voici un site qui pourrait vous être utile.

Existe-t-il une alternative à une échographie rénale ?

Nous arrivons au terme de ce guide. À présent vous disposez de toutes les connaissances essentielles sur l’échographie rénale. Mais vous vous demandez s’il pourrait exister un autre moyen d’explorer les reins en dehors de cette imagerie.

En effet, différentes alternatives sont possibles, citons :

  • Le scanner abdominal qui permettra à la fois de visualiser les reins et les autres organes intra-abdominaux
  • L’uroscanner qui explore tout l’arbre urinaire
  • La scintigraphie rénale qui est principalement axée sur l’évaluation de la fonction rénale.
  • L’urographie intraveineuse (UIV) qui est une technique radiographique utilisant un produit de contraste pour opacifier les voies urinaires et évaluer leur bon fonctionnement.

Ces techniques peuvent être demandées en complément de l’échographie rénale, ou bien pratiquées d’emblée.

Toutefois, chacune comporte ses avantages et ses risques. Ainsi, il en va de votre médecin de décider de l’examen qui sera le mieux adapté pour vous.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article

Exploration actuelle de l’appareil urinaire : radiologie conventionnelle et échographie

Échographie du rein : obstruction et maladies médicales 

Méthodes d’imagerie du rein basées sur l’échographie : développements récents

Kidney Ultrasound for Nephrologists: A Review

Ultrasound Assessment of Acute Kidney Injury

State-of-the-Art Renal Imaging in Children

L’échographie en médecine, de la théorie à la pratique

Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut