Échographie transœsophagienne : guide complet

Article rédigé par le 23 novembre 2023

L’échographie transœsophagienne ou ETO est un examen qui explore les cavités cardiaques ainsi que ses annexes (valves, cordages, aorte…).

Il s’agit d’un examen qui implique l’insertion d’une sonde ultrasonore dans l’œsophage. C’est une procédure invasive et potentiellement gênante pour le patient.

Bien que ce soit un examen relativement sûr, il comporte un risque rare mais réel de traumatisme. Cependant, il reste un moyen efficace pour évaluer les lésions cardiaques de manière approfondie.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les principes de cet examen, à quoi s’y attendre et quels sont les points essentiels à retenir.

Les 5 points à retenir

  • 1- L’échographie transœsphagienne est l’examen de choix pour explorer la région cardiovasculaire.
  • 2- Elle est indiquée devant des maladies à point d’appel cardiaque fonctionnelle et organique.
  • 3- Nombreuses sont les contre-indications absolues.
  • 4- Le risque de traumatisme est faible chez les patients sans facteurs de risques et si le praticien est qualifié.
  • 5- L’échographie transœsphagienne tridimensionnelle est le moyen d’exploration actuelle des maladies valvulaires mitrales.

Principes de l’échographie transœsophagienne

Au cours d’une échographie transœsphagienne, le praticien fait passer une sonde ultrasonore dans votre œsophage dont la taille est adaptée au diamètre de celui-ci.

Il est donc obligatoire de jeûner au minimum 06 heures avant le début de l’examen.

Du fait de la proximité entre l’œsophage et le cœur, les images obtenues lors de cette procédure offrent une résolution supérieure à celle de l’échographie transthoracique.

L’application d’un spray anesthésiant au fond de la gorge est en effet souvent utilisée pour réduire l’inconfort associé à l’insertion de la sonde. Cela vise à atténuer les douleurs et les sensations désagréables lors de l’examen.

La position assise est généralement la plus confortable lors de cet examen. Cependant, il est également possible de se coucher sur le côté, face à l’examinateur, pour plus de commodité.

L’introduction progressive de la sonde se fait simultanément avec l’ingestion de salive, ce qui permet de suivre le trajet de l’œsophage et limite les risques d’irritation post-examen, car la gorge reste humidifiée.

C’est une étape cruciale pour faciliter le déroulement de l’examen.

RECOMMANDÉ :  Échographie endovaginale : Guide complet

Il est recommandé de maintenir le jeûne pendant au moins une heure après l’examen, car les muscles utilisés pour la déglutition peuvent rester relâchés.

Cela permet à l’anesthésie de se dissiper, réduisant ainsi le risque d’ingérer incorrectement les aliments, évitant qu’ils ne passent dans la trachée au lieu de l’œsophage.

Important !
En cas d’hémorragie digestive (dans les aliments ou les selles), contactez au plus vite votre médecin traitant.

Indications : quand l’échographie transœsophagienne est-elle utile ?

L’échographie transœsphagienne est la plus souvent prescrite pour :

  • Visualiser une éventuelle présence de caillots sanguins aortiques et/ou intra-cardiaques
  • Objectiver les pathologies de l’aorte (déchirure, malformation)
  • Rechercher une éventuelle maladie cardiaque congénitale
  • Infirmer ou confirmer une rupture de l’intégrité des cordages et/ou des valves intra-cardiaques
  • Surveiller les porteurs de prothèse valvulaire
  • Faciliter les interventions chirurgicales cardio-vasculaires
  • Confirmer certaines anomalies dans le résultat de votre électrocardiogramme (ECG)

Dans quels cas est-elle contre-indiquée ?

Elle est absolument contre-indiquée chez les patients :

  • Présentant une maladie de l’œsophage (sténose, ulcère, varices)
  • Ayant eu un ou plusieurs antécédents d’hémorragie digestive (haute ou basse)
  • Ayant un trouble de la coagulation congénital (hémophilie) ou acquis (insuffisance hépatique)

Quelles sont les limites de cet examen ?

Une fois introduite dans la lumière étroite de l’œsophage, la sonde d’ETO reste confinée pendant toute la durée de l’examen, ce qui limite sa mobilité dans différents plans spatiaux.

Aussi, au cours d’une échographie transcutanée, il est commun de changer de type de sonde pour une meilleure visualisation des lésions.

Cette transposition de sonde est impossible à effectuer au cours de l’échographie transoesophagienne.

Comme alternative, l’échographie transthoracique est suggérée. Elle n’est pas invasive et peut étudier la région cardio-vasculaire dans plusieurs incidences (maniement de la sonde dans l’espace).

Le scanner cardiaque est surtout demandée en cas de douleur thoracique suspectée d’origine cardiaque (thrombus coronaire). Il est non invasif et fiable, mais avec un léger risque d’irradiation pour une courte exposition.

Confort et sécurité au cours de l’examen

L’examen peut être inconfortable voire gênant, et peu de personnes le trouvent tolérable. L’anxiété peut être présente tout au long de la procédure, d’autant plus que les risques de traumatisme de la muqueuse œsophagienne sont réels.

Ces risques sont généralement associés aux facteurs mentionnés dans les contre-indications spécifiques.

Par ailleurs, cet examen a fait l’objet d’une étude large qui a conclu les complications post-ETO étaient rares avec un pourcentage de 0,2 à 0,5 %.

Affections cardiaques objectivées à l’ETO

  • La présence d’une dissection aortique, caractérisée par la séparation d’un canal sanguin vrai et faux par un voile intimal dans l’intima aortique.
  • L’échographie transœsphagienne objective également les pathologies valvulaires atrio-ventriculaires organiques telles que l’insuffisance mitrale suite à une rupture de cordage.
RECOMMANDÉ :  IRM de la cuisse : Guide complet

Avancées technologiques : qu’en est-il des nouvelles recherches et développements récents ?

Actuellement, l’ETO tridimensionnelle (3D) fait émergence en explorant de manière plus concrète les pathologies qui touchent les valvules mitrales cardiaques ainsi qu’à leurs traitements.

Cette technique d’imagerie se rapproche un peu plus de l’anatomie humaine et constitue un véritable atout dans le domaine de la chirurgie cardio-vasculaire.

Faire une ETO près de chez moi

Si vous présentez des signes évoquant une affection cardiaque, consultez rapidement un médecin afin qu’il puisse vous examiner et vous orienter vers un centre d’imagerie (en cas de nécessité d’un examen radiologique).

Voici justement un site qui pourra vous aider à trouver un centre de radiologie près de chez vous.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
  1. Échographie transœsphagienne, s.d Service de cardiologie de Besançon
    – Pôle coeur-poumons
  2. 3 : Échographie transœsphagienne | medecine key
  3. Critical appraisal of transesophageal echocardiography : Limitations,
    Pitfalls, and Complications
    . (2014, March 18). Science direct
  4. Safety of transesophageal echography. A multicenter survey of 10,419
    examinations – PubMed. (s.d)

Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut