Éjaculation précoce : Guide complet (solutions)

Article rédigé par le 26 mai 2024

L’éjaculation précoce se manifeste par une éjaculation survenant trop rapidement, généralement avant ou peu de temps après la pénétration. Elle toucherait entre 20 et 30 % des hommes, avec des causes très variées, mais peu se décide à consulter un spécialiste.

L’éjaculation précoce engendre souvent des tensions au sein du couple, provoquant gêne, frustration, voire un évitement de l’intimité sexuelle. Heureusement, des solutions existent et elles permettent dans la majorité des cas de surmonter ce problème.

Ce guide, rédigé par un médecin, vous offre une compréhension complète de cette pathologie : sa définition, les groupes les plus atteints, la distinction entre éjaculation précoce primaire et acquise, ses causes, ses conséquences, ainsi que ses traitements naturels et médicaux.

Les 4 points importants à retenir

  1. L’éjaculation précoce se caractérise par une éjaculation rapide et incontrôlable, survenant avant ou peu après la pénétration.
  2. L’éjaculation précoce est divisée en deux catégories : primaire, présente dès les premiers rapports, et acquise, survenant subitement ou progressivement chez un homme qui contrôlait bien son éjaculation.
  3. Les causes sont variées, allant du stress et des problèmes relationnels aux facteurs biologiques tels que l’hypersensibilité du pénis ou des troubles neurologiques.
  4. Les options thérapeutiques incluent des thérapies comportementales, des techniques de contrôle de l’éjaculation, des médicaments tels que les antidépresseurs ou la dapoxétine, ainsi que des ajustements de mode de vie. En cas de besoin, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé.

L’éjaculation précoce, qu’est-ce que c’est ?

L’éjaculation précoce, aussi appelée éjaculation prématurée, se manifeste par une éjaculation rapide et incontrôlable, survenant avant ou peu après la pénétration

Selon M. D. Waldinger, un homme est considéré comme « éjaculateur précoce » lorsqu’il éjacule en moins d’une minute après la pénétration vaginale dans plus de 90 % de ses rapports sexuels, quel que soit son âge ou la durée de sa relation.

Les trois principaux symptômes de l’éjaculation précoce sont :

  • L’incapacité à contrôler ou retarder l’éjaculation lors de la plupart des pénétrations vaginales.
  • Une éjaculation qui survient rapidement, dans la minute suivant la pénétration intravaginale, voire avant celle-ci.
  • Des conséquences personnelles négatives telles que la souffrance, la gêne, l’évitement de l’intimité sexuelle, la frustration et/ou l’évitement des rapports sexuels.

À souligner : l’éjaculation précoce est normale lors des premiers rapports sexuels ou au début d’une nouvelle relation. Elle devient problématique uniquement si elle persiste et cause une gêne réelle.

Qui est touché par l’éjaculation précoce ?

Ce trouble sexuel masculin touche un nombre important d’hommes, environ un sur quatre à un moment donné de leur vie. L’éjaculation précoce est, avec la dysfonction érectile (problèmes d’érection), le trouble de la sexualité masculine le plus courant

C’est le premier trouble sexuel chez les hommes de moins de 30 ans, et sa prévalence ne change pas avec l’âge, contrairement à la dysfonction érectile.

L’éjaculation précoce est un problème très répandu, mais il reste tabou : seuls 16 % des hommes osent en parler. Pourtant, une enquête réalisée par l’Ifop pour Charles (plateforme de consultations médicales pour les troubles sexuels masculins) révèle que 71 % des hommes affirment en avoir déjà souffert.

C’est quoi une éjaculation précoce primaire et une éjaculation précoce acquise ?

L’éjaculation précoce est divisée en deux catégories distinctes :

Éjaculation précoce primaire

L’éjaculation précoce primaire se manifeste dès les premiers rapports sexuels. Elle est constante à chaque rapport, peu importe le partenaire, et persiste tout au long de la vie.

Éjaculation précoce secondaire

L’éjaculation précoce secondaire, ou acquise, survient soudainement ou progressivement chez un homme qui auparavant contrôlait bien son éjaculation. Elle est souvent liée à une maladie sous-jacente telle que :

  • un conflit de couple, 
  • une prostatite, 
  • un trouble érectile ou neurologique, 
  • un problème psychologique. 

Bon à savoir : ce type d’éjaculation précoce disparaît généralement une fois la cause sous-jacente traitée.

Quelles sont les causes d’une éjaculation précoce ?

Les causes de l’éjaculation précoce sont multiples et variées :

RECOMMANDÉ :  Irritation de la vulve après rapport : Quelles solutions ?

Causes psychologiques de l’éjaculation précoce

Dans la majorité des cas, l’éjaculation précoce a une origine psychologique :

  • Stress ou dépression,
  • Anxiété de performance,
  • Problèmes relationnels conjugaux,
  • Manque de confiance en soi,
  • Événements de vie traumatisants.

Causes biologiques de l’éjaculation précoce

Plusieurs facteurs biologiques peuvent contribuer à ce trouble, notamment :

  • Hypersensibilité du pénis ;
  • Hyper-excitabilité du réflexe d’éjaculation ;
  • Inflammation de la prostate (prostatite chronique) ;
  • Anomalies de la glande thyroïde (hyperthyroïdie) ;
  • Problèmes neurologiques, comme la sclérose en plaques, des troubles de la transmission des messages nerveux dans le cerveau ou une hypersensibilité de certains récepteurs nerveux (notamment les récepteurs à la sérotonine) ;
  • Effets secondaires de certains médicaments (bêtabloquants, antidépresseurs, antipsychotiques, etc.).

À noter : aucune étude à grande échelle n’a encore clairement établi le rôle précis de ces causes neurobiologiques.

Quelles évolutions et complications pour l’éjaculation précoce ?

L’éjaculation précoce, bien que souvent d’origine multifactorielle, présente des conséquences psychologiques majeures qui touchent profondément l’individu et son couple.

Sur le plan individuel

Sur le plan individuel, l’homme souffrant d’éjaculation précoce peut développer :

  • Une anxiété de performance par peur de décevoir sa partenaire ;
  • Une baisse de l’estime de soi ;
  • Des symptômes dépressifs, tels que la tristesse, la perte d’intérêt pour les activités et des troubles du sommeil ;
  • Un repli sur soi par peur du jugement et de la comparaison.

Conséquences au sein du couple

Au sein du couple, l’éjaculation précoce peut engendrer :

  • Frustration et insatisfaction,
  • Tensions et conflits,
  • Détresse émotionnelle,
  • La perte de confiance et l’anxiété peuvent affecter la libido des deux partenaires.

Point important : dans les cas les plus graves, l’éjaculation précoce peut même mener au divorce, ce qui souligne l’impact important que ce trouble peut avoir sur la stabilité et le bonheur du couple.

Est-il possible de traiter une éjaculation précoce ?

L’éjaculation précoce, bien qu’une source de frustration et de détresse pour beaucoup, n’est pas une fatalité. De nombreuses options thérapeutiques, combinables entre elles, permettent de reprendre le contrôle de sa vie sexuelle et de retrouver une sexualité épanouissante.

Thérapies comportementales et cognitives

La thérapie cognitivo-comportementale vise à identifier et à modifier les pensées et comportements négatifs qui contribuent à l’éjaculation précoce. Elle aide à développer des stratégies pour gérer le stress et l’anxiété, ainsi que des techniques de contrôle de l’éjaculation. 

Point essentiel : une communication ouverte et bienveillante au sein du couple est essentielle pour surmonter l’éjaculation précoce.

Techniques de contrôle de l’éjaculation

Le traitement implique une prise en charge psycho-sexologique nécessitant la participation de la partenaire. 

Deux techniques principales sont utilisées :

  • La technique du « stop and go » : Cette méthode consiste à interrompre momentanément la stimulation pendant le rapport sexuel lorsqu’on sent l’éjaculation arriver, afin de diminuer l’excitation, puis à reprendre lorsque celle-ci a suffisamment baissé.
  • La technique du squeeze : Cette technique consiste à comprimer le gland du pénis lorsque l’éjaculation est imminente, afin de la bloquer. Toutefois, elle peut considérablement réduire l’excitation et n’est pas infaillible.

À noter : ces deux méthodes sont efficaces à court terme, mais demandent une forte implication de la partenaire et ne traitent pas la cause sous-jacente du problème. Les rechutes sont donc fréquentes en cas d’arrêt des exercices.

Traitements médicamenteux

Les solutions médicales ne manquent pas pour aider les hommes souffrant d’éjaculation précoce. Il peut s’agir de :

Antidépresseurs

Certains antidépresseurs à prise quotidienne peuvent être utiles pour prolonger le temps avant l’éjaculation, tels que :

  • Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) : par exemple, la paroxétine.
  • Les tricycliques : par exemple, la clomipramine.

Médicaments à action rapide

La principale molécule indiquée est la dapoxétine, qui agit directement au niveau du cerveau pour retarder l’éjaculation de manière efficace. Elle doit être prise juste avant le rapport sexuel. 

Une étude menée par Guoxiong Liu et ses collaborateurs, en 2022, a confirmé l’efficacité et la sécurité du dapoxétine dans le traitement de l’éjaculation précoce, avec des effets secondaires généralement légers et transitoires.

Bon à savoir : son efficacité est prouvée, mais elle nécessite une prescription médicale.

Anesthésiants topiques

Les anesthésiques locaux (comme la crème ou le spray à base de lidocaïne) appliqués sur le gland 30 à 60 minutes avant le rapport permettent de retarder l’éjaculation en réduisant considérablement la sensibilité du pénis. 

RECOMMANDÉ :  Vulvodynie : tout savoir sur cette douleur de la vulve

Pour éviter d’insensibiliser la partenaire, l’anesthésiant peut être appliqué pendant une vingtaine de minutes puis rincé à l’eau avant le rapport.

Utilisation de préservatifs retardants

Les préservatifs retardants sont destinés aux hommes souffrant d’éjaculation précoce ou à ceux qui souhaitent prolonger la durée du rapport sexuel. Ils ont la particularité de diminuer les sensations au niveau du gland, ce qui aide à allonger la durée du rapport.

Comment retarder son éjaculation naturellement ?

Retarder l’éjaculation n’est pas inné, mais s’apprend avec patience et persévérance. Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à gagner en contrôle et à profiter pleinement de votre sexualité :

Accepter et lâcher prise

  • Soyez bienveillant avec vous-même : L’éjaculation précoce est un problème fréquent et ne définit pas votre valeur en tant qu’homme.
  • Décentrez-vous du chronomètre : Ne vous focalisez pas sur la durée, mais plutôt sur le plaisir partagé.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes : Progressez étape par étape, en célébrant chaque petit succès.

Ralentir et respirer

  • Prenez votre temps : La précipitation est l’ennemi du contrôle. Savourez chaque instant.
  • Adoptez une respiration profonde : Inspirez lentement par le nez et expirez par la bouche, en visualisant une vague de détente qui vous envahit.
  • Variez les rythmes : Alternez entre des stimulations rapides et lentes pour gérer l’excitation.

Explorer et communiquer

  • Testez différentes positions : Certaines positions, comme la cuillère ou la femme sur le dessus, offrent un meilleur contrôle.
  • Communiquez avec votre partenaire : Exprimez vos envies et vos besoins sans tabou pour trouver ce qui vous convient.
  • Entraînez votre concentration : Focalisez-vous sur vos sensations et le plaisir partagé.

Adopter un mode de vie sain

  • Mangez sainement : Une alimentation équilibrée favorise un bon équilibre hormonal.
  • Faites de l’exercice : L’activité physique réduit l’anxiété et améliore la circulation sanguine.
  • Dormez suffisamment : Un sommeil de qualité est essentiel pour la régulation du système nerveux.
  • Limitez l’alcool et les drogues : Ces substances peuvent aggraver les symptômes.

Consulter un professionnel

N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé si l’éjaculation précoce persiste ou si ces conseils ne vous procurent pas d’amélioration. Il pourra vous proposer un accompagnement personnalisé et des solutions adaptées à votre situation.

Qui consulter pour l’éjaculation précoce ?

Si vous souffrez d’éjaculation précoce, commencez par en parler à votre médecin traitant. Il pourra vous orienter vers un psychologue, un sexologue, ou un urologue. L’urologue, en particulier, travaille souvent au sein d’une équipe pluridisciplinaire comprenant divers spécialistes tels que psychologues, psychiatres, sexologues, et thérapeutes corporels, tous collaborant au traitement d’un même patient.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise d’en parler à votre médecin traitant et préférez trouver un autre spécialiste dans votre région, vous pouvez consulter notre répertoire.

Témoignages

Bonjour,
J’ai lu quelque part que la pratique de la masturbation, en tentant de la prolonger le plus longtemps possible avant d’éjaculer, peut contribuer à aider l’éjaculateur précoce.
Cela veut-il dire que la masturbation peut être liée à l’éjaculation précoce ?
Je pratique la masturbation, et j’éjacule trop vite (après quelques secondes). Est-ce que je dois arrêter pour autant ? Est-ce que je peux « guérir » de l’éjaculation précoce ?
Combien de temps dure normalement l’opération avant d’éjaculer ?… Aidez-moi s’il vous plaît, j’ai peur pour mon avenir.

Lire la suite de la conversation sur le Journal des femmes – Santé.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut