Endométriose : le test salivaire pourrait être remboursé d’ici 2025

Article rédigé par le 22 avril 2024

2024 marquera-t-il une nouvelle étape dans la lutte contre l’endométriose ? C’est ce que nous attendons de la prise en charge de cette maladie qui touche environ 1 femme sur 10 en France.

Le gouvernement vise, en effet, le remboursement d’un test salivaire de détection de l’endométriose d’ici 2025. Faisons le point sur cet outil de diagnostic prometteur !

Les 4 points à retenir

  1. L’endométriose qui touche 1 Française sur 10 peut causer des problèmes de fertilité, des douleurs pelviennes chroniques et des troubles de l’humeur.
  2. D’ici 2025, le gouvernement envisage de rembourser un test salivaire appelé Endotest pour détecter l’endométriose plus rapidement et plus efficacement.
  3. Ce test développé par une start-up française utilise l’intelligence artificielle pour analyser les échantillons de salive et affiche une précision de 95%.
  4. Avant d’être remboursé, cet outil de diagnostic sera encore soumis à une étude clinique d’envergure et doit être validé par la HAS.

Une maladie qui touche 2 millions de femmes en France

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique. Elle se caractérise par la présence d’endomètre (tissu semblable à la muqueuse utérine) en dehors de la cavité utérine.

Les symptômes de cette maladie varient d’une femme à une autre. Les plus courants incluent des problèmes de fertilité, des douleurs pelviennes chroniques et des troubles de l’humeur.

Selon les autorités publiques, l’endométriose affecte environ 2 millions de femmes en France, soit 10% des femmes en âge de procréer.

Un test pour diagnostiquer rapidement l’endométriose

L’errance médicale pour diagnostiquer l’endométriose peut durer jusqu’à sept ans, une situation que le test salivaire pourrait changer. Endotest, développé par la start-up française Ziwig, permettrait d’accélérer considérablement la prise en charge des patientes.

Endotest sera proposé en troisième intention après qu’un examen clinique et une imagerie médicale n’auraient pas permis de poser un diagnostic.

L’intelligence artificielle au cœur de ce nouvel outil de diagnostic

Pour l’utilisation de l’Endotest, le prélèvement salivaire peut être réalisé par la patiente elle-même. L’analyse nécessite toutefois un laboratoire spécialisé équipé d’une unité de séquençage haute vitesse.

Le test repose sur l’analyse d’un élément (micro-ARN) présent dans la salive. Les résultats obtenus sont ensuite soumis à un système d’intelligence artificielle. Celui-ci permet de détecter les séquences ayant la dérégulation spécifique à l’endométriose.

RECOMMANDÉ :  Dysphonie : Un nouveau patch qui restitue la parole

Une efficacité avérée selon Ziwig

Selon Ziwig, l’Endotest affiche une sensibilité de 97% et une précision diagnostique de 95%. Ces résultats prometteurs ont déjà conduit à la commercialisation de l’outil en Suisse, en Allemagne, en Italie et dans une dizaine d’autres pays.

En France, le remboursement du test est envisagé d’ici 2025. Cette prévision reste sous réserve d’une dernière validation par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Encore un essai à faire avant de valider l’efficacité du dispositif

Pour que la HAS valide l’Endotest, une étude clinique portant sur 3 000 femmes est prévue cette année. Elle permettra de confirmer l’efficacité et la pertinence de ce test salivaire dans le contexte français.haute

Si cette étude s’avère concluante, le test d’un coût actuel de 1 000 euros pourrait être pris en charge par l’Assurance Maladie et les complémentaires santé. La ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, Catherine Vautrin, a évoqué un remboursement potentiel de 10 000 à 20 000 tests par an.

L’enjeu est donc de taille ! Grâce à ce remboursement tant attendu, des milliers de femmes pourront accéder à un diagnostic précis et rapide de l’endométriose. Nous attendons donc les résultats de ce dernier essai clinique.

Vous cherchez un professionnel de santé pour vous soigner ?

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut