Entorse acromio-claviculaire : Définition et prise en charge (tout savoir)

Article rédigé par le 29 janvier 2023

L’entorse acromio-claviculaire est une lésion traumatique courante de l’épaule due à un choc antérieur ou latéral.

Ce type d’entorse provoque une déchirure des ligaments qui relient les os de la clavicule et de l’acromion, ce qui entraîne une douleur et une instabilité de l’articulation.

Une attention médicale rapide et une prise en charge appropriée sont essentielles pour assurer une bonne guérison et réduire les risques de complications futures.

Consultez cet article rédigé par un professionnel de santé pour mieux comprendre cette affection, sa définition, son traitement et sa prise en charge.

Anatomie de l’articulation acromio-claviculaire

L’articulation acromio-claviculaire de l’épaule est une structure importante mais souvent négligée dans les études anatomiques ; elle est située à la jonction entre la clavicule (clavicule) et l’omoplate (scapula).

Ce complexe à deux articulations permet une grande amplitude de mouvement tout en assurant la stabilité nécessaire au maintien de l’intégrité de l’amplitude.

D’un point de vue anatomique, cette articulation se compose de plusieurs ligaments :

  • Ligament acromio-claviculaire antérieur, supérieur, postérieur et inférieur, qui servent à renforcer la capsule de l’articulation acromio-claviculaire. Ces ligaments constituent la principale restriction à la translation antéro-postérieure entre la clavicule et l’acromion. Parmi ceux-ci, les postérieurs et les supérieurs sont plus solides.
  • Les ligaments coraco-claviculaires, constitués du ligament trapézoïdal, situé latéralement, et du ligament conoïde, situé médialement. Ces ligaments empêchent la clavicule de se déplacer vers le haut et vers le bas.
  • Un autre ligament qui doit être mentionné est le ligament coraco-acromial, un ligament triangulaire qui relie le processus coracoïde à l’acromion et qui assure également la stabilité de l’humérus.

Une blessure de l’articulation acromio-claviculaire peut entraîner des difficultés lors d’activités au-dessus de la tête, voire des claquements douloureux lorsque vous éloignez votre bras du corps.

Entorse acromio-claviculaire : Définition

L’entorse acromio-claviculaire est la blessure la plus courante de l’articulation de l’épaule dans la population générale et peut être causée par des traumatismes de degrés divers.

Ces blessures ont un aspect très variable : d’un simple étirement de l’articulation impliquant le ligament acromio-claviculaire à une entorse complète (séparation totale) impliquant une déchirure du ligament acromio-claviculaire et du ligament coraco-claviculaire, ainsi que d’éventuelles lésions d’ampleur variable du muscle deltoïde, du trapèze et du fascia.

Les athlètes sont particulièrement exposés aux entorses de l’épaule en raison de leur participation à des sports de contact.

Ces activités sportives exercent une pression supplémentaire sur les articulations et les muscles de l’athlète, ce qui augmente le risque d’entorse en cas d’impact ou de traumatisme.

Causes de l’entorse acromio-claviculaire

Plusieurs facteurs contribuent à une entorse de l’acromio-claviculaire :

  • Une chute directe sur l’épaule peut exercer une pression sur les muscles, entraînant une déchirure ou une traction d’un ou plusieurs ligaments.
  • Le fait de recevoir un coup violent de la part d’une autre personne (en particulier sur le dessus de l’épaule) peut provoquer une entorse acromio-claviculaire, car cet acte de violence exerce une pression sur l’articulation elle-même.
RECOMMANDÉ :  Ostéonécrose de la tête humérale : IRM et autres outils de diagnostic

Parmi les autres causes, on peut citer :

  • Surmenage de l’épaule dû à des mouvements répétitifs ;
  • Une mauvaise technique lors de la pratique d’activités physiques telles que le sport, l’haltérophilie et la gymnastique ;
  • Mauvais alignement ou stabilisation de l’articulation de l’épaule ;
  • Manque de souplesse ou de mobilité de l’articulation de l’épaule ;
  • Faiblesse musculaire ;
  • Une mauvaise posture.

Symptômes de l’entorse acromio-claviculaire

 L’entorse acromio-claviculaire peut aller de légère à grave et peut être accompagnée d’un « pop » audible au moment de la blessure. Les autres symptômes courants sont :

  • Douleur à l’endroit de la blessure ;
  • Gonflement près de l’articulation ;
  • Sensibilité autour de l’articulation acromio-claviculaire ;
  • Ecchymoses et décoloration de la zone concernée ;
  • Réduction de l’amplitude des mouvements de l’épaule
  • Instabilité ou faiblesse de l’articulation de l’épaule.

Les cas graves peuvent entraîner une déformation visible de l’épaule en raison de la séparation de l’articulation ou d’une modification de son alignement.

Diagnostic de l’entorse acromio-claviculaire

Le diagnostic d’une entorse acromio-claviculaire nécessite un examen clinique détaillé, car ce type de blessure est complexe et peut être associé à divers symptômes. On le sépare d’ailleurs en 3 stades (grade 1, 2 ou 3) à des fins de diagnostic et de prise en charge adapté.

Les médecins seront à l’affût de toute déformation qui pourrait indiquer la présence d’une entorse, ainsi que de toute douleur à la palpation de la zone.

En outre, la mobilité des touches du piano est testée pour évaluer plus précisément l’étendue des dommages. Il est important de vérifier l’absence de complications cutanées ou neurologiques liées à l’entorse qui ne seraient pas visibles à première vue.

Dans le cadre du processus de diagnostic, des radiographies frontales des deux côtés de la clavicule sont généralement réalisées pour éliminer toute autre cause potentielle de gêne.

Cette approche globale fournira au médecin toutes les informations nécessaires pour établir un diagnostic précis et proposer un traitement optimal.

Temps de guérison d’une entorse acromio-claviculaire

Le temps de guérison d’une entorse acromio-claviculaire peut varier considérablement en fonction de la gravité de l’entorse (grade 1, 2 ou 3), des caractéristiques individuelles du patient, et du traitement adoptée.

  • Entorses de grade I : Ces entorses sont considérées comme légères, avec peu ou pas de déchirure des ligaments. Le temps de guérison est relativement court, souvent entre 2 à 4 semaines.
  • Entorses de grade II : Ces entorses impliquent une déchirure partielle des ligaments et peuvent nécessiter un repos plus prolongé, avec un temps de guérison estimé entre 6 à 12 semaines.
  • Entorses de grade III : Les entorses de ce grade sont les plus sévères, avec une rupture complète des ligaments et parfois des dommages aux structures environnantes. La guérison peut prendre plusieurs mois et peut nécessiter souvent une intervention chirurgicale suivie d’une rééducation pour récupérer pleinement la fonction de l’épaule.

Ce que disent les études : Selon une étude menée par Matthew Shaw et ses collaborateurs, sur 47 patients souffrant d’entorses de grade I ou II, un suivi a révélé que :

– 40 % des patients rapportaient encore une douleur significative 6 mois après l’accident. Heureusement, ce chiffre chute à 14 % lors d’un après 12 mois.
– Une réduction des amplitudes de mouvement a été signalée par 20 % des patients 6 mois après la blessure.
– Environ 9 % des patients ont noté une incidence sur leurs activités quotidiennes, et 6 % ont dû modifier leurs activités sportives.

En somme, il est possible que les patients puissent continuer à ressentir des symptômes au-delà de 6 mois.

RECOMMANDÉ :  Capsulite rétractile et ostéopathie : efficace ?

Traitement d’une entorse acromio-claviculaire

Lorsqu’il s’agit de traiter une entorse acromio-claviculaire, les professionnels de la santé adoptent deux approches principales : le traitement conservateur et la réparation chirurgicale.

Traitement conservateur

Une approche conservatrice est souvent adoptée lorsqu’il s’agit de traiter une entorse acromio-claviculaire.

Selon la gravité de la blessure, le traitement initial peut consister à réduire les activités qui aggravent la blessure et à prendre des médicaments anti-inflammatoires comme l’ibuprofène.

Pour les lésions plus modérées de l’acromio-claviculaire qui impliquent une séparation des ligaments, une immobilisation avec une écharpe ou une orthèse est généralement recommandée.

En outre, une thérapie physique peut être prescrite pour aider à restaurer la stabilité et la mobilité de l’articulation. Il s’agit généralement d’exercices visant à améliorer l’amplitude des mouvements dans la zone touchée et à renforcer les muscles autour de l’articulation acromio-claviculaire.

Bien que le temps de récupération d’une entorse acromio-claviculaire puisse varier d’un patient à l’autre, le fait de suivre tous les traitements prescrits permet généralement de se rétablir complètement sans avoir recours à la chirurgie.

Traitement chirurgical

Pour le traitement chirurgical d’une entorse acromio-claviculaire, plusieurs options sont possibles. Un simple brochage et une attelle acromioclaviculaire ou un vissage coracoclaviculaire peuvent être utilisés afin de stabiliser l’articulation de l’épaule.

Dans certains cas, un simple laçage coracoclaviculaire avec des matériaux résorbables ou non, tels que des bandes PDS et des renforts synthétiques, est également possible.

Cependant, ces techniques peuvent être mécaniquement inadéquates et présentent souvent des problèmes de tolérance locale.

Une autre option est une procédure de type ligamentoplastie où la pointe de la coracoïde est déplacée vers la partie antérieure de la clavicule et maintenue en place par une vis.

Cette technique offre une plus grande stabilité tout en préservant les insertions du pectoral mineur et du coraco-brachial sans sacrifier l’amplitude des mouvements de l’articulation.

Quelles que soient les mesures prises pendant l’opération, les soins postopératoires doivent toujours inclure une thérapie physique et professionnelle pour une durée de récupération optimale.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut