Entorse du coude : Combien de temps ? (Pronostic)

Article rédigé par le 10 mai 2023

Conséquence d’un traumatisme ou d’un faux geste, l’entorse du coude est souvent, à l’origine d’une immobilisation pouvant s’éterniser dans le temps.

En effet, la durée d’une entorse et son pronostic étant tributaires de multiples facteurs, la guérison peut s’avérer être plus ou moins longue. Mais alors, combien de temps faut-il pour se remettre d’une entorse du coude ? Réponse sans cet article.     

Entorse du coude : petite définition

Avant de définir l’entorse du coude, il est judicieux de rappeler que le coude est une articulation formée par l’union de trois os : l’humérus, le radius et l’ulna (cubitus).

Comme pour toute articulation, elle est fixée et stabilisée grâce à, entre autres, des ligaments reliant les trois os la constituant les uns aux autres.

Bien qu’ils soient relativement résistants, ces ligaments sont faits de tissu fibreux les rendant assez peu extensibles.

Ainsi, lorsque ces ligaments sont appelés à être un peu trop distendus ou qu’ils subissent un traumatisme direct, à l’occasion d’une chute par exemple, ils peuvent être légèrement lésés, voire se rompre : c’est ce qu’on appelle une entorse.    

L’entorse du coude peut être classée en trois grades :

  • Le premier (entorse légère) : ou il n’est question que d’un étirement ligamentaire, on parle alors d’élongation ligamentaire ;
  • Le second (entorse modérée) : ou le ligament est partiellement rompu ;
  • Le troisième (entorse sévère) : ou la rupture ligamentaire est totale. 

Pour en savoir plus sur l’entorse du coude, consultez l’article suivant.

No post found!

Combien de temps faut-il pour guérir d’une entorse du coude ?

Le temps nécessaire pour se remettre d’une entorse du coude est en toute logique fortement déterminé par le son grade et sa sévérité. En effet, plus les ligaments sont touchés, plus la durée de guérison s’accroît.

Ainsi, lorsque l’entorse est de grade I, le temps de guérison varie de façon générale entre 2 et 4 semaines.

Pour ce qui est de l’entorse de grade II, compte tenu de l’affaiblissement ligamentaire engendré par la déchirure partielle, la guérison ne se fait habituellement pas en moins de 6 semaines.

Enfin, l’entorse du coude de grade III nécessitant habituellement un traitement chirurgical afin de recouvrir l’intégrité ligamentaire, la durée peut s’étaler sur plusieurs mois et atteindre 6 mois afin obtenir une guérison totale.

Facteurs favorisant la guérison

La durée de guérison d’une entorse du coude peut être favorisée par différents facteurs permettant d’améliorer sa prise en charge, notamment :

  • Un diagnostic précoce et précis : l’apparition d’une douleur, d’un œdème ou d’une ecchymose à la suite d’un traumatisme du coude doit amener à consulter un professionnel de santé le plus tôt possible.
RECOMMANDÉ :  Soigner une tendinite naturellement : que faire ?

Ceci permet d’une part, d’éliminer le diagnostic d’une luxation ou d’une fracture, et d’autre part, d’établir le diagnostic d’entorse et de la classer afin de mettre en place la stratégie thérapeutique la plus adéquate.

  •  Un protocole thérapeutique adapté : au fil du temps, les protocoles permettant de traiter l’entorse ont évolué.

Ainsi, une fois le diagnostic confirmé, le médecin choisit celui permettant d’améliorer au mieux la durée de guérison de l’entorse du coude.

Il s’agit généralement du protocole PRICE, acronyme faisant référence à :

  • Protection : il s’agit de protéger l’articulation d’une éventuelle aggravation ou de la survenue d’autres blessures durant les premiers jours, et ce en l’immobilisant à l’aide d’une attelle ou d’une orthèse de maintien.

Attention cependant à la survenue de raideurs articulaires en cas d’immobilisation trop longue. En effet, la mise en charge douce et progressive de l’articulation doit se faire aussitôt que possible.

  • Repos : en limitant les activités susceptibles d’aggraver l’entorse telle que le sport ou le travail (s’il est physique).  
  • Ice (glace) : appliquée durant les 24 à 48 premières heures, la glace permet de lutter contre l’œdème et la douleur en réduisant l’inflammation.
  • Compression : faisant appel à l’utilisation d’une contention élastique, la compression aide à contrôler l’œdème et à stabiliser l’articulation, accélérant ainsi la guérison.
  • Elévation : mettre le membre atteint au-dessus du niveau du cœur durant les premières 48h permet de limiter l’accumulation de liquides en réduisant la pression hydrostatique au niveau de la lésion.

Facteurs ralentissant la guérison

Tout comme il existe des facteurs accélérant la durée de guérison d’une entorse du coude, certains peuvent également la ralentir, c’est le cas de :

  • Un âge avancé : la durée de guérison d’une entorse du coude chez un enfant ou un jeune adulte est supérieure à celle d’une personne âgée.
  • L’existence de troubles de la circulation sanguine.
  • L’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens : longtemps recommandés pour réduire la douleur, les AINS sont désormais remplacés par la prise de paracétamol uniquement.
  •  Une longue durée de repos et d’immobilisation : bien que faisant partie du protocole de prise en charge de l’entorse, un repos prolongé peut s’avérer néfaste car il affaiblit les muscles et réduit la mobilité articulaire à long terme.
  • La consommation d’alcool : qui favorise l’inflammation, prolonge sa durée et réduit ainsi la vitesse de guérison de l’entorse.

Quel pronostic pour l’entorse du coude ?

Les ligaments faisant partie des tissus mous de l’organisme, les lésions les touchant guérissent généralement assez bien et sans engendrer de séquelles. Cependant, il arrive que malgré un diagnostic précoce et un traitement adapté la guérison ne soit pas totale.

RECOMMANDÉ :  Fracture du coude : Définition et prise en charge (tout savoir)

De manière générale, les entorses légères à modérées guérissent rapidement et spontanément sans complications, à l’inverse des entorses de grade III qui peuvent nécessiter une prise en charge plus longue et plus laborieuse.

Prévention d’éventuelles récidives

La survenue d’une première entorse du coude, notamment de grade II et III, multiplie le risque de récidive par deux. Effectivement, les fibres ligamentaires rompues, partiellement ou totalement, étant moins souples et moins fortes après cicatrisation, elles deviennent plus susceptibles de se rompre une seconde fois.

D’autre part, après un traumatisme, la propriété de proprioception des ligaments diminue à cause de lésions touchant les récepteurs qui s’y trouvent. Ceci expose au risque de perte d’équilibre et donc de récidive.

La durée de guérison d’une entorse du coude récidivante est également impactée. En effet, les ligaments étant plus fragilisés, leur cicatrisation peut exiger plus de temps que la première fois. 

 Ainsi, il est important de mettre en place certaines mesures préventives afin d’éviter de nouvelles lésions, notamment :

  • Une rééducation chez le kinésithérapeute ou l’ostéopathe afin de renforcer les ligaments, les muscles, la proprioception et de stabiliser l’articulation ;
  • S’assurer de faire un bon échauffement avant d’entamer une séance de sport ;
  • Essayer d’adopter les bons gestes en cas de chute (tenter de fléchir le coude) ;
  • L’amélioration de l’hygiène de vie en mangeant plus sainement, en s’hydratant davantage et en dormant mieux.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut