Épicondylite : Chaud ou froid, comment choisir ?

Article rédigé par le 25 février 2024

L’épicondylite est une affection douloureuse touchant les tendons qui s’insèrent sur le relief osseux situé à la partie externe du coude qu’on appelle « épicondyle ».

Elle est le plus souvent secondaire à une sollicitation excessive des tendons des muscles épicondyliens avec des mouvements répétitifs du coude, du poignet et des doigts. On l’observe d’ailleurs très fréquemment chez les sportifs, particulièrement les tennismans, ainsi que les personnes exerçant des métiers manuels (ouvriers, personnels de bureau utilisant des claviers…).

Quelle qu’en soit la cause, l’épicondylite est généralement une affection bénigne qui guérit de manière spontanée en quelques semaines à quelques mois.

En attendant, des mesures simples peuvent permettre de réduire les douleurs épicondyliennes, notamment la physiothérapie qui consiste à utiliser le chaud ou le froid pour apporter un soulagement.

Alors, justement, entre le chaud et le froid, que faut-il choisir pour diminuer les douleurs d’une épicondylite ? Réponse dans le présent article !

Épicondylite : qu’est-ce qui se passe au niveau des tendons ?

Avant de répondre la question « faut-il appliquer du froid ou bien du chaud pour soulager une épicondylite ? », il est indispensable de savoir ce qui se passe au niveau des tendons lorsqu’on souffre d’épicondylitene pas confondre avec l’épitrochléite).

L’épicondylite est une tendinopathie douloureuse qui affecte l’origine (l’insertion) des tendons des muscles « épicondyliens » responsables, entre autres, de l’extension du coude, du poignet et des doigts.

No post found!

Il s’agit en fait d’une dégénérescence de la partie terminale des tendons épicondyliens suite à des microtraumatismes secondaires à la sollicitation excessive de ces derniers, notamment lors de la pratique d’un sport de raquette comme le tennis — d’où l’appellation « tennis elbow ».

Cette condition touche également des gens donc l’exercice de leur profession implique des gestes manuels répétitifs (taper sur un clavier par exemple, ou encore les femmes de ménage).

L’épicondylite est donc une pathologie tendineuse dégénérative, et non pas inflammatoire. On préférera donc employer le terme « tendinopathie » plutôt que « tendinite » pour la désigner. D’ailleurs, pour clarifier le diagnostic, on peut recourir à une imagerie médicale (comme l’échographie ou l’IRM). Ceci permettra par exemple d’identifier une déchirure ou fissure du tendon.

Toutefois, lors de la phase douloureuse aiguë de l’épicondylite, il existe une réaction inflammatoire locale qui vient s’ajouter aux lésions tendineuses dégénératives.

C’est pour cette raison qu’on utilise des anti-inflammatoires ou des infiltrations de corticoïdes dans certains cas afin de calmer des douleurs intenses lors de l’épicondylite (notamment la nuit).

Épicondylite : quels sont les effets du froid et du chaud ?

Voyons à présent par quels mécanismes agissent le froid et le chaud pour entraîner une amélioration lors d’une épicondylite :

Les effets du froid

Le traitement par le froid, qu’on appelle « cryothérapie », peut soulager les douleurs de différentes pathologies musculosquelettiques grâce à différentes actions :

  • Atténuation de l’inflammation
RECOMMANDÉ :  Épicondylite et acupuncture : efficace ?

Comme mentionnée plus haut, les accès douloureux de l’épicondylite sont favorisés par des réactions inflammatoires locales au niveau des tendons épicondyliens.

C’est justement pour calmer ces réactions inflammatoires locales sources de douleurs intenses que les médecins prescrivent des médicaments anti-inflammatoires, voire des infiltrations de corticoïdes chez les patients souffrant d’épicondylite.

L’application de compresses froides ou de glace sur la partie externe du coude, en regard de la région épicondylienne, aide également à lutter contre l’inflammation et soulager les douleurs.

  • Lutte contre l’œdème

Il se produit, lors de la phase aiguë de l’épicondylite, une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins (vasodilatation) et de l’afflux de sang au niveau des tissus de la région épicondylienne dans le but d’attirer des cellules qui s’occuperont de réparer les lésions tissulaires.

Il se forme alors un œdème (gonflement par accumulation d’eau) et parfois un hématome (accumulation de sang) provoquant des douleurs.

L’application de froid sur la région épicondylienne permet de réduire l’œdème et le gonflement en entraînant une vasoconstriction locale, c’est-à-dire une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins ralentissant la sortie de l’eau ou de sang au niveau des tissus.

  • Réduction de la sensibilité

Le froid est connu pour son effet anesthésiant local. En appliquant une compresse froide ou de la glace enveloppée dans un tissu au niveau de la partie externe du coude, il est possible d’endormir les douleurs d’une épicondylite assez rapidement et d’obtenir un soulagement quasi immédiat.

Les effets du chaud

La chaleur peut également être utilisée pour réduire certaines douleurs lors de l’épicondylite grâce aux effets suivants :

  • Augmentation de l’afflux de sang

L’application de chaud au niveau de la région du coude en cas d’épicondylite entraîne une vasodilatation locale (ouverture des vaisseaux sanguins) responsable d’une augmentation de la circulation sanguine.

L’afflux élevé de sang au niveau des tendons épicondyliens favorise la cicatrisation des lésions tissulaires en fournissant tous les éléments nécessaires au processus de réparation (nutriments, oxygène, facteurs de croissance, cellules fibreuses…).

  • Relâchement des muscles

L’application de chaud au niveau des muscles épicondyliens (muscles de l’avant-bras, notamment ceux responsables de l’extension du coude, du poignet et des doigts) permet de les relâcher, de les détendre.

Ce relâchement musculaire favorisé par la chaleur peut se révéler bénéfique en cas d’épicondylite, car cela permet de diminuer la tension exercée sur les tendons malades et donc de réduire les douleurs.

  • Blocage du message douloureux

L’application de chaud sur une structure musculosquelettique peut permettre une discrète réduction des douleurs grâce à un blocage léger de certains nocicepteurs (récepteurs qui transmettent les messages douloureux au cerveau).

Conclusion : du froid ou du chaud en cas d’épicondylite ?

Comme vous l’aurez constaté, le froid et le chaud ont tous les deux des effets positifs sur les douleurs associées à l’épicondylite ! Encore faut-il savoir les utiliser de manière correcte…

En règle générale, privilégiez l’application de froid lors de la phase aiguë de l’épicondylite, et ce, afin d’atténuer les deux phénomènes qui aggravent les douleurs, à savoir l’inflammation et l’œdème. Vous profiterez également de l’effet anesthésiant du froid qui permet un soulagement rapide des douleurs.

RECOMMANDÉ :  Douleur au coude : causes possibles (et que faire ?) 

Quant au chaud, privilégiez son utilisation à distance de la phase aiguë de l’épicondylite, une fois que l’inflammation et l’œdème ont suffisamment régressé.

Attention, la source de chaleur (bouillotte d’eau chaude) doit être appliquée sur les muscles de l’avant-bras, et non pas directement sur les tendons malades au niveau de l’épicondyle.

En effet, le but est de provoquer un relâchement des muscles afin de réduire leur force de traction sur leurs tendons.

Il est toutefois possible d’appliquer du chaud au niveau de la région épicondylienne après quelques semaines de la phase aiguë afin d’y augmenter la vascularisation et d’accélérer le processus de réparation tissulaire.

En outre, sachez qu’il n’existe pas de consensus scientifique sur l’utilisation du froid ou du chaud en cas d’épicondylite. Mis à part les principes précédemment cités (froid à la phase aiguë et chaud à distance de cette dernière), aucune méthode n’a clairement démontré sa supériorité.

Il revient donc à vous de trouver ce qui marchera dans votre cas ! Comment ? Tout simplement en testant les différentes possibilités et de noter leurs effets sur vos symptômes ou l’évolution générale de votre épicondylite.

Attention, l’utilisation du chaud et du froid n’est pas sans risque. Il existe dans les deux cas un risque de brûlure et d’irritation cutanée.

Voici quelques-unes des précautions à prendre pour un usage sécurisé du traitement par le froid/chaud :

  • Évitez l’application de glace directement sur la peau : enveloppez la glace dans une serviette ou un autre tissu.
  • Évitez la cryothérapie (traitement par le froid) en cas d’allergie au froid ou de maladie de Raynaud (trouble circulatoire déclenchée généralement par le froid).
  • N’utilisez jamais d’eau bouillante: l’eau de la bouillotte doit être uniquement chauffée.

Outre l’application de chaud ou froid, les modalités de traitement disponibles pour traiter l’épicondylite sont notamment les suivantes :

Références

[1] « Épicondylite : Définition et prise en charge (tout savoir) – TMS Membres Supérieurs », 26 décembre 2022. https://groupesantepourtous.com/epicondylite/ (consulté le 18 janvier 2023).

[2] « Épicondylite : Traitements, causes et symptomes | Dr Michael Desbiens », Dr Michael Desbiens, Chiropraticien, 17 juin 2017. https://chiroste-foy.com/epicondylite-tennis-elbow/ (consulté le 18 janvier 2023).

[3] S. User, « Quand mettre du chaud ou du froid sur une blessure ? », Clinique Sylvain Trudel. https://sylvaintrudel.com/conseils/quand-mettre-du-chaud-ou-du-froid-sur-une-blessure (consulté le 19 janvier 2023).

[4] A. A. sport Kinésithérapeute et Ostéopathe du, « Quand mettre du chaud ou du froid sur une douleur ? », Tout pour ma santé, 24 octobre 2016. https://toutpourmasante.fr/soulager-douleur-chaud-ou-froid/ (consulté le 19 janvier 2023).

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut