Épicondylite : Traitement naturel, guide complet

Article rédigé par le 4 juillet 2023

Lépicondylite, également appelée « tennis elbow », est une pathologie caractérisée par une atteinte dégénérative des tendons épicondyliens — s’insérant à la partie externe du coude — généralement secondaire à des mouvements répétés du coude, du poignet et/ou des doigts.

Elle s’observe fréquemment chez les sportifs et les personnes exerçant certaines professions impliquant des gestes répétitifs du membre supérieur.

L’épicondylite entraîne des douleurs parfois intenses au niveau coude ainsi qu’une gêne fonctionnelle perturbant significativement les activités du quotidien.

Dans cet article, nous vous proposons des solutions 100 % naturelles pour soigner efficacement une épicondylite et éviter la prise intempestive de médicaments aux nombreux effets secondaires.

Pré-requis

Avant de discuter des traitements naturels, il convient de bien comprendre la pathologie. Pour tout savoir sur l’épicondylite (à ne pas confondre avec l’épitrochléite), consultez l’article suivant.

Assurez-vous d’avoir clarifié le diagnostic pour être certain(e) de traiter la bonne condition. Le plus souvent, le professionnel de santé effectuera des tests et aura recours à l’imagerie médicale pour diagnostiquer une épicondylite.

Il faut également prendre conscience des traitements médicaux pour accélérer la guérison et reprendre les activités. Ceux-ci incluent entre autre la rééducation en kinésithérapie (massages, kinésiotape, ondes de choc, acupuncture, exercices, etc), les médicaments, et des mesures plus invasives comme les infiltrations et la chirurgie dans les cas réfractaires.

C’est en général lorsqu’on observe une épicondylite qui ne passe pas qu’on a recours à des alternatives naturelles. Assurez-vous toutefois d’avoir suivi les étapes conventionnelles afin d’optimiser la guérison.

1. Mettre au repos le membre douloureux

Comme pour l’épitrochléite, la première des choses à faire en cas d’épicondylite est d’arrêter temporairement les activités ayant participé à son développement, et ce, afin de mettre au repos les muscles et les tendons malades.

Le repos permet également de laisser les tendons se réparer et se régénérer, d’éviter d’aggraver les lésions préexistantes ou d’en occasionner de nouvelles. Il permettra également de réduire les douleurs la nuit.

Note : Attention toutefois à ne pas exercer un repos excessif, sans quoi la condition pourrait s’aggraver au lieu de s’améliorer.

Si vous exercez une profession manuelle ou pratiquez un sport qui augmente vos douleurs, il vous est recommandé de consulter un médecin —notamment un médecin de travail —afin de trouver une solution à votre situation : il peut s’agir d’un arrêt de travail ou bien d’un changement de poste temporaire (ou définitif) en attendant une amélioration clinique suffisante de votre épicondylite.

Durant la période de traitement, il est également conseillé d’éviter au maximum les activités suivantes :

  • Le port de charges lourdes ;
  • Le bricolage ;
  • Le ménage ;
  • La musculation impliquant le membre supérieur de manière excessive ;
  • L’utilisation du clavier ou souris d’ordinateur ;
  • Cuisiner ou jouer d’un instrument de musique (piano, guitare…).

En bref, évitez toutes les activités impliquant des mouvements répétitifs ou une sollicitation excessive du membre supérieur.

En revanche, il est important de maintenir une activité cardiovasculaire telle que la marche afin de favoriser la guérison de l’épicondylite.

2. Appliquer du froid sur le coude

Faut-il appliquer du chaud ou du froid pour soulager une épicondylite ? Les deux peuvent donner des résultats satisfaisants, à condition de les utiliser au bon moment !

En effet, d’une manière générale, il est recommandé d’utiliser du froid lors de la phase aiguë d’une épicondylite. C’est-à-dire au stade de début qui est caractérisé par une inflammation au niveau des tendons.

Note : Soulignons qu’il arrive des circonstance dans lesquelles le tendon n’est pas inflammé en tant que tel, mais plutôt le siège d’une désorganisation tissulaire. On parle alors d’épicondylose (donc de tendinose et non de tendinite) responsable des symptômes.

S’il y a présence d’inflammation ou une fissure du tendon, appliquez une poche de glace au niveau de la zone douloureuse durant une quinzaine de minutes à raison de 3 à 4 fois par jour pour soulager efficacement les douleurs.

Une fois la phase aiguë terminée (au bout de quelques jours à quelques semaines), il est possible d’appliquer du chaud — via une bouillotte d’eau chaude — au niveau des muscles de l’avant-bras (à distance des tendons) pour les détendre et réduire la traction douloureuse qu’ils exercent sur les tendons malades.

3. Utiliser des huiles essentielles

Pour calmer naturellement les douleurs d’une épicondylite ou favoriser sa guérison, vous pouvez masser délicatement votre coude et vos avant-bras en utilisant des huiles essentielles aux propriétés apaisantes et antiinflammatoires telles que :

Huile essentielle de gaulthérie

L’huile essentielle de gaulthérie est sans nul doute l’une des meilleures solutions naturelles contre les douleurs musculo-tendineuses et ostéoarticulaires.

Elle est d’ailleurs largement utilisée chez les sportifs pour ses puissantes propriétés antalgiques et anti-inflammatoires qui apaisent rapidement tendinites, crampes, arthralgies ou courbatures après les efforts physiques.

Pour profiter des vertus apaisantes de l’huile essentielle de gaulthérie dans le cadre d’une épicondylite, il suffit d’en diluer une ou deux gouttes dans une petite quantité d’huile végétale (huile d’olive, d’amande douce ou de jojoba par exemple) et d’utiliser le mélange pour masser délicatement la région épicondylienne pendant quelques minutes.

Il faut réduire les applications à 5 jours par semaine en cas de douleurs chroniques, car l’utilisation répétée d’huile essentielle peut provoquer des irritations de la peau.

Huile essentielle de piment de Cayenne

L’huile essentielle de piment de Cayenne, surtout connue pour ses bienfaits en cas de troubles digestifs ou de rhumatismes, est également efficace pour soulager les épicondylites !

Contrairement à l’huile essentielle de gaulthérie qui s’utilise pour calmer l’inflammation et les douleurs lors de la phase aiguë de l’épicondylite, l’huile essentielle de piment de Cayenne s’utilise plutôt à distance de la phase aiguë pour accélérer la guérison des lésions tendineuses en favorisant la circulation sanguine.

Après quelques jours ou semaines de la phase aiguë de l’épicondylite, mélangez une à trois gouttes d’huile essentielle de piment de Cayenne dans une cuillère à café d’huile végétale et utilisez le mélange pour réaliser des massages doux du coude ainsi que des avant-bras.

RECOMMANDÉ :  Fracture du coude chez l’enfant : quelle particularité ?

D’autres huiles essentielles peuvent se révéler efficaces dans le traitement naturel de l’épicondylite :

  • L’huile essentielle d’Eucalyptus citronné : elle possède de puissantes propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et antirhumatismales. Elle possède également un effet relaxant musculaire (myorelaxant) qui permet de détendre les muscles épicondyliens et de diminuer la traction qu’ils exercent sur leurs tendons malades.
  • L’huile essentielle de Vétiver : elle lutte contre l’inflammation locale et stimule la circulation veineuse et lymphatique (propriétés toniques).
  • L’huile essentielle de Laurier noble : elle apaise les douleurs tendineuses en bloquant la transmission nerveuse des messages douloureux.
  • L’huile essentielle de Lavande fine : en plus d’atténuer l’inflammation, elle soulage les douleurs de l’épicondylite en inhibant certains nocicepteurs — récepteurs impliqués dans la perception douloureuse.

Attention, les huiles essentielles sont des produits hautement concentrés qui doivent être utilisés avec précaution. Respectez rigoureusement les consignes d’utilisation, les posologies et les contre-indications (femmes enceintes, enfants…).

4. Prendre des plantes aux vertus apaisantes

La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, généralement prescrits pour soulager une épicondylite, montre souvent peu d’intérêt vu la nature dégénérative et non pas inflammatoire de cette tendinopathie.

De plus, la consommation abusive et prolongée d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou de médicaments antalgiques entraîne de multiples effets secondaires, notamment des lésions gastriques, des atteintes rénales et hépatiques.

Il est possible de remplacer ces médicaments par les plantes suivantes qui sont non seulement efficaces pour apaiser l’épicondylite, mais également dénuées d’effets indésirables :

  • Le curcuma : la curcumine — principe actif du curcuma — est sans doute le plus puissant anti-inflammatoire d’origine naturelle ! Consommez au quotidien des infusions de curcuma ou saupoudrez vos différents plats de cette épice pour profiter de ses vertus sur les tendons et les articulations. Vous pouvez également en consommer sous forme de complément alimentaire.
  • Le gingembre : sa richesse en gingérols et en shogaols lui confère des propriétés tonifiantes, anti-inflammatoires et antioxydantes très efficaces contre les douleurs au cours de l’épicondylite.
  • La reine-des-prés : en plus de calmer efficacement l’inflammation des tendons épicondyliens, la reine-des-prés améliore la qualité du sommeil grâce à ses vertus antalgiques, apaisantes et sédatives — sachant que l’épicondylite est souvent à l’origine de troubles du sommeil en raison des douleurs qu’elle provoque.
  • Le frêne : les bourgeons et les feuilles de frêne sont utilisés pour soulager de nombreuses pathologies douloureuses, notamment les tendinites et les arthrites.
  • La prêle : elle aurait la capacité d’améliorer la souplesse des tendons et pourrait donc être utile pour prévenir les récidives de l’épicondylite. Elle est d’ailleurs très utilisée chez les sportifs !

Une autre plante est particulièrement intéressante dans le traitement de diverses pathologies de la sphère ostéoarticulaire et musculo-tendineuse : l’harpagophytum, appelée communément « griffe du diable ».

Il s’agit d’une plante originaire des steppes namibiennes du désert du Kalahari possédant des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires qu’elle doit à son principe actif « harpagoside ».

Pour tirer le maximum de bénéfice de cette plante sur l’épicondylite, il est recommandé d’en prendre sous forme de complément alimentaire.

5. Prendre des remèdes homéopathiques

Des traitements homéopathiques peuvent permettre un soulagement des douleurs chez certaines personnes souffrant d’épicondylite.

De manière courante, on utilise l’ARNICA MONTANA 5CH à raison de 3 granules 3 fois par jour pour traiter un problème de tendinopathie telle que l’épicondylite.

D’autres traitements homéopathiques existent, consultez un professionnel (naturopathe ou pharmacien) pour une prise en charge adaptée et personnalisée.

Attention, bien qu’elle puisse permettre une amélioration clinique chez de nombreuses personnes, il faut savoir que l’homéopathie est une médecine alternative dont l’efficacité n’a pas été prouvée scientifiquement. Elle ne peut en aucun cas remplacer une prise en charge médicale en bonne et due forme.

6. Réaliser un cataplasme d’argile

Grâce à ses vertus décongestives et anti-inflammatoires, l’argile verte représente l’un des remèdes de grand-mère les plus efficaces pour soulager les douleurs ostéoarticulaires ou musculo-tendineuses.

Procurez-vous de la pâte d’argile verte (se vend en pharmacie), appliquez-en généreusement au niveau de votre coude et laissez agir une trentaine de minutes avant de tout retirer. Votre épicondylite sera apaisée efficacement pendant un bon bout de temps !

Vous pouvez utiliser cette méthode une fois par jour durant 5 à 7 jours pour calmer vos douleurs tendineuses.

7. Modifier son régime alimentaire

Pour soulager les douleurs d’une épicondylite et favoriser sa guérison, vous pouvez adopter un régime alimentaire dit « anti-inflammatoire ».

Ce dernier consiste à choisir les aliments qu’on consomme selon qu’ils favorisent ou diminuent l’inflammation au niveau de l’organisme : on privilégie évidemment ceux qui la diminuent !

Voici donc les aliments anti-inflammatoires à consommer régulièrement pour obtenir une amélioration clinique et une guérison plus rapide de l’épicondylite :

  • Les légumes frais, particulièrement le brocoli, les épinards et autres légumes verts.
  • Les fruits frais comme les myrtilles, les mûres, les framboises, les fraises, les groseilles et autres fruits rouges.
  • Les poissons gras riches en oméga-3 comme la sardine, le saumon, le thon, le maquereau et la truite.
  • Les céréales complètes telles que le riz brun, le sarrasin, le quinoa, le millet.
  • Les oléagineux et graines comme les noix, les graines de lin et de sésame.
  • Les huiles végétales telles que l’huile d’avocat, d’olive et de colza.
  • L’huile de foie de morue qui est sans doute l’une des meilleures sources d’oméga-3 aux vertus anti-inflammatoires.

Et voici quelques-uns des aliments pro-inflammatoires qu’il faut éviter dans la mesure du possible :

  • Tous les produits industriels transformés ;
  • Les céréales et sucres raffinés ;
  • Les charcuteries ;
  • Les sodas et jus de fruits industriels ;
  • Les boissons alcoolisées.

8. Pratiquer une thérapie anti-stress

Pour accélérer naturellement la guérison de l’épicondylite et soulager les douleurs qu’elle provoque, il est important d’adopter un mode de vie sain. Cela passe par une alimentation équilibrée, la pratique d’une activité cardiovasculaire (sans solliciter les coudes…), un sommeil de bonne qualité et la gestion du stress.

En effet, la gestion du stress est essentielle dans la prise en charge de l’épicondylite, car le stress est connu pour perturber la cicatrisation des lésions tissulaires (ralentit la guérison) et augmenter la perception des douleurs.

Éloignez-vous donc au maximum du stress et adoptez l’une des nombreuses méthodes antistress, notamment la sophrologie, les techniques de respiration et la méditation pleine conscience qui sont particulièrement intéressantes dans le cadre d’une épicondylite (car elles ne nécessitent aucun mouvement du membre supérieur — rappelons que celui-ci doit être au repos dans la mesure du possible).

RECOMMANDÉ :  Épicondylite avec fissure du tendon : Quelle particularité ?

No post found!

9. Essayer l’ostéopathie

Les ostéopathes sont des praticiens qui réalisent des techniques manuelles visant à rétablir un équilibre corporel, améliorer la qualité de vie et optimiser le fonctionnement du corps.

Dans le cas de l’épicondylite, l’ostéopathie peut aider de plusieurs manières. Tout d’abord, l’ostéopathe effectuera une évaluation approfondie de la zone touchée, ainsi que de l’ensemble du corps, afin d’identifier les déséquilibres ou les restrictions qui pourraient contribuer au développement ou au maintien de la condition.

Comme chaque cas est unique, et le traitement ostéopathique sera adapté aux besoins spécifiques de chaque patient.

Parmi les modalités employées en ostéopathie, on compte :

  • des techniques manuelles douces pour traiter les zones spécifiques qui présentent des tensions, des blocages ou des déséquilibres.
  • des manipulations articulaires
  • des techniques de relâchement musculaire (relâchement myofascial)
  • des techniques viscérales
  • etc.

Il faut toutefois préciser que certaines techniques ostéopathiques ne font pas l’objet d’études scientifiques, bien que plusieurs patients y voient des résultats significatifs.

Idéalement, cette approche devrait être combinée avec d’autres méthodes de traitement (qu’elles soient médicales ou naturelles) ou une guérison optimale.

10. Tenter l’acupuncture

L’acupuncture est une approche de médecine traditionnelle chinoise qui peut être utilisée comme traitement naturel pour l’épicondylite.

Dans le cadre de l’acupuncture, des aiguilles fines sont insérées dans des points spécifiques du corps pour stimuler l’énergie vitale, appelée « Qi », et rétablir l’équilibre énergétique.

Pour le traitement de l’épicondylite, l’acupuncteur se concentrera sur des points d’acupuncture le long des méridiens liés au bras et au coude.

Les avantages potentiels de l’acupuncture pour l’épicondylite peuvent inclure :

  1. Réduction de la douleur : L’acupuncture peut aider à soulager la douleur et l’inflammation autour du coude affecté, ce qui peut améliorer le confort et la mobilité.
  2. Amélioration de la circulation sanguine : La stimulation des points d’acupuncture peut augmenter le flux sanguin dans la zone touchée, favorisant ainsi la guérison des tendons endommagés.
  3. Rétablissement de l’équilibre énergétique : Selon la théorie de la médecine chinoise, l’épicondylite peut être associée à un déséquilibre énergétique dans le corps. L’acupuncture vise à rétablir cet équilibre et à favoriser la guérison.

Comme pour l’ostéopathie, il faut noter que l’acupuncture de manière générale ne fait pas l’objet d’études scientifiques, bien que plusieurs patients y voient des résultats significatifs.

Il est essentiel de consulter un praticien qualifié en acupuncture pour évaluer si cette approche convient à votre cas spécifique d’épicondylite.

De même, il est également important de discuter avec votre médecin avant d’entreprendre ce type de traitement, particulièrement si vous avez des problèmes de santé sous-jacents ou prenez d’autres médicaments.

11. Tenter le cupping (thérapie par ventouse)

La thérapie par ventouse, également connue sous le nom de cupping, est une approche de médecine alternative qui peut également être utilisée comme traitement naturel pour l’épicondylite.

Comme l’homéopathie, cette technique ancienne est utilisée dans différentes cultures depuis des siècles pour soulager la douleur et traiter diverses affections.

Le concept est simple : des ventouses en verre, en plastique ou en silicone sont appliquées sur la peau près de la zone douloureuse du coude (près de l’épicondyle).

L’air est ensuite aspiré du récipient pour créer un vide partiel, ce qui attire la peau et les tissus sous-jacents à l’intérieur de la ventouse.

Les ventouses peuvent être laissées en place pendant quelques minutes, ou déplacées doucement sur la peau.

Les mécanismes d’action potentiels de la thérapie par ventouse pour l’épicondylite peuvent inclure :

  1. Amélioration de la circulation sanguine : L’application des ventouses crée un vide qui peut augmenter le flux sanguin vers la zone affectée. Cela peut favoriser la guérison des tendons endommagés et réduire l’inflammation.
  2. Relaxation musculaire : La thérapie par ventouse peut aider à détendre les muscles tendus autour du coude, ce qui peut soulager la douleur et améliorer la mobilité.
  3. Décompression myofascial : La succion provoque une décompression des tissus, incluant les fascias. Ceci participe à réduire les tensions près du coude.
  4. Soulagement de la douleur : La stimulation des points douloureux avec les ventouses peut déclencher une réponse analgésique, aidant à soulager la douleur associée à l’épicondylite.
  5. Libération des toxines : Certains praticiens estiment que la thérapie par ventouse peut aider à éliminer les toxines accumulées dans les tissus, contribuant ainsi à la guérison (évidences scientifiques limitées).

Il est important de noter que la thérapie par ventouse doit être réalisée par un praticien qualifié, notamment pour des raisons d’hygiène.

Comme pour les autres traitements naturels, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé au préalable, surtout si vous avez des conditions associées (comme des troubles de la circulation.

Traitement naturel de l’épicondylite : ce qu’il faut retenir

L’épicondylite est une tendinopathie du coude généralement bénigne. Mais bien qu’elle guérisse le plus souvent de manière spontanée au bout de quelques semaines, elle peut entraîner des douleurs intenses altérant grandement la qualité de vie et le travail des personnes qui en souffrent.

Heureusement, il existe des traitements 100 % naturels qui peuvent se révéler efficaces pour soulager les douleurs et favoriser la guérison des tendons malades.

Quelle que soit la méthode naturelle choisie pour soigner une épicondylite, il faut garder à l’esprit que le repos et la rééducation sont indispensables si l’on veut guérir vite.

En cas de douleurs et de gêne fonctionnelle qui persistent anormalement dans le temps, il est recommandé de consulter son médecin traitant afin de bénéficier d’une prise en charge spécifique, et éliminer une atteinte plus sérieuse (comme une épicondylite avec fissure du tendon).

Références

[1] « Épicondylite : Définition et prise en charge (tout savoir) – TMS Membres Supérieurs », 26 décembre 2022 (consulté le 29 décembre 2022).

[2] « 5 remèdes naturels pour soulager un tennis elbow », Améliore ta Santé, 18 juillet 2018 (consulté le 1 février 2023).

[3] J. Meyleu, « 6 trucs et astuces naturels contre la tendinite », Léro (consulté le 1 février 2023).

[4] S. H. Lyon Agence Web Ruby On Rails, « 11 solutions naturelles pour traiter les tendinites » (consulté le 2 février 2023).

[5] A. A. sport Kinésithérapeute et Ostéopathe du, « Comment soigner la tendinite du coude naturellement ? », Tout pour ma santé, 8 juillet 2017 (consulté le 2 février 2023).

[6] « Comment soigner naturellement une tendinite ? | Santé Magazine » (consulté le 3 février 2023).

[7] « Huile essentielle de gaulthérie couchée : ses bienfaits santé », https://www.passeportsante.net/, 26 octobre 2014 (consulté le 3 février 2023).

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 3

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut