Fracture du quatrième métacarpien : définition et prise en charge

Article rédigé par le 16 décembre 2022

La fracture du quatrième métacarpien est assez courante. Le plus souvent, c’est le col du quatrième métacarpien qui est cassé. Elle peut prendre un trait simple ou complexe.

Dans plusieurs cas, la chirurgie n’est pas une obligation. Ce type d’intervention est généralement utile en présence d’un trouble de rotation du doigt.

Dans cet article rédigé par un médecin, nous allons décrire ce type de fracture, et proposer des modalités de prise en charge de la fracture du quatrième métacarpien.

Fracture du quatrième métacarpien : Anatomie et définition

Les métacarpiens se situent juste après les carpes et composent les os de la paume de la main. Ils sont numérotés depuis le pouce vers l’auriculaire (M1 à M5). Le quatrième métacarpien (M4) et le M5 sont mobiles sur leur place.

Les os possèdent un col, une tête, une diaphyse et une épiphyse. Ils s’articulent en bas avec les carpes et en haut avec les phalanges.

La fracture observée sur le M4 peut être provoquée par une collision directe, un coup de poing sur le mur, un traumatisme par chute, une tumeur osseuse. Sa trajectoire peut être oblique, transversale, spiroïdale ou les 3 trois en même temps.

Elle peut être observée sur le col du métacarpien et entraine un déplacement en bascule de la paume de la main.

Elle peut être stable ou incomplète et peu ou entièrement déplacée.

La fêlure peut aussi survenir avec une ouverture cutanée couplée à un déplacement et une instabilité de son propre foyer.

Comment se fait la prise en charge ?

Toute fracture observée au niveau des os de main peut se traiter de différentes manières : soin conservateur, orthopédique, fonctionnel et chirurgical.

Traitement fonctionnel de la fracture du métacaprte M4

Un traitement fonctionnel vise à mobiliser et à rééduquer la lésion de manière précoce. Cela peut suffire pour consolider les os lorsque la fêlure est stable ou incomplète. Le maintien de la mobilité couplé avec la prise d’antalgiques permet de contrôler l’inflammation et l’hématome.

Une mesure de restriction liée à la pratique du sport ou de toute activité à risque traumatique doit tout de même être appliquée. Cela évite le déplacement du bris d’os.

Ce type de lésion est souvent marqué par la présence d’une enflure ou d’un œdème avec une douleur au dos de la main. Pour contrôler ces symptômes d’inflammation, il faut mettre de la glace afin de soulager la douleur. Il convient également de prendre un antibiotique, puis de porter une attelle dans le but de réduire les dégâts.

RECOMMANDÉ :  Kyste mucoide : Définition et prise en charge (doigt)

Les soins orthopédiques lors d’une fracture du quatrième métacarpe

Si la fracture se présente sous une apparence peu déplacée et est localisée sur une articulation (métacarpo-phalangienne ou carpo-métacarpienne), alors là, il faut penser au soin orthopédique. L’immobilisation est incontournable vu que cette zone est très mobile, d’où le risque d’amoindrir le processus de consolidation osseuse.

Bon à savoir : Si la fracture n’est pas associé à un déplacement rotatoire irréductible, les fractures du quatrième métacarpiens peuvent être traitées de manière conservatrice, en suivant un protocole comprenant une immobilisation et attelle.

L’immobilisation doit se faire à l’aide d’un plâtre ou d’une résine, et ce, pour une durée entre 1 mois et 1 mois et demi.

Chirurgie

Une ouverture cutanée est un signe qui alerte la présence d’une fracture ouverte. C’est une situation d’urgence qui nécessite une prise en charge chirurgicale immédiate. Initialement, il faut nettoyer la plaie, puis réparer les tissus mous traumatisés en pratiquant une ablation.

Après avoir fermé l’incision, il faut faire une fixation externe de la fissure en vue d’éviter les risques d’infection.

Si la blessure est accompagnée d’un déplacement d’os ou l’os brisé passe à travers la peau, alors il faudrait procéder à une réduction, puis une fixation par ostéosynthèse chirurgicale.

Habituellement, on procède à la réduction ouverte suivie d’une fixation interne. Pour ce faire, le chirurgien pratique une incision afin de réaligner les débris d’os, puis les fixe avec un outil de fixation (broches, plaques, tiges, vis métalliques).

Contrairement aux chirurgies appliquées sur le cinquième métacarpe, la chirurgie est souvent complexe à appliquer au quatrième métacarpe en raison de sa position anatomique centrale.

Ce que disent les études :
Dans une étude réalisée par Suk-Ho Moon et collaborateurs, l’objectif était d’analyser les résultats fonctionnels de 21 patients ayant subi une ostéosynthèse par brochage transversal pour une fracture du quatrième métacarpe.

Après réduction de la fracture, deux broches de Kirchner transversales ont d’abord été insérées de manière transversale du cinquième au troisième métacarpe au niveau de la partie distale de l’os fracturé, puis deux autres broches ont été insérées au niveau de la partie proximale.

L’attelle a été retirée environ une semaine après l’opération, et les broches de Kirchner ont été enlevées 4-5 semaines après l’opération. Les patients ont débuté une rééducation comprenant des exercices actifs et passifs une semaine après l’opération.

Les résultats ont montré que 6 semaines après la chirurgie, plusieurs paramètres (comme l’amplitude de mouvement du doigt et la force de préhension) étaient améliorés à 98% par rapport au côté sain. De plus, aucune complication majeure n’a été observée.

Les auteurs concluent que le brochage transversal des fractures du quatrième métacarpe est une option de traitement efficace, moins invasive que d’autres procédures, facile à réaliser, ne nécessitant pas de chirurgie secondaire, minimisant les lésions articulaires et des tissus mous, et permettant une mobilisation et une récupération précoce.

RECOMMANDÉ :  Ténosynovectomie des extenseurs : indications et procédure

Rééducation post-opératoire et contrôle des infections

Pour supprimer les raideurs et retrouver les amplitudes articulaires normales, il est important de passer par une rééducation précoce. Ainsi, le patient devra privilégier les exercices de renforcement articulaire et musculaire.

En présence des hématomes et des inflammations, il faut suivre une thérapie en kinésithérapie afin d’optimiser une guérison rapide.

La survenance d’une infection est probable, malgré les précautions rigoureuses d’asepsie prises par l’équipe soignante. Ainsi, si ce cas se présente, la meilleure décision à prendre est de recontacter son chirurgien.

Dans des cas complexes, une adhérence tissulaire (tendon extenseur du doigt) autour de la blessure peut subsister malgré la rééducation. Ceci nécessitera une seconde intervention à l’instar de la ténolyse afin de délivrer les adhérences.

Il faut noter que l’alcool et le tabac sont à éviter si l’on veut espérer un meilleur résultat dans la récupération postopératoire.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
  Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut