Hernie discale chez le chien : comprendre et traiter cette affection

Article rédigé par le 1 décembre 2023
Partagez avec vos proches concernés
0
(0)

Les maux de dos ne sont pas exclusifs aux humains, et nos amis canins peuvent également en souffrir. La hernie discale chez le chien est l’un des problème causant des douleurs  intenses et des troubles de la motricité. Elle survient lorsque le disque intervertébral se déplace et comprime la moelle épinière, ce qui peut entraîner une série de symptômes variés selon la localisation et la gravité de la hernie.

Il est important de consulter un vétérinaire dès l’apparition des premiers symptômes pour un diagnostic précis et un traitement adapté. Nous allons détailler les principales caractéristiques de cette maladie…

Comprendre la hernie discale chez le chien

Rappels anatomiques

  • La colonne vertébrale  se définit comme une tige solide et souple servant d’axe au squelette. Les éléments osseux qui la composent se répartissent en 5 régions : cervicale, thoracique, lombaire, sacrale et caudale.
  • La moelle épinière est une partie du système nerveux parcourant l’ensemble de la colonne vertébrale chez les animaux, qui conduit les informations du cerveau vers les organes.

Tout au long de la colonne, entre les vertèbres, se trouvent des structures appelées disques intervertébraux.

Le disque est composé d’un anneau fibreux et d’un noyau pulpeux. Il est situé entre les vertèbres de la colonne vertébrale du chien et il permet donc  d’articuler la colonne. Lorsqu’il se déplace, il peut mettre une pression sur la moelle épinière, provoquant une compression et divers symptômes associés à la hernie discale.

source

Types de hernies discales

Il existe 2 types de hernies discales, décrites par Hansen en 1952

1. Hernie discale de type I, aussi appelé Hansen I
consiste en une extrusion du noyau pulpeux suite à une rupture totale de l’anneau fibreux qui s’accompagne souvent de celle du ligament longitudinal dorsal. Le matériel expulsé peut rester localisé dans l’espace intervertébral, s’étaler sur le plancher du canal vertébral ou même entourer la moelle. Ce premier type de hernie apparaît le plus souvent de manière aiguë et touche en majorité les races chondrodystrophiques (d’affections héréditaires des os réalisant un nanisme) . Cependant le type I peut également toucher les autres races de chien ayant une forte activité sportive, et dont la moelle épinière est soumise à de fortes contraintes ou encore lors de traumatisme.

2.Hernie discale de type II Le type II, ou Hansen II
correspond à une protrusion du disque suite à une rupture partielle de l’anneau fibreux. Suite à cette rupture le noyau pulpeux s’insinue dans une brèche de l’anneau, ce qui crée un bombement à l’origine de la protrusion et du rétrécissement du canal vertébral. Ce type de hernie touche plus particulièrement les grandes races de
chiens non chondrodystrophiques, et évolue habituellement de manière chronique.

Les signes cliniques d’une hernie discale chez le chien dépendent de la localisation de la hernie et de la sévérité de la compression. Si la hernie se produit en bas de la colonne vertébrale, seuls les membres postérieurs sont atteints. En revanche, si elle se produit dans la région des épaules ou au niveau du cou, les quatre membres, antérieurs et postérieurs, peuvent être touchés.

Symptômes de la hernie discale chez le chien

Douleur

La douleur est l’un des premiers symptômes d’une hernie discale chez le chien. Elle peut se manifester de différentes façons, comme la prostration, l’agressivité, des cris ou des plaintes lors de certains mouvements1. Le chien peut avoir une démarche raide, le dos vouté, voire la tête rentrée dans les épaules2.

Paralysie

La paralysie, ou incapacité à bouger les membres, est un autre signe d’une hernie discale chez le chien. Elle peut être partielle ou totale, et généralement affecte les pattes postérieures3. En cas de hernie discale aiguë, les signes cliniques apparaissent rapidement et peuvent inclure la paralysie4.

Faiblesse des membres

La faiblesse des membres est un autre symptôme de la hernie discale chez le chien. Le chien peut présenter une boiterie typique, où ses pattes ne semblent plus fonctionner du tout, il ne les sent généralement pas ou peu, et ne peut plus les contrôler5.

Incontinence

L’incontinence peut être un symptôme associé à la hernie discale chez le chien, bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans les résultats de recherche fournis. Cependant, il est possible que la douleur et la faiblesse des membres puissent contribuer à l’incontinence.

Troubles moteurs

Les troubles moteurs, tels que la difficulté à se déplacer ou la réduction de la motricité, sont fréquents chez les chiens atteints d’une hernie discale6. Les chiens peuvent être réticents à monter ou descendre des escaliers, et peuvent également éprouver des tremblements7.

Si votre chien semble avoir mal au dos ou présente une démarche anormale, il est impératif de consulter rapidement un vétérinaire.

Diagnostic et examens

C’est le vétérinaire qui a l’habitude de gérer ce genre de maladie et qui est bien équipé qui choisira l’examen le plus adapté. Voici les examens les plus importants pour diagnostic  :

Examen clinique

Lors du diagnostic d’une hernie discale chez le chien, l’examen clinique est une première étape cruciale. Le vétérinaire prend aussi en compte les symptômes présentés par l’animal, ainsi que son historique médical. Des informations telles que l’âge, la race et les antécédents de problèmes de dos peuvent être utiles pour établir un diagnostic préliminaire.

Examen neurologique

Ensuite, un examen neurologique approfondi est réalisé pour évaluer la fonction nerveuse et la présence éventuelle de compressions nerveuses. Le vétérinaire vérifie notamment les réflexes de l’animal, sa sensibilité à la douleur et sa coordination motrice. Cet examen permet d’identifier la localisation de la hernie et d’évaluer son degré de gravité.

Radiographie

La radiographie ne permet pas de diagnostiquer une hernie discale de manière définitive, mais elle peut aider à exclure d’autres conditions (comme une fracture, une infection du disque intervertébral, un néoplasme osseux…). Dans certains cas, on peut suspecter une hernie discale en observant un rétrécissement de l’espace entre les vertèbres ou du matériel minéralisé.

Myélographie

La myélographie est un examen réalisé après l’injection d’un produit de contraste permettant de souligner la forme de la moelle épinière. Il est effectué sous anesthésie générale et montre une déformation de la moelle épinière au passage d’un espace intervertébral en cas de hernie discale.

Scanner

Le scanner est une technique rapide (10-15 minutes) et efficace, réalisée sous sédation, pour évaluer les hernies discales. La sensibilité de l’examen tomodensitométrique varie entre 81,8 % et 100 %. Toutefois, si le matériel hernié n’est pas minéralisé, la sensibilité de l’examen diminue.

IRM

L’Imagerie par Résonance Magnétique est également un examen précieux pour diagnostiquer une hernie discale chez le chien. Tout comme la myélographie, l’IRM est réalisée sous anesthésie générale et permet de visualiser en détail les tissus mous, notamment les disques intervertébraux et la moelle épinière. Grâce à cette technologie, il est possible d’identifier avec précision la localisation et l’étendue de la hernie discale.

Facteurs de risque et prévention

Races de chien prédisposées

Certaines races de chiens sont plus susceptibles de souffrir de hernie discale. Par exemple, le teckel, le beagle, le shih tzu, le lhassa apso et les bergers allemands . Ces chiens sont plus à risque en raison de caractéristiques génétiques qui peuvent rendre leurs disques intervertébraux plus vulnérables.

Facteurs comportementaux et environnementaux

En plus des prédispositions génétiques, les facteurs comportementaux et environnementaux peuvent également jouer un rôle dans la survenue d’une hernie discale chez un chien. Voici quelques éléments à surveiller pour réduire les risques3.

  • Escaliers: les chiens qui montent et descendent fréquemment les escaliers s’exposent à un stress supplémentaire sur leur colonne vertébrale, pouvant provoquer ou aggraver une hernie discale.
  • Sauts: évitez de laisser votre chien effectuer des sauts trop hauts ou répétés, car cela peut également causer une pression sur les disques intervertébraux.
  • Lutte et jeux violents: les jeux agressifs et les combats avec d’autres chiens peuvent entraîner des traumatismes sur la colonne vertébrale, augmentant le risque de hernie discale.
  • Surpoids: les chiens en surpoids mettent plus de pression sur leur colonne vertébrale, ce qui peut contribuer à l’apparition de hernies discales.
  • Environnement sécurisé: assurez-vous de fournir à votre chien un environnement sûr, sans obstacles qui pourraient entraîner des blessures, et encouragez-le à être actif et agile.

En résumé, pour prévenir les hernies discales chez les chiens, il est important de les encourager à adopter de bonnes habitudes et de veiller à leur environnement. Des soins adaptés aux caractéristiques et besoins de votre chien peuvent réduire les risques de la hernie discale.

Traitement de la hernie discale

Traitement médical

Le traitement médical est une option pour les chiens souffrant d’une hernie discale avec une douleur simple sans signe de paralysie. Ce traitement consiste principalement en l’administration d’anti-inflammatoires et d’analgésiques pour soulager la douleur causée par la hernie discale.

Il est également crucial de mettre l’animal au repos complet pour favoriser la guérison. Le repos strict pendant plusieurs semaines permet au disque touché de cicatriser progressivement.

Traitement chirurgical

Pour les cas plus sévères, notamment ceux présentant des signes de paralysie, le traitement chirurgical est souvent nécessaire. Cette intervention chirurgicale est également appelée décompression chirurgicale. Elle vise à réduire la pression exercée sur la moelle épinière et à rétablir la fonction neurologique.

En résumé, Le traitement chirurgical peut donner de bons résultats et permettre un rétablissement rapide de la fonction neurologique. Cependant, il est essentiel de suivre les recommandations du vétérinaire concernant les soins postopératoires et le repos pour optimiser la récupération de l’animal.

Rééducation et récupération

Physiothérapie et soins

La physiothérapie est un élément essentiel de la rééducation après une hernie discale chez le chien. Elle vise à améliorer la mobilité et à soulager la douleur, favorisant ainsi une récupération plus rapide.

Les soins de physiothérapie incluent généralement des exercices de renforcement, du massage et des techniques de mobilisation articulaire. Dans certains cas, des thérapies complémentaires, telles que l’hydrothérapie ou l’électrostimulation peuvent également être recommandées. Il est important de consulter un spécialiste en physiothérapie vétérinaire pour déterminer le meilleur plan de traitement pour votre animal (source).

source
L’hydrothérapie

Mesures de réadaptation à domicile

En dehors des soins cliniques, il existe plusieurs mesures que les propriétaires peuvent prendre pour aider leur chien lors de sa convalescence à la maison:

  • Harnais: la mise en place d’un harnais de soutien peut aider les chiens qui ont du mal à marcher ou à se tenir debout seuls, en soutenant leur poids tout en permettant une certaine mobilité (source).
  • Surface antidérapante: Il est important de fournir une surface de marche sécurisée pour votre chien pendant sa guérison. Les tapis antidérapants peuvent aider à empêcher les chutes et les glissades, qui pourraient aggraver les problèmes de hernie discale.
  • Aide à la mobilité: si nécessaire, vous pouvez utiliser des aides à la mobilité, telles que des rampes ou des escaliers spéciaux, pour aider votre chien à monter sur le canapé ou dans la voiture. Assurez-vous de surveiller votre chien de près lorsqu’il utilise ces aides pour éviter les rechutes (source).
  • Contrôle de la douleur: la gestion de la douleur est essentielle pendant la période de récupération. Consultez votre vétérinaire pour vous assurer que votre chien reçoit les médicaments appropriés pour contrôler la douleur et l’inflammation.
  • Rééquilibrage alimentaire: surveillez attentivement l’alimentation de votre chien pendant sa convalescence et ajustez les rations en fonction de son niveau d’activité. Un chien en convalescence peut avoir besoin de moins de calories que d’habitude pour éviter le surpoids, ce qui pourrait aggraver les symptômes de la hernie discale.

Il est important de suivre les conseils de votre vétérinaire pour assurer une récupération optimale de votre chien après une hernie discale. La rééducation et la réadaptation sont essentielles pour promouvoir la guérison et le retour à une vie normale pour votre animal.

Pronostic et complications

Pronostic selon la gravité

Le pronostic des hernies discales préoccupe beaucoup les propriétaires. Il dépend  du stade de la hernie discale et du délai entre l’apparition des symptômes et la mise en place du traitement :

Hernie discale de Stade 1 : Pronostic très bon
Hernie discale de Stade 2 et 3 : Pronostic bon, 80 à 90% de récupération totale.
Hernie discale de Stade 4 : Pronostic réservé, 60 à 70% de récupération totale (30 à 40 % des patients ne récupèrent pas une locomotion volontaire).
Hernie discale de Stade 5 : Pronostic très réservé, 50% de récupération totale pour les animaux opérés dans les 36 heures qui suivent l’apparition de la paralysie et la perte de sensibilité douloureuse profonde. Ce pronostic diminue avec le temps (moins de 10% au delà de 36 heures).

NB: Les principaux facteurs retenus depuis plusieurs années sont le type de hernie, la présence de sensibilité douloureuse profonde, la rapidité d’installation des signes cliniques, la durée entre l’installation des signes cliniques et la chirurgie, ou encore la présence de mouvements volontaires en postopératoire.

Complications possibles

Parmi les complications possibles d’une hernie discale chez le chien, on peut citer :

  • Vieillissement : le vieillissement peut augmenter le risque de hernie discale chez les chiens. Les disques intervertébraux s’usent avec l’âge, rendant le chien plus susceptible de développer une hernie.
  • Motricité réduite : une hernie discale peut entraîner une réduction de la motricité, en particulier si elle affecte les membres arrière. Cela peut rendre difficile pour le chien de marcher, courir ou sauter.
  • Douleur chronique : si la hernie discale n’est pas traitée, elle peut entraîner une douleur chronique pour le chien. La douleur peut être particulièrement intense si la hernie comprime les nerfs.
  • Paralysie : dans les cas les plus graves, une hernie discale peut entraîner une paralysie partielle ou totale des membres, rendant le chien incapable de marcher.

Pour minimiser le risque de complications, il est important de consulter un vétérinaire dès l’apparition des premiers symptômes d’une hernie discale chez le chien. Une prise en charge rapide et adaptée peut améliorer le pronostic et la qualité de vie de l’animal.

Footnotes

  1. https://www.toutoupourlechien.com/hernie-discale-chien.html 2
  2. https://www.toutoupourlechien.com/hernie-discale-chien.html
  3. https://chien.ooreka.fr/astuce/voir/592031/hernie-discale-chez-le-chien 2
  4. https://chuv.umontreal.ca/le-chuv/hopital-des-animaux-de-compagnie/ressources/la-hernie-discale/
  5. https://www.caniprof.com/sante-du-chien/hernie-discale-chien
  6. https://www.santevet.com/articles/hernie-discale-chez-le-chien
  7. https://www.santevet.com/articles/hernie-discale-chez-le-chien

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Auteur / autrice

  • Melissa Tassadit Raaf

    Docteure vétérinaire diplômée de l'institut vétérinaire de Blida -Algérie- et d'un Master en pathologies dominantes en médecine vétérinaire en 2021.Dans le but de concilier ma passion pour les animaux et mon intérêt pour la santé animale, je ne cesse d’investir temps et énergie dans la cause animale et le fait de travailler en équipe dans le but d’offrir au grand public un site comme celui-ci m’a convaincu de rejoindre le projet. J’ai ainsi pu consolider mes connaissances dans le domaine des pathologies canines afin de sensibiliser et de répondre à la demande des propriétaires sur les maladies pouvant toucher leurs animaux.

Retour en haut