Incontinence anale : Quels traitements naturels pour éviter les médicaments ?

Article rédigé par le 16 décembre 2023

L’incontinence anale désigne l’impossibilité de retenir ce que l’on veut par l’anus : gaz et/ou selles (à ne pas confondre avec l’incontinence fécale qui ne concerne que les selles). En France, l’incontinence anale touche jusqu’à 10% des personnes âgées de plus de 45 ans et près de 5% des plus de 18 ans.

Bien qu’elle ne mette pas en danger le pronostic vital, l’incontinence anale est redoutable du fait de ses retentissements psycho-sociaux sur ceux qui en souffrent. Pour la traiter, des médicaments médicamenteux et chirurgicaux existent. Ceci étant, quelques traitements naturels sont connus pour remédier remarquablement à l’incontinence anale.

Découvrez-les dans cet article ! Nous allons commencer par vous décrire l’incontinence anale et exposer ses complications. Par la suite, nous allons vous dévoiler comment la traiter naturellement pour éviter les médicaments. À la fin de l’article, nous répondrons aux questions que vous vous posez sur l’incontinence anale. C’est parti !

Les 3 points essentiels

  • 1. L’incontinence anale peut être active ou passive.
  • 2. Une incontinence anale est due à une défaillance des sphincters anaux, du rectum ou une mauvaise transmission nerveuse.
  • 3. Les traitements naturels de l’incontinence anale comprennent des règles hygiéno-diététiques, des rééducations et l’utilisation du tabouret physiologique de toilette.

Comprendre l’incontinence anale

Rappel anatomique des organes incriminés à l’incontinence anale 

Le côlon

Le côlon, la plus grande partie du gros intestin, absorbe l’eau des aliments presque totalement digérés et façonne les déchets sous forme de selles. 

Le rectum

Partie terminale du gros intestin, le rectum reçoit les matières fécales du côlon. Il les stocke jusqu’à leur évacuation par l’anus. 

L’anus et les sphincters anaux

L’anus est l’orifice terminal du tube digestif. Il fait suite au rectum. C’est par l’anus que les selles et les gaz sont évacués de l’organisme.

L’anus est fermé par deux muscles. Ce sont : 

  • le sphincter anal externe : il répond à la  commande volontaire du cerveau ;
  • le sphincter anal interne : il répond aux réflexes digestifs non volontaires.

En temps normal, l’anus constitue une barrière à l’évacuation incontrôlée des gaz et des selles. Tant que le cerveau n’en donne pas l’ordre, les sphincters, interne et externe, sont fermés. Dès que la sensation de besoin se fait ressentir : le sphincter anal interne se relâche de façon autonome ; ce qui permet l’avancée des selles dans le conduit anal. Immédiatement après, le sphincter anal externe se contracte par réflexe et amorce l’évacuation des gaz ou la défecation.

L’incontinence anale, c’est…

C’est l’émission involontaire des gaz et/ou des selles par l’anus. Elle peut être passive ou active.

  • Une incontinence anale est passive quand le besoin de déféquer ne se fait pas ressentir (le malade ne se rend pas compte de la perte de selles) ;
  • Une incontinence anale est active lorsqu’elle provoque des besoins impérieux d’aller aux toilettes et d’une incapacité à se retenir.
RECOMMANDÉ :  Danger de la douche froide : évitez ces six situations

Incontinence anale : quand survient-elle ?

Une incontinence anale apparaît quand il y a : 

  • une défaillance des sphincters anaux : ils ne se contractent plus assez ;
  • une défaillance du rectum : il ne se distend plus assez pour contenir les selles ;
  • une mauvaise transmission de la sensation d’avoir envie d’aller à la selle au cerveau.

Ces situations font souvent suite à : 

  • une faiblesse des muscles du plancher pelvien ;
  • une constipation chronique (ceci est l’objet d’une étude menée par l’équipe de Service de gastroentérologie HCA conduite par M. Bensalem intitulée “incontinence anale et constipation”,  à lire ici) ;
  • des hémorroïdes internes ;
  • des affections intestinales comme le syndrome de l’intestin irritable ;
  • une descente d’organe (prolapsus) ;
  • une opération gynécologique ou une intervention sur la prostate, le rectum ou l’anus ;
  • un traitement radiothérapique sur le bassin ;
  • un accouchement difficile ;
  • des affections touchant le système nerveux notamment l’accident vasculaire cérébral (AVC), la sclérose en plaques ou encore le diabète.

Incontinence anale : complications

Complications psychologiques

Comme dit plutôt, l’incontinence anale a un impact psycho-social majeur altérant la qualité de vie de ceux qui en souffrent. Elle provoque une anxiété aussi bien en public que dans les moments d’intimité avec le partenaire. Ce qui conduit à un isolement social et une dépression.

Autres complications

  • démangeaisons et irritations cutanées (sensation de brûlure anale et génitale) ;
  • escarre : macération de la peau autour de l’anus ;
  • infections touchant l’appareil génital ou l’appareil urinaire.

Incontinence anale : les traitements naturels

Changements alimentaires

Traiter naturellement l’incontinence anale passe par la suivie d’une mesure hygiéno-diététique. Le but est d’améliorer la consistance et le volume des selles pour prévenir l’apparition des épisodes d’incontinence anale.

Ainsi, il est recommandé de : 

  • être actif : l’activité physique stimule le système digestif ;
  • boire au moins 8 verres d’eau par jour ;
  • manger des riches en fibres : fruits, légumes, grains entiers, céréales ;
  • prendre plusieurs repas légers ;
  • en cas de diarrhée : éviter les aliments épicés et gras, les viandes marinées et fumées et les produits laitiers.

Rééducation intestinale

La rééducation intestinale consiste à apprendre au gros intestin de se vider à un horaire régulier. Elle permet de reprendre le contrôle de l’anus en prévoyant le moment d’évacuation des selles.

Rééducation anorectale

La rééducation anorectale vise à renforcer les muscles intestinaux et les sphincters anaux. Pour plus de détail, lisez notre article intitulé : “Incontinence anale : Exercices à faire à la maison (conseils kiné)”.

Tabouret physiologique de toilette

La position idéale pour évacuer les selles est la position accroupie. En effet, l’accroupissement permet d’aligner l’angle anorectal et le muscle pubo-rectal facilitant ainsi la vidange intestinale.

RECOMMANDÉ :  Douleur au coccyx : Signification émotionnelle 

Avec notre toilette contemporaine où déféquer se fait en position assise, l’angle anorectal et le muscle pubo-rectal se ferme et comprime le côlon. Ce qui nécessite des efforts expulsifs importants qui, à la longue, peuvent causer des problèmes locaux comme les constipations, les hémorroïdes ou les problèmes du plancher pelvien.

Bon à savoir : les hémorroïdes sont des vaisseaux sanguins situés dans la paroi de la partie inférieure du rectum et de l’anus. On dit que “tout le monde a des hémorroïdes”. Ceci étant, le terme “hémorroïdes” est très largement utilisé pour désigner l’inflammation des hémorroïdes.

Le tabouret physiologique permet de retrouver la position idéale de défection sans changer de toilette. Et si vous souffrez d’une incontinence anale, c’est une bonne solution pour rééduquer vos sphincters.

Tabouret physiologique de toilette
Hey Nature HOCA Tabouret Toilette physiologique/Marche Pied Toilette Contre hémorroïdes, Constipation, intestin Irritable/Rehausseur WC Adulte pour des selles Plus saines/Marche Pied Enfant Bain
  • ✔ Hoca, l’original – le seul tabouret toilette approuvé comme produit médical en Allemagne. Les tabourets physiologiques ont une efficacité scientifiquement prouvée et sont donc fortement recommandées contre de nombreux problèmes gastro-intestinaux tels que le côlon irritable, la constipation adulte, les hémorroïdes mais aussi les crampes et les douleurs post-hystérectomie.
  • ✔ Position parfaite est rendu possible pour une selle plus rapide, sans douleur et complète avec le tabouret physiologique WC HOCA. Application simple: placement simple devant la toilette pour atteindre l’angle de 35 ° recommandé médicalement. Peut aussi être ulisé comme rehausseur toilette enfant.
  • ✔ Renforcer le système immunitaire avec repose pied toilette : L’intestin est le centre du système immunitaire, qui protège notre corps contre les virus et les bactéries. Un intestin sain réduit le risque d’infection! En plus, le marchepied toilettes fonctionne comme un laxatif naturel pour une évacuation beaucoup plus facile, rapide et douce.

Les réponses à vos questions sur l’incontinence anale

Les traitements médicamenteux sont-ils à prendre à vie ?

Non. Généralement, en dehors des causes neurologiques, les traitements médicamenteux de l’incontinence anale sont arrêtés après la guérison. 

Comment savoir si on a une incontinence anale ?

On reconnaît une incontinence anale par : 

  • une émission involontaire de gaz pendant au moins trois mois ;
  • une perte incontrôlée des selles (solides ou liquides) ;
  • une apparition de résidus de matières fécales dans les sous-vêtements. 

Qui soigne l’incontinence anale ?

La prise en charge de l’incontinence anale est multifactorielle. Habituellement, ce sont les gastro-entérologues, les kinésithérapeutes et les nutritionnistes sont en première ligne. S’il y a une maladie causale (AVC, diabète ou autres), d’autres spécialistes (neurologues, endocrinologue, etc.) doivent être appelés en renfort. Du reste, un soutien psychologique est fortement recommandé.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Incontinence anale
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes. 

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 2.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut