Infection de l’utérus chez la chienne : description et prise en charge

Article rédigé par le 3 août 2023

L’infection de l’utérus, appelée aussi métrite ou pyomètre, l’une des affections de l’appareil génital les plus rencontrées en médecine vétérinaire. Cette pathologie se caractérise par une accumulation et un écoulement de pus. Extrêmement douloureuse, elle peut être due à de nombreux facteurs, le plus souvent à des traitements hormonaux. Les bactéries contribuent aussi au développement d’une mérite ou pyomètre.

En effet, la métrite et le pyomètre sont deux affections utérines qui, bien qu’elles soient souvent associées pour décrire une infection de l’utérus, présentent des différences importantes en terme de cause, de symptômes et de traitement.

Il existe deux types de pyomètre chez la chienne (col ouvert et col fermé) ce qui fera varier les symptômes et l’état général de l’animal. La chienne est abattue et perd l’appétit. Elle boit et urine beaucoup. Elle présente souvent de la diarrhée et des vomissements

Ce trouble peut rapidement mettre en danger la vie de l’animal, il est donc important de savoir en reconnaître les symptômes d’une métrite ou pyomètre afin d’agir au plus vite. Je vous invite à découvrir ce qu’est un pyomètre ou une métrite chez la chienne, quelles en sont les causes et les symptômes, et surtout, comment l’éviter.

L’utérus: structure chez la chienne

Rappel anatomique de l’appareil génital chez la chienne

L’appareil génital de la chienne est constitué de deux ovaires. Dans le prolongement de chaque ovaire, une corne utérine celles-ci se rejoignant pour former le corps de l’utérus, prolongé par le col qui s’ouvre dans le vagin. Lors de chaque cycle dit chaleur l’utérus saigne et se vidange par le col.

L’utérus ou matrice

L’utérus, aussi appelée matrice, est un organe creux suspendu à la région lombaire par le ligament large où se déroule la gestation. Sa conformation varie fortement au cours des cycles ovariens et de la vie de l’animal.

La paroi de l’utérus est formée de trois épaisseurs :

  • Le périmétrium qui correspond à la couche externe enveloppant le corps et une partie du col de l’utérus.
  • Le myomètre qui constitue la couche intermédiaire composée de muscles lisses.
  • L’endomètre qui constitue la couche interne tapissant l’utérus et possédant des cellules glandulaires.

Que ce que c’est une infection de l’utérus chez la chienne ?

La majorité des lésions inflammatoires de l’utérus commence par l’endomètre comme les endométrites qui sont associées avec la parturition ou l’accouplement. L’agent infectieux peut entrer dans l’utérus par voie ascendante à travers le tractus génital ou provient de la voie sanguine (hématogène), une infection grave peut aggraver la situation et donne par la suite un pyomètre .

Faisons le point sur les trois affections de l’utérus les fréquentes chez la chienne: métrite, endométrite et le pyomètre.

Description d’une métrite, d’un pyomètre et d’une endométrite

Métrite ou encore endométrite et pyomètre sont des appellations qui désignent toutes une infection de l’utérus chez la chienne. Voici la différence entre les trois affections :

La métrite correspond à une inflammation de l’endomètre (la muqueuse qui tapisse la paroi interne de l’utérus), pouvant parfois devenir systémique.

Elle est causée par une infection bactérienne et elle est presque toujours observée après une mise bas anormale ou une infection utérine importante. Il s’agit d’une entité totalement différente du pyomètre et de l’endométrite.

le pyomètre correspond à une accumulation de pus à l’intérieur des cornes utérines (étymologiquement, ce mot signifie pus dans l’utérus). Ce dernier est souvent consécutif à une métrite, elle-même liée à un dérèglement hormonal post-chaleurs (excès de progestérone).

En outre, l’endométrite est une inflammation des couches superficielles de l’endomètre qui peut induire une infertilité. Elle peut se produire à tous les stades du cycle sexuel. Il s’agit d’une maladie uniquement locale, causée par des invasions bactériennes sans atteinte systémique.

RECOMMANDÉ :  Berger Allemand (German Shepherd) : un chien de service polyvalent

En résumé, la métrite est donc la maladie et le pyomètre, le symptôme. Il s’agit dans les deux cas d’une urgence médicale qui peut mettre en danger la vie de la chienne s’il n’est pas traité à temps.

Causes de l’infection utérine chez la chienne

Au moment des chaleurs, sous l’influence des hormones, la muqueuse utérine, s’épaissit légèrement et sécrète des mucosités, qui sont éliminées puisque le col de l’utérus est ouvert pendant les chaleurs. Cette légère inflammation est normale.

En revanche, ce qui est anormal, c’est que, sous l’effet d’un dérèglement hormonal, la muqueuse utérine continue à sécréter des mucosités, après la fin des chaleurs, lorsque le col s’est refermé ! Celles-ci s’accumulent dans l’utérus et peuvent s’infecter en présence de bactéries provoquant des infections de la paroi utérine (endométrite). Si le col de l’utérus reste fermé, le pus s’accumule dans l’utérus ; si le col se rouvre, le pus s’écoule à l’extérieur c’est le cas d’un pyomètre.

Il est à noter que le dérèglement hormonal à l’origine de ce problème peut être dû :

  • à une cause naturelle ou inexpliquée (souvent liée au vieillissement) ;
  • à l’administration de traitements hormonaux contre les chaleurs (pilule contraceptive).

Il faut savoir aussi qu’une métrite est généralement due à une infection bactérienne qui est favorisée en cas de mise bas ou d’un déficit immunitaire de la chienne provoqué par un diabète sucré, ainsi que la prise fréquente de corticoïdes.

La métrite peut apparaître encore à la suite d’une hyperplasie glandulokystique de l’utérus (HGK). Il s’agit d’une excroissance de l’endomètre associée à l’apparition et à la multiplication de kystes. Dans ce cas, la métrite est une complication possible de la maladie.

Les bactéries impliquées dans les infections utérines sont souvent :

  • Escherichia Coli, qui réside habituellement dans le tube digestif sans y être pathogène ;
  • Les staphylocoques, des micro-organismes pathogènes à l’origine d’abcès et infections ;
  • Les streptocoques.

En résumé, le pyomètre et la métrite se développent en présence de facteurs prédisposant (climat progestéronique, présence d’une hyperplasie kystique de l’endomètre, bactéries disséminées par voie hématogène ou ascendante…) et nécessitent deux éléments : un utérus dominé par la progestérone ( cas du pyomètre beaucoup plus ) et des bactéries.

Symptômes

Les principaux signes observés peuvent être : une perte d’appétit et de poids, une léthargie et un abattement et une distension abdominale (le ventre de la chienne est gonflé). On va détailler les symptômes selon la complication de l’infection de l’utérus.

Parfois les seuls symptômes d’une métrite visibles par le maître sont une boiterie ou une rigidité des pattes arrière. Pour cela, toutes les chiennes qui ont quelques années et qui ont eu des chaleurs relativement récentes (dans les mois qui précèdent), doivent faire l’objet d’un examen chez le vétérinaire pour une métrite si elles ont un comportement inhabituel sans raison apparente.

Lors du pyomètre, les symptômes peuvent être très peu spécifiques ou au contraire très évocatrices, selon que le col de l’utérus est ouvert ou fermé. Si le col est ouvert, on remarque des écoulements vulvaires purulents, voire teintés de sang. L’animal est généralement léthargique, abattu et anorexique. On peut remarquer une augmentation de la prise de boisson, des vomissements, diarrhée, une distension abdominale et une fièvre.

Attention! dans le cas d’un pyomètre à col ouvert de l’utérus , les écoulements se produisent en dehors de la période de chaleur. En effet, durant cette période, ce sont des pertes différentes et naturelles.

Si le col de l‘utérus est fermé, les symptômes seront beaucoup plus frustres. La chienne présente alors seulement un abattement et une anorexie.

En résumé, métrite peut rapidement devenir très sérieuse. Si la chienne n’est pas prise en charge rapidement, l’utérus risque d’éclater ce qui peut causer une septicémie et le décès.

Diagnostic

Le diagnostic d’une métrite se base également sur les différents symptômes, l’historique médical de la chienne et des examens complémentaires comme des analyses de sang ( afin de déceler une présence importante de globules blancs, ce qui peut signaler une inflammation), une radiographie et une échographie abdominale.

RECOMMANDÉ :  Aménager la cage de son lapin : Conseils du vétérinaire

L’hypothèse d’un pyomètre est généralement faite sur toute chienne non-stérilisée âgée de plus de 6 ans, qui subit un abattement important dans les 8 semaines qui suivent ses dernières chaleurs.

En cas de pyomètre à col ouvert, le diagnostic peut être réalisé à l’œil nu, grâce aux écoulements vulvaires. Si le col utérin est fermé, une radiographie ou une échographie peuvent permettre de diagnostiquer le pyomètre.

Options de traitement

Le traitement entrepris par le vétérinaire dépend de la gravité de l’infection et de l’état général de la chienne. Différentes approches thérapeutiques sont possibles:

  • un traitement médical qui repose sur l’administration d’antibiotiques pour lutter contre l’infection lors d’une métrite et un pyomètre à col utérin ouvert. Les antibiotiques peuvent être associés à l’administration d’un analogue de la progestérone ou de prostaglandines, des substances qui favorisent la vidange de l’utérus. Ce type de traitement est cependant réservé aux chiennes dont l’état général n’est pas trop dégradé et qu’on souhaite pouvoir encore faire porter. En effet, le risque de récidive est de 70 % si on conserve l’utérus de la chienne.
  • un traitement chirurgical appelé ovariohystéréctomie. Il s’agit du retrait chirurgical de l’utérus et des ovaires de la chienne. Ce traitement est le traitement de choix de la métrite . Il est envisagé en cas d’infection sévère, lorsque le traitement médical est inefficace et quand la femelle n’est plus destinée à la reproduction. Cette opération peut être envisagée soit dans la phase aigüe de l’infection soit après la guérison obtenue grâce au traitement médical de l’infection. La solution chirurgicale est vivement recommandée, peut être la seule solution viable si l’animal est sévèrement touché. Ainsi, on évite tout risque de récidive et, quand c’est pris assez tôt, cela entraîne une guérison totale.

En résumé, la métrite ou le pyomètre de la chienne est donc une urgence médicale dans la mesure où le pronostic vital est engagé à plus ou moins court terme. Le traitement chirurgical est le plus efficace car il permet une guérison totale et rapide. De plus, cela évite la survenue de récidives aux chaleurs suivantes.

Pronostic

Si l’animal est prit en charge rapidement après l’apparition des premiers symptômes et qu’il s’agit d’un pyomètre ouvert, le taux de succès de la chirurgie et de la convalescence est relativement bon.

En outre, si l’état de santé de la patiente est déjà critique, qu’il s’agit d’un pyomètre fermé et qu’il y a présence de complications, le pronostic est réservé à sombre. Même si la chirurgie est un succès, certains animaux où la sévérité de la condition était déjà très élevé avant la procédure peuvent décéder en post-opératoire.

Prévention de la métrite ou d’un pyomètre chez la chienne

La stérilisation de la chienne permet de prévenir les infections utérines comme le pyomètre et la métrite. Elle consiste à retirer les ovaires en effectuant une ovariectomie, une opération chirurgicale sous anesthésie générale. Il est possible de pratiquer cette intervention avant l’âge de  6 mois, sans aucune conséquence sur la croissance de la chienne.

Une chienne qui n’est pas destinée à la reproduction n’a aucune raison de rester entière. Non seulement, une fois opérée, elle ne craint plus de métrite ou de pyomètre, mais en plus, elle ne souffre plus de ses hormones. En cas d’hystérectomie, elle échappe aussi au cancer de l’utérus, aux tumeurs des ovaires et aussi aux tumeurs mammaires.

En résumé, La meilleure prévention de la métrite ou pyomètre est la stérilisation. En retirant l’appareil reproducteur, le risque est donc réduit de 100 %. Quoi qu’il en soit, surveillez toujours la santé de votre chienne et n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire au moindre signe suspect. La prévention est primordiale !

Références

https://lemagduchat.ouest-france.fr/dossier-1040-metrite-pyometre-chat.html

https://www.soubagne.fr/upload/content/106/pyometre.pdf

https://www.vetodome.fr/publication/show.aspx?item=888

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut