Infiltration acromio-claviculaire : Technique et efficacité

Article rédigé par le 5 janvier 2024

L’articulation acromio-claviculaire, pivot central des mouvements de l’épaule, peut subir des lésions et des inflammations, en particulier chez les personnes physiquement actives.

Ces pathologies, réputées pour leur résistance aux traitements classiques, posent un défi médical.

Face à cette problématique, des approches plus poussées deviennent nécessaires. Parmi elles, l’infiltration acromio-claviculaire se distingue. Cette procédure médicale cible directement l’articulation pour traiter diverses affections.

Dans le présent article, nous partageons avec vous des informations essentielles sur l’infiltration acromio-claviculaire, ses indications, son déroulement, ses risques… Cette procédure n’aura plus aucun secret pour vous !

les 6 points importants à retenir

  • 1- L’articulation acromio-claviculaire est située à l’extrémité supérieure de l’épaule, là où la clavicule rencontre l’acromion de l’omoplate. Elle joue un rôle clé dans la mobilité de l’épaule.
  • 2- L’infiltration acromio-claviculaire consiste à injecter des médicaments, souvent des corticostéroïdes, directement dans l’articulation.
  • 3- L’infiltration acromio-claviculaire est principalement indiquée pour traiter la douleur et l’inflammation dues à des affections telles que l’arthrose, la tendinite ou après un traumatisme de l’épaule.
  • 4- L’infiltration peut offrir un soulagement significatif de la douleur et une amélioration de la mobilité, bien que les résultats varient d’une personne à une autre.
  • 5- La procédure est rapide, généralement effectuée en ambulatoire avec des anesthésiques locaux. Après l’injection, une période de repos de l’articulation est souvent recommandée.
  • 6- Les complications, rares, peuvent inclure des infections, des saignements, des réactions allergiques, une détérioration des tissus articulaires et des modifications de la peau au niveau du site d’injection.

Quelques mots sur l’articulation acromio-claviculaire

L’articulation acromio-claviculaire est un pivot central de l’épaule, jouant un rôle fondamental dans sa mobilité et sa stabilité. Située là où la clavicule rencontre l’acromion, une partie saillante de l’omoplate, cette articulation est cruciale pour une gamme étendue de mouvements du bras.

La structure de l’articulation acromio-claviculaire est complexe. Elle comprend la clavicule, l’acromion, et la capsule articulaire ainsi que les ligaments acromio-claviculaires qui maintiennent ensemble ces os.

Sur le plan fonctionnel, l’articulation acromio-claviculaire permet la rotation de l’épaule, facilitant ainsi des actions comme lever les bras ou porter des objets.

Elle joue également un rôle dans la transmission des forces du bras au reste du corps, ce qui est essentiel non seulement pour les mouvements quotidiens, mais aussi dans les activités sportives.

Qu’est-ce que l’infiltration acromio-claviculaire ?

L’infiltration acromio-claviculaire est une procédure médicale le plus souvent utilisée pour soulager la douleur et l’inflammation dans l’articulation acromio-claviculaire.

Cette technique consiste à injecter des médicaments, souvent des corticostéroïdes et parfois associés à un anesthésique local, directement dans l’articulation acromio-claviculaire.

L’infiltration acromio-claviculaire est souvent recommandée lorsque les traitements conservateurs, tels que les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), la physiothérapie ou les modifications de l’activité, ne suffisent pas à soulager la douleur.

Elle est particulièrement utile pour traiter des conditions comme l’arthrite de l’articulation acromio-claviculaire, les lésions dues à des traumatismes ou à des activités répétitives, et parfois dans les cas de tendinite.

L’infiltration acromio-claviculaire est généralement rapide et peut être effectuée dans un cabinet médical. Elle offre un soulagement qui peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois, selon l’individu et la condition traitée.

Cependant, ce n’est pas une solution permanente et elle peut devoir être répétée si les symptômes réapparaissent.

Quelles sont les indications de l’infiltration acromio-claviculaire ?

L’infiltration acromio-claviculaire, bien que sûre, reste une procédure plutôt invasive.

Elle est donc considérée seulement si les traitements classiques (non invasifs), comme les médicaments anti-inflammatoires ou la physiothérapie, n’ont pas apporté le soulagement espéré.

Seul votre médecin est capable de déterminer si cette procédure est appropriée pour vous après une évaluation précise de votre situation spécifique.

À titre purement indicatif, voici quelques situations où l’infiltration acromio-claviculaire peut vous être envisagée :

  • Douleur récalcitrante à l’épaule : si vous ressentez une douleur persistante au niveau de l’épaule qui résiste aux autres traitements, notamment dans la région de l’articulation acromio-claviculaire, une infiltration peut être envisagée par votre médecin.
  • Inflammation : en cas d’inflammation de l’articulation, souvent due à l’arthrite ou à d’autres affections inflammatoires.
  • Arthrose : surtout si vous souffrez d’arthrose de l’articulation acromio-claviculaire, caractérisée par une usure du cartilage. Dans ce cas, on peut utiliser une infiltration de corticostéroïdes, mais également d’acide hyaluronique pour améliorer la lubrification de l’articulation.
  • Tendinite : si vous avez une tendinite dans la région de l’épaule, l’infiltration peut aider à soulager la douleur et l’inflammation.
  • Blessures sportives : l’infiltration acromio-claviculaire est très utilisée chez les sportifs ayant subi des blessures au niveau de l’épaule.
  • Après un traumatisme : si vous avez eu un traumatisme direct sur l’épaule, l’infiltration peut être une option pour gérer la douleur post-traumatique de manière temporaire.
RECOMMANDÉ :  Prothèse d’épaule : Indication et procédure (explications)

Bon à savoir !
En médecine, l’efficacité d’une infiltration acromio-claviculaire peut aider les médecins à déterminer si la source principale de la douleur dans l’épaule provient réellement de l’articulation acromio-claviculaire.

Si la douleur est significativement réduite suite à l’infiltration, cela confirme que l’articulation acromio-claviculaire est la cause principale de la douleur.

Cette double fonction, thérapeutique et diagnostique, rend l’infiltration acromio-claviculaire particulièrement utile dans le traitement des douleurs de l’épaule !

Comment se déroule une infiltration acromio-claviculaire ?

L’infiltration acromio-claviculaire se déroule en trois grandes étapes : avant, pendant et après la procédure.

Avant la procédure : préparation à l’infiltration

Votre aventure commence par une consultation. Votre médecin examinera attentivement votre épaule, discutera de vos symptômes et de l’impact de la douleur sur votre vie quotidienne.

Cette étape est cruciale pour s’assurer que l’infiltration est la bonne approche pour vous. Rappelez-vous, chaque cas est unique et mérite une attention particulière.

Selon votre cas, une échographie ou une IRM de l’épaule pourrait être nécessaire pour localiser précisément la zone à traiter.

Votre médecin vous interrogera également sur les médicaments que vous prenez pour éviter toute interaction avec les médicaments qui seront injectés lors de l’infiltration.

Durant cette phase pré-procédure, vous recevrez aussi des explications claires sur la procédure et les préparatifs nécessaires pour le jour J. C’est le moment idéal pour poser toutes vos questions !

Pendant la procédure : Infiltration proprement dite

D’abord, vous serez installé confortablement, souvent en position assise ou semi-assise. Cette position permet un accès facile à l’articulation acromio-claviculaire pour le médecin.

La peau sur et autour de votre articulation acromio-claviculaire sera soigneusement nettoyée avec une solution désinfectante afin de réduire le risque d’infection au site d’injection.

Votre médecin pourrait appliquer ou injecter un anesthésique local sur la zone de l’infiltration pour réduire la sensation de douleur ou d’inconfort pendant la procédure.

Dans certains cas, une échographie peut être utilisée pour guider l’aiguille avec précision. Cela assure que le médicament est injecté exactement au bon endroit.

Une fois l’aiguille correctement positionnée, le médecin injectera le médicament dans l’articulation. Vous pourriez ressentir une pression ou un léger inconfort à ce moment.

Après l’injection, l’aiguille est retirée soigneusement. Un petit pansement est alors appliqué sur le site d’injection.

Juste après l’injection, votre médecin vous conseillera de rester un moment au repos. Il vérifiera comment vous vous sentez et s’assurera qu’il n’y a pas de réactions immédiates.

Après une courte période d’observation, vous pourrez rentrer chez vous pour récupérer sereinement !

Après la procédure : Soins post-infiltration et récupération

Après l’infiltration, une période de repos vous sera recommandée. Il est courant et parfaitement normal de ressentir une augmentation temporaire de la douleur au niveau de l’épaule traitée.

Pour réduire l’inflammation et une éventuelle douleur post-infiltration, vous pouvez appliquer une poche de glace sur la zone traitée.

Surveillez la zone d’injection pour tout signe anormal, car l’infiltration acromio-claviculaire peut se compliquer d’infection, de réaction allergique, de modifications cutanées…

Dans tous les cas, un rendez-vous de suivi sera programmé pour évaluer l’efficacité de l’infiltration, s’assurer de l’absence de complications et discuter des prochaines étapes de votre prise en charge.

Quelles sont les substances utilisées dans l’infiltration acromio-claviculaire ?

Dans l’infiltration acromio-claviculaire, différentes substances peuvent être utilisées en fonction de votre cas spécifique.

Voici quelques-unes des plus couramment utilisées :

  • Les corticostéroïdes : dans la plupart des cas, on infiltre l’articulation acromio-claviculaire avec des anti-inflammatoires puissants (ex. Cortisone) afin de réduire efficacement l’enflure et la douleur.
  • Les anesthésiques locaux : ils sont employés pour minimiser la douleur au moment de l’injection, rendant la procédure plus confortable pour vous (ex. Lidocaïne).
  • Le plasma riche en plaquettes (PRP) : il s’agit d’un concentré de plaquettes obtenu à partir de votre propre sang, utilisé pour favoriser la guérison et la régénération des tissus autour de votre articulation acromio-claviculaire.
  • L’acide hyaluronique : parfois utilisé pour améliorer la lubrification de l’articulation acromio-claviculaire, réduisant ainsi la douleur causée par la friction.

Ces substances peuvent être utilisées seules ou en combinaison, selon l’évaluation et la recommandation de votre médecin, pour traiter efficacement les affections de l’articulation acromio-claviculaire.

RECOMMANDÉ :  Rupture de la coiffe des rotateurs (épaule) : Définition et prise en charge

Quels sont les risques et complications liés à l’infiltration acromio-claviculaire ?

Les risques et complications liés à l’infiltration acromio-claviculaire peuvent inclure :

  • Bien que rare, il existe un risque d’infection au site d’injection, comme pour toute autre procédure impliquant une effraction de la barrière cutanée.
  • Des saignements mineurs ou la formation d’un hématome au site d’injection.
  • Une réaction allergique aux médicaments injectés est possible chez certaines personnes.
  • Un affaiblissement des tissus autour de l’articulation acromio-claviculaire (ligaments, capsule, tendons…) en cas d’infiltrations répétées.
  • Certains patients éprouvent une augmentation temporaire de la douleur après l’infiltration, comme c’est le cas pour les infiltrations de manière générale.
  • Très rarement, l’infiltration acromio-claviculaire peut se compliquer d’une lésion nerveuse à proximité de l’articulation.
  • Des modifications de la peau peuvent apparaître au site d’injection (changement de coloration, de consistance, de sensibilité…).
  • Ces risques sont, pour la plupart, très rares de nos jours, mais il est toujours important d’en discuter avec votre médecin pour évaluer le rapport bénéfice-risque de la procédure dans votre cas spécifique.

Quels résultats peut-on espérer après une infiltration acromio-claviculaire ?

De nombreux travaux de recherche ont évalué l’efficacité de l’infiltration acromio-claviculaire dans diverses situations, notamment cette étude publiée en 2008 dans le Journal of Shoulder and Elbow Surgery.

Cette étude prospective de cinq ans a porté sur 25 épaules de 20 patients souffrant d’arthrite acromio-claviculaire primaire.

Les résultats ont montré une amélioration significative des scores de fonction de l’épaule après l’infiltration, avec un soulagement de la douleur continuant pendant au moins 12 mois.

L’étude a également révélé que les bénéfices de l’infiltration pouvaient durer jusqu’à 5 ans, bien que le soulagement de la douleur tende à diminuer à long terme.

Ainsi, si vous souffrez de douleurs au niveau de l’articulation acromio-claviculaire, l’infiltration peut vous soulager. En injectant des médicaments anti-inflammatoires directement dans l’articulation, cette procédure vise à réduire rapidement votre douleur, vous permettant de reprendre les activités qui vous étaient autrefois douloureuses.

L’utilisation de corticostéroïdes dans l’infiltration aide également à combattre l’inflammation dans votre articulation. En effet, ce traitement est conçu pour réduire non seulement la douleur, mais aussi le gonflement et la raideur.

Suite à l’infiltration, vous devriez observer une amélioration dans la mobilité de votre épaule. Cela signifie une plus grande amplitude de mouvement et une facilité accrue dans la réalisation de vos activités quotidiennes, ce qui peut grandement améliorer votre qualité de vie.

Toutefois, vous devez garder à l’esprit que les effets de l’infiltration acromio-claviculaire sont généralement temporaires.

La durée de soulagement varie d’une personne à l’autre, pouvant durer de quelques semaines à plusieurs mois. Si nécessaire, l’infiltration peut être répétée, selon les conseils de votre médecin.

Par ailleurs, en atténuant la douleur, l’infiltration vous permet de vous engager plus activement dans des exercices de rééducation ou de physiothérapie. Cela est essentiel pour une récupération à long terme et pour prévenir d’éventuelles récidives ou complications.

On récapitule ! L’infiltration acromio-claviculaire :

  • Soulage rapidement et efficacement vos douleurs à l’épaule pour que vous puissiez vite reprendre vos activités.
  • Diminue le gonflement et la raideur dans votre articulation.
  • Offre une plus grande aisance dans les mouvements quotidiens.
  • Soulage, oui, mais à court terme uniquement (ce n’est pas une solution durable, bien que les effets persistent parfois plusieurs mois).
  • Permet une meilleure participation à la rééducation pour une récupération plus rapide.

Foire aux questions (FAQ)

Quel médecin peut pratiquer une infiltration acromio-claviculaire ?

Un rhumatologue, un orthopédiste, ou un médecin spécialisé en médecine physique et réadaptation (MPR) peut pratiquer cette infiltration.

Combien de fois peut-on bénéficier d’une infiltration acromio-claviculaire ?

Il n’y a pas de limite stricte, mais généralement pas plus de 3 à 4 infiltrations par an pour éviter les effets secondaires.

Existe-t-il des alternatives à l’infiltration acromio-claviculaire ?

Oui, les alternatives à l’infiltration acromio-claviculaire incluent la physiothérapie, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), et dans certains cas, la chirurgie.

Est-ce normal d’avoir encore plus mal après une infiltration acromio-claviculaire ?

Un léger accroissement de la douleur peut survenir juste après une infiltration acromio-claviculaire, mais rassurez-vous, cela s’améliore rapidement en règle générale.

Si toutefois la douleur persiste ou s’aggrave, consultez votre médecin.

Est-ce que je peux bouger mon épaule après une infiltration acromio-claviculaire ?

Oui, vous pouvez, mais il est conseillé de limiter les mouvements de l’épaule traitée pendant quelques jours.

Est-ce que je peux conduire après une infiltration acromio-claviculaire ?

Il est préférable d’éviter de conduire le jour de l’infiltration, surtout si un anesthésique local a été utilisé, car cela peut affecter votre capacité à manœuvrer le véhicule en toute sécurité.

Que faire si l’infiltration acromio-claviculaire ne marche pas ?

Si l’infiltration n’est pas efficace, il est important de reconsulter votre médecin pour envisager avec lui d’autres options de traitement, qui peuvent inclure des méthodes alternatives ou une évaluation plus approfondie de la condition sous-jacente.

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut