Infiltration pour kyste synovial : L’essentiel à savoir

Article rédigé par le 12 juin 2023

L’infiltration pour kyste synovial est une procédure médicale peu invasive souvent utilisée pour soulager la douleur et réduire la taille du kyste.

Bien que les kystes synoviaux puissent être bénins, ils peuvent parfois causer de l’inconfort, de la douleur et une limitation des mouvements. C’est pourquoi les médecins recommandent souvent une approche de traitement progressive, commençant par des options non invasives telles que l’infiltration.

En explorant les différentes facettes de l’infiltration, cet article examinera en détail les avantages et les inconvénients de cette procédure. Nous passerons en revue les indications appropriées, les techniques d’infiltration utilisées et les résultats potentiels.

Kyste synoviale, c’est quoi ?

Le kyste synovial est une tumeur bénigne fréquente, souvent originaire de la capsule articulaire. Bien qu’il s’agisse généralement d’une affection asymptomatique, certains patients peuvent ressentir de la douleur et un gonflement de l’articulation concernée.

Les kystes synoviaux peuvent se développer dans diverses articulations, telles que le poignet, le pied ou le genou. Ils sont constitués d’une poche contenant un liquide visqueux ou semi-solide.

Explications

Les kystes synoviaux trouvent leur origine dans diverses causes et se développent de manière complexe.

D’une part, le processus de vieillissement de la capsule articulaire, le tissu environnant les articulations, est considéré comme un facteur prédisposant à leur formation. Avec le temps, cette capsule peut développer une excroissance, créant ainsi une poche anormale qui se remplit du liquide synovial, indispensable à la lubrification articulaire.

D’autre part, des traumatismes tels que des mouvements répétitifs ou des coups peuvent également contribuer à la genèse de ces kystes.

Symptômes

le kyste synovial est généralement asymptomatique, ce qui indique qu’il ne présente aucun symptôme évident et ne nécessite donc aucun traitement spécifique. Cependant, lorsqu’il se développe et devient plus volumineux, il a tendance à provoquer des douleurs.

Il convient de noter que la taille du kyste n’est pas toujours directement liée à la présence de douleurs. Dans certains cas, même un kyste de petite taille peut entraîner des douleurs en raison de la mobilisation de l’articulation. À l’inverse, un kyste de grande taille peut être indolore.

L’évolution d’un kyste synovial est imprévisible. Il peut disparaître spontanément ou sous l’effet d’une pression exercée dessus. Cependant, il a tendance à réapparaître fréquemment, avec des délais variables allant de quelques jours à plusieurs années.

Quand faut-il envisager une infiltration pour kyste synovial ?

Les kystes synoviaux, bien qu’en général sans danger et bien toléré, peuvent occasionnellement exercer une compression sur les nerfs ou les vaisseaux sanguins avoisinants, entraînant ainsi des complications.

Les indications principales pour procéder à une infiltration sont les suivantes :

  • Douleurs ou gênes persistantes malgré le traitement médical
  • Réduction de l’inflammation
  • Dissolution du kyste

Associé à une ponction du kyste, l’infiltration peut parfois être efficace pour atténuer ces symptômes, et peut contribuer à réduire la taille du kyste. Dans certains cas, plusieurs infiltrations peuvent s’avérer nécessaires afin d’obtenir les résultats escomptés.

Quand faut-il éviter une infiltration pour kyste synovial ?

Malgré ses avantages potentiels, l’infiltration pour kyste synovial n’est pas recommandée pour tous les patients.

Voici quelques contre-indications à cette procédure:

  • Une infection active de l’articulation doit être traitée avant de procéder à tout traitement d’infiltration
  • Les patients allergiques aux médicaments utilisés pour l’infiltration, tels que les corticoïdes ou l’acide hyaluronique, doivent éviter cette procédure.
  • Une anticoagulation et un diabète non équilibré sont également des contre-indications relatives aux infiltrations.

Comment se déroule une infiltration pour kyste synovial ?

La procédure d’infiltration pour kyste synovial est une intervention ambulatoire réalisée en cabinet médical ou en clinique.

RECOMMANDÉ :  Infiltration acromio-claviculaire : Technique et efficacité

Voici les étapes clés de la procédure :

  • Préparation : avant de commencer, il est important d’arrêter la prise d’antiagrégants ou d’anticoagulants au moins 5 jours avant l’intervention, selon les indications du médecin.
  • Anesthésie : l’anesthésie locale ou loco-régionale est choisie pour engourdir la zone autour du kyste, ce qui permet au patient de ne pas ressentir de douleur lors de la procédure.
  • Imagerie médicale : pour localiser avec précision le kyste synovial, le médecin peut utiliser différentes techniques d’imagerie médicale, telles que :
    • Radiographie
    • Échographie
    • Imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • Ponction à l’aiguille : une fois le kyste localisé, le médecin réalise la ponction à l’aiguille pour aspirer le liquide synovial contenu dans le kyste.
  • Infiltration : après la ponction, le médecin injecte un médicament. La cortisone est le type de médicament le plus couramment utilisé pour l’infiltration dans le traitement des kystes synoviaux. L’acide hyaluronique peut également être injecté dans les articulations pour les lubrifier et réduire la douleur.

La procédure complète de l’infiltration pour un kyste synovial est généralement accomplie en moins de 30 minutes. À la suite de cette intervention, il est recommandé d’éviter toute activité intense pendant une période de 24 à 48 heures.

Toutefois, vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes normales immédiatement. Il est possible de ressentir une certaine douleur aux points d’injection, mais celle-ci tend à se dissiper dans quelques jours.

Quels sont les risques d’une infiltration pour kyste synovial ?

L’infiltration pour kyste synovial est généralement une procédure sûre et peu invasive, cependant, il y a certains risques et complications associés à cette intervention. Il est important de les prendre en compte avant de décider si cette procédure est la meilleure option pour vous.

La complication la plus fréquente est l’infiltration du mauvais tissu, ce qui peut entraîner des douleurs et un gonflement. De plus, des hématomes, des saignements et des infections peuvent survenir à la suite d’une infiltration.

Dans de rares cas, des lésions nerveuses peuvent être associées à cette procédure. Il convient de souligner que les personnes allergiques au médicament injecté sont exposées à un risque de réaction important.

Ainsi, il est essentiel que l’infiltration soit effectuée exclusivement par un professionnel de la santé qualifié.

Quels sont les résultats attendus ?

Les résultats d’une infiltration pour kyste synovial dépendent de plusieurs facteurs, notamment de la taille du kyste, de sa localisation et de la technique utilisée.

Voici quelques points clés sur les résultats possibles de cette procédure :

  • Récidive : bien que l’infiltration puisse réduire la taille du kyste et soulager temporairement les symptômes, il est possible que le kyste revienne après un certain temps. La récidive peut être moins fréquente si un traitement anti-inflammatoire est associé à l’infiltration.
  • Soulagement des symptômes : l’infiltration peut soulager les douleurs et les gonflements associés au kyste synovial, notamment en réduisant la compression sur les nerfs environnants.

Il est important de noter que les résultats varient d’un patient à l’autre et qu’il est essentiel de discuter avec votre médecin des différentes options de traitement et de leurs implications pour votre cas particulier.

Ce que disent les études :
Les études scientifiques sur l’efficacité de l’infiltration ne sont pas unanimes. D’un côté, une étude menée par la Dr.Coline Grégoire et Dr. Vincent Guigal a examiné l’efficacité des infiltrations de corticoïdes dans le traitement de 85 kystes au poignet. Les résultats ont montré un taux élevé de récidive de 73,2% après traitement, suggérant que les injections de corticoïdes ne sont pas particulièrement efficaces pour cette indication. De plus, bien que les injections aient amélioré la fonction du du poignet, cette amélioration n’était pas significative par rapport à une absence de traitement.

De l’autre côté, une étude menée par Dr. Shabab Hussain et collaborateurs, a évalué l’efficacité d’une ponction du kyste suivie d’une injection de méthylprednisolone (un type de corticostéroïde). Cette étude a rapporté des résultats plus positifs, avec 56,7% des patients ne présentant pas de récidive un an après le traitement. Les auteurs ont conclu que l’aspiration accompagnée d’une injection de stéroïdes pourrait constituer une alternative utile, surtout pour les personnes préoccupées par l’aspect esthétique, offrant une solution moins invasive que la chirurgie.

En somme, les études scientifiques sur le traitement des kystes synoviaux par infiltration ne convergent pas vers une conclusion unanime. Ces divergences soulignent l’importance d’une approche personnalisée, ainsi que la nécessité de poursuivre la recherche pour éclaircir ces incertitudes.

RECOMMANDÉ :  Infiltration pour arthrose de la hanche : solution efficace?

Traitements alternatifs

En plus de l’infiltration pour le kyste synovial, il existe d’autres traitements alternatifs pour soulager les douleurs et réduire la taille du kyste. Voici quelques options à considérer:

Huiles essentielles

Certaines huiles essentielles ont des propriétés anti-inflammatoires et peuvent aider à réduire les symptômes du kyste synovial. Par exemple, l’huile d’arnica et l‘huile de gaulthérie peuvent être appliquées localement sur la zone concernée.

Kinésithérapie (physiothérapie)

Si le kyste provoque des douleurs ou interfère avec l’amplitude des mouvements, une thérapie physique (kinésithérapie ou physiothérapie) peut être recommandée.

Le thérapeute peut utiliser des exercices et/ou des techniques manuelles pour aider à réduire la douleur et à améliorer la mobilité. Si le kyste est volumineux ou provoque des symptômes importants, un traitement plus invasif peut être nécessaire.

Chirurgie

Si l‘infiltration pour kyste synovial ne fonctionne pas pour soulager la douleur et réduire la taille du kyste, la chirurgie peut être envisagée. Cette intervention peut se réaliser au niveau du genou, du poignet, du coude, du pied, ou des doigts, selon la localisation du kyste.

Avant la procédure, des examens complémentaires peuvent être nécessaires, tels que des tests d’imagerie, et une consultation avec un rhumatologue ou un orthopédiste.

L’immobilisation de l’articulation concernée et la surveillance médicale sont importantes dans les jours précédant la chirurgie. L’anesthésie utilisée dépendra de la localisation du kyste et de la technique chirurgicale employée.

Après la chirurgie, la rééducation est généralement nécessaire pour retrouver une mobilité normale de l’articulation. Il est important de suivre les recommandations de votre médecin et de votre kinésithérapeute pour un rétablissement optimal.

Arthroscopie

L’arthroscopie est une technique mini-invasive qui permet de retirer le kyste synovial avec des incisions minimales.

Cette méthode est souvent utilisée pour les kystes au niveau du poignet, mais peut également être pratiquée sur d’autres articulations.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 4

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut